La chaussure collage de Croquedessin

Cette fois je l’ai faite par collage 🙂 Hé oui ! Je me croyais revenue au jardin d’enfants et je me suis amusée ! 😀 Elle est faite de papiers découpés dans des publicités de revues et d’un lacet. Voilà ce que l’on vous fait faire à l’école de Beaux-Arts, ce n’est […]

via Ma chaussure – Collage — Croquedessin

La chaussure de Croquedessin

Je vous présente une de mes chaussures, crayon graphite sur papier Canson 220 gr, je l’ai faite lors du cours à l’école des Beaux-Arts de Dole, un grand classique des écoles de Beaux-Arts ! 😀 L’étape suivant ce sera une chaussure collée, ou plutôt une chaussure faite de petits papiers collés. 😀

via Ma chaussure — Croquedessin

Connaissez-vous le KAMISHIBAIS ?

Connaissez-vous le KAMISHIBAïS ?

Cela fait plusieurs années que je croise Stéphanie dans les salons du livre et, à part sa chevelure brune qui m’attirait, j’avoue que je survolais son travail.

A Mazamet, je passais devant sa table avec mon ami Philippe de Rimeacker quand nous avons été attirés par un petit théâtre. Bravons notre timidité, nous avons engagé la conversation avec Stéphanie qui nous a conté son parcours et sa passion. Nous avons été conquis. Malgré nos attaques sournoises, la dame est restée de bois comme son théâtre mais j’en ai retiré ce que je vais vous indiquer désormais.

unnamed

Stéphanie CAULUS est graphiste depuis 1996, auteure-illustratrice de livres jeunesse et de kamishibaïs depuis 2009. Après un BTS expression visuelle, elle a travaillé plusieurs années en imprimerie. Puis s’est installée en free lance.

Son site : www.ccomchat.com.

.

02kamibois

.

Je lui ai posé quelques questions :

Comment en êtes-vous venue à faire des livres jeunesse ?

Depuis petite je dessine et j’ai toujours aimé les livres. En 2005, j’ai eu un enfant et me suis retrouvée au chômage. J’ai alors suivi une formation d’illustratrice de livres jeunesse par correspondance. Et à cette même époque je suis devenue assistante maternelle agréée. J’ai obtenu un CAP petite enfance et le BAFA,  ensuite j’ai été animatrice auprès d’enfants et ATSEM en maternelle. Le contact avec les petits m’a donné de l’inspiration. Avec ma formation de graphiste, j’ai pu faire mes livres de A à Z.

DSC06472

De quoi parlent vos ouvrages ?

J’ai écrit et illustré 6 livres et 5 sont adaptés en kamishibaï. Ils s’adressent aux enfants de 1 à 7 ans.

 

En 2009 : «Les quenottes de petit croco» sur le brossage des dents, a eu un partenariat avec la CPAM du Cantal et de Pau, 250 livres ont été distribués aux cabinets dentaires et à des classes de CP du Cantal et 150 pour Pau. Existe en kamishibaï.

unnamed

En 2012 : «Crapoto fume trop !» un livre en prévention du tabagisme.

04Crapoto

En 2013 : «Sors de ce trou petite Belette !» est né grâce à un financement participatif sur ulule. Existe en kamishibaï.

05belette

En 2014 : «Qu’est-ce donc ?», ce livre a été primé en 2015 par le Conseil Régional Midi-Pyrénées au salon du livre de Mazamet. Existe en kamishibaï.

02qu'est ce

En 2015 : «A l’école maternelle, il y a des amis et…» est un livre dépliant sur le rôle de l’ATSEM.

atsem_couv

En 2015 :  L’histoire «La quête du cœur» a été éditée exclusivement en kamishibaï. C’est un petit lapin qui a le cœur brisé et qui part à la recherche des morceaux de son cœur pour le recoller.

remiseprix

En juin 2016 :  parution en livre et kamishibaï de «Prends-en soin!» qui incite au respect des êtres vivants et de la terre. «Du minuscule à l’infiniment grand, tout ce qui existe dans l’univers est important. L’un ne peut pas vivre sans l’autre…» La police de caractères utilisée dans cette histoire est adaptée aux lecteurs dyslexiques.

 

Qu’est-ce que le kamishibaï ?

Le kamishibaï ou «théâtre d’images» signifie : «jeu théâtral en papier». C’est une technique de contage d’origine japonaise basée sur des images défilant dans un petit théâtre en bois, à trois ou deux portes appelé butaï (littéralement «scène»).
Les planches cartonnées illustrées du kamishibaï, racontent une histoire, chaque image présentant un épisode du récit.
 Le recto de la planche, tourné vers le public, est entièrement couvert par l’illustration, alors que le verso est réservé au texte, très lisible, avec une image miniature en noir et blanc du dessin vu par les spectateurs. Les planches illustrées sont introduites dans la glissière d’un butaï.
 Une fois ouvert, les deux volets latéraux dirigés vers l’avant assurent l’équilibre de l’objet. L’arrière est évidé pour que le conteur puisse lire le texte. Le butaï se pose sur une petite table, mais à l’origine il était à l’arrière d’un vélo.

En plus des histoires kamishibaï je propose deux modèles de butaï en bois, pour les lire, ils sont réalisés artisanalement par les élèves d’un Institut Médico Éducatif. Ce magnifique outil pour conter ou faire écrire et dessiner des histoires, convient aux enfants, parents,  grands parents ou aux adultes travaillant dans le domaine de l’enfance ou de l’éducation.

02kamibois

Proposez-vous des ateliers ?

Je propose un atelier « création d’histoires kamishibaï » pour enfants et/ou adultes. Sur des feuilles A3, il s’agit d’imaginer et d’illustrer une histoire courte et à la fin de la lire dans le butaï devant un public. Cela amène à travailler l’imaginaire, l’écrit, le dessin et l’expression orale.

Quels sont vos projets ?

Je pense me former prochainement pour devenir conteuse professionnelle et ainsi je pourrais  devenir « gaito kamishibaiya» c’est à dire conteuse de kamishibaï.

Je suis également des stages de clown car j’ai des idées qui me trottent dans la tête…

Je viens de sortir « Prends-en soin ! » et j’espère sortir « La quête du cœur » en livre  début 2017.

J’ai deux projets d’histoires en cours qui dans un premier temps sortiront en kamishibaï.

J’ai de nombreux salons du livre de prévus sur 2016 afin d’aller à la rencontre des jeunes lecteurs.

Comment connaître votre actualité ?

Sur mon site internet www.ccomchat.com et sur le site www.o-p-i.fr/7alire.

Sur facebook :

https://www.facebook.com/C-COM-CHAT-CREATION-GRAPHIQUE-264293346345/?fref=ts

Vous pouvez également vous abonner à ma newsletter :

https://my.sendinblue.com/users/subscribe/js_id/29mod/id/1

.

J’ai remercié Stéphanie de sa disponibilité et de toutes les explications données. Je lui ai souhaité bonne chance et j’ai tourné les talons.

.

© Jean-Louis Riguet 06 juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres  et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Magique ! — Ninannet’s Blog

« Le doute est l’école de la vérité » de Francis Bacon A tou(tes)s mes ami(e)s du Web : Hier soir je me suis dit « demain j’aurais sûrement quelques messages d’amitiés pour mon anniversaire » comme la petite fille qui a perdu sa première dent et qui attend le lendemain pour voir ce que la petite souris lui […]

via Magique ! — Ninannet’s Blog

JL à l’écoute de … Franck FOUQUET

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Franck FOUQUET

._MG_2983nbBD

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Franck FOUQUET.

Je suis un ancien juriste qui a tout quitté, il y a plus de vingt ans, pour devenir photographe puis Grand Reporter. 5 ans de Droit et tout le reste de travers, comme aurait dit Coluche…

 

2/ Que faisiez-vous avant de pratiquer votre art ou parallèlement ?

Après cinq années d’études en Droit, un DEA et un DESS, j’ai travaillé comme juriste au sein d’une très grosse entreprise française. Avant de tout quitter brutalement pour un changement de vie radical…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Je suis un peu monomaniaque… En dehors de la photo et de l’écriture, peu de place pour d’autres arts. Ma passion ? La Nature et les animaux…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de précis. Je suis assez sauvage en fait. J’aime cependant échanger lors de festivals lorsque je sens que la personne a la même sensibilité que moi…

J’ai participé à de nombreux festivals, fait de nombreuses expositions.

