JL à l’écoute de … Angélique Pereira

 

 

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Angélique Pereira

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Jeune créatrice de 26 ans d’articles personnalisables. Je me nomme Angélique Pereira ayant donné le nom de  »Angel créations » à mon œuvre.

 

2/ Que faisiez-vous avant (ou parallèlement à) la pratique de votre art ?

Je suis actuellement animatrice dans les centres de loisirs.

 

3/ Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Joker.

 

4/ Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’ai une page Facebook  »Angel créations » et une page Instagram  »Angel_creations77 » qui m’aident à me faire connaître. Je suis souvent présente sur des marchés de créations ce qui me permet d’aller à la rencontre de ma clientèle et ainsi de faire découvrir mes créations.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des dédicaces, des expositions ou des conférences sur vos œuvres ?

Je ne signe pas mais je fais en sorte d’ajouter ma petite touche personnelle qui fait la différence et qui permet de me reconnaître parmi d’autres créations.

 

6/ Depuis quand pratiquez-vous ? Qu’avez-vous déjà réalisé ? Écrit ?

Je pratique depuis juin 2017.

Je réalise toutes sortes d’objets personnalisables tels que des porte-clés, des colliers d’aromathérapie, des bolas de grossesse, des portes badges, des décapsuleurs, des cartes à gratter, des chapelets et des affiches naissances.

Tous ces articles sont personnalisables à la demande.

 

7/ Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Je réalise tous les jours toutes sortes de créations.

La dernière est un chapelet personnalisable pour une communion, une cliente ayant voulu y inscrire le prénom de l’enfant ainsi que la date de communion.

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ? Vous entendre ? Vous voir ?

Il est possible de voir mes œuvres sur Facebook et Instagram, il est possible d’y passer commande. Je suis présente sur de nombreux marchés, foires, fêtes, salons. Ces événements sont mentionnés sur les réseaux sociaux sur les pages pour pouvoir m’y retrouver.

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Chaque parcours est différent je n’ai donc pas UNE école à conseiller.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reç?

Ne jamais laisser personne détruire nos rêves, toujours aller jusqu’au bout, ne jamais rien lâcher !

La persévérance est la clé de la réussite.

 

11/ Que préférez-vous faire comme style d’œuvre ou d’activité ?

La création artisanale, c’est ce que je préfère, les machines ont tellement pris le dessus que peu d’artisans réalisent de leur propre main, cela devient rare.

Chaque article est donc différent, unique car il n’a pas été fait à la chaîne, c’est ce que je défends à travers mes créations.

 

12/ Comment travaillez-vous ? Préférez-vous travailler seul (e) ou en groupe ?

Dans l’animation je travaille plutôt en équipe mais pour mes créations je préfère travailler seule pour l’instant.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Les épreuves de la vie nous montrent que la vie est belle et qu’il faut la vivre à fond, que nous ne savons pas de quoi demain est fait, qu’il faut l’apprécier telle qu’elle vient.

Je m’inspire donc de la confiance et de la satisfaction de chaque jour de mes clients, ce qui me pousse chaque jour à donner d’avantage.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre à réaliser ? Qu’aimeriez-vous que l’on vous demande de réaliser ?

Chaque réalisation est unique, aucun modèle ne se ressemble. Je fais toujours en sorte que la création ressemble le plus à ce que la cliente veut représenter à travers cette création, il faut pouvoir décrypter la personnalité du client à travers cette réalisation.

Je souhaiterais proposer mes créations à exposer dans des boutiques souvenirs.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre ou de vos arts ?

Je les remercie de me suivre et de continuer à partager mes créations. Je suis très reconnaissante d’être suivie et sollicitée par de nombreux clients voulant acheter mes créations.

 

16/ Quels sont vos auteurs ou compositeurs préférés ? Vos artistes préférés ?

Pas d’artiste préféré en particulier.

 

17/ Quelle est la dernière activité artistique que vous ayez vécue ? Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi l’avoir choisie ?

Des cartes à gratter pour annoncer une grossesse à l’entourage d’une cliente. Qui n’en a pas fait partager des vidéos très émouvantes ?

C’est pour ce genre de réaction que je continue mes créations avec passion. Pouvoir partage l’émotion d’une famille apprenant une très bonne nouvelle. C’est un honneur. C’est une énorme confiance que les clients me donnent pour ce genre de créations. C’est un moyen de garder un souvenir de ce moment dont je fais en sorte qu’il soit mémorable.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je cherche toujours de nouvelles idées de créations, pour élargir ma clientèle.

Mon prochain projet sera des créations visant l’aromathérapie.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le dimanche 13 mai au marché du terroir à Chenoise

Le 21 mai au parc animalier HIHAN à Roissy en brie

Les 25 au 26 mai au marché des créateurs à Boulogne Billancourt

Le 8 juin au marché nocturne à Fontenay Trésigny

Les 9 au 10 juin au parc des félins à Lumigny

Les 25 au 26 août au parc des félins à Lumigny

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Toutes mes actualités sont disponibles sur :

Ma page Facebook : Angel créations

Ma page Instagram : Angel_creations77

 

Pour plus d’infos il est possible de m’envoyer un mail :

angel.creations.77340@gmail.com

————-

Le 11 mai 2018

Pereira Angélique

.

.

.

Je remercie sincèrement Angélique Pereira d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

© Jean-Louis RIGUET 14 mai 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Un fil à la patte, une création au CADO Orléans

UN FIL A LA PATTE

de Georges Feydeau

 

Mise en Scène et Décors de Christophe LIDON

.

Avec Sarah Biasini, Stéphane Cottin,

Catherine Jacob, Yvan Le Bolloc’h, Bernard Malaka,

Dominique Pinon, Adèle Bernier, Cédric Colas

.

.

 Voici comment Christophe LIDON présente cette pièce :

Pendant les années jazz, zazou, twist, bref depuis toujours, des Lucette Gautier ont enflammé les scènes parisiennes de leur folie et de leur charme, entraînant derrière elles tout un aréopage de créatures de la nuit ou du jour, de Paris ou d’ailleurs. Mais lorsqu’entre Lucette et son amant Fernand de Bois d’Enghien, vient le temps d’officialiser les choses, l’ambiance vire à l’orage. Comment se débarrasser d’une maîtresse lorsqu’on prévoit de se marier le jour même avec une riche héritière? Les portes claquent et les gifles volent. De crise de nerf en crise de foie, de moment tendre en folie passagère, c’est tout un Paris de la scène et du rire qui va sous vos yeux brûler de mille éclats. Trois coups de feu et place au théâtre, qui est bien plus joyeux que la vie!
Monter Un fil à la patte aujourd’hui, c’est aller rechercher derrière les codes du théâtre de Feydeau la vérité jaillissante de ces situations extrêmes, à travers le jeu d’une équipe de brillants acteurs dont l’univers ancré dans le monde d’aujourd’hui garantit une redécouverte de la narration: sous les yeux de l’inénarrable baronne Catherine Jacob, Sarah Biasini incarnera une Lucette Gautier pleine de naturel, de vivacité et de charme, face à Yvan Le Bolloc’h qui endossera les habits du séducteur Bois d’Enghien, fort malmené et vite dépassé par les évènements. Dominique Pinon prêtera son talent à l’étrange et désarmant Bouzin, victime éternelle. Pour compléter le tableau, le furieux général Irrigua, amoureux de Lucette et prêt à tout pour conquérir la belle, prendra les traits de Bernard Malaka et Viviane, la future mariée qui trouve son fiancé bien trop sage et rêverait d’un séducteur très expérimenté, ceux de… (distribution en cours).
Notre démarche apportera à cette histoire le glamour et la sensualité du Paris des années 50, fait de music-hall, de cabarets et de joie de vivre débridée, synonyme dans le monde entier d’une capitale du spectacle et de la nuit à son apogée. Dans un décor qui jouera de l’esthétique de cette époque et bénéficiera de l’intervention poétique d’images de cinéma, les costumes «new look» façon Christian Dior apporteront à l’ensemble le faste d’un Paris capitale de la mode et du divertissement. Le jazz bondissant de la bande-son donnera à tous le tempo effréné sans lequel le Fil à la patte n’est pas du «pur» Feydeau.

Christophe Lidon

.

Les interprètes avec le lien pour mieux les connaître dans l’ordre alphabétique :

Adèle BERNIER qui joue Marceline, Nini, Viviane

http://www.artmedia.fr/fiche.cfm/390044-adele-bernier.html

Sarah BIASINI  qui joue Lucette Gautier

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sarah_Biasini

Patrick CHAYRIGUES qui joue Ignace de Fontanet, Maître Lantery

http://www.agencebernardborie.com/fr/artiste/18

Cédric Colas qui joue Firmin, Emile, Jean

http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/404997-cedric-colas.html

Stéphane Cottin qui joue De Cheneviette, Miss Betting  

http://www.artmedia.fr/fiche.cfm/303221-stephane-cottin.html

Catherine Jacob qui joue La Baronne Duverger

https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Jacob

Yvan Le Bolloc’h qui joue Fernand de Bois-d’Enghien

https://fr.wikipedia.org/wiki/Yvan_Le_Bolloc’h

Bernard MALAKA qui joue Le Général Irrigua

http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/198159-bernard-malaka.html

Dominique PINON qui joue Bouzin

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Pinon

 

.

Voici que Julie Poulet-Sevestre en dit le 04 mars 2017 dans la République du Centre :

http://www.larep.fr/orleans/loisirs/art-litterature/2017/03/04/christophe-lidon-met-en-scene-un-fil-a-la-patte-de-feydeau_12307424.html

« C’est une fête de monter Feydeau, comme un petit grain de poivre excitant », confie Christophe Lidon qui présente, à partir de ce soir au CADO-Théâtre d’Orléans, sa nouvelle mise en scène.
Comment se débarrasser d’une maîtresse lorsqu’on prévoit de se marier le jour même avec une riche héritière ? S’entourant d’une troupe de comédiens fidèles (Sarah Biasini, Catherine Jacob, Dominique Pinon, Bernard Malaka…) et d’Yvan Le Bolloc’h, Christophe Lidon crée, à partir d’aujourd’hui au Théâtre, « Un Fil à la patte ».

Pour votre nouvelle création, vous avez choisi de monter une pièce de Feydeau, un auteur que vous n’aviez encore jamais mis en scène. Pourquoi ? Je crois que Feydeau me faisait peur. Peut-être parce que cette mécanique qui fait passer les rires avant le fond ne correspondait pas à mon théâtre, plutôt un théâtre d’émotion. En même temps, il y a quelque chose de formidable avec Feydeau, c’est le travail du corps. Et pour moi qui ai travaillé pour l’opéra, le cirque… le corps de l’acteur comme source d’inspiration, ça me tentait.

Pourquoi « Un Fil à la patte » ? C’est la majeure ! La référence chez Feydeau. J’avais le souvenir de la mise en scène de Charon à la Comédie Française mais j’étais certain que cette pièce avait quelque chose de plus débridée et d’inattendue. Et puis j’aime bien l’idée que ça parle du monde du spectacle…

Quelle est l’histoire en quelques mots ? Elle est toute simple. C’est une histoire de passion entre Lucette Gautier, meneuse de revue à la mode, et Fernand Bois d’Enghien. Celui-ci, arrivant en « fin de fraîcheur », a besoin d’épouser une jeune héritière. Un projet qu’il va cacher à sa maîtresse jusqu’au jour même des fiançailles. Mais quand Lucette l’apprend, elle va passer un temps fou à lui pourrir la vie. Et sa vengeance sera à la hauteur du secret. Bois d’Enghien a vraiment mis beaucoup de temps à lui dire… C’est très lâche… Mais pour moi, tout ça est fait par amour.

Pourquoi avoir choisi de transposer la pièce dans les années 40 ? En 1946, très précisément, année de l’avènement du new-look de Dior, de l’arrivée du jazz. C’est le moment où le divertissement a traversé l’Atlantique. J’aimais cette idée que Lucette puisse faire une deuxième partie de carrière à New York. Et j’avais alors l’avantage de pouvoir imbiber le spectacle de jazz.

Pour cette pièce, vous avez réuni autour de vous une troupe d’acteurs fidèles.Tout à fait. J’ai arrêté de faire pleurer Sarah (Biasini) pour l’emmener dans un autre univers où est elle est très convaincante. Elle est fraîche, solaire, « pétulante ». C’est chouette de la voir en meneuse de revue et folle amoureuse. Quant à Catherine Jacob qui n’avait jamais joué de Feydeau, elle fait de la baronne un rôle majeur. Elle va très loin dans la proposition, il se passe vraiment un truc. Le public va également retrouver Dominique Pinon qui interprète un Bouzin loin de la proposition de Robert Hirsch…

 Et pour incarner Bois d’Enghien, vous avez choisi Yvan Le Bolloc’h. Pourquoi ? Quand je lui ai proposé le rôle, il m’a demandé pourquoi je l’avais choisi. Je lui ai répondu : « Parce que tu seras surprenant. Tu vas apporter la pertinence, et non la référence. » Yvan a une réelle séduction, moderne, différente de celle du théâtre de Feydeau. Et pour que l’histoire entre Lucette et Bois d’Enghien tienne, il fallait qu’il se passe quelque chose de physique. J’ai du mal à croire, avec les dernières propositions faites au théâtre, que Lucette était folle de lui… Yvan est un beau gosse, patiné, un vieux jeune premier avec beaucoup de second degré. De plus, comme il est musicien, il a la notion du rythme. Et je veux que ça swingue !

Quelle est l’ambiance entre tous les comédiens ? Il y a un très bel esprit de troupe. C’est très harmonieux.

Vous avez déjà rôdé votre pièce devant un public. Quelles ont été les premières réactions ? Ces séances de rodage nous ont permis quelques réglages. Quand on répète pendant deux mois, on rigole beaucoup les premières minutes et après, on se fait des nœuds à la tête. C’est très compliqué à mettre en scène, de sentir que ça marche. On sait que le texte est infaillible, que certaines répliques font mouche mais reste à savoir si elles vont retrouver leur rythme ? Il ne faut pas décevoir et être à la hauteur de cette mécanique. Tout doit être grand.

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant de jouer à Orléans ? Dans notre énergie. La première, c’est le 4 mars au Théâtre. La pression monte petit à petit. Parce qu’on arrive devant un public que l’on connaît et aussi parce qu’il y a un enjeu. J’ai envie que ma version de Feydeau soit reconnue comme une possibilité.

En tant que directeur également, il faut que la création soit à la hauteur de la salle Touchard qui contient plus de 900 places. Catherine Frot et Michel Fau m’ont confié qu’ils avaient eu une sensation très particulière de jouer devant autant de personnes. Pour « Un Fil à la patte », les neuf comédiens savent que ça se joue à 200 à l’heure. »

 

Julie Poulet-Sevestre

.

http://www.larep.fr/static/bloc/ripolinage/logos/logo-RC.svg

.

Julie Poulet-Sevestre récidive dans le même journal le 11 mars 2017 :

http://www.larep.fr/orleans/loisirs/art-litterature/2017/03/11/un-fil-a-la-patte-sur-les-planches-jusquau-18-mars_12316819.html

« Ça commence en musique et finit en chansons. Nouvelle création de Christophe Lidon, « Un Fil à la patte » est un classique du vaudeville, joué sur un rythme endiablé.

Au théâtre depuis le 4 mars, la pièce de Feydeau entraîne les spectateurs au cœur des années 40. Le metteur en scène a déplacé la pièce durant les années zazou, jazz pour « plus de swing ».

Chanteuse de music-hall, Lucette (Sarah Biasini) est ravie d’avoir retrouvé son amant, pourtant venu avec l’intention de rompre et d’annoncer son mariage avec une riche héritière… Par lâcheté donc, Fernand de Bois d’Enghien (Yvan Le Bolloc’h) va se retrouver dans une situation inextricable. Et le public, qui sait tout, assiste à une suite de déconvenues et de quiproquos, à un entremêlement de situations qui régale les amateurs du genre.

 Personnages cocasses

Difficile, il est vrai, de résister à la mécanique de Feydeau et à ses personnages cocasses : Bouzin (Dominique Pinon) en tête, clerc de notaire et compositeur râté, le général Irrigua (Bernard Malaka), amoureux de Lucette, furieux et très jaloux, même si son accent rend parfois la compréhension du texte difficile, la future mariée (Adèle Bernier) totalement déconcertante et attirée par « les mauvais garçons » et la baronne (Catherine Jacob), dont l’œil pétille et la moue se fait amoureuse à la vue de son futur gendre…

Pas une seconde de répit dans ce spectacle où chacun a besoin de l’autre. Tous courent après un bonheur qu’ils ne trouveront pas mais, au final, ils en trouveront un autre. Les deux heures de spectacle filent. Et ça pétille ! »

 

Julie Poulet-Sevestre

.

.

Décor Christophe Lidon

Musiques Cyril Giroux 

Lumières Marie-Hélène Pinon

Costumes Chouchane Abello-Tcherpachian

Images Léonard

Assistante à la mise en scène Natacha Garange

Chorégraphie Sophie Tellier

.

 

 

.

Bravo aux interprètes qui donnent tout d’eux-mêmes pour le plaisir des spectateurs.

.

Rappelons que le CADO est subventionné

par la Ville d’Orléans et le Département du Loiret.

.

© 22 mars 2017 – Jean-Louis Riguet

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 22 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

Mademoiselle Be-Zinc

Mademoiselle Be-Zinc

Une création de Pascal Nottin, sculpteur de zinc

.

dsc_7802

.

Bout de Zinc

a voulu une amie pour Mouse Be-Zinc

.

Aucun texte alternatif disponible.

.

dsc_749415645734_10211087126443036_1244520253_n

.

 

Mademoiselle Be-Zinc

Le mariage improbable

.

 

L’alliance improbable d’un bout de zinc

D’un morceau de fer galvanisé

Et d’une peinture acrylique vinylique

Conduit l’artiste aux destinées angéliques

D’une demoiselle labellisée

Au doux nom de Mademoiselle Be-Zinc

.

Vêtue d’une robe de lamelles étincelantes

Surmontée d’une capeline couvrante

Le soleil la caressant par ses lèvres méchantes

La pluie l’adoucissant par ses perles gênantes

Mademoiselle Be-Zinc enjolive tendrement

Les jardins du bonheur enivrants

Avant d’embellir les intérieurs alléchants

.

Petit de taille, sournois et rusé

Monsieur Mouse Be-Zinc s’enfle d’orgueil démesuré

À l’image rassurante d’un bœuf désabusé

Distend le tire-bouchon de sa queue agitée

Lisse ses longues moustaches frisottées

Avec l’œil coquin de celui qui sait

.

Mademoiselle Be-Zinc émue

A mis sa plus belle parure de vertu

Une robe lamelles gris métal luciole

Une capeline deux tons bleu pétrole

Vernis d’un bi composant marin métabole

Pour un mariage improbable rocambole

Avec Monsieur Mouse Be-Zinc sex-symbol

.

Silence sur la cérémonie détendue

Toutefois dans un scoop inattendu

Bout de Zinc sculpteur ingénieux et mordu

Affirme avec force peu sous-entendue

Que le mariage serait consommé avec bonheur

Dans l’éden des amours enchanteur

.

© 15 janvier 2017 – Jean-Louis Riguet

.

11327426_10205364190757276_517585279_odsc_7509dsc_2182

.

 

.

 

dsc_2110jb-camille6

.

Pour en savoir plus sur Pascal Nottin :

https://librebonimenteur.net/2015/06/09/jl-a-lecoute-de-pascal-nottin/

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 16 Janvier 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’écrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Connaissez-vous le KAMISHIBAIS ?

Connaissez-vous le KAMISHIBAïS ?

Cela fait plusieurs années que je croise Stéphanie dans les salons du livre et, à part sa chevelure brune qui m’attirait, j’avoue que je survolais son travail.

A Mazamet, je passais devant sa table avec mon ami Philippe de Rimeacker quand nous avons été attirés par un petit théâtre. Bravons notre timidité, nous avons engagé la conversation avec Stéphanie qui nous a conté son parcours et sa passion. Nous avons été conquis. Malgré nos attaques sournoises, la dame est restée de bois comme son théâtre mais j’en ai retiré ce que je vais vous indiquer désormais.

unnamed

Stéphanie CAULUS est graphiste depuis 1996, auteure-illustratrice de livres jeunesse et de kamishibaïs depuis 2009. Après un BTS expression visuelle, elle a travaillé plusieurs années en imprimerie. Puis s’est installée en free lance.

Son site : www.ccomchat.com.

.

02kamibois

.

Je lui ai posé quelques questions :

Comment en êtes-vous venue à faire des livres jeunesse ?

Depuis petite je dessine et j’ai toujours aimé les livres. En 2005, j’ai eu un enfant et me suis retrouvée au chômage. J’ai alors suivi une formation d’illustratrice de livres jeunesse par correspondance. Et à cette même époque je suis devenue assistante maternelle agréée. J’ai obtenu un CAP petite enfance et le BAFA,  ensuite j’ai été animatrice auprès d’enfants et ATSEM en maternelle. Le contact avec les petits m’a donné de l’inspiration. Avec ma formation de graphiste, j’ai pu faire mes livres de A à Z.

DSC06472

De quoi parlent vos ouvrages ?

J’ai écrit et illustré 6 livres et 5 sont adaptés en kamishibaï. Ils s’adressent aux enfants de 1 à 7 ans.

 

En 2009 : «Les quenottes de petit croco» sur le brossage des dents, a eu un partenariat avec la CPAM du Cantal et de Pau, 250 livres ont été distribués aux cabinets dentaires et à des classes de CP du Cantal et 150 pour Pau. Existe en kamishibaï.

unnamed

En 2012 : «Crapoto fume trop !» un livre en prévention du tabagisme.

04Crapoto

En 2013 : «Sors de ce trou petite Belette !» est né grâce à un financement participatif sur ulule. Existe en kamishibaï.

05belette

En 2014 : «Qu’est-ce donc ?», ce livre a été primé en 2015 par le Conseil Régional Midi-Pyrénées au salon du livre de Mazamet. Existe en kamishibaï.

02qu'est ce

En 2015 : «A l’école maternelle, il y a des amis et…» est un livre dépliant sur le rôle de l’ATSEM.

atsem_couv

En 2015 :  L’histoire «La quête du cœur» a été éditée exclusivement en kamishibaï. C’est un petit lapin qui a le cœur brisé et qui part à la recherche des morceaux de son cœur pour le recoller.

remiseprix

En juin 2016 :  parution en livre et kamishibaï de «Prends-en soin!» qui incite au respect des êtres vivants et de la terre. «Du minuscule à l’infiniment grand, tout ce qui existe dans l’univers est important. L’un ne peut pas vivre sans l’autre…» La police de caractères utilisée dans cette histoire est adaptée aux lecteurs dyslexiques.

 

Qu’est-ce que le kamishibaï ?

Le kamishibaï ou «théâtre d’images» signifie : «jeu théâtral en papier». C’est une technique de contage d’origine japonaise basée sur des images défilant dans un petit théâtre en bois, à trois ou deux portes appelé butaï (littéralement «scène»).
Les planches cartonnées illustrées du kamishibaï, racontent une histoire, chaque image présentant un épisode du récit.
 Le recto de la planche, tourné vers le public, est entièrement couvert par l’illustration, alors que le verso est réservé au texte, très lisible, avec une image miniature en noir et blanc du dessin vu par les spectateurs. Les planches illustrées sont introduites dans la glissière d’un butaï.
 Une fois ouvert, les deux volets latéraux dirigés vers l’avant assurent l’équilibre de l’objet. L’arrière est évidé pour que le conteur puisse lire le texte. Le butaï se pose sur une petite table, mais à l’origine il était à l’arrière d’un vélo.

En plus des histoires kamishibaï je propose deux modèles de butaï en bois, pour les lire, ils sont réalisés artisanalement par les élèves d’un Institut Médico Éducatif. Ce magnifique outil pour conter ou faire écrire et dessiner des histoires, convient aux enfants, parents,  grands parents ou aux adultes travaillant dans le domaine de l’enfance ou de l’éducation.

02kamibois

Proposez-vous des ateliers ?

Je propose un atelier « création d’histoires kamishibaï » pour enfants et/ou adultes. Sur des feuilles A3, il s’agit d’imaginer et d’illustrer une histoire courte et à la fin de la lire dans le butaï devant un public. Cela amène à travailler l’imaginaire, l’écrit, le dessin et l’expression orale.

Quels sont vos projets ?

Je pense me former prochainement pour devenir conteuse professionnelle et ainsi je pourrais  devenir « gaito kamishibaiya» c’est à dire conteuse de kamishibaï.

Je suis également des stages de clown car j’ai des idées qui me trottent dans la tête…

Je viens de sortir « Prends-en soin ! » et j’espère sortir « La quête du cœur » en livre  début 2017.

J’ai deux projets d’histoires en cours qui dans un premier temps sortiront en kamishibaï.

J’ai de nombreux salons du livre de prévus sur 2016 afin d’aller à la rencontre des jeunes lecteurs.

Comment connaître votre actualité ?

Sur mon site internet www.ccomchat.com et sur le site www.o-p-i.fr/7alire.

Sur facebook :

https://www.facebook.com/C-COM-CHAT-CREATION-GRAPHIQUE-264293346345/?fref=ts

Vous pouvez également vous abonner à ma newsletter :

https://my.sendinblue.com/users/subscribe/js_id/29mod/id/1

.

J’ai remercié Stéphanie de sa disponibilité et de toutes les explications données. Je lui ai souhaité bonne chance et j’ai tourné les talons.

.

© Jean-Louis Riguet 06 juin 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres  et membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Montmeyan en Poévie

Festival de MONTMEYAN EN POEVIE

Les 25 et 26 juillet 2014

. Arffiche JPG (2).

Au coeur du village de Montmeyan, venez nombreux participer au

FESTIVAL DES NUITS D’ETE, DE LA POESIE, DE LA CHANSON ET DES ARTS DU HAUT VAR ET DU VERDON.

Les Amis de la poésie, de la chanson et des arts l’ont organisé. J’y serai.

Je ne viendrais pas seul, je serai accompagné de mes livres.

Un grand merci à Richard TAILLEFER, Président de LAPCA, qui m’a invité.

. trois romans .

.

© Jean-Louis Riguet Juin2014 Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://www.dedicaces.ca/

http://www.scribomasquedor.com/

http://librebonimenteur.wordpress.com/

http://www.riguetauteurlivres.com/

La visite de la vieille dame

LA VISITE DE LA VIEILLE DAME

C’est une pièce de théâtre en trois actes de

FRIEDRICH DÜRRENMATT

Traduction de Laurent MUHLEISEN

.

La visite de la dame

.

Christophe LIDON assure la mise en scène et la version scénique assisté de Natacha Garange.

La troupe de la COMEDIE-FRANCAISE évolue dans le décor de Catherine BLUWAL, les costumes de Renato BIANCHI, les lumières de Marie-Hélène PINON. La vidéo est assurée par Stéphane COTTIN.

Il s’agit d’une création de la Comédie-Française au CADO à ORLEANS. Même les répétitions ont eu lieu à Orléans. C’est la première fois. Ensuite, ce spectacle sera repris à Paris, au théâtre du Vieux-Colombier. Merci à Muriel MAYETTE, administratrice générale de la Comédie-Française, de cette création à ORLEANS.

.

Il y a bien longtemps Claire ZAHANASSIAN vivait à GÜLLEN, une petite ville. Elle a eu une aventure avec un homme ALFRED III. Une enfant est née puis décédée un an plus tard. Alfred III ne l’a pas reconnue, et même plus, il l’a reniée. Claire est partie de la ville, la cuisse alerte, s’est mariée plusieurs fois, est devenue richissime.

Plusieurs dizaines d’années après, Claire revient dans sa ville natale. Affublée d’un septième mari dont elle divorce rapidement, dans la  journée, elle veut fêter son mariage avec son huitième mari.

La ville fait plus que végéter. Elle est ruinée. La population crie la faim. Les usines sont fermées. Alors quand elle apprend que Claire revient, elle espère sortir de sa misère. Sur le quai de la gare, une fête est organisée pour la fêter et la prendre dans le sens du poil pour en tirer une partie de la fortune.

Claire est pleine de bonnes intentions. Elle veut bien donner à la ville et à la population une somme colossale. Mais elle pose une condition, une seule condition. Tuer Alfred III ! Au nom de la Justice. La sienne !

La ville est contaminée par l’amoralité de la vieille dame. D’autant plus qu’elle apprend que Claire est propriétaire de tout dans la ville, les usines, les maisons, enfin tout. Peu à peu s’organise un complot, une véritable chasse à l’homme.

Je ne dévoilerai pas la fin de cette histoire.

.

acteurs

.

Il y a beaucoup d’acteurs sur la scène. Des grands noms du théâtre :

Danièle Lebrun, de la Comédie Française, qui incarne Claire, la milliardaire, dans un rôle odieux mais très bien joué,

Christian Gonon, de la Comédie Française, qui joue les maris de Claire, très belle interprétation,

Samuel Labarthe, de la Comédie Française,  qui interprète Alfred III, d’une manière époustouflante, avec beaucoup de vérités,

Didier Sandre, de la Comédie Française, qui fait le Pasteur et le Peintre, dans une interprétation parfaite.

D’autres acteurs sont là aussi : Yves Gasc, Simon Eine, Gérard Giroudon, Michel Favory, Christian Blanc, Noam Morgensztern, Pauline Méreuze, Fabrice Colson et Xavier Delcourt.

J’ai apprécié le jeu de Danièle Lebrun, Christian Gonon, Samuel Labarthe, Didier Sandre. Mais aussi  de Simon Eine dans une excellente interprétation de plusieurs rôles (majordome, médecin, client), Gérard Giroudon (maire), Michel Favory (le professeur), Céline Samie (femme d’Alfred III) et Pauline Méreuze (dans plusieurs rôles). Les autres sont également très bons.

Cependant, malgré cette excellente interprétation, le ton est grave et il faut s’accrocher pendant 2 h 30, encore que la deuxième partie passe très vite.

J’ai néanmoins passé un bon moment.

.

J’en profite pour rappeler que Christophe Lidon a fondé sa compagnie en 1991, la Nuit et le Moment Théâtre. Cela fait plus de vingt ans qu’il mène sa barque dans son parcours de metteur en scène (théâtre, opéra, cirque). Il est exigeant. Il privilégie les rencontres.

Il a fait des classiques : Racine, Diderot, Shakespeare, Molière, Tchekhov, Goldoni.

Il ne dédaigne pas les contemporaines : Xavier Durringer, Alessandro Baricco, David Lodge, Christian Siméon.

Il a travaillé avec des monstres du théâtre : Robert Hirsch, Claude Rich, Danielle Darrieux et aussi des comédiens comme Isabelle Carré, Alexandra Lamy.

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .