Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Thierry FILOU

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Thierry FILOU

.

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Thierry FILOU, il ne s’agit pas d’un pseudonyme.

Je suis pilote de ligne. J’ai débuté dans l’aviation commerciale en 1986, d’abord en tant que mécanicien navigant puis copilote et maintenant commandant de bord sur Boeing 777, après des études à l’école nationale de l’aviation civile.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ? Comment vient-on à écrire des scénarios ?

J’ai toujours aimé écrire, souvent pour dénoncer des injustices en m’insurgeant souvent contre les puissantes administrations où certains hommes politiques. Prenant conscience que mon combat était celui d’un Don Quichotte, j’ai utilisé cette soif d’écriture pour composer une histoire qui est devenue un premier roman.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Avant de me lancer dans l’aviation, ma seconde passion était le cinéma. Ayant échoué à un concours qui me tenait à cœur, j’ai orienté ma carrière vers l’aviation, ce que je ne regrette pas.

Parallèlement à mon métier, j’ai, durant une période de ma vie, pris des cours de peinture et je continue d’apprendre le piano.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Lorsque l’un de mes lecteurs me transmet un message pour me dire qu’il a passé un bon moment à la lecture de mon livre, je suis pleinement satisfait.

J’ai développé une forme de partenariat avec Aviation Sans Frontières

http://www.asf-fr.org/ C’est une association humanitaire qui permet de venir en aide aux plus démunis à travers la planète. Voilà plus de 10 ans que je suis bénévole actif à la section Messagerie Médicale. À ce titre, je participe à des missions humanitaires lors de mes repos. Mon ouvrage est vendu dans leur boutique en ligne, et un article sur leur site concerne mon roman « Miel et charbon » dont je reverse tous les bénéfices de la vente à l’association.

http ://www.asf-fr.org/actualites/decouverte-miel-et-charbon-par-thierry-filou

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Il m’est arrivé de participer à une rencontre-débat dans une petite librairie sur le thème brûlant de l’actualité des migrants.

Sinon je participe à quelques dédicaces et salons littéraires.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours aimé l’écriture, mais il m’aura fallu cinq ans pour finaliser ce premier roman.

Pour le deuxième qui est en cours d’achèvement, j’ai été beaucoup plus rapide puisque je l’ai débuté il y a seulement un an.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Miel et charbon » est le parcours initiatique, diront certains, d’un berger africain dont le troupeau est frappé par la désertification. Il décide de quitter son village, sa famille et son troupeau pour partir clandestinement vers un avenir qu’il pense plus prospère afin de redonner du bonheur aux siens. La découverte d’un monde nouveau lui procurera un certain nombre d’aventures qu’il n’imaginait pas…

Inspiré au départ d’ambiances africaines que j’ai eu le loisir de connaître de par mon métier, ou lors de missions pour Aviation Sans Frontières, j’ai voulu montrer au cours de mon récit, que, parfois, la migration est l’expression d’une grande souffrance.

Le suspens est au rendez-vous, et j’ai voulu composer un ouvrage d’une belle écriture dont la lecture soit rapide et aisée.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon livre est en vente sur le site de mon éditeur, les éditions Thot qui, soit dit en passant, effectuent un travail remarquable.

http ://editionsthot.com/catalogue/roman/miel-et-charbon

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

J’ai moi-même publié à compte participatif (c’est le principe de mon éditeur), et je trouve cette formule très satisfaisante lorsque l’on n’arrive pas à « décrocher » une publication à compte d’éditeur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres?

Persévérer lorsque la cause est juste.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des scénarios, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je suis plutôt amateur de romans, mais ouvert à toute forme d’écriture.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’utilise une tablette électronique pour coucher les mots, la trame de mon roman étant composée dans mon esprit bien en amont.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Comme une hydre qui se régénère constamment, je m’inspire beaucoup de personnages ou d’événements qui bornent mon quotidien.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Certains personnages (les principaux) sont imaginaires. Les autres sont souvent inspirés de mon vécu. L’intrigue n’est pas figée et elle évolue à mesure qu’avance l’écriture.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Essayer.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai un faible pour Jean Christophe Ruffin, et j’ai dû lire quasiment tous les romans de Douglas Kennedy.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

J’ai toujours au moins trois livres en cours, que je déguste suivant l’endroit où je me trouve.

