.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Léonie Chéreau

.

 

 

 

Léonie Chéreau était une jeune fille de bonne famille, âgée de 15 ans, sans soucis ni problèmes apparents. Comme tant d’adolescentes, elle voyait dans chaque homme gentil un prince charmant. Son père, un huissier austère d’Orléans, venait de mourir. Sa mère, malheureuse et désemparée, laissa sa fille vaquer librement à ses occupations et oublia de […]

via Léonie Chéreau — Les balades d’Alexandra

Léonie Chéreau par Les balades d’Alexandra

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Corporation des maîtres charcutiers de Paris

 

 

Si la corporation des maîtres charcutiers de Paris remonte au XVe siècle, ce n’est qu’en 1805 que la profession reçoit des statuts modernes, sous le nom de Bureau de commerce de la charcuterie. Ce bureau est transformé en Chambre syndicale l’année même où est fondé, le Syndicat général de la charcuterie française, en 1881. Après […]

via Corporation des maîtres charcutiers de Paris — Les balades d’Alexandra

Corporation des maîtres charcutiers de Paris par Les balades d’Alexandra

Balade parisienne, 2e arrondissement, Alexandra Delrue

.

BALADE PARISIENNE

2e arrondissement

de Alexandra Delrue

Une mine de renseignements

.

 

.

Les éditions BOD

 516 pages – Juin 2018 – Prix 20 €

ISBN 9 782322 121953

.

 

.

https://www.bod.fr/librairie/balade-parisienne-alexandra-delrue-9782322121953

.

Quatrième de couverture

Le 2e arrondissement de Paris est officieusement nommé l’arrondissement de la Bourse. L’ancien palais Brongniart témoigne de l’activité financière et bancaire du quartier. Quartier qui autrefois était aussi un haut lieu de la Presse et de la vente en gros du textile (Sentier). S’y trouvent de nombreuses pépites tels que la bibliothèque Richelieu, l’église Notre-Dame des Victoires, le square Louvois, le théâtre des Bouffes Parisiens, l’Opéra-Comique, les galeries Vivienne et Colbert, de nombreux hôtels particuliers datant des 17e et 18e siècles.

 .

 

.

Extraits :

Page 10

Le couvent des Capucines

L’ordre des Clarisses capucines est introduit en France par la reine Louise de Lorraine-Vaudémont, veuve d’Henri III. Elle projette la construction d’un couvent à Bourges afin d’y être inhumée. A sa mort, le 29 janvier 1601, elle lègue à son frère, Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur, une somme de 60 000 livres pour le construire, mais celui-ci meurt en février 1602. Par lettres patentes du 8 juin 1602, Henri IV autorise sa veuve, Marie de Luxembourg, à construire un couvent des Capucines. Celui-ci est installé à Paris au lieu de Bourges. Par une bulle de septembre 1603, le pape Paul V accrédite la création du couvent sous le nom des Filles de la Passion.

Etc.

Page 47

Rue de Gramont

La rue de Gramont débute au 12 rue Saint-Augustin et se termine au 15 boulevard des Italiens ; elle est le prolongement de la rue Sainte-Anne vers le nord.

Histoire

L’hôtel de Gramont fut construit en 1654 par les frères Monnerot et confisqué dix ans plus tard par Louis XIV à son propriétaire initial dont l’enrichissement avait été aussi rapide que suspect.

Immobilier

30 : L’ambassade de Russie s’installe dans l’Hôtel Lévis, sous le règne de Louis XVI ; le prince Baratynsk ministre plénipotentiaire de la tzarine Catherine II.

Y emménage le Jockey Club. le Jockey Club a été créé en juin 1834 par…

 

 

 

.

 

.

Ce que j’en pense

Titulaire d’un bac économique et social et d’une Maîtrise d’archéologie à Nanterre, elle a travaillé sur des chantiers de fouille du Château de Vincennes et au laboratoire de Villejuif. Elle avait auparavant étudié l’histoire à l’université d’Aix-en-Provence.

Elle enseigne à Sens et surtout écrit, car elle n’en est pas à son premier livre.

Elle a publié un énorme pavé de près de 600 pages sous le titre BALADE PARISIENNE Premier Arrondissement traitant à travers de dix circuits pédestres du Premier arrondissement de Paris comme les églises, les ponts, les musées, les commerces, les immeubles… Elle nous entraîne dans l’histoire de lieux connus ou inconnus avec une foule de détails, qui font de ce livre un ouvrage de références à avoir dans sa bibliothèque.

Alexandra DELRUE récidive en prenant pour cible le Deuxième arrondissement de Paris, avec treize parcours pédestres.

Les détails foisonnent, maison par maison, palais par palais. L’histoire et l’architecture abondent. Les renseignements sont précieux et serviront de références, à n’en point douter. En cette période de rentrée scolaire, les élèves et étudiants pourront y trouver des détails pour étonner leurs camarades.

Ce deuxième livre consacré à Paris est un ouvrage de références à détenir dans sa bibliothèque.

Merci à Alexandra pour ce travail de mémoire et de conservation du patrimoine.

J’ai bien aimé. Pour les amateurs d’histoire, lisez ce livre !

.

L’AUTEUR

J’ai rencontré Alexandra pour la première fois à un salon du livre près de Sens. Nous étions voisins.

Elle s’est livrée dans une chronique que je vous invite à lire :

En voici le lien :

 

 

.

Pour en savoir plus sur Alexandra Delrue

 

 

JL à l’écoute de … Alexandra DELRUE

.

 

.

Un livre à lire et à détenir absolument !

.

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 30 août  2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

 

Une raison d’être, Alexandra Delrue

Une raison d’être

Alexandra Delrue

Roman sentimental érotique

BoD éditions

256 pages – 15 Euros,

ISBN : 9 782322 158089

.

 

.

Quatrième de Couverture

L’exposition de Sofia connaît un franc succès. Les visiteurs sont nombreux, les critiques élogieuses et les ventes s’annoncent fructueuses. Une seule personne manque à son bonheur : son frère Silvano. Il est absent. Il ne viendra pas. Il vient de se suicider. Dès lors, la vie de la jeune femme perd tout son sens. Elle n’a plus d’espoirs, de repères, de raison d’être. Lentement, elle va sombrer dans la dépression, penser au suicide, finir tétraplégique. L’histoire de la Napolitaine pourrait s’arrêter là, une femme enchaînée à un fauteuil roulant dans l’attente de la mort. Pourtant, son destin va basculer avec l’arrivée d’Éric Kaempfert, kinésithérapeute séduisant et expérimenté. Avec son franc-parler et son charme, il va l’aider à surmonter son chagrin, les épreuves liées à sa rééducation, à retrouver son autonomie et à voir l’avenir avec sérénité.

.

Un extrait :

 

Une vieille femme est penchée au-dessus de moi. Elle me parle, du moins ses lèvres bougent, mais je n’entends rien. Mon corps raide et lourd ne me fait plus souffrir. Je ne respire presque plus et me concentre sur les battements de mon coeur. Ils sont rapides. 1, 2, 3, 4, 5… si rapides que je perds le fil. Un homme et une femme sont accroupis près de moi. Je ne les connais pas. Que veulent-ils ? Je crois qu’ils crient, du moins leurs visages sont crispés. Être si jeunes et si remontés ! Je leur souris, enfin je crois, pour les rassurer. Je vais bien, ne vous inquiétez pas. Tout est bientôt fini. Je suis en paix, car je vais bientôt le rejoindre. Il m’attend. Dans le souci de me contrarier ou par sadisme, l’homme me gifle à plusieurs reprises. Je fronce les sourcils de contrariété, car honnêtement, je n’ai rien senti. Pour qui ce freluquet se prend-il ? Ne sait-il pas qu’il est interdit de frapper un homme déjà à terre ? La femme prend l’une de mes mains et y enfonce son stylo. Quelle bande de cinglés ces deux-là ! Vont-ils me découper en morceaux pour me donner à leurs chiens ?

.

Ce que j’en pense

Ce livre est passionnant humainement parlant. Le titre est très adapté à ce roman sentimental érotique.

Sofia est dépressive et elle est victime d’un accident qui la conduit chez un kinésithérapeute dans une clinique appropriée. L’histoire pourrait être banale mais l’amour s’en mêle.

Les progrès vers la guérison vont au même rythme que ceux de l’amour entre… L’on se pose tout au long du livre deux questions : Sofia va-t-elle remarcher normalement ? Sofia va-t-elle arriver à ses fins avec son guérisseur ?

La raison d’être est une histoire bouleversante et pose une question : l’Amour peut-il guérir ? Au-delà, Être dans le sens d’exister et de vivre, au contraire d’avoir, impose-t-il de vivre dans l’Amour ?

Bref, je me suis attaché à ce livre excellent dont l’érotisme est omniprésent comme le sel est dans la mer. Je pense que ce n’est pas un livre à mettre dans toutes les mains car la part érotique est importante. Sofia joue ce jeu d’une manière sensuelle.

 

Lisez-le !

.

 

.

L’auteur

Titulaire d’un bac économique et social et d’une Maîtrise d’archéologie à Nanterre, elle a travaillé sur des chantiers de fouille du Château de Vincennes et au laboratoire de Villejuif. Elle avait auparavant étudié l’histoire à l’université d’Aix-en-Provence.

Elle enseigne à Sens et surtout écrit car elle n’en est pas à son premier livre.

Elle a publié Seconde Chance, un roman sentimental, un peu érotique pour certains lecteurs (quand un homme et une femme se rencontrent, ils ne jouent pas aux cartes).

Changeant de sujet, elle vient également de publier un énorme pavé de près de 600 pages sous le titre BALADE PARISIENNE traitant à travers de dix circuits pédestres du Premier arrondissement de Paris comme les églises, les ponts, les musées, les commerces, les immeubles… Elle nous entraîne dans l’histoire de lieux connus ou inconnus avec une foule de détails, qui font de ce livre un ouvrage de références à avoir dans sa bibliothèque.

 

.

 

.

Pour en savoir plus sur l’auteur, suivez ce lien :

https://librebonimenteur.net/2015/11/06/jl-a-lecoute-de-alexandra-delrue/

.

 

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

https://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 04 octobre 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.