Assez présent sur les réseaux sociaux aussi où j’essaie de tenir une revue de presse quotidienne (déformation de mon ancienne vie) sur le ton de l’humour…

 

5/ Faites-vous des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos œuvres

Je rencontre beaucoup de gens que cela soit en vrai ou bien via les réseaux sociaux. J’ai la chance d’être relativement connu dans mon milieu et d’avoir un certain capital sympathie auprès de me lecteurs…

 

6/ Depuis quand pratiquez-vous cette discipline ? Qu’avez-vous déjà réalisé ?

Depuis plus de 20 ans, je parcours la planète que cela soit pour de l’actualité ou bien pour chercher la belle image de nature. J’ai commis plus de quinze livres, quelques-uns ont été des succès.

 

7/ Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Ma dernière aventure – dirais-je plutôt – car œuvre me semble être de trop, c’est la réalisation d’un livre guide, le premier du genre, présentant une sélection des plus beaux endroits de France où s’offrir un tête à tête avec la Nature. Ce guide est orienté photo mais conviendra aussi à tous les amateurs de nature.

Ce sera le premier livre que je produis de A à Z et qui sortira chez Tau Éditions, une petite structure dont je suis à l’origine. Je cherche d’ailleurs pour cette première grande aventure quelques soutiens via un site de fonds participatifs :

https://www.kisskissbankbank.com/echappees-sauvages?ref=category

COUVBD

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

La plupart de mes livres ont été réimprimés mais sont épuisés. Ils étaient distribués dans toutes les bonnes librairies et sur internet. Il me reste quelques exemplaires qu’on peut se procurer via mon site internet www.franckfouquet.eu

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Aucune. Juste l’école de la vie et de la passion.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

Celui de toujours faire comme on le sent et de ne jamais perdre son âme…

 

11/ Que préférez-vous faire dans votre discipline ?

Incontestablement : être sur le terrain à faire des images. Même quand c’est difficile et dur, je me sens mille fois mieux qu’ailleurs !

 

12/ Comment travaillez-vous ? Seul ?

Je travaille toujours seul. Lorsque je travaillais pour de l’actualité, il m’est arrivé de partager mes aventures avec un autre journaliste mais je préfère évoluer seul…

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai ma muse… 😉

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Oui dans le passé, certains livres ont été des commandes mais le marché du livre, et surtout du livre photo, est devenu tellement difficile et sclérosé que les commandes sont devenues rares. Mieux vaut prendre l’initiative et se débrouiller par soi-même…

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre discipline ?

Ne pas en faire son métier ! Garder un job alimentaire et se faire plaisir à côté. Être à son compte en France comme photographe, actuellement, c’est se condamner à beaucoup de temps de paperasserie et moins de temps qu’on le voudrait sur le terrain…

 

16/ Quels sont vos peintres préférés ? Vos sculpteurs préférés ? Ou vos artistes préférés ?

Mon artiste préféré, c’est un photographe : Ansel Adams, le pape de la photo de paysage. Un génie !

 

17/ Rencontrez-vous des difficultés à pratiquer votre discipline ? Lesquelles ?

La principale difficulté, c’est la santé du marché de l’édition, l’agonie du secteur de la presse et surtout l’extrême frilosité du milieu. On préfère refaire un Nième livre sur un sujet vu, revu et rerevu plutôt que de prendre le moindre risque en innovant un peu !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ? Pouvez-vous nous en parler ?

Comme je le disais plus haut, j’achève « Échappées sauvages. Les meilleurs spots photo de France ». Je crois beaucoup à ce livre car il répond à une attente du public. Les rares personnes à avoir vu la maquette trouvent le projet super !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

À partir de mai 2016, le livre devrait être paru et je vais entamer ma tournée promotionnelle en participant à plusieurs festivals. Les dates seront communiquées sur mon site internet www.franckfouquet.eu

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur mon site internet et ma page Facebook (http://www.facebook.com/franck.fouquet)

————-

Le 11 mars 2016.

Franck FOUQUET

.COUVBD

.

.

.

Je remercie sincèrement Franck FOUQUET d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 15 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Seconde chance, Alexandra Delrue

SECONDE CHANCE

 Alexandra DELRUE nous donne

UNE SECONDE CHANCE

.

.DSC_0121.

 

Un premier roman

Edité chez BOD, Books on Demand

488 pages

Prix 14,99 €

.

DSC_0117

Alexandra DELRUE

.

La quatrième de couverture nous renseigne sur l’objet de ce premier roman commis par Alexandra Delrue.

Sens en Septembre. Les vacances sont terminées. Les enfants reprennent le chemin de l’école, le coeur rempli de joie, d’appréhensions et d’impatience. Catherine est terrorisée. Son mari a été assassiné le jour de la rentrée. Elle redoute chaque année de perdre sa dernière bouffée d’oxygène : son fils Sébastien. Elle ne vit que pour lui et son bonheur. Elle le couve, le surprotège, sacrifiant sa propre vie, ses propres rêves. Et elle s’en moque, jusqu’au jour où elle rencontre Gabriel. Ce jeune et fringant enseignant va lui faire prendre conscience de sa solitude et de son besoin d’affection. Hélas, sa mission ne doit durer que trois semaines. Trois semaines pour faire sa connaissance. Trois semaines pour lui plaire. Trois semaines pour réapprendre à vivre.

.

Ce long roman ne pouvait être écrit que par une enseignante tant le monde enseignant y est décrit avec précision. Je parle des relations entre les enseignants avec les parents, les enfants et les enseignants eux-mêmes. L’histoire d’amour n’est qu’un prétexte qui permet d’aborder plusieurs sujets comme les médisances et les préjugés.

Les phrases sont  rapides, la lecture se fait facilement. On y retrouve des situations vécues puisées dans la vie courante, dans la vie de tous les jours.

Comme l’écrit elle-même Alexandra Delrue :

Seconde Chance est un roman sentimental, un peu érotique pour certains lecteurs (quand un homme et une femme se rencontrent, ils ne jouent pas aux cartes). Au premier abord il s’agit de la rencontre entre Catherine, pédiatre, âgée de 40 ans, et Gabriel, instituteur, âgé de 27 ans. Ils vont devoir affronter les médisances et les préjugés de leur entourage (différence d’âge, statut professionnel, rangs sociaux…). J’ai surtout voulu mettre en avant le métier d’instituteur, critiqué et sévèrement puni par les parents, et peut-être méconnu. Mettre en avant aussi la perfidie des gens, la curiosité malsaine que certaines pratiquent sur les autres, sans penser aux conséquences.

Chaque rencontre, chaque moment vécu, chaque phrase entendue chaque image visualisée, peuvent m’apporter l’inspiration. Pour Seconde chance tout est parti d’une phrase prononcée par une maman de l’école de ma fille : « le remplaçant est trop jeune pour enseigner ». De là je me suis interrogée sur le métier de remplaçant.

.

Un exemple de son style :

1.- La rentrée

La  rentrée. Une énième rentrée. Mais surtout la dernière rentrée de Sébastien dans cette école. L’an prochain, il découvrira les joies et les contraintes du collège, et  nous dirons adieu aux fantômes et autres mauvais souvenirs. François-Xavier ne hantera plus nos pas. Son souvenir ne doit plus nous suivre. Nous aspirons à la liberté. Nous l’avons tellement mérité. Pourquoi son spectre ne le comprend-il pas ? Il doit rejoindre son monde et en attendant, je retourne vers ce monde lugubre.

Enroulée dans une serviette éponge, j’ouvre les portes de l’armoire, dépitée. Finis les shorts et les débardeurs. Finies les promenades sur la plage. Finies les baignades au clair de lune. Finies les siestes à l’ombre des palmiers. Retour à ma tenue traditionnelle : jean, pull, ballerines et cheveux nattés. Une noix de crème hydratante sur le visage pour compléter. 7 h 25. Je dois me hâter. Le réveil de Sébastien ne va pas tarder à sonner.

Je me glisse dans sa chambre et m’assois au bord du lit. Les doubles rideaux plongent la pièce dans une semi-obscurité réconfortante. Sébastien dort paisiblement, la tête enfoncée dans son oreiller. Sa respiration régulière soulève son corps svelte. Dans quelques secondes, le réveil Spiderman brisera la quiétude de cette matinée de septembre. Je caresse le dos du dormeur afin de le tirer en douceur de ses songes. Les vacances sont terminées pour lui aussi. Je l’embrasse dans le cou, lui soutirant quelques bougonnements.

– Bonjour maman, marmonne-t-il en se frottant les yeux.

– Bonjour mon chéri. Veux-tu des gaufres pour le petit-déjeuner ?

– Avec du Nutella, répond-il en bâillant.

Je lui caresse la joue avant de sortir de la chambre. Je descends dans la cuisine et sors le gaufrier du placard. Un saladier, un fouet, un sachet de préparation et voici une pâte vite prête. Merci Alsa. La cuisson terminée, je tartine deux gaufres de chocolat onctueux et les dispose dans une assiette. Un petit réconfort en ce jour maudit. Sébastien et moi appréhendons chaque rentrée, chaque séparation, nous attendant à voir le sol se dérober sous nos pas, encore une fois. Mon bonhomme est si jeune, dix ans à peine, il a besoin de moi. Certes il n’est plus un enfant, toutefois il n’est pas un homme. Je prends un verre dans un placard pour y verser le jus des oranges pressées ce matin et le pose près du bol de chocolat chaud. Parfait. Tout est prêt pour accueillir mon ange.

.

Malgré la longueur et quelques fautes, j’ai passé un bon moment à lire ce premier roman. Je le recommande pour les précisions apportées sur le monde enseignant et les parents d’élèves.

On peut se procurer ce livre :

Sur Amazon, Chapitre, Fnac, Decitre, et dans n’importe quelle librairie.

.

 

.DSC_0121

.

sens

DSC_0047

DSC_0111

.

 

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 29 décembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

 

JL à l’écoute de … Alexandra DELRUE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Alexandra DELRUE

.DSC_0117

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Alexandra DELRUE. J’ai obtenu un bac Economique et Social à La Ciotat (13), puis une Maîtrise d’archéologie à l’université de Nanterre (92). J’ai travaillé sur les chantiers de fouille du Château de Vincennes et au laboratoire de Villejuif.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Je jouais aux cubes à l’école maternelle ! Plus sérieusement, je m’occupais de mes enfants. Je suis devenue bénévole dans diverses associations liées à l’enfance afin d’offrir des divertissements aux camarades de mes petits.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Rien. J’ai tenté le théâtre durant un temps mais j’ai cru faire mourir les spectateurs d’apoplexie tant ils riaient, ce qui est dommage quand il s’agit d’un drame.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’attends avant tout un partage d’opinion constructive sur mes ouvrages. Pour le moment j’ai limité ma publicité à la presse locale et à quelques salons. J’ai également créé un compte sur Facebook afin de dialoguer avec les lecteurs géographiquement éloignés.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui. Je participe à diverses foires ou salons afin de présenter mon dernier ouvrage.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai écrit ma première histoire à l’âge de 8 ans. Durant l’école primaire je me suis consacrée à rédiger des nouvelles fantastiques. Période collège rime avec poésie. Avec le lycée, je me suis attaquée au roman. J’ai même publié un thriller au moment du baccalauréat. Mes études supérieures, ma carrière professionnelle et mes enfants m’ont laissé moins de temps libre et mes écrits sont restés au grenier. A l’approche de la quarantaine, j’ai décidé de retourner vers ma passion.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Seconde Chance est un roman sentimental, un peu érotique pour certains lecteurs (quand un homme et une femme se rencontrent, ils ne jouent pas aux cartes). Au premier abord il s’agit de la rencontre entre Catherine, pédiatre, âgée de 40 ans, et Gabriel, instituteur, âgé de 27 ans. Ils vont devoir affronter les médisances et les préjugés de leur entourage (différence d’âge, statut professionnel, rangs sociaux…). J’ai surtout voulu mettre en avant le métier d’instituteur, critiqué et sévèrement puni par les parents, et peut-être méconnu. Mettre en avant aussi la perfidie des gens, la curiosité malsaine que certaines pratiquent sur les autres, sans penser aux conséquences.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur Amazon, Chapitre, Fnac, Décitre, et dans n’importe quelle librairie.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je ne suis pas passée par la filière habituelle de la société d’édition qui vous dicte ses lois, et se croit le droit de modifier votre ouvrage à sa convenance. Je suis publiée à compte d’éditeur donc je ne risque pas de critiquer. Ces systèmes permettent au plus grand nombre d’écrivains d’être publiés. Tout le monde a enfin sa chance d’être reconnu car le talent en France est immense.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

N’écoute pas les gens mais suis ton cœur car lui seul te sera fidèle et honnête. Fais tes choix par passion et non raison, car seule celle-ci donne la force d’affronter tous les obstacles (mon professeur d’histoire romaine à l’université d’Aix-en-Provence).

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pour le moment, je me suis essayée à la poésie, au roman policier (guère convaincue), au roman sentimental, au témoignage, aux écrits archéologiques, aux guides touristiques axés sur l’histoire et l’architecture, au roman fantastique.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Question pleine d’ambiguïté. Dans un premier temps, je note toutes les idées sur un cahier que je structure en chapitre. Je fais ensuite des recherches sur les lieux, un métier… afin d’apporter plus d’authenticité à mon récit. Je malaxe tout ceci sur mon ordinateur et je l’envoie à diverses personnes pour avis. Je laisse reposer quelques semaines puis je le relie en me mettant dans le rôle du lecteur. Si je parviens à me faire happer par l’histoire alors je publie, sinon fin du parcours dans mon carton « ouvrages à peaufiner ».

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Facile : dans la vie de tous les jours. Chaque rencontre, chaque moment vécu, chaque phrase entendue chaque image visualisée, peuvent m’apporter l’inspiration. Pour Seconde chance tout est parti d’une phrase prononcée par une maman de l’école de ma fille : « le remplaçant est trop jeune pour enseigner ». De là je me suis interrogée sur le métier de remplaçant.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

En fait les personnages naissent d’eux-mêmes, quand j’ai besoin. Quand j’écris l’intrigue et qu’un personnage apparaît, j’ai aussitôt le visage de quelqu’un qui vient. Non hélas, les ¾ de mes protagonistes sont des gens réels que je prends plaisir à faire vivre dans un autre univers, le mien. Certains boudent aujourd’hui, d’autres continuent de me parler.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Lancez-vous ! Osez ! N’ayez plus peur du regard des autres, de leur opinion. Faites lire vos écrits quel qu’ils soient, voire publiez-les. Nous ne pouvons pas plaire à tout le monde. Le plus important n’est-il pas de se plaire à soi-même ? Si vous êtes fier de votre travail, dites-le.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Je suis une grande amatrice de littérature dite populaire. La littérature est censée nous détendre, pas nous déclencher une migraine. J’aime bien J.K Rowling, Marc Levy (ses débuts), Tolkien, Jane Austen, Molière, Helen Fielding, Anne Robillard, Anne Rice, Christopher Paolini, Max Gallo, George R.R. Martin.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

L’intégrale 5 du Trône de Fer, de George R.R. Martin.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Toujours. Un nouveau roman sentimental, une revue archéologique et un guide touristique.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Une séance de dédicace au centre culturel du supermarché Leclerc de Saint-Clément (89). Je serai en visite au salon du livre de Gron le 15 novembre, sur le marché de Noël de Sens le 12 décembre. Si vous me croisez dans la rue, sur le marché ou ailleurs, n’hésitez pas à venir discuter.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Pour le moment sur Facebook uniquement.

————-

Le  30 octobre 2015

Alexandra DELRUE

.DSC_0121

.

sens

DSC_0047

DSC_0111

.

Je remercie sincèrement Alexandra DELRUE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 06 novembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

Nas poids plume, MEZIANE Ismaël

Une BD sympa sur les thèmes du quotidien des ados !

L’école de la mort, BATHELOT L./BOUSQUET C./CAROFF M./EGEMAR B.

Un recueil de nouvelles pour explorer l’école, ses cours, ses internats, ses cénacles …