Boussole, le dernier Goncourt en fait partie, mais je dévore aussi Kafka sur le rivage d’Haruki Murakami après avoir tout juste terminé Cadres noirs de Pierre Lemaitre.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Mon deuxième roman dont j’effectue actuellement les relectures avant de le proposer à mon éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je viens de terminer une série de salons et dédicaces, j’espère les prochains événements pour mon futur roman.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Je suis un peu réticent à m’inscrire sur un réseau social, je n’ai donc pas de compte Facebook, mais mon livre est en vente dans toutes les bonnes librairies et sur internet.

————-

Le 8 février 2016

Thierry FILOU.

.Couverture du livre Miel et charbon

Source : http://editionsthot.com/catalogue/roman/miel-et-charbon

.

Extrait.

Les lumières se mêlaient aux formes. Dans cette semi- clarté, Persha se dressait avantageusement au centre de la cuisine. Elle préparait pour ses filles des douceurs dont la recette à base de lait et de sucre lui avait été transmise par sa mère. Subtilement, l’odeur venait se glisser entre chaque brin de paille de la toiture. Les filles étaient assises au sol, assistant au spectacle comme s’il s’agissait de comprendre un tour de magie. Tout était miel jusqu’à ce qu’Imod entre dans la case.Le vent vêtu d’un manteau de sable s’engouffra, et rapidement l’odeur sucrée vint à se transformer. Le labeur faisait son retour; une forte odeur animale, celle que l’on respire lorsque les troupeaux rentrent après la pluie, se répandit dans tout l’habitat. Tout devint charbon. La clarté disparut, les visages se transformaient. Persha reprit un masque de bergère, celui que l’on a envie d’arracher pour voir ses pommettes roses pointer de chaque côté d’un visage souriant. La dureté de la situation transperçait le cœur et l’âme de chacun, les grandes sœurs consolaient les petites. Imod se voulut solennel. La situation était grave : le troupeau, atteint de maladie, allait périr. Persha s’affairait à nettoyer les gamelles, dont le miel qui culottait le fond, avait brûlé pour devenir un sucre brun comme du charbon.

Toute sa vie, il naviguait entre ces deux matières. Le miel était rare dans la maison, mais lorsqu’il y en avait un peu, il lui était difficile de ne pas le gâcher. Trop soucieux de rendre sa famille heureuse, il était constamment en alerte, pour déceler le moindre grumeau qui risquait de cuire. Il lui aurait cependant suffi  de laisser son autorité à la bergerie, et de ne pas s’offusquer pour le moindre écart. Ses filles et sa femme savaient lui rendre la vie lumineuse. Pourtant, c’était toujours la noirceur de la situation qui le hantait. Trop de miel aurait risqué de les engluer, telles des mouches prises au piège. Pour éviter cette situation angoissante, il créait involontairement le chaos, et préférait se sauver avant que la poussière noire et nocive de ce minerai ne recouvre toute sa vie.

.

Je remercie sincèrement Thierry FILOU d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 10 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Kim Messier

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Kim Messier

.

60049_4937634236345_1016484836_n

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Kim Messier. J’ai étudié en Lettres pour enseigner le français, langue d’enseignement, au secondaire, au Québec. J’ai aussi suivi des cours à l’Université du Québec à Montréal pour ce faire, en plus de suivre des cours en Création littéraire. Cela fait 13 ans que j’enseigne le français à des jeunes de 14 ans et j’adore ça !

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’enseigne le français, langue d’enseignement, en troisième secondaire.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Mes passions : la lecture (je lis beaucoup !), l’écriture (pour faire sortir toutes les histoires qui m’obsèdent), le cinéma (j’adore les films de science-fiction et d’anticipation) et la course (pour être en santé et parce que c’est extraordinaire d’admirer le paysage québécois en courant).

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

La seule chose que je désire, pour mes lectrices et mes lecteurs, c’est qu’ils rêvent et ressentent des émotions intenses en lisant mes récits. J’adore quand ils communiquent avec moi par le biais de Facebook et me décrivent leurs scènes préférées. Je les rencontre principalement dans quelques salons du livre : celui de Sherbrooke, de Montréal et de Québec. Peut-être serais-je bientôt invitée en France ?….

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je fais parfois des conférences dans les écoles secondaires pour mes deux ouvrages jeunesse traitant d’homosexualité féminine : Le placard et Coming out. Je parle de mon processus d’écriture, de la thématique et je réponds aux questions des élèves.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis environ quatre ans. Voici mes quatre ouvrages : Le placard (2012), Coming out (2013), Baiser à Manhattan (2014), Aimer à Manhattan (2014)

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Aimer à Manhattan est paru le 10 septembre 2014 dernier. C’est la suite de Baiser à Manhattan.

Voici le résumé du tome 1 :

« Un an après la mort de son fils à la naissance, Charline reçoit un cadeau inespéré : un voyage à New York. Son amoureux, Tristan, avec qui elle a partagé sa souffrance, lui offre cette escapade pour qu’elle se ressource et surmonte son deuil. Seule, elle part pour la Grosse Pomme, cette ville qu’elle adore par-dessus tout, avec la ferme intention de la découvrir sous un nouveau jour et de reprendre goût au bonheur.

Attablée dans un restaurant chic de Wall Street, elle fait la connaissance d’un homme absolument charmant, Matthew Stowe, le plus beau spécimen qu’elle n’ait jamais vu. Alors qu’elle est complètement séduite par ce traducteur de trente-neuf ans, un mélange d’excitation, de désir et de crainte l’envahit.

Succombant à son attirance envers cet apollon, et ce, malgré la voix de sa conscience, Charline explore Manhattan à travers leur relation charnelle enivrante, qui forcera la jeune femme à se questionner sur ses sentiments pour Tristan et sur la vie qu’elle a laissée derrière elle. Saura-t-elle rallumer la flamme entre eux, ou se laissera-t-elle envoûter par le charme de New York et de cet homme qui lui fait ressentir des sensations jusqu’alors inconnues ? »

 

Voici le résumé du tome 2 :

« Après avoir quitté Tristan et fait le deuil de son fils, Charline emménage à New York avec son bel apollon, Matthew, dont elle est follement amoureuse. Le mois d’août est paradisiaque. L’amour et la passion sont au rendez-vous à toute heure du jour… et de la nuit. Charmée par sa nouvelle vie, Charline est au comble du bonheur lorsque Matthew la demande en mariage. Tout est parfait pour les nouveaux amoureux… jusqu’à ce que Tristan débarque dans la Grosse Pomme avec la ferme intention de reconquérir son ex.

Au même moment, Ian, le frère de Matthew, arrive en ville pour une semaine. Séduisant et espiègle, il s’immisce dans l’intimité des fiancés et semble se méfier de Charline, dont il s’amuse à tester les limites. Déçue de déplaire à son beau-frère, elle essaie tant bien que mal de le convaincre de la sincérité de ses sentiments pour son homme.

Au-delà de l’attirance et de l’amour, Charline découvre que côtoyer Matthew au quotidien lui apporte son lot de bonheur, de joies et de surprises, mais aussi de tristesse et d’inquiétudes. Saura-t-elle faire face à cette nouvelle réalité? La passion qu’elle connaît dans les bras de Matthew résistera-t-elle aux aléas de la vie? »

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Il est possible de se procurer mes romans au Québec dans les librairies ou en format numérique (avec des scènes supplémentaires) sur Internet. Dès le 11 mars prochain, la maison d’édition L’Archipel publiera le tome 1, Baiser à Manhattan, en France et le tome 2 sortira à l’automne. J’ai hâte !!!!

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Dès la sortie des deux romans, j’ai été au palmarès des ventes numériques pendant plusieurs semaines, au Québec et en France.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Mettre beaucoup d’émotions dans mes récits. Prendre le temps d’exploiter chaque scène au maximum. Varier l’intensité et le suspense.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 J’adore lire des romans d’anticipation, comme la série Gone, de Michael Grant. J’aime aussi les récits qui mélangent le fantastique et le réalisme. Les romans jeunesse avec de l’aventure et, évidemment, les romans érotiques, mais avec une bonne dose de fantastique, tels que les récit de J.R. Ward. Mon rêve serait de la rencontrer !

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Dès que j’ai du temps pour moi, j’écris (si je suis en forme et si je n’ai pas d’autres préoccupations en tête). Surtout le matin ou l’après-midi. Écrire le soir est extrêmement difficile, car je suis un fille du matin.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon imagination dans mes rêves et dans ma tête. Ça vient tout seul ! Je suis même carrément obsédée par certaines de mes histoires, dont Baiser à Manhattan que j’ai écrit en quatre mois, à temps partiel. Parfois, mes histoires se battent dans ma tête pour obtenir la priorité d’être couchées sur papier. LOL

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je fais un plan très général, que je modifie au fur et à mesure, selon ce que j’écris et, parfois, selon mes recherches. Mes personnages sont tous fictifs, mais je m’inspire des gens qui m’entourent.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Écrire souvent, à petite dose. S’imposer une discipline. Ne divulguer pas votre récit aux autres. Ne pas se décourager et se donner plusieurs mois pour rédiger son premier roman. Bien le réviser et le corriger (plusieurs semaines nécessaires). Exploiter une scène à fond, mettre des émotions. Écrire quelque chose d’original qui vous passionne. Croire en soi.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Stephen King, Anne Rice, J.R. Ward, Sylvia Day, E.L. James, Michael Grant, Douglas Kennedy, Edith Kabuya, Mélanie Fortin, etc.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Rédemption, les maudits, d’Edith Kabuya. Le tome 3 de sa série fantastique incroyable, chez Les Éditions de Mortagne.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis présentement en train de rédiger mon troisième roman pour adultes (à paraître au Québec à l’automne 2015) et je devrai réviser mon troisième roman jeunesse dans la collection Tabou, aux Éditions de Mortagne.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Automne 2015 pour mon troisième roman pour adultes, au Québec. En France, Baiser à Manhattan sortira le 11 mars 2015. Aimer à Manhattan à l’automne 2015.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Il est possible de me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/kimmessierauteure

Sur mon site WordPress : http://www.messierkim.com

————-

Le 15 décembre 2014.

Kim Messier

.

1504000_10203041915746495_1256867130_n

.

Je remercie sincèrement Kim Messier  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 16 décembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Publié par Un commentaire

JL à l’écoute de … Colline HOARAU

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Colline HOARAU

.

Colline

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Colline HOARAU.

J’ai un parcours très varié. J’ai toujours eu une vie professionnelle riche, passant de l’informatique à la formation, du management, souvent dans des associations. J’aime l’aspect social. J’ai dirigé des structures associatives souvent engagées. J’ai fait un passage également en tant que chef de cabinet.

J’ai toujours écrit, du plus loin que je me souvienne. Les mots venaient, parfois pour soulager mes peines, parfois, pour rire, et d’autres pour partager.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai toujours eu une activité professionnelle. Je changeais de profession tous les 3 – 4 ans pour découvrir autre chose, des métiers et des univers différents, en fonction des déménagements et des opportunités.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’adore aller au concert, à des expositions de peinture, voir des films.

La seule chose que je sais faire avec mes mains, c’est écrire.

J’ai toujours beaucoup lu.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’aime rencontrer des lecteurs, avant, après pour partager.

Je suis frappée de voir qu’ils ont retenu des détails et qu’ils ont tous des visions différentes du même livre.

Je participe au moins une fois par mois à des salons du livre. C’est le meilleur moyen de rencontrer de vrais lecteurs.

Je peux également avoir des échanges sur les réseaux sociaux.

Chaque lecteur trouve une carte de visite dans le livre que je dédicace et peut ainsi m’écrire.

Je découvre parfois des avis sur des sites de critiques et c’est un joli cadeau.

Je suis heureuse d’être lue parfois par des personnes qui lisent peu.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, j’ai déjà participé à des rencontres dans les médiathèques. Je pense qu’il est parfois difficile de parler de ses écrits. J’ai rencontré des écrivains brillants qui avaient du mal à s’exprimer en public, car ce n’est pas le même art.

Parfois, parler de son livre aide le lecteur à comprendre certaines orientations de l’écrivain.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis que je suis toute petite. Malheureusement, j’ai perdu mes cahiers d’adolescence.

J’ai souvent écrit des histoires longues ou des poésies, n’aimant pas la forme des nouvelles.

Sur le plan professionnel, j’ai également souvent produit des écrits.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« L’adieu à Lila » est le premier roman qui a été publié même si j’ai dans les cartons quelques autres écrits presque prêts.

C’est un roman qui se passe à l’île de la Réunion et qui évoque, lors d’un enterrement, des portraits et des lieux des années 70. Il est empreint d’émotions et ne laisse pas le lecteur indifférent. Je pense que dans l’écriture, on doit susciter de l’émoi.

J’avais voulu « figer » des éléments de décor de mon île.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Chez mon éditeur, Dédicaces, un éditeur canadien, qui a une vitrine importante sur Internet, qui le diffuse en direct et sur des sites connus comme Amazon, Scribd, … sous forme papier ou numérique.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je pense qu’il est toujours préférable d’avoir un éditeur. C’est, souvent rassurant pour le lecteur quie stime que c’est un gage de qualité. Mais sans doute pas n’importe quel éditeur.

Il est important aujourd’hui d’avoir une offre large, numérique, qui ne pourra que se développer et papier également.

Je suis très positive quant à l’impression à la demande. C’est un système écologique et qui présente l’avantage d’une grande souplesse.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Lorsque j’avais envoyé mon premier manuscrit, même lorsqu’il était refusé, j’ai reçu des encouragements.

Le conseil que je retiens, c’est celui de continuer et de croire en ce que l’on fait.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’aime lire des romans, souvent policiers.

Selon ma disponibilité d’esprit et le temps, je peux lire essais ou poésies. Je préfère les romans.

Pour l’écriture, j’ai envie de créer d’autres livres, dans d’autres domaines. Je suis en pleine réflexion à ce sujet.

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

Il me suffit d’ouvrir mon petit ordinateur et les mots viennent sous mes doigts.

Je pense souvent à des mots, des phrases, des constructions, en conduisant, cuisinant, que je garde dans un coin de mon esprit et que j’écris ensuite.

Je n’écris que sur ordinateur en utilisant parfois des notes sur mes nombreux carnets.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon inspiration dans le regard, l’observation des autres. J’essaie toujours de ne pas voir comme les autres, d’interpréter, de me dire : et si je me mettais à la place de …

Dans L’Adieu à Lila, pour certains détails, je me suis inspirée de ce que l’on m’avait raconté, avec un positionnement extérieur pour rester en retrait de ses personnages.

J’imagine beaucoup et je retiens souvent des anecdotes que j’aime réutiliser, échos incroyables ou drôles ou cyniques de la vie.

Je n’ai pas eu de commande d’ouvrages pour l’instant.

Certains lecteurs m’ont demandé la suite de L’adieu à Lila, que je n’avais pas a priori prévue …

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Ce sont des mélanges. Parfois, des souvenirs qui reviennent de faits et de personnes qui m’ont marquée.

J’écris d’abord rapidement, spontanément et le plan se construit petit à petit. Je remodèle le livre. A la fin, je relis, corrige, fais les liaisons entre les chapitres.

L’idée est souvent de mixer imaginaire et réel et de donner aux protagonistes la puissance du réel à force de détails.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Il faut, je pense, travailler, écrire, lire, faire lire, écouter, revenir sur ses textes.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Comme auteurs contemporains, j’apprécie Paul Auster, Olivier Adam, Douglas Kennedy.

Quand j’aime un auteur, j’essaie de lire tous ses livres.

Je garde des souvenirs extraordinaires de mes lectures de jeunesse, classiques : Victor Hugo, Baudelaire, Verlaine, mais aussi, Montesquieu, Balzac, Zola, …

Récemment,  j’ai adoré Confiteor de Jaume Cabre.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Le dernier livre d’Olivier Adam, Peine perdue.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, bien sûr, j’ai plusieurs projets en cours. Je ne sais pas encore lequel je vais privilégier.

J’espère pouvoir dans les prochaines année, faire éditer un ouvrage tous les ans ou les deux ans. Les idées ne manquent pas.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Deux prochains salons de Bretagne :

La 15ème édition du LENNVOR le dimanche 30 novembre au Relecq-Kerhuon

et le 7 décembre à Elven le Salon du Roman Populaire.

Une collaboration Médiathèque municipale et Centre Socio-Culturel d’Elven.
Le plus grand événement sera le salon de l’Ile-de-France à Mennecy en février.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : https://adieulila.wordpress.com/

Sur Twitter : L’adieuLila@LAdieualila

Sur Facebook : Colline HOARAU

————-

Le  31 octobre 2014

Colline HOARAU

.

Colline

.

adieu-Lila_Front

.

Je remercie sincèrement Colline HOARAU  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 07 novembre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Pierre BASSOLI

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Pierre BASSOLI 

.

Pierre2

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Pierre BASSOLI                                            Voir ci-dessous

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai travaillé dans l’humanitaire (CICR) et j’étais musicien amateur (piano, synthétiseurs) dans différents groupes de jazz, jazz fusion et soul music.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

A une certaine époque j’ai peint (mais je n’ai plus le temps) et je pratique toujours le théâtre radiophonique (écriture de pièces, un peu de jeu et surtout enregistrement et montage sonore) Voir site internet du Théâtre de l’Oreille http://www.theatroreille.ch.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je fais principalement de la vente directe car, habitant la Suisse et ayant la majorité de mes lecteurs dans ce pays, ceux-ci sont méfiants vis-à-vis des payements par internet (Paypal et autres) et préfèrent m’acheter les livres directement. Quant aux médias, ils ne s’intéressent pas aux auteurs locaux et préfèrent parler des grosses machines de l’édition qui tirent à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Pas très souvent. J’en ai fait deux ou trois depuis que je suis publié.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Plus de 20 ans. J’écris des polars avec un personnage récurrent, le détective privé Arthur Nicot. Livres publiés : « Les Fils d’Omphale » – « Starnapping » – L’Inconnu de St-Joseph » et hors série Nicot : « Au Rendez-Vous du Hasard » (Prix Scriborom 2012). Mais depuis le temps que j’écris, j’en ai encore une bonne vingtaine en réserve. A paraître en principe en février 2015, deux histoires en un seul volume, les Arthur Nicot 4 et 5 : « Complice involontaire » et « L’Enlèvement au Bercail ».

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Le dernier écrit est l’Arthur Nicot N° 28 intitulé « Le Gang des Gorgones »

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Hélas pas en librairie… Uniquement à commander au Masque d’Or ou directement chez moi.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je suppose qu’à compte d’éditeur, c’est ce que nous vivons au travers des éditions du Masque d’Or. Dommage que nous ne soyons pas distribués… A compte d’auteur : inintéressant. A compte participatif, je ne connais pas. Quant aux e-book, pourquoi pas, mais rien ne vaut un bon vieux bouquin de papier que l’on a en mains.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

 

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Romans (principalement des polars) et des nouvelles

  

12/ Comment écrivez-vous ? 

A l’ordinateur.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je pars sur une idée de base ou je m’inspire d’un fait divers et je brode dessus. J’ai eu une commande pour un livre collectif ayant comme thème les sept péchés capitaux. Le livre n’est pas sorti mais la nouvelle est publiée en ce moment dans le Scribe Masqué sous forme de feuilleton.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je ne fais pas de plan. Je pars sur une idée, quelque fois simplement un titre, et je me laisse emporter par mes personnages et mon imagination. Mes personnages sont bien sûr imaginaires, mais comme cela arrive à chacun de nous, ils sont souvent inspirés par des personnes que nous connaissons.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de conseils à donner, si ce n’est : laissez-vous emmener par votre imagination et par votre histoire. Cela pourra parfois vous conduire dans des endroits que vous n’imaginiez pas en commençant votre récit, à votre grand étonnement.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

C’est très vaste. Cela va de Dumas à Zola, en passant par Stéfan Zweig, Douglas Kennedy, San Antonio et Léo Malet et bien d’autres encore…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

« La Vérité sur l’Affaire Harry Québert » d’un auteur genevois comme moi qui s’appelle Joël Dicker et qui était sur les rangs pour le Goncourt il y a un ou deux ans.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je suis actuellement sur une saga mettant en scène trois familles à la campagne, sur une période allant de la fin du 19e siècle aux années 2000 avec en fond une légende fantastique tirée des Contes des Mille et une Nuits.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Une séance de dédicace dans une librairie à Genève, le 29 octobre.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Nulle part, hélas ! (Voir plus haut question 4 et ma réponse concernant les médias)

 

————-

 

Le  8 octobre 2014

Pierre BASSOLI

.

Au rendez-vous-du-hasard.

 

.

 

.

Je remercie sincèrement Pierre BASSOLI  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 15 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.