Publié par Laisser un commentaire

Georges Cadoudal par Les balades d’Alexandra

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Georges Cadoudal

.

 

 

 

Paris vient de trembler ! Une incroyable explosion vient d’ébranler la capitale, en ce soir du 3 nivôse an IX (24 décembre 1800). Un immense nuage de poussière et de fumée plonge les rues dans le noir et le silence. Puis les premiers cris d’agonie et d’horreur retentissent. La petite rue Saint-Nicaise, qui court du palais […]

via Georges Cadoudal — Les balades d’Alexandra

Publié par Laisser un commentaire

Frayeur sur la ville

 En hommage à nos amis belges fracassés !

.

.

Frayeur sur la ville

 

 

Dans la ville la foule s’éparpille indifférente

Chacun va et vient, vaque à ses occupations

L’un se projette dans l’avion qu’il convoite

L’autre se chagrine dans le métro bondé

 

Soudain la frayeur coiffe la ville de noirceur

Des bras imbéciles poussent les bagages sourds

Remplis ras la gueule d’engins de mort balourds

Les bombes éclatent avec mission de tuer

Les armes crépitent pour exterminer

 

Tout s’écroule dans des cris d’épouvante

Le noir de fumée envahit les zones devenues poussiéreuses

L’indescriptible prend le pouvoir anarchiquement

Le rouge sang afflue et se répand aveuglément

Il repeint les êtres abasourdis et meurtris

 

Le noir est touché dans son symbole d’autorité

Le jaune transforme sa joie en triste mensonge

Le rouge mute son amour en colère

Le drapeau tricolore belge saigne avant de se redresser

 

 

© 23 mars 2016 – Jean-Louis Riguet

 

 

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 23 mars 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Souvenirs tragiques, les crayons sont cassés

SOUVENIRS TRAGIQUES

Il ne faut pas oublier !

.

Plusieurs cérémonies seront organisées pour les 1 an des attentats de Paris.

.

Cette photo de Loic Venance de l’AFP

a été publiée dans METRONEWS

à l’adresse suivante :

http://www.metronews.fr/info/un-an-apres-les-attentats-de-janvier-2015-ce-qui-est-prevu-a-paris/mpab!TOaCT5lNsD9pk/

.

La liberté d’expression est l’un des piliers fondateurs de la République. Il faut en prendre soin.

Il est inadmissible qu’elle soit mise en danger par quelques illuminés.

Ils avaient des crayons (poème de Jean-Louis Riguet droits réservés) a été écrit pour porter témoignage de cette barbarie incompréhensible et inacceptable.

Ce n’est pas parce que certains publient des choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord qu’il faut pour autant abattre les auteurs. Si l’on pousse le jeu dans ce sens, cela veut dire qu’à chaque désaccord il y a un mort. Au bout d’un temps très court, il n’y aurait plus aucun homme sur notre bonne vieille terre.

La liberté d’expression est aussi de laisser s’exprimer les personnes avec lesquelles nous sommes en désaccord.

.

pastel crayon: crayons de cire

.

 

Ils avaient des crayons !

.

Armés de glaives redoutables, hommes et femmes

Dessinent et écrivent l’improbable sur tout et sur rien

Les victimes en puissance jouent de mots assassins

Sur des bouts de papier caricaturés aux crayons de bois

.

Des êtres endoctrinés, drogués peut-être, assoiffés de sang

Vident leurs chargeurs meurtriers

En bombant le torse comme des monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Horreur sanglante

Briseuse de vies innocentes

.

En un instant tragique

Le rouge ride la ville

Destinée triste et ville

Infamie sanglante diabolique

.

Petite fraction d’une pensée étroite

À la marge de la société s’agitent les intégristes

Très actifs s’épuisant dans des activités sclérosantes

Jusqu’auboutistes aux actions spéculatives

.

Éclat éphémère pour des moments terribles

Vus à la télévision, entendus à la radio

Lus dans les journaux, partagés dans les réseaux sociaux

Les cœurs saignent de rage

.

En majorité contre les assaillants surexcités

La tribune incessante envahit les oreilles

.

Depuis des temps immémoriaux insondables

Les conflits de religions ou autres se succèdent

Un combat remplaçant une guerre

Une croisade suivant une inquisition

.

Barbarie inadmissible et inutile

La victoire est si éphémère et si illusoire

Que la masse des individus surpasse le séisme

Toujours le monde avance sans regard en arrière

.

Comme la rivière coule depuis la nuit des temps

L’essaim débordant ou tari avance inlassablement

Pour reconquérir le terrain fourvoyé

Il reprend ses droits et l’Homme n’y peut rien !

.

Sans arrêt la foule déferle

Écrase tout devant elle

Chaque ligne avale la suivante

Marée incessante et inexorable

La passivité est une force inéluctable

.

Devant la violence inefficiente

Opposer la culture salvatrice

Convaincre plutôt que combattre !

.

La culture nécessite l’esprit libre

La conscience, le ventre bien rempli

La réflexion, la vie sécurisée

.

La culture pour combattre les abominations

Afin que les crayons soient plus forts que les armes

.

Pour que cesse la barbarie ignoble !

.

© Jean-Louis Riguet, décembre 2015

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 04 janvier 2016

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

 

Publié par Laisser un commentaire

Ils avaient des crayons !

Ils avaient des crayons ! Un poème en hommage aux victimes des attentats et à leurs familles.

.

20150601_104303

.

.

Ils avaient des crayons !

.

Armés de glaives redoutables, hommes et femmes

Dessinent et écrivent l’improbable sur tout et sur rien

Les victimes en puissance jouent de mots assassins

Sur des bouts de papier caricaturés aux crayons de bois

.

Des êtres endoctrinés, drogués peut-être, assoiffés de sang

Vont vider leurs chargeurs meurtriers

En bombant le torse comme des monarques

Ceignant la tunique des martyrs

.

Petite fraction d’une pensée étroite

À la marge de la société s’agitent les intégristes

Très actifs s’épuisant dans des activités sclérosantes

Jusqu’auboutismes aux actions de courte spéculation

.

Éclat éphémère pour des moments terribles

Vus à la télévision

Entendus à la radio

Lus dans les journaux

Partagés dans les réseaux sociaux

Les cœurs saignent de rage

.

La tribune incessante envahit les oreilles

En majorité contre les assaillants surexcités

.

Depuis des temps immémoriaux insondables

Les conflits de religions ou autres se succèdent

Un combat remplace une guerre, une croisade une inquisition

Barbarie inadmissible et inutile

.

La victoire est si éphémère et illusoire

Que la masse des individus surpasse le séisme

Toujours le monde avance sans regard en arrière

.

Comme la rivière coule depuis la nuit des temps

L’essaim débordant ou tari avance inlassablement

Pour reconquérir le terrain fourvoyé

Elle reprend ses droits et l’Homme n’y peut rien !

.

La foule avance sans arrêt et écrase tout

Chaque ligne laisse la place à la suivante

Mouvement incessant et inéluctable

Force de la passivité en marche

.

Convaincre plutôt que combattre !

Avec d’autres moyens que la violence !

.

Seule la culture résistera

La culture nécessite l’esprit libre

La conscience, le ventre bien rempli

La réflexion, la vie sécurisée

.

La culture pour combattre les abominations

Afin que les crayons soient plus forts que les armes

.

 © Jean-Louis Riguet – 29 novembre 2015

.

12227586_900261296724241_5185953598294265485_n

.

 Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 29 novembre 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.net/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Publié par Laisser un commentaire

L’horreur à Paris

PARIS ce vendredi 13 novembre 2015

L’horreur frappe la capitale

.

.

La France est en deuil mais la France est vivante et reste combative.

La France sera solidaire devant l’adversité pour combattre.

Comment ne pas être choqué, triste, en colère, devant ces attaques terroristes organisées délibérément ?

Des attaques sournoises et lâches contre des personnes sans défense !

La France est en guerre !

.

.

Comment peut-on n’avoir pour seul but que de tuer des gens paisibles ?

Comment peut-on semer l’horreur et l’abomination pour une mauvaise interprétation des textes ?

Comment comprendre l’incompréhensible ?

Je n’ai pas de mots pour qualifier ces abominations inexcusables.

La France est en guerre. Battez-vous !

.

.

A la suite des attentats de janvier dernier, j’ai écrit un pamphlet intitulé « Lettre aux Attenteurs ». Je n’ai rien à en retirer. Je suis toujours autant indigné contre ces fanatiques sans avenir qui génèrent la terreur.

En voici quelques lignes :

 

Aux attenteurs de tous poils, que vous soyez femme ou homme, je veux vous dire. Après tous ces événements de janvier 2015, je me pose des questions sur votre devenir et votre vie future. Enfin … si vous avez une conscience.

Quand vous redescendrez sur terre – car il est certain que, pour l’instant, vous êtes ailleurs, endoctrinés par on ne sait qui, pour on ne sait quoi ? –, que penserez-vous de ces moments terribles ?

Serez-vous heureux d’avoir vidé, en un rien de temps, vos chargeurs sur de pauvres bougres sans défense ? Ah, certes, ils avaient pour armes des crayons de bois ! Mon Dieu, là je blasphème, ce sont des armes redoutables…

Serez-vous devenus des saints, des martyrs ou des rois d’avoir fait mettre quelques personnes à genoux, l’espace d’un instant ? Ah, certes, ils avaient pour armes des bouts de papiers dessinés ! Mon Dieu, là, je blasphème, ce sont des armes redoutables …

Serez-vous plus riches de vos forfaits car, l’espace de quelques heures, vous vous êtes considérés comme les rois du monde ? Ah, certes, ils avaient pour armes des mots assassins ! Mon Dieu, là je blasphème, ce sont des armes redoutables …

On vous a vus à la télévision. Mais en majorité contre vous ! On vous a entendus à la radio. Mais en majorité contre vous ! On a parlé de vous dans les journaux. Mais en majorité contre vous ! Vous avez occupé les réseaux sociaux. Mais en majorité contre vous ! Votre tribune était grande. Mais en majorité contre vous !

Savez-vous que ces succès sont éphémères ? Qu’une image chasse l’autre ? Que la dernière publiée gomme celle d’avant ? Savez-vous qu’une guerre chasse la précédente ? Savez-vous que, depuis que le monde est monde, des guerres de religion ont eu lieu ? De part et d’autre ? Un coup dans un sens et un coup dans l’autre sens ?

Les derniers événements de janvier 2015 m’ont remémoré …

.

Les droits des auteurs de ce recueil collectif « Les mots ne sont pas des otages !… » sont versés à l’association

REPORTERS SANS FRONTIERES

.

14 novembre 2015

© Jean-Louis Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

En même temps, toute la terre et tout le ciel, OZEKI Ruth

Voyage en société nipponne !

Publié par Laisser un commentaire

Mr Mercedes, KING Stephen

Une enquête noire pour trouver un automobiliste meurtrier !

Publié par Laisser un commentaire

#jesuischarlie – Les Éditions Dédicaces s’indignent contre l’attentat qui a fait au moins douze morts dans les bureaux de #CharlieHebdo

Je suis Charlie. Sentiments mêlés de colère, indignation, tristesse devant ces exécutions d’hommes armés de crayons !