Publié par Laisser un commentaire

La mort en berne, Denis Emorine

LA MORT EN BERNE

Denis Emorine

Cinq Sens Editions

.

 

Denis Emorine

m’informe de la sortie de son dernier livre

https://catalogue.5senseditions.ch/fr/fiction/93-la-mort-en-berne.html

.

.

Voici son dossier de presse :

Dossier de presse – La mort en berne

.

Denis Emorine avait eu la gentillesse de participer 

à ma chronique JL à l’écoute de …

https://librebonimenteur.net/2015/06/24/jl-a-lecoute-de-denis-emorine/

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 26 juillet 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Un commentaire

JL à l’écoute de … Marilyne Bertoncini

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marilyne Bertoncini

.auteur marilyne bertoncini

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Marilyne Bertoncini est mon nom – celui que je veux porter. Je suis née dans les Flandres, j’ai longtemps vécu aussi en Italie, avant de m’installer à Nice, sur une frontière – symbole poreux pour moi des échanges nécessaires entre les cultures. J’ai fait des études de lettres, et après une thèse de doctorat (consacrée à l’image dans l’œuvre de Jean Giono), désireuse de m’ouvrir à d’autres univers, j’ai suivi un DEA de philosophie des sciences et des techniques.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai enseigné le Français à plusieurs générations de collégiens tout en m’intéressant – à travers l’activité de mon mari – à l’art et aux antiquités – je traduis des poèmes et je pratique une activité de revuiste et de critique.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

J’aime pour ma part photographier le monde qui m’entoure – et répondant à votre question, je me rends compte que j’en gomme souvent la présence humaine – j’aime photographier la nature ou le monde urbain et les marques du temps qu’il porte. (Je suis très sensible à ce que l’écrivain japonais Tanizaki décrit dans « L’éloge de l’ombre »)

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’ai besoin de savoir que j’ai suscité une émotion, fait vibrer une corde dans l’âme d’un lecteur – publiant depuis peu, je n’ai pas vraiment d’autre moyen de me faire connaître que d’utiliser les réseaux sociaux, et la publication dans des revues.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je pense que j’aimerais parler de ce que j’écris ou traduis – mais on ne me l’a pas encore proposé.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai le sentiment d’avoir toujours écrit – depuis l’apprentissage de la lecture et le premier poème lu en classe – mais je n’ai publié que deux recueils personnels à ce jour : Labyrinthe des nuits en 2015 (Recours au Poème éditeurs, livre numérique) et La Dernière Œuvre de Phidias (Encres Vives N. 453, avril 2016) – tout en publiant plusieurs recueils traduits de poètes australiens, new-yorkais et chinois : la traduction est la « parente pauvre » de la littérature, pourtant, c’est une activité d’écriture et de création à part entière – mais pour qu’elle soit réussie, il faut qu’elle paraisse « transparente » – qu’elle disparaisse en somme, qu’on l’oublie, en ayant le sentiment de lire un texte original – c’est un travail de grande humilité et patience, et très ludique aussi – puisqu’il faut respecter de nombreuses contraintes. Cette activité m’est aussi nécessaire que l’écriture de mes propres textes.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Ce dernier livre – un long poème récit – parle de Phidias – le sculpteur de l’antiquité connu entre autres pour les frises du Parthénon : la plupart de ses œuvres ont disparu, et la fin de sa vie reste un mystère – on sait qu’il est exilé d’Athènes, mais on perd sa trace. Je lui ai inventé un disciple, Kallimakes – un enfant qui va être pour moi le « passeur » de la dernière œuvre, sur laquelle Phidias travaille sans fin, pour atteindre l’essentiel – ce que retrouve Kallimakes, c’est une sorte de « sculpture haïku », étonnamment dépouillée de toute fioriture – le testament artistique de son maître, qu’il lui faudra faire fructifier et passer à son tour !

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Chez les éditeurs : http://www.recoursaupoemeediteurs.com/contemporains/labyrinthe-des-nuits

 

Et chez Encre Vives, éditions dirigées par Michel Cosem, https://encresvives.wix.com/michelcosem

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je crois vraiment important qu’il y ait une relation avec un éditeur pour la naissance d’un livre – il est une sorte d’accoucheur nécessaire et le premier regard de lecteur – quant à l’e-book, il est le média auquel j’ai confié mon premier recueil, ainsi que la plupart des traductions que j’ai faites. Je crois qu’il est l’avenir de la lecture – même si son développement est encore lent – et qu’il faille sans doute encore envisager de le doubler de la possibilité d’une publication papier.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Je dois sans doute à Claude Sicard, professeur émérite à la faculté des lettres de Toulouse, un conseil précieux, qui accompagnait sa lecture de Roi-Cerf, que je lui avais montré : il m’avait invitée à ne pas être trop explicite, à maintenir le mystère qui était le cœur de ce que je voulais écrire. Je pense que je suis ce conseil.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je suis tout à fait incapable d’écrire un roman – pour le reste : je pense que le texte choisit lui-même en partie la forme sous laquelle il veut naître – La Dernière Œuvre de Phidias a longtemps hésité avant d’accepter d’être le long poème qu’il est devenu, plutôt qu’un essai sur la création artistique, ou qu’une nouvelle, dont il a gardé la tentation d’un déroulement événementiel.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Vous voulez dire matériellement ? Je prends des notes à la volée (j’ai toujours un carnet avec moi, et maintenant aussi mon portable) quand m’effleure une image ou une idée – que je sois en train de lire, de voir un film, visiter un musée, ou me promener. Ces notes donnent parfois naissance immédiatement à un poème – les mots s’agglutinent sans peine – je ne saurais dire comment ni d’où ils me viennent. Parfois, c’est moi qui les recherche, des notes se font écho, et il me faut les faire résonner comme les silex qui donneront le feu. Pour écrire, j’ai besoin d’un certain rituel, qui se limite désormais à mon ordinateur portable, dans le blanc de l’écran duquel je plonge en oubliant ce qui m’entoure – et d’un casque pour me plonger dans une ambiance sonore qui annule les bruits du monde.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

On m’a commandé des traductions, mais les poèmes que j’ai publiés sont nés de ma fréquentation des œuvres d’art – de l’émotion qu’elles ont provoqué en moi, y faisant naître des traces de mots, des images, des personnages. J’écris parfois à partir des photos que je prends au cours de mes promenades, de mots que je rencontre dans des livres, d’idées qui me viennent à l’écoute des actualités…

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Étrangement, la plupart des poèmes que j’écris parlent de personnages mythiques – appartenant à la culture antique, au monde persan (c’est le cas de Leïla dans Labyrinthe des Nuits), où ce personnage de la littérature classique persane se conjugue au motif du lilas – c’est aussi le cas du Roi-Cerf qui s’inspire en partie de la légende d’Actéon telle que je la réimagine à partir d’une fresque murale de Parmigianino qui se trouve au château de Fontanellato, dans la province de Parme, en Italie. Certains sont parfaitement inventés – comme Aeonde, qui appartient à un autre cycle encore inédit, mais qu’on peut lire sur la revue Recours au Poème : http://www.recoursaupoeme.fr/marilyne-bertoncini/aeonde : déesse de Mélancolie, elle m’est venue dans un rêve, comme une statue de bronze foulant la Terre.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je lis – beaucoup, et de tout – et d’écrire sans cesse – même quand l’inspiration fait défaut : on peut parler d’un livre qu’on a lu, recopier des passages comme des passerelles pour écrire plus loin. Et de ne pas se contenter d’un premier jet – un poème (un texte) se polit à la relecture. Je me dis que – comme Phidias cherchant toujours plus loin la perfection de sa sculpture, on doit écrire en pensant à ce que le texte puisse être lui aussi le plus essentiel possible.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai depuis très longtemps une immense admiration pour Guillaume Apollinaire et une grande tendresse pour Jean Giono, auteur dont l’Œuvre a constitué le sujet de mon doctorat (La Ruse d’Isis, de « la Femme » dans l’Oeuvre de Jean Giono) ; ce sont deux poètes (Giono l’est dans chaque mot qu’il écrit) que je relis sans cesse, par bribes, que je rumine ! Je citerais aussi Nerval, les Romantiques allemands, Aragon, Eugenio Montale, et La Gerusalemme Liberata du Tasse, dont la musicalité m’enchante depuis toujours et que j’aime dire à haute voix. Mais si j’aime tant la poésie, c ‘est qu’une infinité de voix s’y font entendre – il est très difficile de faire des choix – tout dépend tellement de l’humeur d’un moment, d’un écho entre un texte et une pensée, une émotion…

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

En ce moment je lis surtout des revues, les livres des auteurs que je traduis, des recueils que je chronique. J’ai particulièrement aimé ceux que je viens de finir : Bouria, de Denis Emorine – Jets de Poèmes, de Ryiochi Wago, ainsi que le recueil Kvar Lo de Sabine Huynh, sur l’exil et la langue

Je lis peu de romans désormais – et je suis plutôt une relectrice des auteurs que j’aime – je rêve davantage sur des essais, des réflexions philosophiques. Sur ma table de chevet, des volumes de Levinas dont les écrits sur le visage me touchent particulièrement, le recueil d’Angèle Paoli, Les feuillets de la Minotaure (éditions Corlevour), des livres d’art sur la peinture, les arts premiers, et un essai intitulé Une Praxis du cinéma, de Noël Burch (Folio essais) : j’aime aussi beaucoup le cinéma.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui – j’ai en cours un travail que j’intitule provisoirement « Quête d’E (urydice) » – je ne peux avancer que lentement – j’y évoque une perte qui me touche encore de façon très vive.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Des événements me concernant, non – mais j’attends le marché de la poésie, en juin, place st Sulpice, à Paris – j’aime y rencontrer les poètes avec lesquelles j’ai tissé des liens d’amitié au fil des publications ;

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

La revue Recours au Poème, http://www.recoursaupoeme.fr/, dont je suis rédactrice en chef, est un lieu où l’on peut suivre mes dernières parutions avec mon blog, MINOTAUR/A http://minotaura.unblog.fr/, où je publie mes photos, et les textes en cours d’écriture.

 

Je vous remercie beaucoup, cher Jean-Louis Riguet, de m’avoir donné cette possibilité de me présenter et de parler de ce qui m’est le plus cher.

 

Le 27 avril 2016

Marilyne Bertoncini

.

phidias

.

 

sur l’étroite avancée rocheuse

ignorant la guipure d’écume au pied

de la falaise

et le point où la mer à l’horizon

se coupe

il est le centre d’une sphère

où sa pensée

se perd

dans des scintillements d’azur cuisant

comme le cri des sternes

 

Phidias ! Phidias !

 

L’enfant marche comme l’on danse

dans la poussière du chemin

que soulève

son talon

 

D’où vient-il ?

 

Il naquit de sa fraîche voix d’enfant

et du son de la flûte

aulos à deux tons ou sifflet de roseau

dont s’élève le soir

ainsi que du figuier l’odeur de sucre cuit

le chant qui donne aux étoiles

leur voix.

 

Je sais qu’iI aime l’atelier

où blanches et longues comme des doigts

les écailles et les épaufrures couvrent les jarres

les pots de pigments

les pains de cire vierge et les huiles

et

l’odeur des résines ainsi que

lisse et fraîche

la peau de l’aubier clair sous la rugueuse écorce

dont se lisent les veines

capricieux dessins de fleuves pétrifiés

 

oracles que les dieux cachent dans la nature

.

traduction (2)Labyrinthe

 

 

 

 

 

 

.

traduction

.

 

 

 

 

traduction (1)

.

Je remercie sincèrement Marilyne Bertoncini d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 30 avril 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Denis EMORINE

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Denis EMORINE

.HPIM4153

.

 1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Denis EMORINE. J’ai fait des études de Lettres à la Sorbonne. J’ai toujours été passionné par la littérature.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai été dans l’enseignement.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

La lecture et l’écriture ont toujours été mes passions. Le théâtre également;  d’ailleurs, j’en écris.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

« Admirateurs » est certainement un mot excessif. J’exige peut-être beaucoup de mes lecteurs en leur demandant d’explorer mes textes en profondeur sans être guidés. Il m’arrive de faire des lectures publiques, des conférences sur mes écrits ou sur la littérature.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui, les trois. En 2014, j’ai donné deux conférences à l’université ELTE de Budapest : l’une sur ma poésie et l’autre sur la poésie francophone. J’ai rencontré des lecteurs en France, en Allemagne, en Grèce, en Hongrie,  et aux Etats-Unis, fait des lectures en français et en anglais dans des librairies, des lycées, des universités…

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis l’âge de sept ans. J’écris essentiellement de la poésie, des nouvelles, du théâtre et des essais.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Il s’agit d’un recueil de poèmes : Bouria, des mots dans la tourmente  paru en 2014 aux éditions du Cygne.  J’ai voulu rendre hommage aux artistes soviétiques et aux anonymes réprimés, déportés voire massacrés par Staline. On y retrouve des poètes comme Anna Akhmatova, Marina Tsvetaïeva, Boris Pasternak et Alexandre Karvovski, des cinéastes tels Andreï Tarkovski sans oublier tous ces inconnus persécutés et déportés  par le régime stalinien, ceux que j’appelle les suppliciés ou les prisonniers.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Dans toutes les bonnes librairies selon l’expression consacrée mais certains sont épuisés.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

En tant qu’auteur, je m’oppose résolument aux publications à compte d’auteur ou même à compte participatif. Beaucoup d’éditeurs proposent une version de leurs livres sur papier et le e-book correspondant, ce qui est une bonne alternative, l’un se nourrissant de l’autre et réciproquement.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Votre question m’embarrasse. Peut-être cet aphorisme de Nietzsche : « Il faut quitter la vie comme Ulysse quitta Nausicaa, avec plus de reconnaissance que d’amour » (je cite de mémoire). Le moment venu, on verra bien…

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Jusqu’à présent, je n’ai pas écrit de roman : j’ai essayé, ce fut un échec. Je n’ai pas écrit de biographie non plus. Je rêve parfois de la commande d’un éditeur –mécène qui m’offrirait un séjour en Italie pour écrire la biographie d’un peintre, par exemple ; je prendrais mon temps en visitant ce pays aimé. Je n’ai pas de préférence dans l’écriture même si le théâtre me permet d’écouter  mes pièces, mêlé aux spectateurs : c’est une sensation indescriptible. La première fois, c’était en 1992 ; il s’agissait de  La Visite. J’étais dans l’état d’esprit d’un schizophrène : j’avais l’impression de voir la pièce d’un homme qui était à la fois moi, Denis Emorine, et un inconnu qui portait mon nom. C’était une forme de dédoublement difficile à décrire. Les mots que j’entendais, portés par les comédiens, ne m’appartenaient plus vraiment. J’ai ressenti une sensation curieuse, une sorte de malaise et de griserie en même temps. Pour la lecture, j’aime  tout sans restriction, pourvu qu’il s’agisse d’un écrivain que j’apprécie.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question. J’écris sous l’effet de l’inspiration (le mot est impropre mais lequel lui substituer ?) J’ai l’impression de rédiger fébrilement sous l’effet d’une voix intérieure qui me dicte ce que je dois écrire : poème, nouvelle ou pièce de théâtre : parfois cette « dictée » dure plusieurs heures, il faut que j’écrive immédiatement sinon tout est perdu. Après, je suis littéralement épuisé. Je laisse « reposer » sans y toucher pendant plusieurs semaines puis je corrige le texte avec rigueur et même sévérité ; le correcteur a un regard différent de l’écrivain. C’est une forme de dédoublement indispensable.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’inspiration ? Je crois avoir répondu à cette interrogation à la question 12

Des commandes d’ouvrages ? Oui par exemple, en 1993, j’ai participé à Qu’est-ce que la littérature érotique ? Soixante écrivains répondent, ouvrage collectif (Editions Zulma / La Maison des Ecrivains)  1993. Il m’arrive également de donner des poèmes ou des nouvelles pour des anthologies en France et à l’étranger. Quelquefois, ce sont des textes collectifs sur un thème précis, « engagé » comme Haïti ou les migrants.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes thèmes de prédilection sont la recherche de l’identité, le thème du double et la fuite du temps. Je suis également fasciné par l’Europe de l’Est. Dans mon théâtre et mes nouvelles, on trouve l’incompréhension entre les êtres humains supposés utiliser la même langue, un vocabulaire identique pour se comprendre. Tout peut arriver lorsque les choses se passent autrement que vous le prévoyez : les sentiments s’exacerbent, la violence surgit, tous les conflits deviennent possibles parce que certaines personnalités écrasent celle des autres pour survivre. C’est le sujet de deux de mes pièces Sur le quai et Après la bataille.

A partir du moment où ils sont couchés  sur le papier mes personnages existent dans la réalité, du moins à mes yeux. Je pense notamment au personnage de Laure Dujardin dans ma pièce Sur le quai. D’autres sont inspirés par des rencontres : Dans Ce soir vers 21 heures, le narrateur, un écrivain, fait la connaissance d’une jeune fille à un congrès de poésie en Roumanie. C’est une nouvelle autobiographique, j’ai rencontré Marika. J’ai écrit ce texte sous l’effet d’une émotion. Certains de mes poèmes sont dédiés à des artistes : Theo Angelopoulos, Paul Celan, Tatiana Samoïlova…par-delà la mort comme dans Bouria.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Aucun, je crois.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Il y en a tellement ! J’ai du mal à faire un choix ! Camus, René Char, Pierre Reverdy, Kafka, tous les classiques russes…et beaucoup d’autres !

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Un roman de Michel Zevaco Les amants de  Venise.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je relis un manuscrit de poèmes Psaumes du mensonge, poèmes à lire avant la guerre. Je pense qu’il est achevé dans tous les sens du terme. Je suis en quête d’un éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Pas précisément, des projets encore vagues de voyages  sinon un choix de nouvelles aux Etats-Unis aux éditions Cervena Barva Press http://www.cervenabarvapress.com/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site http://denis.emorine.free.fr (français/anglais/russe)

————-

Le .22/06/15

Denis EMORINE

.

cover high

 

.

DSCN3312

 

.

Denis EMORINE

 

Trois poèmes à Carmen

(Extraits de

Psaumes du mensonge (inédit) )

 

 

1

Carmen

Je voudrais retrouver la forme de tes bras

T’accompagner aux frontières de la mort

L’amour n’a plus d’odeur

Et la bouche est close

Je me sens si vieux Carmen

Alors que c’est toi qui es partie

Mais je ne t’en veux pas

D’avoir fermé la porte à double tour en sortant

 

Parfois je hais la métaphore

De mentir ainsi à ceux qui s’aiment

 

—————

2

Le monde ne fait plus le tour de ta maison

L’amour n’a plus de mots pour te  célébrer

J’existe à peine au moment de partir loin de toi

J’hésite à vivre

Je n’ose plus poser la main sur le papier trompeur

Lorsque j’ouvre la porte c’est pour constater que

L’obscurité durcit contre moi

La vérité est celle de la tombe

La terre n’a plus d’odeur même après la pluie

Le vent s’engouffre dans les jours défunts

Dans nos gestes déserts

Je voudrais m’arrêter quelque part

Pour te parler enfin

Pour enfoncer mes mains dans la boue

Et en recouvrir mon  visage

Parce que je ne sais plus aimer

 

———

3

Laisse-moi prendre ta main une dernière fois

Je sens déjà le froid m’envahir

Et la grimace de la mort

Figer mes pensées

J’essaierai je le jure

J’essaierai

De croire en ton Dieu

S’il te laisse une dernière fois

Prendre dans tes bras

Le petit garçon égaré

Pourquoi tournes-tu la tête

Au lieu de me sourire ?

Où t’enfuis-tu sans me regarder ?

J’ai peur d’oublier ton nom

Il pleut déjà

Sur les mots d’amour que  n’ai pas osé

Te murmurer Carmen

.

couverture éter

.

Je remercie sincèrement Denis EMORINE d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 24 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.