JL à l’écoute de Sandra Rastoll

Une formatrice en rédaction web se confie


JL à l’écoute de …

Aujourd’hui … Sandra Rastoll

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Bonjour, je suis Sandra Rastoll. Mon parcours a connu plusieurs virages parfois à 180 degrés, parfois à moins. Je suis aujourd’hui formatrice en rédaction web, une activité qui débute pour moi avec cette nouvelle année. Depuis plus de 7 ans maintenant, je suis auteur, rédactrice web (justement), ghostwriter… Bref… tout ce qui touche à l’écriture de près ou de loin, qu’elle soit destinée à être imprimée sur papier ou lue sur le web.

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

Avant… bien avant d’écrire, dans ma première vie, j’étais comptable. Depuis une dizaine d’années, je ne vis que de l’écriture sous toutes ces formes avec une préférence pour l’écriture des romans, des biographies et la rédaction web.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ?

En réalité, tous les autres arts m’intéressent. Si je le pouvais, je ferais de la sculpture, de la poterie ou encore du théâtre. Je peins de temps à autre aussi et j’aime découvrir de nouveaux talents, quelle que soit la discipline.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je n’attends rien de mes lecteurs. Je fais uniquement les choses par plaisir. Alors, quand mon livre plaît, quand mon article cartonne sur le web… c’est que du bonus et toujours une belle surprise.

Je n’ai pas de recettes miracles pour me faire connaître (bon oui, un petit peu quand même puisque mon métier de rédactrice web me fait connaître les coulisses du web. Donc je me sers des outils disponibles et des compétences de mon métier pour promouvoir mon site, etc.). Mais avant tout, je crois que ce qui fait la différence, c’est d’être authentique. C’est sans doute pour cela que les recettes toutes prêtes qui marchent pour les uns ne fonctionnent pas pour les autres. Rien ne sert de copier. Il faut juste apprendre et comprendre le web (d’un point de vue technique) et savoir être vrai.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’en ai fait par le passé. Et c’était génial ! Mais j’ai arrêté. Cependant, comme cela me manque trop, je mets en place dès le début de cette année, un rendez-vous hebdomadaire avec mes abonnés via le live Facebook sur le sujet des coulisses du web. Ce sera un moyen d’échanger « en direct ».

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris depuis longtemps maintenant. Mon premier « vrai » écrit était une pièce de théâtre à mes 17 ans. Réellement, j’ai écrit pour être publiée à partir de 2008. Comme j’ai exploité pas mal de filons de l’écriture, j’ai écrit des romans, des biographies et même un roman à plusieurs mains. Pour mon métier de rédactrice, j’écris régulièrement pour le web sur différents sujets, mais mes préférés sont les tutos sur les travaux de construction, les articles de développement personnel et les vêtements enfants. Peut-être m’avez-vous lu sans le savoir, car une rédactrice ne signe pas ses articles de son nom.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre remonte à 2017. Il s’agit d’une quête menée par deux femmes à cent ans d’intervalle pour retrouver et retracer l’histoire du bébé volé à l’une d’elles. L’histoire est narrée à deux voix, celles des deux femmes dont l’une vit à notre époque et l’autre a vécu au début des années 1900. C’était passionnant à écrire, changer de ton à chaque chapitre, trouver le fil conducteur entre les faits d’antan et l’enquête d’aujourd’hui… Je vous donne le titre ? « L’âme de fond ».

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur Amazon exclusivement. Quand j’ai débuté dans l’écriture, mes premiers romans étaient édités par des maisons d’édition classiques, d’où les nombreuses dédicaces en librairie et les salons que j’ai eu l’occasion de faire. Mais par la suite, j’ai voulu tenter l’autoédition. J’ai donc racheté tous mes droits sur mes quatre premiers livres et je me suis tournée vers Amazon, le géant en la matière. Mes livres ne sont donc maintenant en vente que sur ce site.

9/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, tout à fait. Comme je le disais au début de l’interview, j’ai décidé de lancer mon organisme de formation en rédaction web. Après tout… c’est mon métier depuis plus de 7 ans maintenant. Il est temps de partager mes connaissances, d’autant que c’est un secteur qui recrute et qui peut intéresser beaucoup de personnes à plusieurs niveaux.

10/ Comment cela fonctionne-t-il ? Expliquez-moi.

C’est très simple. Il se trouve que la rédaction web est à la base de tous les contenus écrits sur le web. Quand vous lisez un article sur la rénovation de votre salle de bain, un descriptif produit sur le dernier jean à la mode ou encore quand vous voyez un texte sur le dernier thriller d’un parfait inconnu, il y a de la rédaction web derrière.

Que vous ayez envie d’en faire votre métier ou tout simplement d’en maîtriser les bases pour rendre visible votre livre, votre blog ou tout autre produit sur le web, l’écriture digitale est la base.

Elle combine les mots pour séduire les internautes, les interpeller, les faire rire ou réfléchir avec des mots clés pour mettre Google dans sa poche.

C’est ça le métier de rédacteur web. C’est savoir jouer avec tout ça pour rendre un texte visible, le faire lire et amener l’internaute à interagir avec la publication et derrière… pourquoi pas ?… acheter un livre ou toute autre chose.

Vous comprenez pourquoi l’écriture web est au centre de tout ce qui se fait sur internet. C’est un métier super passionnant basé sur l’écriture [ce qui est encore mieux quand on aime écrire] et c’est cela que j’ai envie de partager aujourd’hui par le biais de formation. J’ai donc créé un organisme de formation référencé auprès du répertoire des organismes de formation et je propose des formations en e-learning.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Au risque de décevoir Jean-Louis, je n’aime lire que des romans. Parfois des nouvelles… mais cela ne va pas plus loin.

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris sur mon canapé avec mon chien couché à côté (parfois sur) moi. Souvent, c’est très tôt le matin. Je me lève vers 4 ou 5 h et ma journée commence avec les mots et une tasse de thé. C’est là où je suis le plus productive. L’après-midi, je préfère me promener.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

L’inspiration n’est jamais en panne chez moi… parce que quand elle décide de me fuir, je pars faire un tour en forêt avec mon chien et au retour, tout est déjà plus clair dans mon esprit. J’utilise des techniques issues de l’EFT et de la PNL afin de toujours me renouveler et optimiser mes écrits. Pour ce qui est des livres, l’inspiration me vient d’un mot, d’une idée, d’un fait divers qui me heurte, me touche, me fait réagir… et là, la machine se met en marche et ne s’arrête que quand le « bébé » est prêt à sortir.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Mes intrigues se forgent pratiquement à mon insu. C’est mon subconscient qui travaille pendant des jours, des, semaines parfois afin de tout ordonner du début à la fin sans incohérence. Quant aux personnages, je m’inspire souvent de gens que je croise, aux caractères bien trempés.

 

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ? Ou à ceux qui souhaiteraient vivre de leur plume ?

Je leur conseillerai de trouver un métier qui soit en rapport avec leur passion. Perso, j’ai réalisé que j’avais besoin de mettre l’écriture au centre de mon activité professionnelle à 38 ans. J’ai cherché à l’époque un job où écrire était au centre, mais aussi qui me permettrait de travailler de chez moi. Je voulais être plus présente pour mes enfants. Bref… un eldorado que je ne pensais pas pouvoir atteindre. Et j’ai cherché quel métier je pouvais bien faire de chez moi avec l’écriture au centre. J’ai donc essayé plusieurs pistes :

  • Auteur : cela ne paie pas et ne permet pas de vivre, sauf rares exceptions
  • Animatrice d’ateliers d’écriture : c’est super chouette et très enrichissant humainement, mais il faut trouver les médiathèques qui acceptent de vous recevoir pour tenir les ateliers [et vous payer aussi accessoirement pour animer les ateliers]
  • Ghostwriter : difficile de percer dans le monde du roman comme gostwriter pour un problème de mise en relation. Par contre, ce métier fait partie intégrante de mon métier de rédactrice web dans la mesure où je rédige les livres de mes clients [ce ne sont pas des romans, mais plutôt des livres de bien-être, de marketing ou encore de développement personnel].
  • Coach littéraire : sympa, mais pas de retombée suffisante pour vivre avec un salaire correct
  • Rédactrice web : après des débuts chaotiques [car il n’y avait pas de formation sur ce sujet] et quand j’ai compris comment cela marchait avec des bouts de formation en référencement naturel [SEO], marketing digital et rédaction web, c’est devenu très vite mon métier principal et je m’éclate… car j’écris tous les jours, je stimule mon intellect sur plein de sujets différents et j’apprends encore et toujours, car le web est en évolution constante. Bref… pour moi, c’est le job parfait.

Pour en revenir à mon conseil à ceux qui aiment écrire : n’attendez pas pour réaliser vos rêves et choisir une carrière qui vous ressemble. Il y a toujours un moyen d’y parvenir.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En ce moment, mon auteur préféré est Bernard Werber. Je dis en ce moment, car selon mes humeurs et mes envies, cela change. Il n’y a pas si longtemps, c’était Dan Brown, mais je ne suis pas contre un petit Paolo Coelho de temps en temps alterné avec un John Gresham ou un roman feel-good.

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Bernard Werber ! Quelle surprise ! 

18/ Je reviens sur votre nouveau projet. Avez-vous l’intention de proposer des services qui pourraient intéresser des blogueurs débutants ?

Oui, tout à fait. Je lance d’ailleurs dès le début janvier, des modules « à la carte » pour les blogueurs. Donc, une personne qui souhaiterait par exemple comprendre le référencement avec les mots clés (clin d’œil à Jean-Louis) et l’appliquer pour son blog ou encore maîtriser le storytelling pour créer un univers autour de son livre trouvera son bonheur à travers mes formations. Mais attention. Je ne propose pas, comme beaucoup, de modèles à trous qu’il suffit de copier et de remplir.

Pour reprendre ce que je disais un peu plus haut sur « l’authenticité », je pense que chacun possède sa marque de fabrique personnelle. Je donne donc les outils et les connaissances nécessaires au blogueur pour utiliser le référencement naturel et devenir l’ami de Google entre autres. Après, c’est à lui de faire sa sauce avec sa personnalité pour se démarquer et créer son audience qualifiée.

Je ne vends pas de rêve, je vends des outils. De même, si un blogueur n’a pas envie de suivre une formation complète, mais désire des conseils et approfondir des points précis pour son blog, je mets en place, toujours à partir de janvier, des séances de coaching personnalisées. 

EXTRAIT EBBOK GRATUIT

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui ! Avec toutes les nouveautés qui arrivent pour janvier, j’ai des dates d’événement.

Déjà, vous pourrez me retrouver en live tous les jeudis sur ma page FB pour 20 minutes sur les coulisses du web. Je donnerai des astuces, des conseils ou encore approfondirai un point pour que chacun comprenne comment fonctionnent les écrits sur le web et puisse améliorer ses contenus.

Je vous invite aussi à vous inscrire à ma newsletter afin de connaître les dates de mise en ligne des modules « spécial blogueur » et des formations rédaction web « nouvelle mouture ». Cela vous donne accès aussi à des articles et des conseils exclusifs.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ?

Vous pouvez suivre mon actualité sur mon site https://superwriterweb.fr (je vous conseille de vous abonner).

Vous pouvez également me suivre sur ma page FB https://www.facebook.com/SandraSuperWriter/ ou sur mon profil FB tout simplement.

Je vous fais plein de bises,

Je vous souhaite une très belle année (même si ça fait cliché, c’est sincère).

Merci de m’avoir lue.

Merci, Jean-Louis, pour ton invitation,

À bientôt !

————-

Le 7/01/2019

Sandra Rastoll.

.

.

Je remercie sincèrement Sandra Rastoll d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire : jlriguet@gmail.com

.

© Jean-Louis RIGUET 09 janvier 2019

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet
https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

JL à l’écoute de … Anaïs Weibel

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Anaïs Weibel

.

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Je suis Anaïs Weibel, bientôt trentenaire.

Je me destinais à faire de la biologie, plus particulièrement de la virologie (les virus me passionnent !). Je suis allée jusqu’au Master (BAC + 5) puis j’ai passé un an au États-Unis à faire de la recherche. En revenant en France, j’ai commencé une thèse sur le VIH que je n’ai jamais terminée ! En 2016, j’ai en effet quitté la science et le salariat, et je suis maintenant auteur et entrepreneur à temps plein. J’ai donc deux blogs : celui d’auteur Les Livres d’Anaïs W. et ByeBye Salariat où nous expliquons avec mon conjoint pourquoi et comment nous avons quitté nos boulots et quels sont nos nouveaux projets.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

L’écriture est entrée tôt dans ma vie, à l’âge de 12 ans… Alors qu’est-ce que je faisais avant et en parallèle à l’écriture ? Je grandissais et je lisais :-).

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre autre passion ?

Pfiou ! J’aimerais pratiquer un autre art, mais il n’y a que par l’écriture que je parviens à m’exprimer. Il y a des gens qui me disent « j’aimerais pouvoir écrire un livre, mais entre ce qui est dans ma tête et le papier… ça ne marche pas ! » C’est pareil pour moi avec le dessin, la photo… j’ai une image claire de ce que je voudrais, mais je suis incapable de l’obtenir ! Alors pas d’autres arts pour moi.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Ce que j’attends de mes lecteurs ? Et bien… qu’ils découvrent mes livres bien sûr, mais ça va aussi bien au-delà. Je souhaite lier une relation avec mes lecteurs sur le long terme et c’est ce que je m’efforce de faire au quotidien sur mon blog et mes réseaux sociaux. Ça ne m’intéresse pas de leur mettre un de mes livres entre les mains pour ne jamais les revoir. J’aime connaître mes lecteurs et aussi leur avis !

 

Du coup, pour me faire connaître et rencontrer mes lecteurs, je suis beaucoup sur les réseaux sociaux. J’essaie aussi d’être hors de ce monde virtuel en rencontrant mes lecteurs en direct.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

J’ai décidé récemment de sortir de ma tanière pour rencontrer mes lecteurs en vrai ! J’ai ainsi participé à mon premier Salon du livre après un an et demi d’autoédition et ça a été une véritable révélation !

Maintenant je remplis chacun de mes week-ends avec des séances de dédicaces en Essonne. Comme je le disais, ce qui me plaît le plus, c’est d’être en contact avec mes lecteurs :-). Toutes les dates sont sur mon blog, onglet « Agenda des dédicaces ».

 

Le 3 juin 2017, je vais aussi organiser mon premier café littéraire dans ma ville La Ferté Alais. C’est peut-être le début événements et de rencontres plus diversifiées ?

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

À 12 ans, j’étais une jeune lectrice et je crois que mon imagination débordait ! J’ai donc commencé à écrire assez soudainement, je noircissais des cahiers entiers d’histoires. À l’adolescence, c’est devenu encore plus sérieux. L’écriture est devenue une véritable soupape et j’ai commencé à écrire « Au-delà des tours ». Cette histoire a ensuite grandi et mûri avec moi. En 2015, j’ai décidé de la terminer pour pouvoir tourner la page. Je l’ai publié en autoédition pour partager ce message avec mes lecteurs : quoi qu’il nous arrive, on peut s’en sortir.

 

Bien sûr, en parallèle, j’ai écrit de nombreuses histoires, plus ou moins abouties. Parmi celles-ci, il y avait une nouvelle pour un concours au lycée qui a remporté le deuxième prix. Début 2016, j’ai eu envie de la sortir du placard, je l’ai retravaillée, étoffée… et publiée pour le concours « Les Plumes Francophones d’Amazon ». Il s’agit de « Débolis Héyavé » qui est aussi très apprécié de mon lectorat.

 

Mes romans sont des témoignages de combativité et je veux que le lecteur en ressorte grandit. Mes deux premiers livres sont des histoires d’adolescents mais pas seulement à destination des ados. Ces histoires parlent à tous : à tout moment de la vie, nous avons des combats à mener.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Pour mon dernier livre à paraître en septembre 2017, j’ai décidé de sortir de l’adolescence et de passer à l’âge adulte. Un nouveau récit, une narration différente, toujours très proche des sentiments des personnages. Je le souhaite aussi fort en émotions que les précédents.

 

Lui, c’est Daniel, est séropositif depuis la naissance. Toujours sur la route, changeant de lieu à chaque déception, il n’a jamais vraiment réussi à s’accepter et à trouver une femme qui ne le juge pas. Au début de l’histoire, il revient dans la ville de son enfance et se donne une dernière chance. S’il ne parvient pas à être heureux ici, alors il arrêtera son traitement et vivra librement jusqu’à ce que la maladie le tue.

Elle, c’est Kalinda, une jeune fille qui, un an auparavant, avait encore toute la vie devant elle, des projets de mariage et d’enfants… mais sa vie s’est arrêté presque aussi brusquement que celle de ses parents : ces derniers sont morts et elle récupère la garde de ces trois cadets âgés de 7, 8 et 12 ans. Son copain s’est fait la malle et elle se retrouve bien seule. Pour tenir, elle met son deuil entre parenthèses et se dévoue à l’éducation de ses frères et sa sœur. Elle n’a plus l’espoir de construire quoi que ce soit et pourtant…

 

Quand elle croise la route de Daniel, l’espoir renaît. Pour pouvoir vivre quelque chose avec lui, elle lui cache son deuil inachevé, son rôle de tuteur… Mais le lecteur le sait, cela compromet la dernière chance que Daniel se soit donnée et l’épée de Damoclès pèse de plus en plus lourd. Que se passera-t-il quand Daniel découvrira la double vie de Kalinda ?

Ce roman, c’est un peu comme un élastique sur lequel on tire : craquera ou ne craquera pas ? Tout dépendra du travail que les personnages seront prêts à faire sur eux-mêmes…

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mes livres sont sur Amazon, Kobo, et sur mon site, au format e-book et papier.

Si les lecteurs veulent recevoir un livre dédicacé, ils peuvent le commander directement sur mon blog. Rien de plus simple : rendez-vous sur Les Livres d’Anaïs W., onglet « Mes livres ».

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Je n’ai pas de position car pas assez de connaissances. Pour la publication à compte d’auteur, j’ai l’impression que c’est cher payé pour les services proposés et c’est difficile d’être rentable. Pour la publication à compte d’éditeur, j’entends de tout et de rien à ce sujet, donc je pense que le mieux, c’est de voir par soi-même. Pour le compte participatif, je ne sais pas ce que c’est.

 

En tant qu’auteur indépendante, j’en apprends tous les jours et je n’ai malheureusement pas pu tout expérimenter. J’ai pris des décisions avec les connaissances que j’avais à un moment donné, en limitant les risques, les investissements. Mon projet se développant, il est toujours tant d’explorer de nouvelles possibilités pour me faire ma propre opinion.

 

Concernant l’e-book, c’est un essentiel selon moi, autant que le livre papier. Il ne coûte rien à l’auteur (s’il fait le travail lui-même) et est plus accessible financièrement pour les lecteurs. Pourquoi s’en priver ?

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Apprendre ! Il faut apprendre, encore et toujours. C’est le seul moyen d’évoluer, quel que soit le domaine.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Pour l’écriture, je suis plutôt romancière. J’aimerais quand même essayer d’écrire des nouvelles pour des concours ou pour les abonnés à ma Newsletter, mais ce n’est pas encore dans mes priorités !

 

Pour la lecture… Je lis beaucoup de biographies et de livre sur le développement personnel. Si j’avais plus de temps, j’aimerais lire des romans, découvrir les classiques littéraires que j’ai honte de ne pas connaître ! Malheureusement, le temps est limité et mes priorités définies. Pour le moment, je lis pour grandir, je lirais pour le plaisir ensuite. Et écrire est encore plus important !

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris sur mon ordinateur, plutôt le matin et tard le soir, en musique de préférence ! Encore mieux, en pyjama. J’écris des heures entières, je plonge dans mes histoires. J’ai fait des « progrès » avec mon troisième roman : j’arrive à ne plus vivre à travers mes personnages. Cela déteignait trop sur ma vie et mes émotions. J’écris donc avec plus de recul aujourd’hui. J’avais peur de perdre mon « style », justement, très axés sur les sentiments mais finalement, pas du tout ! Cela a même beaucoup enrichi mon écriture.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise l’inspiration dans la musique que j’écoute. Je me fixe une idée de ce que je dois écrire, je lance la musique, ferme les yeux un instant. Je laisse la scène et l’histoire se dérouler, puis j’écris jusqu’à en perdre haleine.

L’inspiration vient beaucoup de ce que je ressens aussi, des événements autour de moi et du quotidien.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires?

Mes histoires commencent toujours par un personnage, une émotion puis les intrigues surgissent d’elles-mêmes. Assez rapidement j’ai une idée des tenants et des aboutissants de mes histoires, de ce que je souhaite y faire paraître, du message que je veux passer à mes lecteurs. Avant j’étais très brouillon en écrivant, je suivais des impulsions mais cela prend un temps fou à faire le tri ensuite. Donc maintenant j’essaie d’être plus structurée.

 

Mes personnages sont toujours imaginaires, oui. Ils n’ont pas existé, ou seulement émotionnellement. Debbie le personnage de mon premier roman « Au-delà des tours » est très inspirée de mes sentiments d’adolescente, pour autant je n’ai jamais été dans une telle galère !

