Publié par Laisser un commentaire

Là où l’humain se planque, Angèle Casanova

Là Où L’HUMAIN SE PLANQUE

Angèle Casanova

Nouvelles

L’illustration de couverture est de Jacques Cauda

TARMAC éditions

28 pages – Mars 2017 – Prix 8 €

ISBN 979-10-96556-04-5

http://www.tarmaceditions.com/

.

 Crédit photo Philippe Martin
 .
Quand j’ai reçu ce livret, j’ai tout d’abord été surpris par son look. S’agit-il d’un livre osé pour ne pas dire plus, me suis-je demandé ? D’une certaine manière, il l’est. Car il fallait les écrire ces deux nouvelles dans un style qui n’appartient qu’à Angèle Casanova. Il fallait oser écrire et oser publier. C’est fait.
 .
Une carte postale en guise de quatrième de couverture nous invite à la lecture :
Tarmac, le 1er mars 2017
Chers amis,
Un livre, c’est d’abord un texte.
Un lieu dit pour un rendez-vous entre un lecteur et un auteur.
On se cherche un peu, on se reconnaît.
On se raconte, on s’attache.
En vous souhaitant une belle rencontre,
A bientôt.
.
Papier texturé. Je touche aussi, je sens, je renifle, il y a comme une odeur d’inconnu, un parfum d’imprévu, une senteur de découverte en devenir, un ressentiment de mystérieux. Puis, on s’apprivoise. J’ose ouvrir, j’ose feuilleter, j’ose tourner les pages en chipant un mot par-ci, un mot par là.
Puis, je me lance. Courage car la première ligne m’emmène dans un endroit connu : « Il habite dans un immeuble étudié pour l’ensoleillement maximal. » Qui il ? Plus loin, on parle de elle. Qui elle ?
L’intérieur est des plus sobres, le strict minimum. Pas de fioritures. Juste l’essentiel.
 .
.
Le texte de la première nouvelle commence à la page trois, direct en haut de la page. Pas de titre superflu. Ce premier texte « Là où l’humain se planque » se déroule sur quinze pages avec seulement cinq paragraphes. L’espace est utilisé au maximum.
Les phrases sont courtes, extrêmement courtes, certaines ne comportent qu’un mot. Presque à l’excès ! Au début, c’est troublant, puis on s’y fait. Ce n’est pas l’auteur qui s’adapte, c’est le lecteur. Il faut s’y faire, Angèle est comme cela.
.
« C’est l’histoire d’un mec » aurait dit Coluche, qui tourne en rond. Il s’emmerde dans son appartement qu’il ressent comme une prison. Il étouffe jusqu’à la colère. Il voit des soleils rectangulaires. Une obsession l’habite, ce 80 – 20 pour cents. Elle a plus que lui. Il a le débarras et elle le salon. C’est réaliste.
Réaliste ce texte, oui il  l’est, comme le deuxième. Combien de fois n’ai-je pas entendu cette histoire de 80-20 ou 60-40 dans mon cabinet ? Des milliers sûrement. C’est le point de jonction entre l’amour sans condition et les conditions sans amour. Au début, l’amour domine tout avant de laisser la place à autre chose, de moins glamour, plus réaliste. Et tout ça dans des appartements sans âme où le soleil est rectangulaire.
 .
.
La deuxième nouvelle « A ouvrir dans trente ans » est encore plus courte : trois pages. On retrouve une écriture normale, moins hachée. Là aussi, une obsession l’habite. On y parle solitude à moins que ce soit isolement, absence de communication. On peut aimer la solitude, mais aime-ton l’isolement ?
La colère est présente également et elle nous insulte : « Je l’emmerde, le monde. Et tous ces connards avec.« 
.
Crédit photo Philippe Martin
Dans ces deux nouvelles, les personnages finissent par s’évader vers autre chose que le réel.
C’est un cri de douleur, de colère, qui vient du plus profond de l’être. Peut-être un appel au secours ! un appel à la libération ! En tout cas, c’est un mal-être exprimé d’une manière rageuse, rugueuse, avec talent.
 .
C’est un recueil, un carnet plutôt, qui dérange, surtout que l’auteur insiste dans les trois dernières pages dans un troisième texte « L’auteur par l’auteur » en parlant d’elle-même. « Dire le monde tel qu’il est, même si ça fait mal« , c’est le principe de l’auteur. D’ailleurs, Angèle Casanova aime bien se flageller : « Se foutre des beignes pour ne pas oublier que le monde est tel qu’il est, que ce truc, ça se passe tout le temps, ailleurs, loin, et encore, peut-être, derrière une porte sur votre palier. » Elle conclut « ces choses-là se déroulent, alors que, peut-être, le linge sale est là, derrière une porte sur votre palier, ou même dans votre album de famille, dans le cœur de os morts. Dans le vôtre peut-être. »
Ces textes d’une force inouïe sont signés Angèle Casanova. On en reparlera !
 .
 .

Crédit photo Philippe Martin

.

Des extraits :

Là où l’humain se planque

Cet appartement. Cet immeuble. Le dégoûtent. Profondément. Il ne voulais pas. N’aurait jamais voulu habiter là. Elle lui a forcé la main. Rien à faire. Faut toujours qu’elle décide. Et lui, il doit suivre. A contrecœur. Ce qu’il en pense, rien à battre. Quand il a des velléités de rébellion, elle le remet à sa place. Celle de ses 20 pourcents. Pas grand-chose, 20 pourcents.

………….

Pas grand chose. 20 pourcents. De cette tranche de dalle bétonnée, à peine dissimulée sous un carrelage blanc. 20 pourcents. Qu’il possède. Le bénéfice de son salaire. Pas d’apport. Alors. Pourquoi aurait-il plus. Donc. 20 pourcents. Les gagne. Les sue. Les mérite. Ses 20 pourcents. Mais plus. Non. Elle. Oui. Elle a hérité. A de l’apport. Alors. Pourquoi aurait-elle moins. 80 pourcents. Le montant de sa part du gâteau. Il se demande. Parfois. Ce qu’il a vraiment. Ce qui est vraiment à lui. Ici. Qu’est-ce que c’est que 2 pourcents. Qu’est-ce que ça représente. Les toilettes. Le cagibi. Les penderies. Les pièces techniques. A coup sûr. Oui. Cela doit approcher ça.

…….

Un jour il craque. Ça s’est fait petit à petit. A coup de gueulantes. Interminables. Fais pas ci. Fais pas ça. Dors pas. Tu ronfles. T’as pas fait les courses. Vu le salaire que tu gagnes. Tu pourrais au moins te magner le cul. Laisse-moi la chambre. Va dormir dans ton clapier. Tu l’aimes tellement. Et puis. Vu ce que tu baises. Autant plus venir dormir avec moi. Mais qu’est-ce qui m’a foutu un raté pareil. Va te faire foutre. Je te remplace quand je veux.

A ouvrir dans trente ans

Elle regarde le plafond, compte les fissures, apprend par cœur les dessins hasardeux qu’elles forment, une biche, une chaise, constellations nouvelles sur ce ciel improvisé. Elle regarde le plafond, des heures, des jours, elle ne sait plus. Les persiennes font entrer le soleil et puis non, le temps disparaît. Seule compte l’attente, et encore, au début. Même cela finit par disparaître. Dès lors, elle se contente de fixer le plafond.

.

 

.

Quelques mots sur l’auteur :

En dehors des trois pages du texte « L’auteur par l’auteur », il n’est pas dit grand chose d’Angèle Casanova, si ce n’est qu’elle a fait des publications de nouvelles et de poèmes dans les revues suivantes :

L’Ampoule, Le Cafard hérétique, Le Capital des Mots, Ce qui reste, Festival Permanent des Mots, Journal de mes paysages, lorem ipsum, Métèque, Paysages écrits, Remue.net, La Revue des Ressources, Traction-Brabant, Zinzoline.

Une de ses nouvelles poétiques figure dans le premier recueil des Editions Bancal, Illusion(s) : nouvelles et textes poétiques (2015).

Son site : gadins et bouts de ficelles (2006). http://gadinsetboutsdeficelles.net/

.

Si vous voulez en savoir plus sur le parcours d’Angèle Casanova, suivez ce lien :

https://librebonimenteur.net/2017/05/02/jl-a-lecoute-de-angele-casanova/

.

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 05 mai 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Guy de SAINT-ROCH

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Guy de SAINT-ROCH 

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Guy de SAINT-ROCH

J’ai commencé à écrire le premier mot de la première phrase de mon premier roman (Le cercle vert) précisément le 1er septembre 2012 à 10 h 22.

La première dédicace a eu lieu à la librairie « La Poterne » à BOURGES à partir du 12 décembre 2012 à 12 h 12.

J’aime bien la symbolique des nombres, vous l’avez peut-être remarqué ?unnamed

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Ancien officier d’active avec un séjour de deux ans en IRAN, puis juriste jusqu’en 2011.

 

unnamed3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Ce n’est pas une passion mais j’aime écouter les gens. On a beaucoup à apprendre de chacun. C’est donc ma discipline favorite que j’ai appelé « L’ÉCOUTILLE ». Autrement, j’adore le Jazz. J’essaie de souffler dans mon saxophone, je suis tributaire de deux perroquets (un couple d’Amazone à front bleu), mes meilleurs copains ; d’ailleurs j’ai écrit leur vie « les tribulations de ZERLAUTH le perroquet » (Cf. mon site :guydesaintroch.fr). Je pratique le vélo, la natation et j’adore voyager.

Et les mathématiques ! Étonnant non ? Enfin l’humour est mon fil rouge.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Mes lecteurs sont sympas car s’ils lisent un de mes livres, je sais que dans 80 % des cas (loi de Pareto), ils liront d’autres livres de ma production. Il est très difficile de se faire connaître. Je cherche d’ailleurs un agent littéraire qui pourrait sous contrat diffuser mes livres et organiser les présentations diverses.unnamed

Je procède actuellement par dédicaces dans certaines bonnes librairies et dans les salons du livre. Je passe quelquefois à la radio et à la télé régionale.

Mon site écrivain est de plus en plus actif.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui ; trop rarement.

 

unnamed6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai répondu à cette question à la Numéro 1.

J’ai déjà écrit 14 livres. Il serait fastidieux d’en dresser la liste. Il est préférable de se rendre sur mon site : guydesaintroch.fr

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre édité est LE gagnant.

C’est l’histoire d’un homme normal, blanc, comme dirait Coluche, qui gagne une somme astronomique au Loto.

Je me suis rendu à la Française des Jeux et j’ai appris des choses effarantes à propos des « gros gagnants ».unnamed

Certains se suicident, d’autres se barricadent, d’autres encore dilapident leur fortune en quelques mois. Il existe des fanas de la Bourse qui vivotent à l’ombre de leur ordinateur. Quelques-uns distribuent généreusement aux amis qui se découvrent…

Seuls 20 % (encore la loi de Pareto) gèrent correctement leur fortune.

Pourtant la Française des Jeux propose un suivi financier neutre et psychologique, efficace.

J’ai donc choisi pour mon héros Tugdual Vignand une voie originale dans laquelle, bien sûr, se trouve une bonne dose d’humour.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?unnamed

Les bonnes librairies, la FNAC, AMAZON, sur commande, sur mon site. Nous envoyons les livres avec seulement une participation aux frais d’envois de 1 €.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je pense que, quelle que soit la formule, la promotion est nulle. En revanche, tout le reste est très bien fait chez une poignée d’éditeur. Une poignée parmi un grand contenant. De trop nombreux nouveaux auteurs tombent dans les toiles de l’araignée « soif de paraître » à tout prix, et lorsque je dis tout prix, c’est fallacieux ; c’est plutôt « à prix indécent ». Il faut négocier. Éventuellement je pourrais faire connaître les coordonnées d’un excellent avocat.

 

unnamed10unnamed/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

La devise de ma famille : « Ne pas subir, ne pas nuire ».

Cet apophtegme est bien plus un adage qu’un aphorisme. Si on le dissèque bien, on peut en tirer de nombreuses pensées.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Cela dépend du contenu intrinsèque mais généralement je me dirige vers le roman.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

N’importe quand, n’importe où, mais pas n’importe comment !

 

unnamed13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

De l’observation ; la réalité dépasse souvent la fiction.

 

unnamed14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Pour les intrigues, je n’ai jamais été tributaire du syndrome de la page blanche.

Pour ce qui concerne les personnages, ils existent tous dans la vie réelle, sauf que je mélange souvent les physiques et les caractères. De nombreuses connaissances se sont reconnues dans certains de mes personnages.

Un exemple concret : mon héros principal qui apparaît dans TOUS mes ouvrages a pour nom Louis Lonlhête.

C’est pour « venger » de l’indifférence, des moqueries et des méchancetés que ce pauvre homme a subis dans un petit village franc-comtois dans lequel il habitait, que j’ai voulu donner son patronyme exact à mon héros. Louis Lhonlête n’était sans doute qu’un simple ouvrier agricole, homme à « tout faire », avec un physique ingrat, mais il avait une immense culture et un cœur encore plus gros. Vers l’âge de dix ans, je me suis trouvé témoin de certaines brimades qui m’ont marqué à tout jamais.unnamed

unnamed

 

 

 

 

 

 

Paix à ton âme Louis !

