Publié par Laisser un commentaire

Un salon au-dessus de la grotte

Un salon au-dessus de la grotte de Béraire

Salon de l’Art et du Livre de La Chapelle Saint Mesmin à l’Espace Béraire

 

L’association chapelloise détente et loisirs organise son énième salon des arts et du livre à l’espace Béraire à La Chapelle Saint Mesmin le dimanche 8 avril 2018 de 10 h 00 à 18 h 00.

A cette occasion, le Bonimenteur de Loire C’est Nabum viendra conter ses bonimenteries.

L’Espace Béraire est situé sur la butte. Non loin de là en contrebas, sous l’église, à mi-chemin avec la Loire, se trouve la grotte de Béraire qui abrita un temps un dragon. J’en ai raconté l’histoire dans mon livre Récits Historiques de l’Orléanais, Val de Loire, Beauce, Sologne, publié aux éditions du Jeu de l’Oie.

En voici quelques lignes :

La grotte du dragon

Ignoble dragon, je suis dans ma grotte de Béraire à La Chapelle-Saint-Mesmin, à flanc de coteau dominant la Loire. Je suis beau. Je suis un gigantesque reptile recouvert d’écailles qui brillent au soleil. Pour me déplacer plus rapidement, je vole grâce à mes ailes en cuir. Pour faire peur, je crache mon feu loin devant moi. Sadique, j’aime bien faire peur. J’aime vivre sur terre même si je réside sur les bords de la Loire, ce magnifique fleuve incontrôlable, souvent en crue.

C’est vrai, je suis considéré comme l’incarnation du mal, la Bête de l’Apocalypse, le symbole de Satan. Et alors ? Si vous me laissez tranquille, je ne vous fais rien. Si vous m’attaquez, je me défends. Un point, c’est tout. Laissez-moi dans ma grotte, tranquille et serein, je ne vous cracherai pas dessus. Non mais ! C’est quoi, ça ? Certes, je suis une créature. Certes, vous avez du mal à comprendre comment je peux cracher du feu. Certes, vous êtes surpris par le fait que j’ai des pattes et des ailes, oui quatre pattes et deux ailes. Certes, je suis une légende.

Je me prétends extrêmement intelligent, doué de parole. Je ne suis pas magicien. Pour cela, il faut descendre un peu plus en aval, jusqu’à Blois. Moi, je réside juste à l’ouest d’Orléans, sur la rive droite du fleuve. De chez moi, j’aperçois les bâtiments de l’abbaye de Micy, située de l’autre côté, sur l’autre rive. J’adore faire peur aux moines vêtus de leur aube comme des femmes, femmelettes oui ! Les moines en font toute une histoire. Ce serait plutôt à  moi de conter la leur. Ce que je vais faire sans délai, dans un monologue bien sûr, puisque je n’ai plus de contradicteur de mon espèce. Je me demande d’ailleurs si c’est moi qui fais peur ou si ce n’est pas, plutôt, les réunions druidiques qui gênent la mission évangélique de notre moine préféré.

 

L’histoire commence à l’époque mérovingienne. Deux paroisses se concurrencent : Saint Privat (ou Saint Pryvé) et Saint-Maximin (ou Saint Mesmin). Les appellations viennent du nom d’ecclésiastiques, comme on dit maintenant. Le premier, évêque de Mende, décède en 257. Mort, il entreprend un grand voyage à la demande du roi Dagobert. Pensez donc, il dure presque 400 ans jusqu’en 632. Après avoir fait étape à Micy, il arrive jusqu’à Saint-Denis, près de Paris, où reposent depuis ses cendres. L’avantage d’être un dragon est que l’on vit longtemps, sans notion du temps.

Le deuxième est le neveu de Saint Euspice, archiprêtre de Verdun. Clovis vient dans cette ville pour la châtoere car elle s’était révoltée. Mais Saint Euspice se précipite au-devant de Clovis qui en est charmé et accorde son pardon. La ville est sauvée. Du coup, Clovis s’attache à son neveu, Saint Mesmin (ou Saint Maximin) avec la même ferveur qu’il a pour son oncle. Quelques années après, en 508, Euspice est fatigué. Il cherche un lieu pour sa retraite. Il voyage et, dans ses pérégrinations, arrive jusqu’à Orléans. Il dégotte une villa royale en ruine. Située entre Loire et Loiret, un peu à l’est de la pointe de Courpin, cette bâtisse se nomme Micy, au lieu-dit de Saint-Nicolas, nom qui lui est resté.

Clovis est venu tenir concile à Orléans avec…

.

Venez retrouver les exposants et les auteurs.

J’y serai avec mes livres.

.

© Jean-Louis RIGUET 29 mars 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Nadine Richardson

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Nadine Richardson

.nadine richardson jpeg

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Nadine Richardson. Née le 10 avril 1971, j’ai passé mes 20 premières années à Brest ma ville natale. Le DEUG en poche, je suis partie en 1991 en Polynésie Française où je travaillais dans le domaine des médias. Retour professionnel en 2000 en France à Orléans puis nouveau départ à Tahiti en 2003 jusqu’en 2010. J’habite aujourd’hui à Tigy.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Animatrice radio de 1992 à 1994 à Fun Radio Tahiti, de 1993 à 1994 animatrice radio également sur SUN FM Tahiti (radio affiliée RTL), de 1994 à 2000 animatrice radio à NRJ Tahiti. Parallèlement, pigiste pour différents journaux du groupe Hersant Tahiti (La dépêche Dimanche/ Fenuaorama), de 2000 à 2003 animatrice radio à Vibration (Margot dans l’équipe du matin), de 2003 à 2008 directrice antenne NRJ Tahiti, de 2008 à 2011 auto entrepreneur (société de services à la personne), de 2011 à ce jour employée dans un groupe de protection sociale.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Je ne pratique aucun autre art, faute de temps. J’ai pendant 10 ans (de 8 à 18 ans) pratiqué la musique au Centre Breton d’Art Populaire (flûte à bec/ tin whistle/ flûte traversière irlandaise). J’ai pratiqué le théâtre un an en 2001. Si j’avais le temps, je pratiquerais à nouveau la musique et referais de la radio qui reste ma passion n°1.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de mes lecteurs si ce n’est qu’ils lisent mon livre et qu’ils m’en fassent une critique constructive afin de me permettre de me perfectionner et évoluer dans l’écriture. Le côté promotion est le rôle de mon éditeur. Je suis présente sur les salons afin d’offrir des séances de dédicaces et m’entretenir avec mes lecteurs.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non, je ne fais pas ce genre de choses, mon livre (intrigue libertine) ne s’y prête pas vraiment. Mais je suis ouverte à toutes manifestations et événements, je me prête facilement au jeu. Ma curiosité fera que j’accepterais très certainement ce genre de choses si on me le proposait.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai commencé mon roman en août 2011. Je l’ai terminé en décembre 2011. Ensuite, j’ai passé plus d’un an et demi à le corriger et améliorer l’intrigue pour encore plus de suspens. « Fantasmes et Tourments en Sologne » est mon premier roman. Depuis, j’ai un autre roman en préparation que j’ai laissé en stand-by afin d’écrire un roman en binôme avec la complicité de C’est Nabum le Bonimenteur de Loire.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Fantasmes et Tourments en Sologne raconte l’histoire d’une femme seule, victime de harcèlement. Au début, elle prend les menaces à la légère puis très vite son angoisse va s’installer. Courageuse, elle décide de découvrir qui noircit son existence de la sorte et mène l’enquête. J’ai voulu une histoire réaliste qui pourrait arriver à n’importe quelle femme ordinaire en posant la question : qu’auriez-vous fait à sa place ? Mon livre s’équilibre entre suspens et scènes libertines (non vulgaires, je tiens à le signaler) parsemés d’un minimum d’humour.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site des Éditions du Jeu de L’oie, Espace Leclerc Fleury Les Aubrais, Librairie Volte Pages Olivet. (voir avec mon éditeur). J’en ai aussi en ma possession et en vends régulièrement à proximité de mon lieu de résidence. Pour cela, vous pouvez me laisser un message sur ma page Facebook « Nadine Richardson Écrivain »

https://www.facebook.com/Nadine-Richardson-%C3%A9crivain-233849646946542/

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je n’ai pas de position sur la question, cela fait trop peu de temps que j’évolue dans le domaine de l’édition. Très certainement que si j’avais l’argent et le temps nécessaires, je publierais à compte d’auteur. J’ai toujours été pour minimiser le nombre d’intermédiaires (et ce, dans tous les domaines) garant pour moi d’une atteinte plus facile de la satisfaction personnelle.

Je reste persuadée que l’e-book ne détrônera jamais le livre version papier. Alors me lire sur e-book pourquoi pas si cela peut m’apporter des lecteurs supplémentaires.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Ne compte que sur toi-même, sur ton courage, ta ténacité et ta persévérance. Personne ne fera les choses à ta place à moins d’y trouver un intérêt personnel. Ne te fais pas d’illusion, on naît seul et on meurt seul. Cela ne signifie pas qu’il faut vivre en solitaire mais garder toujours en tête que la vie sociale suppose un subtil équilibre entre donner et recevoir…

Ce n’est pas un conseil que l’on m’a donné, cette devise m’a été dictée par mon expérience et mon vécu.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Des romans et éventuellement des nouvelles, le reste m’ennuie.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Devant mon ordinateur. Casque sur les oreilles pour m’isoler de mon entourage avec Adèle en musique de fond. Lorsque j’écris, je peux passer toute une nuit sans m’arrêter, c’est souvent la fatigue qui me pousse à arrêter. Je n’ai pour le moment jamais connu l’angoisse de la page blanche (je croise les doigts pour que cela n’arrive jamais).

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon inspiration dans mon imagination. Je passe mon temps à m’inventer des histoires que je couche ensuite sur le papier.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

À la base je crée une histoire, un fil conducteur. Ensuite, je me mets dans la peau de mes personnages, me demandant constamment comment j’aurais réagi à tel événement, j’aime décrire les émotions que souvent nous cachons par pudeur ou par honte. Je me laisse porter par les émotions (positives ou négatives) de mes personnages ce sont elles qui déterminent mon intrigue. Quant au suspense, j’aime amener mes lecteurs à se poser des questions, j’aime aussi à donner des infos juste pour les amener sur une fausse piste tout en semant l’intrigue de tout petits détails menant à la vérité. Ce n’est seulement qu’au moment du dénouement que les lecteurs réalisent à quel point ces détails étaient importants et que l’évidence était sous leurs yeux.

Mes personnages sont imaginaires mais toujours inspirés de personnes rencontrées dans ma vie. Un personnage regroupe souvent plusieurs facettes inspirées de plusieurs personnes que j’ai pu rencontrer sur ma route.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je n’ai pas de conseils à donner, ne me considérant pas comme un écrivain mais plutôt comme « une raconteuse d’histoire ». Ma faiblesse reste mon style littéraire. Ma force réside dans mon imagination et ma facilité à retranscrire des émotions. Mon seul conseil serait peut-être de ne jamais arrêter de faire travailler son imagination et d’écouter ses rêves. Beaucoup d’idées m’arrivent la nuit en dormant.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Je n’ai pas d’auteurs préférés, je choisis une lecture pour l’histoire, non pour l’auteur.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker. Je viens juste de l’entamer. Je manque cruellement de temps pour la lecture.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

En ce moment, j’écris un roman avec C’est Nabum. Un roman mélangeant l’univers des contes à celui de l’intrigue policière. Je n’en dirai pas plus…

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Il faudrait se rapprocher de mon éditeur pour cette question.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur ma page Facebook « Nadine Richardson-écrivain » https://www.facebook.com/Nadine-Richardson-%C3%A9crivain-233849646946542/

et sur le site de mon éditeur Les éditions du Jeu de L’oie. http://www.votreinfolocale.fr/editions-jeu-oie/crbst_2.html

————-

Le 30 avril 2016

Nadine Richardson

.

Couverture Fantasmes.indd

.

Je remercie sincèrement Nadine Richardson d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 06 mai 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.