Publié par Laisser un commentaire

Un salon au-dessus de la grotte

Un salon au-dessus de la grotte de Béraire

Salon de l’Art et du Livre de La Chapelle Saint Mesmin à l’Espace Béraire

 

L’association chapelloise détente et loisirs organise son énième salon des arts et du livre à l’espace Béraire à La Chapelle Saint Mesmin le dimanche 8 avril 2018 de 10 h 00 à 18 h 00.

A cette occasion, le Bonimenteur de Loire C’est Nabum viendra conter ses bonimenteries.

L’Espace Béraire est situé sur la butte. Non loin de là en contrebas, sous l’église, à mi-chemin avec la Loire, se trouve la grotte de Béraire qui abrita un temps un dragon. J’en ai raconté l’histoire dans mon livre Récits Historiques de l’Orléanais, Val de Loire, Beauce, Sologne, publié aux éditions du Jeu de l’Oie.

En voici quelques lignes :

La grotte du dragon

Ignoble dragon, je suis dans ma grotte de Béraire à La Chapelle-Saint-Mesmin, à flanc de coteau dominant la Loire. Je suis beau. Je suis un gigantesque reptile recouvert d’écailles qui brillent au soleil. Pour me déplacer plus rapidement, je vole grâce à mes ailes en cuir. Pour faire peur, je crache mon feu loin devant moi. Sadique, j’aime bien faire peur. J’aime vivre sur terre même si je réside sur les bords de la Loire, ce magnifique fleuve incontrôlable, souvent en crue.

C’est vrai, je suis considéré comme l’incarnation du mal, la Bête de l’Apocalypse, le symbole de Satan. Et alors ? Si vous me laissez tranquille, je ne vous fais rien. Si vous m’attaquez, je me défends. Un point, c’est tout. Laissez-moi dans ma grotte, tranquille et serein, je ne vous cracherai pas dessus. Non mais ! C’est quoi, ça ? Certes, je suis une créature. Certes, vous avez du mal à comprendre comment je peux cracher du feu. Certes, vous êtes surpris par le fait que j’ai des pattes et des ailes, oui quatre pattes et deux ailes. Certes, je suis une légende.

Je me prétends extrêmement intelligent, doué de parole. Je ne suis pas magicien. Pour cela, il faut descendre un peu plus en aval, jusqu’à Blois. Moi, je réside juste à l’ouest d’Orléans, sur la rive droite du fleuve. De chez moi, j’aperçois les bâtiments de l’abbaye de Micy, située de l’autre côté, sur l’autre rive. J’adore faire peur aux moines vêtus de leur aube comme des femmes, femmelettes oui ! Les moines en font toute une histoire. Ce serait plutôt à  moi de conter la leur. Ce que je vais faire sans délai, dans un monologue bien sûr, puisque je n’ai plus de contradicteur de mon espèce. Je me demande d’ailleurs si c’est moi qui fais peur ou si ce n’est pas, plutôt, les réunions druidiques qui gênent la mission évangélique de notre moine préféré.

 

L’histoire commence à l’époque mérovingienne. Deux paroisses se concurrencent : Saint Privat (ou Saint Pryvé) et Saint-Maximin (ou Saint Mesmin). Les appellations viennent du nom d’ecclésiastiques, comme on dit maintenant. Le premier, évêque de Mende, décède en 257. Mort, il entreprend un grand voyage à la demande du roi Dagobert. Pensez donc, il dure presque 400 ans jusqu’en 632. Après avoir fait étape à Micy, il arrive jusqu’à Saint-Denis, près de Paris, où reposent depuis ses cendres. L’avantage d’être un dragon est que l’on vit longtemps, sans notion du temps.

Le deuxième est le neveu de Saint Euspice, archiprêtre de Verdun. Clovis vient dans cette ville pour la châtoere car elle s’était révoltée. Mais Saint Euspice se précipite au-devant de Clovis qui en est charmé et accorde son pardon. La ville est sauvée. Du coup, Clovis s’attache à son neveu, Saint Mesmin (ou Saint Maximin) avec la même ferveur qu’il a pour son oncle. Quelques années après, en 508, Euspice est fatigué. Il cherche un lieu pour sa retraite. Il voyage et, dans ses pérégrinations, arrive jusqu’à Orléans. Il dégotte une villa royale en ruine. Située entre Loire et Loiret, un peu à l’est de la pointe de Courpin, cette bâtisse se nomme Micy, au lieu-dit de Saint-Nicolas, nom qui lui est resté.

Clovis est venu tenir concile à Orléans avec…

.

Venez retrouver les exposants et les auteurs.

J’y serai avec mes livres.

.

© Jean-Louis RIGUET 29 mars 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Publié par Laisser un commentaire

Le baluchon de terre

LE BALUCHON DE TERRE

de Hubert LOISEL

Editions du Mot Passant

.

2007 – Broché – 142 pages

ISBN : 978-2-912506955

Prix : 17 €

.

 

.

À la toute fin du 19ème siècle, dans un village du Nord de la France, naît François. Il est fils de fermier et doit comme l’a prévu Firmin, son père, suivre la trace de ses aînés. Le jeune homme, lui, rêve d’une tout autre destinée.
1914. L’orage qui gronde au loin, viendra vomir bientôt son flot de haine et de violence sur une génération sacrifiée. François ne sera pas épargné, et avalé par cette folie. De ce périple incertain, naîtra une amitié sincère. De cette amitié assassinée, naîtra un amour rédempteur.
L’auteur s’est inspiré des cahiers de route de cet ancien combattant que fut son grand-père pour nous conter une histoire riche en rebondissements, qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

.

Hubert Loisel

.

L’auteur nous convie à un roman du terroir qui nous relate l’histoire d’un homme et d’une famille pendant la Guerre de 1914-1918.

L’homme c’est son grand-père, la famille c’est la sienne. Ses souvenirs sont remontés à la surface, même s’il a pris des libertés avec les lieux et le temps.

La relation d’une petite histoire dans la grande.

.

Extrait :

Le temps virevolte et entraîne les êtres dans sa course éternelle. Les années, dévoreuses et insatiables, se sont succédé de moissons en moissons et de labours en labours. Firmin est un peu diminué physiquement et claudique plus ou moins, en fonction de son état de fatigue, à la suite de cette vilaine chute de 1912. Il était tombé du haut de la batteuse, alors qu’il tentait de remettre en place la courroie récalcitrante de la machine à vapeur. Le soleil de cet été 1914 pèse sur les épaules des hommes comme sur la fermeture de la terre. Cette année, si la fureur des orages ne vient pas perturber les prévisions annoncées, verra le temps des moissons avancé de deux semaines. Le génie de l’homme lié à son habileté s’évertue à améliorer les conditions de vie de chacun, et aussi celle des paysans par le biais de la mécanisation et de la révolution des techniques.

.

Des livres au cœur des régions
…un parfum de terroir…

Les Éditions du Mot Passant se positionnent pour la mise en valeur de l’écrit des régions de cultures francophones.
La découverte du terroir, la mémoire collective, le passé, le présent comme le futur, transmis par l’écrit ou la photo, trouvent leur écho dans les différentes collections créées.

http://motpassant.fr/

.

© Jean-Louis Riguet Juillet2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

http://www.riguetauteurlivres.com/