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

100 % des bons livres ont été écrits par des amateurs ou des inconnus dans le milieu de la littérature, au début. À vos stylos !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En vrac : Zola, Voltaire, Balzac, Baudelaire, Villon, Montaigne, Pascal, de Maupassant, Flaubert, Apollinaire, Rabelais, Montesquieu, Dumas père, Beckett, Aragon. Mais aussi Mallarmé, Char, Céline, Renard et mille autres.

 

unnamed17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Des ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale et l’histoire du nombre d’or. Je relis en même temps pour la troisième fois le théorème du perroquet de Denis Guedjunnamed

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

J’arrêterai avec la mort. Pas par manque de savoir vivre en tout cas…unnamed

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui.

 

unnamed20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon site coloré et sonore d’écrivain qui est guydesaintroch.fr

——-

Bourges, le 1er mars 2017

 

Guy, (Louis Tugdual) de SAINT-ROCH

 

.

unnamed

.unnamed

.

Je remercie sincèrement Guy de SAINT-ROCH d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 04 mars 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Êcrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Franck FOUQUET

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Franck FOUQUET

._MG_2983nbBD

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Franck FOUQUET.

Je suis un ancien juriste qui a tout quitté, il y a plus de vingt ans, pour devenir photographe puis Grand Reporter. 5 ans de Droit et tout le reste de travers, comme aurait dit Coluche…

 

2/ Que faisiez-vous avant de pratiquer votre art ou parallèlement ?

Après cinq années d’études en Droit, un DEA et un DESS, j’ai travaillé comme juriste au sein d’une très grosse entreprise française. Avant de tout quitter brutalement pour un changement de vie radical…

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

Je suis un peu monomaniaque… En dehors de la photo et de l’écriture, peu de place pour d’autres arts. Ma passion ? La Nature et les animaux…

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de précis. Je suis assez sauvage en fait. J’aime cependant échanger lors de festivals lorsque je sens que la personne a la même sensibilité que moi…

J’ai participé à de nombreux festivals, fait de nombreuses expositions.

Assez présent sur les réseaux sociaux aussi où j’essaie de tenir une revue de presse quotidienne (déformation de mon ancienne vie) sur le ton de l’humour…

 

5/ Faites-vous des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos œuvres

Je rencontre beaucoup de gens que cela soit en vrai ou bien via les réseaux sociaux. J’ai la chance d’être relativement connu dans mon milieu et d’avoir un certain capital sympathie auprès de me lecteurs…

 

6/ Depuis quand pratiquez-vous cette discipline ? Qu’avez-vous déjà réalisé ?

Depuis plus de 20 ans, je parcours la planète que cela soit pour de l’actualité ou bien pour chercher la belle image de nature. J’ai commis plus de quinze livres, quelques-uns ont été des succès.

 

7/ Quelle est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Ma dernière aventure – dirais-je plutôt – car œuvre me semble être de trop, c’est la réalisation d’un livre guide, le premier du genre, présentant une sélection des plus beaux endroits de France où s’offrir un tête à tête avec la Nature. Ce guide est orienté photo mais conviendra aussi à tous les amateurs de nature.

Ce sera le premier livre que je produis de A à Z et qui sortira chez Tau Éditions, une petite structure dont je suis à l’origine. Je cherche d’ailleurs pour cette première grande aventure quelques soutiens via un site de fonds participatifs :

https://www.kisskissbankbank.com/echappees-sauvages?ref=category

COUVBD

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

La plupart de mes livres ont été réimprimés mais sont épuisés. Ils étaient distribués dans toutes les bonnes librairies et sur internet. Il me reste quelques exemplaires qu’on peut se procurer via mon site internet www.franckfouquet.eu

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Aucune. Juste l’école de la vie et de la passion.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ?

Celui de toujours faire comme on le sent et de ne jamais perdre son âme…

 

11/ Que préférez-vous faire dans votre discipline ?

Incontestablement : être sur le terrain à faire des images. Même quand c’est difficile et dur, je me sens mille fois mieux qu’ailleurs !

 

12/ Comment travaillez-vous ? Seul ?

Je travaille toujours seul. Lorsque je travaillais pour de l’actualité, il m’est arrivé de partager mes aventures avec un autre journaliste mais je préfère évoluer seul…

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai ma muse… 😉

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Oui dans le passé, certains livres ont été des commandes mais le marché du livre, et surtout du livre photo, est devenu tellement difficile et sclérosé que les commandes sont devenues rares. Mieux vaut prendre l’initiative et se débrouiller par soi-même…

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de votre discipline ?

Ne pas en faire son métier ! Garder un job alimentaire et se faire plaisir à côté. Être à son compte en France comme photographe, actuellement, c’est se condamner à beaucoup de temps de paperasserie et moins de temps qu’on le voudrait sur le terrain…

 

16/ Quels sont vos peintres préférés ? Vos sculpteurs préférés ? Ou vos artistes préférés ?

Mon artiste préféré, c’est un photographe : Ansel Adams, le pape de la photo de paysage. Un génie !

 

17/ Rencontrez-vous des difficultés à pratiquer votre discipline ? Lesquelles ?

La principale difficulté, c’est la santé du marché de l’édition, l’agonie du secteur de la presse et surtout l’extrême frilosité du milieu. On préfère refaire un Nième livre sur un sujet vu, revu et rerevu plutôt que de prendre le moindre risque en innovant un peu !

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ? Pouvez-vous nous en parler ?

Comme je le disais plus haut, j’achève « Échappées sauvages. Les meilleurs spots photo de France ». Je crois beaucoup à ce livre car il répond à une attente du public. Les rares personnes à avoir vu la maquette trouvent le projet super !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

À partir de mai 2016, le livre devrait être paru et je vais entamer ma tournée promotionnelle en participant à plusieurs festivals. Les dates seront communiquées sur mon site internet http://www.franckfouquet.eu

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur mon site internet et ma page Facebook (http://www.facebook.com/franck.fouquet)

————-

Le 11 mars 2016.

Franck FOUQUET

.COUVBD

.

.

.

Je remercie sincèrement Franck FOUQUET d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 15 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Ils l’ont dit

Ils l’ont dit, c’est le titre d’un petit ouvrage que je viens de recevoir.

C’est publié par les P’TITS BOUQUINS

En couverture un titre célèbre « TOUT CE QUE JE SAIS, C’EST QUE JE NE SAIS RIEN. » signé SOCRATE.

.

Ils l'ont dit 2
Ils l’ont dit 2

.

C’est un petit recueil de 300 phrases écrites ou dites par des personnages plus ou moins célèbres.

Je ne résiste pas à vous faire profiter de quelques unes.

Sacha Guitry : Il faut toujours se marier avec une belle femme : vous trouverez toujours quelqu’un pour vous en débarrasser.

Steve Jobs : La simplicité peut être plus difficile à atteindre que la complexité : il faut travailler dur pour bien penser et faire simple.

Gandhi : Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

Mae West : Aujourd’hui, si un homme tient la porte pour une femme, il y a de fortes chances pour que ce soit le portier.

Léo Campion : Le chauffeur est, de loin, la partie la plus dangereuse de l’automobile.

Beaumarchais : Boire sans soif et faire l’amour en tout temps, Madame, il n’y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.

Epictète : Il ne dépend pas de toi d’être riche, mais il dépend de toi d’être heureux.

Napoléon Bonaparte : Le sot a un grand avantage sur l’homme d’esprit : il est toujours content de lui-même.

Jean Yanne : J’ai déjà essayé de payer mes impôts avec le sourire. Ils préfèrent un chèque.

George W. Bush : De plus en plus de nos importations viennent de l’étranger.

Coluche : Je ne suis ni pour, ni contre, bien au contraire.

Abbé Pierre : Un sourire coûte moins cher que l’électricité, mais il donne autant de lumière.

Charlotte Whitton (féministe canadienne) : Quoi qu’elle fasse, la femme doit le faire deux fois mieux que l’homme afin qu’on en pense autant de bien. Heureusement, ce n’est pas difficile.

Antoine de Saint-Exupéry : Pourquoi perdre son temps à vouloir contredire son épouse ? Il suffit d’attendre qu’elle ait changé d’avis.

Georges Courteline : J’ai connu une femme qui voulait divorcer pour ne pas rester l’épouse d’un mari trompé.

Pierre Dac : Un accusé est cuit quand son avocat n’est pas cru.

Ingrid Bergman : Le bonheur, c’est avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire.

Zsa Zsa Gabor : Je veux seulement trouver un homme gentil et compréhensif. Est-ce vraiment trop demander à un milliardaire ?

Félicity Parker : Le meilleur moyen pour que votre mari fasse quelque chose, c’est de lui dire qu’il est trop vieux pour le faire.

Gilda Radner : Je préfère être une femme. On a le droit de pleurer, on porte de jolies robes et on est les premières à être sauvées si le bateau coule.

Mary Kenny : Je ne fais jamais deux fois les mêmes erreurs. Je me renouvelle à chaque fois.

Cécile Sorel : Pourquoi je prends des bains de lait ? Parce que je n’ai pas trouvé de vache assez haute pour que je prenne ddes douches.

Confucius : La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas.

Il en reste encore plus de 270.

.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .