Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Marie Laurent

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marie Laurent

.

Marie Laurent

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Marie Laurent, auteur à temps plein, un peu chieuse sur les bords mais toujours pour la bonne cause. Après des études de Lettres Modernes, j’ai enseigné le Français et l’Histoire.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

L’écriture fait partie de ma vie depuis l’école primaire. À l’époque où je travaillais, je n’écrivais pas mais j’inventais des histoires.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime bien la peinture, le cinéma, le théâtre. Je suis l’auteur de trois pièces dont l’une (une saynète) a été publiée en collectif. Par contre, jamais ô grand jamais je n’aurais eu le courage de monter sur scène pour chanter ou jouer.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Qu’ils m’encensent à tout propos et en tous lieux. Non, je rigole. Enfin, pas tout à fait, car j’apprécie les retours de lecture (même critiques), hélas trop rares. J’ai une page Facebook pas toujours évidente à faire vivre et je participe à quelques salons (2 cette année.)

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je ne me prends pas assez au sérieux pour donner une conférence. J’ai parfois lu des poèmes et des extraits de nouvelles dans le cadre d’une association littéraire et dans le cadre de présentations de mes livres.  Mais c’est fini.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis l’âge de 7 ou 8 ans. La liste de mes livres publiés et non publiés serait trop longue. Beaucoup d’historiques là-dedans (c’est mon dada)) mais aussi du contemporain, du fantastique, et récemment, de l’érotique

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Le dernier paru ou le dernier écrit ? Le dernier paru est « La mouche d’Eléonore » chez Artalys : une version moderne des Liaisons dangereuses où j’accommode le chef-d’œuvre de Laclos à ma sauce.  Le dernier écrit est un érotico-victorien passé du format de nouvelle à celui de novella. Pas une once de romantisme là-dedans. J’ai mélangé trois sœurs dévergondées, un pasteur obsédé, un séminariste travaillé par sa testostérone et j’ai secoué.

 

Extrait de La mouche d’Éléonore :

« Ma vie sentimentale s’apparentait au désert des Tartares de Buzzati ; j’avais beau scruter la plaine, personne ne se pointait à l’horizon. Je décidai d’y remédier, davantage pour prendre Adrien au mot que par envie véritable.

Cette résolution serait-elle restée lettre morte sans l’intervention du hasard ? Pas sûr. Pouvais-je décemment me rabattre sur le maçon qui me sifflait du haut de son échafaudage, ou sur le petit stagiaire boutonneux de l’Étincelle ? Faute d’un mâle capable de concurrencer l’inoubliable Valmont, je m’immergeai dans le travail jusqu’au cou. Enfin, j’essayai. Pondre un papier sur le dernier Goncourt, un pavé signé Joël Groelbecq, sur fond de décibels assourdissants tenait de la gageure. « Fait chier ! » m’écriai-je en envoyant à la poubelle mon énième brouillon – j’écris d’abord à la main. Cette fois, le jeunot du troisième allait savoir de quel bois je me chauffais. Façon de parler ; l’automne était froid et on gelait dans l’appart’, la faute à une chaudière défectueuse. Mon salaire me permettrait d’emménager ailleurs, mais quitter cet endroit où j’avais connu l’extase avec Adrien me donnait du vague à l’âme.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site de mes différents éditeurs et chez les revendeurs ; pour ceux comportant des versions papier, on peut les commander en librairie.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je publie à compte d’éditeur. Le compte d’auteur et le compte participatif peuvent être intéressants dans la mesure où l’auteur dispose d’un réseau important et de canaux pour écouler ses livres.

D’accord pour les e-books dans la mesure où ils représentent l’avenir. Les nouvelles, par exemple, trouvent plus facilement preneurs sous ce format. Tous mes bouquins sont en numérique, certains exclusivement.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De ne pas monter au créneau à tout bout de champ, ce que j’ai tendance à faire.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’ai écrit beaucoup de nouvelles entre 2003 et 2009 (dont celle publiée dans le recueil Erotik News d’Estelas Editions) avant de me consacrer presque essentiellement au roman. Le format court est un peu réducteur.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

À l’ordi, vu mes pattes de mouche ; l’après-midi ou le soir, je ne suis pas du matin.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Partout, dans l’Histoire ou dans la vie courante. L’idée du Maître de jet m’est venue en regardant un épisode de la série télé « Le sang de la vigne. »

J’ai eu une commande de nouvelle d’un éditeur, c’est arrivé une seule fois.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Les intrigues me viennent souvent lors d’un long trajet en voiture, dans l’eau ou en marchant. Par la suite, s’ajouteront des épisodes imprévus. Les personnages se construisent peu à peu, le choix de leur nom étant la première étape. Ils sont imaginaires, mais selon mon homme, mes héroïnes me ressemblent.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

De bien réfléchir avant de se lancer car écrire éloigne du monde réel et peut donner à nos proches le sentiment de ne plus exister.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Ils sont très nombreux. Dans ma jeunesse, j’ai eu une véritable passion pour Emily Brontë, Margaret Mitchell et Mary Webb. Puis il y eut Bazin, Troyat, Thyde Monnier, Mazo de la Roche, Juliette Benzoni et bien d’autres. Plus récemment, Anne Hébert et Lovecraft

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Rien, je n’ai pas le temps. Je sais, ce n’est pas bien, la lecture nourrit l’écriture.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, sur une parodie de romance érotique.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le salon du Valjoly imaginaire fin octobre et la sortie de deux livres.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur les pages fb et sites de mes différents éditeurs et sur ma page auteur :

https://www.facebook.com/pages/Marie-Laurent-Auteur/121703231237553?fref=ts

Le  14 mai 2015

Marie Laurent

.

Erotik T1 - 1ere Couv

 

AIbEiAIAAABDCMnvuI3Z7urKQSILdmNhcmRfcGhvdG8qKDA4ZTMxNTI1NDRhODlhYmFmMTYxNTg2ODNhNGRhMmQ4MDRjNzE0MzkwAV7CTwtfguV5GC3z3Fjr1jXZYHti

.

Je remercie sincèrement Marie Laurent d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 11 juin 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … Marie Laurent

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marie Laurent

.

interview bonimenteur

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je me présente : Marie Laurent, auteur à plein temps et râleuse professionnelle. Je rêvais d’être journaliste mais le destin ne l’a pas voulu. Après des études de Lettres modernes, j’ai enseigné le Français et l’Histoire.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

L’écriture a fait partie de ma vie depuis l’école primaire. Même pendant la longue éclipse où je n’ai littéralement pas produit une ligne, j’échafaudais des synopsis.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

J’aime bien la peinture, le cinéma, le théâtre. Je suis l’auteur de trois pièces dont l’une (une saynète) a été publiée en collectif. Par contre, jamais ô grand jamais je n’aurais eu le courage de monter sur scène.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Admirateurs est un bien grand mot pour un petit auteur comme moi. J’attends avant tout d’être lue et de recueillir des avis me permettant de m’améliorer. J’ai une page auteur facebook que j’essaie de faire vivre et je compte participer à quelques salons du livre en 2015. Le premier sera celui de Revel le Ier mai.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non, je ne me sens pas l’étoffe pour donner une conférence, bien que j’aie pensé à organiser une sorte de table ronde de la romance. J’ai parfois lu des poèmes et des extraits de nouvelles dans le cadre d’une association littéraire et j’ai eu droit à des présentations de mes livres.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis mon âge le plus tendre. Plusieurs manuscrits ont vu le jour, essentiellement des romans historiques dont j’ai remanié certains pour publication. Après un long passage à vide, j’ai repris la plume en 2003 et depuis, je n’ai plus arrêté, avec intensification de 2010 à 2014. Le décès de mon père, ajouté à des désillusions au niveau de l’édition a calmé mes ardeurs.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre écrit est un roman érotique (attention ! pas une romance, la différence est de taille) intitulé Le maître de jet. Il sortira en août aux Editions Dominique Leroy dans la collection E-ros et ceteri, au format numérique.

J’ai coutume de qualifier Le maître de jet « d’érotique rural. » En effet, le roman ne se passe pas en ville, comme souvent ce type d’histoire, mais en Bourgogne, dans le milieu de la vigne. Elle met en scène un jeune chaud lapin aux prises avec quatre femmes qui n’ont pas froid aux yeux. La fin réserve une grosse surprise.

 

Extrait (hors correction éditoriale) :

« M’arrachant à ma contemplation, je retourne à Virginie qui, à présent, a levé le nez et ne perd pas une miette des allers-et-venues de sa femme de ménage. Ses mains étreignent imperceptiblement les bras du fauteuil. Appuyé au chambranle, la gorge sèche, le cœur battant et la bite frémissante, j’attends la suite. Elle ne tarde pas. Mue par une impulsion subite, Virginie dégrafe sa jupe qu’elle fait glisser à ses pieds en un geste gracieux. La voilà en bas et porte-jarretelles, exhibant un triangle châtain aux contours bien délimités. Le ronron de l’aspirateur a cessé. Au tour de Léa d’observer sa patronne en train de se désaper. La veste pistache en harmonie avec le blond de la chevelure et le chemisier sans manches rejoignent la jupe sur le tapis. Virginie se cambre, faisant saillir – à dessein ? – sa poitrine qui n’est ni pesante comme celle de Léa ni menue comme celle de sa sœur (encore ai-je à peine deviné les seins d’Albane.) « La perfection incarnée » me dis-je, sans en être autrement ému. Il en est de même de sa taille et de ses hanches. Quant à son ventre et ses cuisses, on les croirait modelés par le ciseau d’un sculpteur. Cette beauté absolue annihile mon désir au lieu de l’exaspérer. »

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site de mes différents éditeurs et chez les revendeurs ; pour ceux comportant des versions papier, on peut les commander en librairie.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je suis contre le compte d’auteur : une arnaque pure et simple où l’auteur est perdant à tous les coups. Le compte participatif en est une variante ; à proscrire, donc. Mais publier à compte d’éditeur n’est pas forcément la panacée, surtout pour un inconnu. Sans réseau de fans et sans promo active, le livre se retrouve souvent aux oubliettes.

Je suis pour les e-books dans la mesure où ils représentent l’avenir. Les nouvelles, par exemple, trouvent plus facilement preneurs sous ce format. Tous mes livres sont en e-books, certains exclusivement. Les deux derniers, La fiancée du tsar (Editions Sharon Kena) et La mouche d’Éléonore (Editions Artalys) existent aussi en papier.          

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

De cesser de toujours voir le mauvais côté des choses, la coupe à moitié vide au lieu celle à moitié pleine. Sur ce plan là, il y a du boulot.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

J’ai écrit beaucoup de nouvelles entre 2003 et 2009, avant de me consacrer presque essentiellement au roman. Le format court est un peu réducteur, j’ai du mal à y caser mes histoires. Le reproche majeur fait à mes textes est de n’être pas assez longs. Alors, je développe. J’ai repris des nouvelles anciennes pour leur donner plus de corps.

 

12/ Comment écrivez-vous ? 

À l’ordi ; autrement, impossible de relire mes pattes de mouche. Jamais le matin, sauf obligation de délai, ce qui n’arrivera plus.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

L’Histoire, en particulier, est une source d’inspiration inépuisable ; la littérature aussi. Par exemple, La mouche d’Eléonore est une transposition des Liaisons dangereuses. Maintenant, j’ai tendance à inventer mes propres histoires. L’idée du Maître de jet m’est venue en regardant un épisode de la série télé « Le sang de la vigne. »

J’ai eu une commande de nouvelle d’un éditeur, c’est arrivé une seule fois.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Les intrigues me viennent souvent lors d’un long trajet en voiture. Par la suite, s’ajouteront des épisodes que je n’avais pas prévus au départ.  Les personnages se construisent peu à peu, le choix de leur nom étant très important. Ils sont imaginaires mais il paraît que mes héroïnes ont toutes une part de moi.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Je leur conseillerais de se relire encore et encore, de reprendre les passages qui leur semblent faibles, quitte à supprimer des pans entiers de leur « œuvre ». C’est en forgeant qu’on devient forgeron.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Ils seraient trop nombreux à citer. Dans ma jeunesse, j’ai eu une véritable passion pour Emily Brontë, Margaret Mitchell et Mary Webb. Puis il y eut Bazin, Troyat, Thyde Monnier, Mazo de la Roche, Juliette Benzoni et bien d’autres. Plus récemment, Anne Hébert et Lovecraft.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Essentiellement de la documentation pour ma romance historique en cours.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, sur cette romance historique se situant en Autriche-Hongrie à la fin du dix-neuvième siècle. En parallèle, j’allonge une nouvelle érotique et historique écrite en 2008.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le Salon du livre de Revel et deux parutions : Les noces de Winchester aux Editions Rebelle (date indéterminée) et Le maître de jet.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur les pages fb et sites de mes différents éditeurs et sur ma page auteur :

https://fr-fr.facebook.com/pages/Marie-Laurent-Auteur/121703231237553

 

————-

 

Le  22 février 2014

Vos prénoms et noms

Marie Laurent

.

e book Noêl6

 

 

JDcov

.

Je remercie sincèrement Marie Laurent  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 26 février 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Publié par Laisser un commentaire

JL à l’écoute de … CALINE HENRY-MARTIN

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui CALINE HENRY-MARTIN

.

Février 2010

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

CALINE HENRY-MARTIN – autodidacte – premiers récitals à l’âge de 13 ans (mon CV complet

-trop long pour ici- sur http://murolpoesicales.wifeo.com) 14 publications à ce jour + diverses participations à anthologies.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant j’étais une petite fille tranquille qui écrivait des poèmes et faisait des dessins pendant les cours d’histoire/géo.

Ensuite, responsable dans un cabinet d’assurances

Puis Assimilée Cadre dans un important Groupe Pétrolier Français

Enfin commerçante et « loueur » de meublés saisonniers

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ?

La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

A part la lecture et l’écriture, mes passions sont la peinture, la sculpture et tous les arts, même ceux que j’ai plus de mal à comprendre.

Je pratique beaucoup de bénévolat pour aider les autres artistes, ceux que j’aime, sans distinction de genre.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Difficile question : j’attends TOUT et RIEN à la fois. Juste de belles rencontres pour parler art avec un grand « A ». De l’art populaire de préférence et je n’ai pas peur de le dire. Je fréquente les réunions artistiques, lectures publiques et les salons littéraire, les expos multi-arts aussi très largement. Ce sont celles qui m’apportent le plus.

Sinon, je sais mal me vendre. Je ne suis dans aucune librairie, par exemple. Je réponds aux interviews radio (pas à la TV, je suis trop timide). Ma meilleure pub, ce sont mes amis et, par conséquent, le bouche à oreille.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Oui. J’ai répondu plus haut.

Non pour les conférences : ça barbe tout le monde. J’aime dispenser de la joie, pas de l’ennui.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris n’importe où et sur n’importe quel support (y compris sur les tickets de métro, le papier toilette et les nappes en papier, sur le miroir aussi avec mon rouge à lèvres. En bref, quand une idée me traverse, idée que je travaillerai ensuite. Par contre, j’aime par-dessus tout, au final, le crayon à papier hyper bien taillé et de tout petit format. Allez savoir pourquoi !

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre, « la Colère de Dame Museau », est un livre pour enfants. Banal, penserez-vous ! Pas du tout. Il est écrit avec un phrasé particulier adapté à l’enfant mais avec des mots choisis, destinés à « faire grandir » l’enfant. Pas de « nounours » ou de « papounet », etc… L’enfant est un petit homme (ou une petite bonne femme) tout à fait capable de lire un VRAI livre et cette notion est à respecter. A la fin du livre, il y a aussi une toute petite mais jolie Morale qui ne dit pas son nom mais, je l’espère, marquera l’enfant.

Enfin, pour que l’enfant s’approprie bien le livre, il peut le colorier (le papier est épais et opaque, facile à manipuler et adapté à de petites mains pas forcément très habiles encore). Les dessins sont pleins d’humour et je sollicite la participation des parents tout au long de la lecture.

Mais j’aimerais aussi parler de mon avant-dernier livre, un recueil de poèmes « Papillons en Voyage ».

Beaucoup de gens boudent la poésie, y compris et en premier lieu les libraires. J’aimerais bien faire comprendre que la poésie aussi est un art noble au même titre que toute écriture. Ce recueil est volontairement empli de simplicité d’écriture (j’ai bien dit simplicité, pas facilité). Tout un chacun doit pouvoir y plonger à son aise pour rêver, réfléchir, et plus encore.

De Papillons, il n’est que peu question d’ailleurs, ce que j’évoque dans ce recueil ce sont ses symboles : la liberté, l’harmonie, la beauté, les couleurs, l’éphémère et la fragilité consentie, la délicatesse précieuse de ce qui vit peu mais intensément. Ces Papillons sont aussi mes Messagers : d’amour, d’espoir, de sérénité…des passeurs de mémoire.

Il me faut arrêter là mon envol papillonnant, je finirais par lasser, ce que je ne peux me résigner à faire !

Si vous ne deviez retenir de moi qu’une chose, ce serait ce message : LA POESIE EST VIVANTE, BIEN VIVANTE. Ne vous privez pas du bonheur d’en lire !

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

En vente dans les Salons du Livre, auprès de ma Maison d’Editions Le Fil des Mots (Véronique Piazza) et surtout par messages privés sur Facebook ou par mail henrymartinc@orange.fr. Renseignements possibles aussi auprès de « 7 à Lire » (Robert Linas) et de tous mes amis artistes, principalement en région parisienne (où j’ai grandi), en Auvergne (mon pays de cœur) ou en Midi-Pyrénées (le Tarn qui m’accueille actuellement)

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je suis à 100 % contre les e-books qui acceptent tout et n’importe quoi. On peut recopier l’annuaire et laisser penser que c’est un livre d’auteur.

Le compte d’éditeur n’existe pratiquement plus. Dommage mais on peut comprendre.

A compte d’auteur, il faut avoir les moyens financiers. Rare chez les artistes.

A compte participatif, si on a affaire à des personnes de confiance, c’est une solution.

Personnellement je « travaille » en tant que correctrice pour une association non lucrative d’aide à l’édition et cette solution me paraît être l’idéale pour les auteurs contemporains car à chaque étape qui mène à l’édition finale on peut faire des choix : 1/ de correcteur 2/ d’illustrateur 3/ d’infographiste 4/ d’imprimeur.

Chacun a ainsi la plus grande liberté, y compris celle de s’arrêter en chemin ou de gérer en fonction de son budget en espaçant les étapes à financer. L’Association vous conseille du début à la fin de cette longue route, sans autre obligation qu’une adhésion annuelle (extrêmement mince) et vous donne même un ISBN, les coordonnées d’organisme comme la BNF, etc…

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Difficile de résumer. Le même pour les livres et dans la vie.

Disons : TENDRE LA MAIN toujours – PARTAGER – RESPECTER – LAISSER PARLER SON COEUR

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Romans et poésie – Prose poétique et régionalisme

12/ Comment écrivez-vous ?

Bien, j’espère. 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans la vie. Du coucher du soleil au lever du jour, dans le regard de mes proches, dans le sourire de mes enfants et petits-enfants. Partout où le sentiment nous pousse à de petits pincements de cœur qu’ils soient sourires ou détresse.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

J’aime bien brouiller les pistes et mélanger du vécu et de l’imaginaire, quel que soit le genre et les moments d’écriture.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Donner beaucoup de soi, écrire avec ses tripes. Imaginer le lecteur qui va vous découvrir. Pour lui, il vous faut être une belle image et surtout, surtout, le respecter en ciselant chacun de vos mots, de vos phrases, de vos sentiments mis à nu parfois.

Un bon auteur a forcément du sentiment et un ressenti immense.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Des inconnus le plus souvent, ceux dont on ne fait pas connaissance dans les milieux scolaires, ceux dont le « coup de patte littéraire » m’a touchée (en lisant un de leurs extraits par exemple ou en écoutant un échange verbal entre artistes). J’ai ainsi lu Philippe de Riemaecker (un Grand qui s’ignore), Isabelle Mallowé (si discrètement talentueuse) Patrick Chaussidière (amoureux fou de l’Auvergne, comme moi)….

De façon plus classique, je dirais, et ce dans le désordre, comme ils me viennent : René-Guy Cadou, Montherlant, Bazin (ah, Bazin !…), Christian Signol (sa tendresse quand il parle de ses racines !) Boris Vian, Stephen King, Jean Giono (le maître de la Provence avec Marcel Pagnol)

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Henri BOSCO « Le Mas Théotime »

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui. L’histoire très anecdotique d’une toute petite vie qui devrait s’appeler « …. » J’en reparlerai.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

En dates définitives, je serai le 11 octobre à Carcassonne, en scène ouverte.

Le 1er week-end de mars 2015 à Négrepelisse (Salon du Livre).

Le 10 mai 2015 au Salon du Livre de Mazamet.

D’autres dates, dont une hors-frontières, sont en pointillés, à suivre sur les réseaux sociaux que j’utilise beaucoup pour les infos publiques.

20/ Où on peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Idem. Principalement sur les réseaux sociaux.

————-

Le 4 octobre 2014

CALINE (HENRY-MARTIN)

.

DSCF1203-1Caline

.

Je remercie sincèrement Caline Henry-Martin  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 08 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.