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

D’abord, écrire pour soi et savoir ce que l’on attend de l’écriture. Elle peut rester un hobby, mais on peut aussi vouloir être lu, publié. Ensuite, gagner en confiance ! Beaucoup de jeunes écrivains me disent qu’ils ont beaucoup de textes qu’ils voudraient faire lire sans oser… Eh bien, maintenant, il y a des plateformes comme Wattpad qui permettent de publier gratuitement ses écrits pour avoir des retours de lecteurs. Pourquoi pas le faire sous un pseudonyme et profiter de cette expérience pour savoir si c’est le moment de se faire connaître ou s’il y a encore du travail ?

 

Personnellement, mes premiers lecteurs, avant la publication d’« Au-delà des tours » ont été très encourageants. Je n’ai aujourd’hui que des retours positifs et cela m’encourage à continuer. À chaque roman, je note les critiques et j’essaie de faire grandir mon écriture. Si dès le début on m’avait dit que mon histoire ou mon style était nul, j’aurais pris le temps d’y réfléchir à deux fois avant de continuer !

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai des auteurs fétiches, dans des styles très différents. Patrick Chauvel, Caryl Ferrey, Karine Giebel. Ces auteurs m’ont transportée et bouleversée par leurs histoires et surtout, leur style riche et direct m’ont beaucoup appris.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Lucky Loser de Laurent Malot, un auteur que j’ai rencontré lors de mon premier Salon du livre.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Des projets, j’en ai des nouveaux chaque semaine. J’essaie de finir la publication de mon troisième roman pour le moment, puis j’aimerais faire une formation sur l’autoédition, et développer ma chaîne YouTube. Enfin, pourquoi ne pas traduire mes romans et m’ouvrir au marché anglophone ? Des idées, il ne m’en manque pas !

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Toutes les dates sont sur mon site Les Livres d’Anaïs W. à l’onglet « Agenda des dédicaces ».

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Les abonnés à ma Newsletter sont tenus au courant en avant-première de mon actualité et de mes parutions. Je leur confis des trucs et astuces quotidiennement que je ne prends pas toujours le temps de détailler dans des articles. C’est un peu une discussion avec des amis, que je veux enrichissante pour mon abonné.

 

J’ai ainsi deux Newsletter. Une globale pour le blog, plus orientée pour les lecteurs et une dédiée spécifiquement à l’autoédition où je rentre plus en détail dans mes projets.

 

Après, il y a bien sûr, les réseaux sociaux, Facebook, Tweeter et Google + ! :-).

————-

Le 12 avril 2017

Anaïs Weibel

.

.

.

Je remercie sincèrement Anaïs Weibel d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site est ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

https://lecriveurjeanlouisriguet.blogspot.fr/

.

© Jean-Louis RIGUET 19 avril 2017

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

En me réveillant ce matin, je me suis demandé Qui est Sarah ?

En me réveillant ce matin, je me suis demandé :

Qui est Sarah ?

0

.

Elle a tourmenté ma nuit, grâce ou à cause de cette satanée écrivaine Céline Baudry.

Voilà ce qu’elle en disait dans la chronique JL à l’écoute de …  sur ce même blog :

Qui est Sarah? C’est une partie de moi, une façon de faire justice, de me libérer de mes démons intérieurs. C’est une enfant, une femme qui fait éclater la vérité, qui souffre au travers de diverses  personnalités. Un être humain comme il y en a des centaines qui n’ont jamais pu parler de la cruauté dont ils ont été victime. Ce livre c’est aussi le fantasme que j’aurais aimé vivre pour guérir du passé. C’est une sensibilité à fleur de peau qui explose, c’est un condensé d’émotion.

https://librebonimenteur.wordpress.com/2015/03/05/jl-a-lecoute-de-cel-b-celine-baudry/

.

.41aQWmLuR9L

.

Un superbe article pour son  » bébé  » publié dans le journal le Dauphiné libéré.

Émotion au maximum et de la fierté pour son auteure.

Qui est Sarah ? en vente sur :

http://www.amazon.fr/Cel.-B/e/B00VQS9UT2

ou

http://recherche.fnac.com/SearchResult/ResultList.aspx?SCat=0%211&Search=qui+est+sarah&sft=1&sa=0

 .

 .

Texte de l’article publié dans le Dauphiné Libéré :
« Une intrigue psychologique dans un univers sombre »
CéIine Baudry, habitante de Mont-Dauphin, âgée de 43 ans, est passionnée par l’écriture : « Ecrire est un besoin, sinon, je deviens vite insupportable! C’est pour moi sécurisant, je suis dans mon univers, ma bulle >>, raconte-telle. L’aventure débute il y a quinze ans quand elIe prend sa plume et se lance dans I’écriture d’un roman; Chantal Vieuille, éditrice, la conseillée, Céline apporte quelques
modifications… Mais n’est pas prête pour une publication. Dix ans plus tard, elle rouvre ses pages, et retravaille.., Chantal Vieuille est séduite par  » Qui est Sarah ?  » , mais ne publie plus que des ouvrages scolaires. L’écrivain n’abandonne pas et se lance dans l’autoédition. « Je réfléchis à passer par un éditeur, mais cela signifie affronter l’extérieur, se dévoiler et ce n’est forcément pas évident pour moi. Même si mon entourage m’y encourage fortement. »
Les mots lui viennent tout le temps et, si elle n’a pas son bloc-notes avec elIe, elle stresse. Écrire quelques mots, ou s’y mettre pour de longues heures après Ie coucher de ses enfants, c’est sa manière de s’extérioriser.
« Quand la réalité remplace la fiction »
Avec son premier roman, entre autobiographie et fiction,  » Qui est Sarah ?  » , Céline Baudry a pour objectif premier de donner du bonheur aux gens au travers de la lecture
« Sarah, jeune femme solitaire, est enfermée dans son passé. Ses autres l’épient, la font basculer sur la pente de Ia
folie. Lui, il lui apporte un peu de réconfort. Et elle ne le craint pas, puisqu’il n’existe
pas. Quand Ia réalité remplace la fiction, commence alors une traque perverse dans le cauchemar parapsychique.
Et si c’était un piège ? »
Une intrigue psychologique, une enquête dans un univers sombre, des réponses qui vous dépassent…  Céline Baudry travaille déjà sur un deuxième roman.
« Qui est Sarah ? » est disponible en version numérique à télécharger sur différents sites, et également en version brochée

.

0

.

Texte de la quatrième de couverture :

Il glissa ses mains sous le top à fines bretelles et caressa les pointes des seins qui se tendaient vers lui. C’est avec un sourire victorieux sur les lèvres qu’elle accueillit la caresse. Il embrassa le ventre par-dessus le tissu, elle savourait le dénouement de la situation. Il inséra ses mains sous la jupe pour la maintenir fermement par les fesses, il plongea son visage sous le tissu qui le séparait d’elle. Elle ouvrit plus grand une cuisse, puis elle se mit à onduler des hanches pour cadencer la caresse buccale. Il s’arrêta net ; frustrée, elle le regarda sortir de dessous sa jupe. Pourquoi s’arrêtait-il ? Tout simplement, parce qu’elle représentait tout ce qu’il haïssait chez une femme ! La colère montait en elle avec une vitesse fulgurante, mais il n’allait pas céder aux cris ni aux injures. Elle voulait que cette espèce de bipède finisse ce qu’il avait si bien commencé, mais il était sorti de l’appartement en claquant la porte. Elle lui ferait payer très cher cet affront, elle était folle de rage. Elle brisait tout ce qui se trouvait entre ses mains. L’orage n’était pas loin, des éclairs zébraient le ciel qui devenait plus qu’une seule et même masse noire. Les rafales de vent se renforçaient, la marée montante entraînait la tempête qui allait rester des heures sur place. Elle semblait être le métronome donnant le rythme à ce qui se préparait. Jonas avait quitté les hurlements de la furie, il avait besoin de calme. Il ne lui restait plus qu’à attendre en trouvant du réconfort chez lui. Sur son balcon, il observait ce que la nature voulait bien lui offrir. Ce qu’elle avait de plus beau : sa colère.

 .

81khURjI5KL

.

Qui est Sarah ?

Vous saurez la réponse en le lisant, n’hésitez pas !

.photo portrait

Couverture (1)

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 16 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Autopubliée, Rachel Abbott a vendu un million de romans policiers

Beau succès !

Sur le site internet de l’Actualitté – L’autoédition ‘menace la perception de la légitimité, de l’utilité’ de l’éditeur

L’autoédition fait peur aux éditeurs !