Publié par Laisser un commentaire

Les Chinois au secours des notaires français

CHALLENGES publie un article sur les notaires chinois avec qui les notaires français ont créé des liens forts, dans le cadre de la guerre mondiale du droit. Deux opposants : le droit anglo-saxon que j’appelle le droit de la guerre, et le droit latin que j’appelle le droit de la concorde.

Je précisais, il y a déjà plusieurs dizaines d’années, cette guerre lors de formations en déontologie notariale à de futurs notaires.

Au risque de passer pour un chauvin et un passéiste, je suis convaincu que le modèle français est le meilleur car il allie sécurité, modernisme et prise en charge des actes en fonction d’un coût réparti d’une manière équitable. Les gros actes paient pour les petits. Nombre d’actes ont un coût de confection inférieur au prix facturé. Car chaque acte a un prix de revient constitué par les salaires, les charges sociales, les loyers, les charges courantes et la formation.

Connaissez-vous une entreprise qui peut vendre moins cher qu’elle ne produit ? Pour une entreprise, c’est interdit par la loi et la sanction est dure : la mise en réglement judiciaire puis la liquidation judiciaire.

Or, le système de solidarité et de mutualisation permet néanmoins de survivre. A tel point que 4 % du chiffre d’affaires de chaque office notarial est versé à la Caisse de Retraite des employés de notaires, caisse qui assure également l’assurance maladie. Ce qui est rarissime en France.

En cas de libéralisation, nous savons tous ce qui sera perdu :

. les petits actes ne seront pas faits, car prix de revient supérieur au prix de vente,

. les petites études disparaîtront, de sorte que le maillage sur tout le territoire français n’existera plus. Actuellement, presque un  notaire par canton,

. la régression progessive de l’assurance maladie et de la branche vieillesse de la profession, ce qui entraînera une menace sur environ 60000 personnes.

. etc .

On sait toujours ce qui est perdu, mais on ne sait jamais ce qui va arriver.

.

Je publie ici le début de cet article et met le lien pour la suite.

 

Quand les Chinois prennent la défense des notaires français

Challenges.fr

Voir tous ses articles

Publié le 04-09-2014 à 13h26Mis à jour à 17h42

Alors que leur statut est menacé en France, les notaires français sont érigés en modèle en Asie. Et notamment en Chine où ils exportent leur savoir-faire.

 

Les notaires français sont détenteurs d'une charge spécifique qui leur est confiée par l'Etat. (Sipa)
Les notaires français sont détenteurs d’une charge spécifique qui leur est confiée par l’Etat. (Sipa)

De notre correspondant à Pékin, Richard Arzt

Avec discrétion, le système de notariat à la française a réussi à faire école dans plusieurs pays d’Asie. C’est même l’un des rares domaines juridiques où la façon de faire à l’anglo-saxonne ne domine pas.

Cette semaine à Pékin, pour la 4ème année, la commission des affaires asiatiques de l’Union internationale du Notariat organisait dans un grand hôtel une rencontre de notaires chinois, coréens, mongols, vietnamiens, japonais. Des laotiens, cambodgiens et thaïlandais étaient également présents à titre d’observateurs. Tous ont commencés par être reçus par la ministre chinoise de la Justice, Wu Aiying, qui a insisté sur « le rôle important du notaire en Chine en matière de développement économique, de croissance et d’harmonie sociale ».

4.500 Chinois ont déjà été formés

C’est en 2000 que le notariat français a installé à Shanghai le Centre Sino-français de Formation et d’Echanges Notariaux et Juridique. C’est un lieu d’étude et d’échanges professionnel où notamment des notaires, …

http://www.challenges.fr/economie/20140904.CHA7350/quand-les-chinois-prennent-la-defense-des-notaires-francais.html

 

Jean-Louis RIGUET septembre 2014

 

Publié par Laisser un commentaire

L’Asso et France Bleu – Chronique 2 Les Cloches

.

lauteur-jean-louis-riguet-diffuse-premiere-ch-L-OV_xwT

.

Chaque semaine, FRANCE BLEU ORLEANS tient une chronique sur le patrimoine de la région Orléanaise relatée notamment dans les livres qui paraissent.

Cette chronique est en général diffusée tous les jours vers 13h30. Elle est suivie d’une question et le premier auditeur qui apporte la réponse dans les cinq minutes suivantes a le plaisir de gagner le livre en question.

L’Association des Bouts de Lignes a été jugée comme présentant suffisamment de propos sur le patrimoine historique de la région d’Orléans pour avoir l’honneur de réaliser cinq chroniques. Diffusée du lundi au vendredi, un livre a été gagné chaque jour.

Leslie Schoofs s’est prêtée au jeu avec gentillesse et compétence. Merci à elle. Voici le résultat pour la chronique sur les Cloches, etc.

.

.

Les Cloches

 Sur la région d’Orléans, les cloches, c’est la Fonderie de Cloches Bollée établie à Saint-Jean-de-Braye.

Pour fabriquer une cloche, il d’abord faire le calibre. On commence par tracer les profils des moules. En général, il en est fait trois dans une planche de hêtre. La cloche sera ensuite fondue dedans.

La Maison Bollée est la seule au monde à faire cette opération avec un pantographe.

Un pantographe. C’est une invention d’Amédée Bollée l’a créé en 1883.

Il a aussi découvert la méthode d’analyse harmonique. C’est pour le son de la cloche. Cette méthode permet de connaître le nombre de vibrations du timbre. Amédée Bollée a trouvé cette méthode en 1866.

C’est grâce à son savoir-faire et à son inventivité que la Maison Bollée a perduré.

Les « Bollée » sont arrivés à Saint-Jean-de-Braye en 1838.

Auparavant, ils étaient des fondeurs ambulants depuis 1715.

Ils sont originaires du berceau des fondeurs de cloches, à Breuvannes en Haute-Marne.

Ils sont tous Maître Santier, de père en fils.

Les santiers sont ceux qui fabriquent les cloches. Nous en sommes à la huitième génération ici, dans les mêmes locaux qu’au départ.

Je ne peux pas dire qui a inventé les cloches. Je sais que l’on en parle dans la Bible. Il y est dit que les robes des grands prêtres avaient des clochettes d’or. Mais je suis certain que les cloches existaient auparavant. Les Chinois en avaient l’usage 2300 ans avant Jésus-Christ.

Désormais, certaines cloches sont pilotées à distance, par le système GPS. Le modernisme a aussi envahi les cloches.

.

Voilà pour cette chronique.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

.

Rappelons que L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

a reçu le prix SCRIBOROM 2013

et qu’il est publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

http://www.scribomasquedor.com/

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .