JL à l’écoute de Léa François

Léa François, comédienne de Plus belle la vie se livre

.

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Léa François

.

 

.

Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Léa François, je suis comédienne.

J’ai commencé à tourner dès mon plus jeune âge dans des clips, pubs, films et séries et me suis mise au théâtre plus récemment. Je joue notamment le rôle de « Barbara » dans la série « Plus belle la vie » depuis plus de 10 ans. 

 

Que faisiez-vous avant (ou parallèlement à) la pratique de votre art ?

J’ai un parcours un peu particulier puisque j’ai commencé très jeune. J’étais donc scolarisée parallèlement à mes tournages et depuis que j’ai obtenu ma licence de Langue Littérature et Civilisation étrangère (en parallèle de mes tournages sur PBLV), j’ai la chance de pouvoir me consacrer exclusivement à mon métier.

 

Qu’aimez-vous ou que pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Je joue du piano, j’adore ça ! Et je suis une passionnée de théâtre, j’y vais très régulièrement.

 

Comment vous faites-vous connaître ? Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

C’est lors de mes tournées de théâtre que je vais le plus à la rencontre des gens un peu partout en France, mais aussi en Suisse, en Belgique. Mais aussi dans les festivals, séances de dédicaces, différents événements pour des associations ou tout simplement dans la rue ! J’aime avoir le retour des gens, leurs commentaires ou écouter leurs questions.

 

Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Alors j’ai plutôt envie de vous parler de celle de ma maman, car elle vient d’écrire son premier roman, que je l’ai adoré et que je suis super fière d’elle. Il s’intitule « Les jours où je suis née » et c’est l’histoire d’une petite Vietnamienne aux cheveux blonds qui va, en grandissant, comprendre qu’elle n’est pas dans la bonne vie, dans le bon pays, avec les bons parents… Une histoire très originale de cette petite Luu-Ly qui va partir à la quête de son identité à travers un voyage passionnant fait de rencontres poignantes. Si vous êtes curieux, vous pouvez le trouver sur Amazon et très bientôt dans certaines librairies. Si vous avez envie d’avoir toutes les infos, suivez-la sur les réseaux ; Valérie François.

 

Voir à propos de ce livre :

Les jours où je suis née, de Valérie François

 

Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

De croire en moi ! Ce n’est pas un concept facile pour moi de base, mais des personnes qui me sont chères ont su trouver les mots pour que j’essaie à prendre en compte ce conseil. Je ne dis pas que j’y arrive encore complètement et de toute façon, j’ai beaucoup trop conscience que tout peut s’arrêter demain, mais après tout ce n’est pas grave ! Je suis comédienne, le principal c’est que j’arrive à vous faire croire que je crois en moi !

 

Que préférez-vous faire comme style d’œuvre ou d’activité ?

Trop difficile de choisir, j’adore autant être sur scène que devant une caméra. C’est comme si vous me demandiez de choisir entre mon père et ma mère (rires). Impossible.

 

Comment travaillez-vous ? Préférez-vous travailler seul (e) ou en groupe ?

J’apprends la plupart du temps mes textes seule, mais j’adore pouvoir bosser un peu avec mes partenaires ou mon metteur en scène en amont. Arrivée sur le plateau, je suis alors libérée de toutes questions et je sais (normalement) où je vais et ce que je dois faire.

 

Où puisez-vous votre inspiration ?

Aussi bien dans les livres que je lis ou dans la musique que j’écoute que dans les pièces ou les films que je vois. Tout ce qui me fait ressentir des choses en fait. Mais je crois que ma plus grande source d’inspiration, ce sont les gens, les rencontres que je fais.

 

Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre ou de vos arts ?

Je conseillerais à tous ceux qui veulent devenir comédiens de suivre des cours de théâtre, c’est très enrichissant, d’essayer de trouver un agent, des castings, d’écrire, de jouer, de participer à des courts-métrages… Mais plus généralement, j’ai envie de leur conseiller de croire en leur rêve. Je pense qu’à force de regarder les étoiles, elles finissent forcément par vous voir ! 😉

 

Quelle est la dernière activité artistique que vous ayez vécue ? Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi l’avoir choisie ?

En novembre/décembre dernier, j’ai tourné un téléfilm pour France 3. C’est un thriller où je joue le rôle d’Alice, une jeune femme rousse (c’est pour ça que je me suis teint les cheveux) de 30 ans qui a perdu sa famille dans un incendie. Toute de blanc vêtue, elle ne va pas tarder à réveiller dans le village la légende de la Dame Blanche…

Je me suis tout de suite lancée dans ce projet, car j’ai adoré ce rôle à la lecture du scénario. Je ne regrette absolument pas, je me suis éclatée dans la peau de ce personnage, l’équipe était top, portée par Jérémy Minui, un jeune réalisateur bourré de talent qui m’a appris beaucoup et qui j’en suis sûre, a un très bel avenir cinématographique devant lui.

 

Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, je continue les tournages de Plus Belle la vie, je devrais remonter sur les planches en septembre et on verra si 2019 me réserve d’autres surprises ! 😉

 

Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je serai au festival de Luchon en février avec une partie de l’équipe de Plus belle la vie et je serai à la Leader Cup de basket à Disneyland Paris en février également, car je suis ambassadrice de la Ligue Nationale de Basket. Je continue d’être présente auprès de l’association ELA et du Syndrome de Moebius dont je suis marraine. Vous pourrez prochainement me retrouver dans de nouvelles intrigues de Plus belle la vie à 20 h 10 sur France 3 et je vous tiendrai au courant de la date de diffusion du téléfilm dont je vous ai parlé qui devrait sortir courant 2019.

 

 

Où peut-on suivre vos actualités ?

Sur les réseaux sociaux (sur Instagram, twitter c’est @leafrancoisoff & sur Facebook c’est Léa François). J’essaie de faire partager aux gens qui me suivent aussi bien les coulisses de mon métier d’actrice que les choses qui me sont chères, ça peut être des lieux, des personnes, des activités, des associations, des pièces…

————-

Le 08/01/2019

Léa François

.

.

Je remercie sincèrement Léa François d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire : jlriguet@gmail.com

.

© Jean-Louis RIGUET 10 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet
https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de … Leïla Seri

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Leïla Seri

.Leila_Seri_5

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Leïla Seri je suis comédienne, danseuse.

En 2008, j’ai joué le rôle de la chef dans la tribu des Homotumba dans le spectacle Homotumba d’Audrey Tirard, spectacle de théâtre en LSF et Vidéo. Ce spectacle donna naissance à la compagnie Le Triangle Rond. J’ai intégré la classe initiale d’art dramatique à l’Actea, de Caen. Puis, je suis partie en 2009 à Paris pour suivre mes études d’art dramatique en conservatoire municipal.

En parallèle de mes études d’Art Dramatique au Conservatoire Municipal Hector Berlioz sous la direction pédagogique de Michèle Garay de 2009 à 2011, puis au Conservatoire Érik Satie sous la direction pédagogique de Daniel Berlioux, de 2011 à 2014, j’ai interprété le Rôle de Stella dans le Parfum de l’aube d’Anne Coutureau au Théâtre du Nord Ouest, le rôle de Tatiana dans le Coltane ou Paul Lenoir ne se mettra jamais à quatre pattes, de Jérémy Farlay et Clément Rouault à l’Essaïons Théâtre.

En 2014, tout en travaillant avec la compagnie Le Triangle Rond sur le spectacle Pourchasse de Audrey Tirard, spectacle transdisciplinaire mêlant Danse Contemporaine, Performance, Théâtre et Art Numérique, j’ai interprété le rôle de Farida dans Mécanique Instable de Yann Reuzeau à La Manufacture des Abbesses et en tournée en France et Suisse.

https://librebonimenteur.wordpress.com/2015/02/25/mecanique-instable/

Après avoir réalisé en 2015 un court documentaire fiction « Demoiselle » sur l’univers du strip-tease et danseuses érotiques, je me suis lancé dans la réalisation, le cadrage et montage vidéo.

Aujourd’hui, j’interprête le rôle d’Isa dans La Fuite de Driss Homet qui se jouera à La Comédie Nation à partir du 13 Janvier 2016.

 

2/ Qu’elle est votre activité principale ? Que faisiez-vous avant votre activité principale ?

Mon activité principale est le théâtre. J’ai commencé le théâtre quand j’étais en terminale, avec Homotumba de Audrey Tirard. Après j’ai étudié l’art dramatique tout en travaillant pour vivre. J’ai été tour à tour serveuse en bar ou restaurant, vendeuse de vêtements, recruteuse de donateur pour l’association Aides et Unicef…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme art ou autres ? En un mot, quelle est votre passion ?

Ma passion est le théâtre et le cinéma.

J’aime autant être devant la caméra que la tenir. Mais il est vrai que j’aime aussi m’exprimer par la danse. Je danse depuis mes six ans et depuis trois ans j’aime m’exprimer par la danse jazz.

Et je suis également peintre. J’ai commencé la peinture à quinze ans et depuis deux ans je pense avoir trouvé une nouvelle orientation, l’Autoportrait et le Portrait intérieur.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos fans ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne pense pas avoir particulièrement de Fans.

Je ne sais donc pas comment je réagirais si j’en avais, je pense que je resterais ouverte et qu’il me plairait de discuter avec eux.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur votre activité ou autres thèmes ?

Je fais des rencontres depuis peu, notamment avec un artiste peintre qui est devenu mon ami. Il s’appelle Michel Semanaze et peint aussi des Portraits Intérieurs. Nous avons d’ailleurs fait une performance mêlant théâtre et peinture hors programmation lors du Festival d’Auriac en 2014.

Depuis peu, j’ai participé également à plusieurs Kino, (OFF COURT ou KINO PALERMO).

 

6/ Quel est le genre de pièces ou de films que vous aimez jouer ?

J’aime aussi bien les classiques que les contemporains, mais il est vrai que j’ai un faible pour les spectacles transdisciplinaires, qui contribuent à l’émergence des Arts Vidéo et Numérique dans le domaine du spectacle vivant.

 

7/ Pourquoi avez-vous particulièrement retenu ce genre ?

Parce que pour moi, il s’agit d’une nouvelle forme de spectacle qui fait lien entre théâtre et cinéma.

 

8/ Quelle est la dernière activité artistique que vous ayez vécue ? Pouvez-vous nous en parler ? Pourquoi l’avoir choisie ?

Ma dernière expérience artistique que j’ai vécue est le cadrage de Talent Show pour Inside All qui est une chronique Web. Pour moi, c’est une expérience toute nouvelle car je débute dans le cadrage et il est vrai que ces premier pas sont très formateurs. Car il faut aller vite et réagir dans l’urgence des interviews, ne pas rater les événements et être sur l’instant tout en gardant un lâcher prise pour garder une qualité de plan. Et cela me fait penser à mon travail de comédienne. Pour moi c’est le même processus.

 

9/ Si vous n’aviez pas choisi votre spécialité, qu’auriez-vous aimé faire ?

J’ai commencé une licence de science du langage a la Sorbonne Nouvelle à Paris 3. Il est vrai que je compte poursuivre cette formation mais je ne peux la suivre tous les ans car mon travail artistique est trop prenant. Je crois que je ne voudrais rien faire d’autre que travailler dans le spectacle vivant ou l’audiovisuel, j’aime trop ça.

 

10/ Que préférez-vous interpréter : comédie, tragédie ou autres genres ? Théâtre, cinéma ?

Je suis surtout comédienne de théâtre mais il est vrai qu’il me plairait de passer au cinéma. J’aime les jeux de cinéma, car pour moi c’est un jeu minimaliste et intérieur et j’aime ce travail de précision.

 

11/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ?

Celui de lâcher prise et de ne rien vouloir. J’ai reçu ce conseil par plusieurs personnes et professeurs au cours de ma vie.

 

12/ Que préférez-vous jouer comme personnage ?

Les personnages qui se maitrisent et ne laissent rien paraitre et qui explosent à un moment et renversent la situation.

 

13/ Comment vous organisez-vous ? Votre métier déborde-t-il sur votre vie personnelle ?

Oui, il est très difficile de posséder un emploi du temps cohérant et stable. Je dois sans cesse décaler un rendez-vous, une répétition, ceci est dû à ma diversité de projet. Je suis sans cesse entre Caen et Paris et il est difficile d’être pleinement satisfaite.

 

14/ De quelle école vous réclamez-vous ? Ou de quelle pensée ?

Je ne pense pas me réclamer d’une école ou pensée.

Ma pensée est constituée d’un mélange de Sartre, de Rimbaud, de Pommera, de Michèle Garay, de Strasberg, de Daniel Berlioux, de Jakobson, de Zola… et des personnes que j’ai rencontrées dans ma vie.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre spécialité ?

De faire pleinement les choses et d’y croire aussi bien en tant qu’amateur que professionnel

De faire pleinement les choses et d’y croire aussi bien en tant qu’amateur que professionnel.

 

16/ Quels sont vos auteurs ou directeurs d’acteurs préférés ?

J’aime beaucoup Joël Pommera et David Bobee.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

La pleine conscience d’Osho.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets?

Actuellement je suis en répétition pour la pièce LA FUITE de Drise Homet où j’interprète le rôle d’Isa.

Cette pièce relate les aventures d’une famille qui fuit la Guerre de Brazzaville en 1997.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Cette pièce se jouera à la Comédie Nation à partir du 13 janvier 2016. Le mercredi et vendredi, jusqu’au 5 février 2016.

http://www.fnacspectacles.com/place-spectacle/manifestation/Theatre-contemporain-LA-FUITE-COFUI.htm#/calendrier/

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Je crois qu’à part sur mon Facebook je ne suis pas très forte en communication.

https://www.facebook.com/leila.seri

————-

Le 30 décembre 2015

Leïla Seri

.

Leila 10548213_1496157563994428_8111834959058946920_o

.LaFuite image

.mecanique instable

Mécanique Instable

.

Je remercie sincèrement Leïla Seri d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 11 janvier 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

 

J’aimais mieux quand c’était toi, OLMI Véronique

L’abandon d’un amour refoulé !

C’est magique au CADO

.

Elisabeth AMATO

au CADO D’ORLEANS

 « C’EST MAGIQUE »

.

C'est magique

.

Un spectacle d’Elisabeth AMATO dans une mise en scène de l’excellent Alain SACHS

.

J’ai vu ce spectacle au CADO. Je ne savais pas ce que j’allais voir.

J’étais sceptique. Elisabeth m’a vaincu et convaincu.

.

Elisabeth AMATO

Elisabeth AMATO

.

Qui est cette dame qui descend sur la scène, en lévitation, et la parcours lentement en nous narguant avec un sourire aux lèvres ?

Est-ce une fée ou une sorcière ? A n’en pas douter, ce n’est pas une sorcière car elle est vêtue de blanc. Alors, ce ne peut être qu’une fée.

.

Elisabeth AMATO est une magicienne, à mi-chemin entre fée et sorcière. Une magicienne différente des autres magiciens !

Elle est espiègle, titillant les personnes les plus cartésiennes. Elle emporte vers l’impossible, dans son univers.

Elle nous véhicule dans son humour, ses illusions, sa légèreté, sa poésie. Ses tours de magie sont époustouflants. Elle nous raconte cela avec sa petite voix et non seulement prend à témoin les spectateurs mais les invitent sur la scène. La participation de la salle est indispensable dans un dialogue suréaliste.

Je m’y suis fait prendre.

Il faut décliner son prénom, son signe astrologique. Puis, elle nous invite à participer. Je me monte sur la scène et rejoins une autre spectatrice qui est déjà là. Le jeu est simple. Elisabeth nous demande à tous les deux d’écrire sur un tout petit bout de papier anodin, de l’insérer dans une enveloppe minuscule aussi, de la fermer hermétiquement et de la lui remettre. Pendant ce temps, elle occupe la salle avec des mots que vous n’entendez pas tant vous êtes occupé avec le papier et l’enveloppe.

Ma congénère doit indiquer le prénom de son premier amour de jeunesse. Moi, je dois inscrire le nom d’un objet facile à dessiner. C’est chose faite rapidement et Elisabeth, qui était à l’autre bout de la scène, revient vers nous avec un grand sourire. Elle arrive avec deux grandes ardoises en carton blanc. Elle m’en remet une et elle conserve l’autre. Elle m’entraîne vers le centre de la scène et nous nous installons dos à dos, de profil par rapport à la salle. Elle déclare que nous allons dessiner tous les deux l’objet que j’ai inscrit sur le papier alors qu’elle n’a pas encore ouvert l’enveloppe.

Nous dessinons, chacun sur notre ardoise. Moi, je sais, je dessine une table. Elle, elle ne sait pas, elle dessine. Puis, nous nous retournons vers les spectateurs et nous montrons  nos réalisations. Le même dessin apparaît : une table.

Bluffé, je suis bluffé.

Elisabeth écrit ensuite un prénom sur son ardoise : Julien. Ma congénère dévoile le mot écrit sur son papier : Julien.

Bluffé.

.

.

Jongleuse et magicienne

Elle jongle aussi avec les cartes, avec les mots, avec les histoires. Elisabeth, c’est un mélange, un mélange de comédienne, psychologue, magicienne, de poésie, d’humour, d’adresse.

C’est un petit bijou, une magicienne du coeur.

Elisabeth AMATO a des racines celtes et siciliennes. Petit fille, elle disait « plus tard je serai comédienne ou petite soeur des pauvres ».

Son désir : la vérité.

Sa passion : l’amour de l’être humain.

.

Elisabeth AMATO, c’est quelqu’un :

. 30 ans de magie

. 30 ans de spectacle au théâtre

. un prix mondial de cartomagie (FISM)

. une mise au service d’adolescents psychotiques en hôpital de son art

. une consultation à Paris avec l’équipe du Docteur Jalenques au Centre de la dynamique émotionnelle exprimée.

.

Les photos et les idées de textes sont extraits du site d’Elisabeth AMATO.

Si vous voulez en savoir plus, suivez ce lien :

.

http://www.elisabeth-amato.fr/index.php

.

CADO C'est magique.

Quelques critiques :

Critiques Journaux

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.wordpress.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .