Publié par 2 commentaires

Sept Récits Historiques de l’Orléanais vient de paraître

Couverture Récits Historiques 1

.

Publié aux EDITIONS DU JEU DE L’OIE

16 rue Saint Nicolas

45110 CHATEAUNEUF-SUR-LOIRE

ISBN :  978-2-36831-043-4

168 pages – 20 Euros

.

RÉCITS HISTORIQUES DE L’ORLÉANAIS

Val de Loire, Beauce, Sologne

 

7 récits historiques courts

 

La Butte des élus (Mézières-lez-Cléry)

À quelle époque remonte la coutume qu’observent encore les jeunes femmes, qui escaladent la Butte des Élus, pour avoir un enfant ?

Le narrateur de ce récit est Ernestirix, âgé de 32 ans, qui vit à l’époque de la Tène, c’est-à-dire le second âge du fer, environ 200 ans avant notre ère. Il vit avec Agathirixe dans une petite bourgade de trois grosses fermes à Maceria. Maceria c’est actuellement Mézières-lez-Cléry mais auparavant c’était Mézières en Sologne, avec plusieurs écritures de Mézières. Maceria signifie construction en pierre sèche, d’où viendrait le nom « masure ».

La vie d’Ernestirix et Agathirixe permet de raconter la vie de cette époque dans cette région des Carnutes. On y parle des Gaulois, des Romains, de leur vie et aussi de cette fameuse Butte des élus qui cache des tombes verticales.

Ce tumulus, bien des siècles après, verra la construction sur son sommet d’une statue de la Vierge aux pieds entourés par un serpent. Une légende naîtra, celle qui attribue un pouvoir de fécondité aux jeunes femmes qui respectent un certain rituel.

La Grotte du dragon

(La Chapelle Saint-Mesmin et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin)

D’où provient le nom de la grotte du dragon de la Chapelle-Saint-Mesmin ?

Le narrateur de ce récit est le dragon lui-même qui vit dans la grotte de Béraire à La Chapelle-Saint-Mesmin, à flanc de coteau dominant la Loire.

Il raconte l’histoire qui commence à l’époque mérovingienne avec la concurrence entre deux paroisses : Saint Privat devenu Saint Pryvé et Saint Maximum devenu Saint Mesmin.

Il raconte la venue de Clovis venu tenir concile à Orléans avec 32 évêques pour évangéliser la région encore emprunte des vieilles croyances païennes. Clovis offre à Euspice une villa dénommée Micy avec l’obligation de créer un monastère. Il raconte ce qui se passe dans la fabrique à Saints de Micy. Pensez donc, il va sortir de cette abbaye 26 Saints. Il parle aussi de l’assainissement de la région.

Le Dragon conte sa guerre avec Saint Mesmin qui n’hésite pas à affronter une tempête sur la Loire qu’il traverse sur une barque plate pour venir l’estourbir.

Enfin, on y relate la restauration de la grotte en 1857 et la construction de la Croix de Micy sur la rive gauche de la Loire.

Le Pigeonnier (Boigny-sur-Bionne)

Savez-vous que le roi Louis VII épousa en deuxièmes noces Constance de Castille à la Commanderie de Boigny-sur-Bionne, après son mariage et son divorce calamiteux avec Aliénor d’Aquitaine ?

Le narrateur est un pigeon, un columba livia, un biset, hospitalier et militaire. Il appartient à l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem et réside dans le pigeonnier de l’ancienne commanderie mère de l’Ordre du même nom qui est située depuis 1154 dans l’ancien domaine royal de Boigny-sur-Bionne fondé par Louis VII.

Les pigeons racontent la deuxième croisade des Croisés contre les Musulmans à laquelle le roi Louis VII participa et aussi l’annulation de son mariage dans des circonstances abracadabrantes avec Aliénor d’Aquitaine, dont la solution sera trouvée au concile de Beaugency.

Ils parlent de la vie dans ce pigeonnier qui va être troublée par la venue du roi Louis VII qui va convoler en secondes noces, en 1154, avec Constance de Castille et qui fera une donation du domaine aux Hospitaliers de Saint-Lazare de Jérusalem pour l’affecter au siège du Grand Magistère de l’Ordre.

Les pigeons racontent ce qu’ils savent sur les Hospitaliers, les Templiers et les Teutoniques. Ils rappellent aussi que la Commanderie est restée le siège des Chevaliers de l’Ordre de France et que, chaque année, en juin, un pèlerinage des Chevaliers de l’Ordre a lieu avec la tenue d’un chapitre du Grande Prieuré de France avec un défilé haut en couleur dans Boigny-sur-Bionne.

Les Jeanne (Orléans et partout en France)

De toutes les légendes qui courent sur Jeanne d’Arc, laquelle est la plus vraisemblable ?

Le narrateur est un homoncule, un être imaginaire doté d’un pouvoir surnaturel qui permet de voyager dans l’espace et dans le temps. Avec un ami, il tente de résoudre la question posée par un vieil homme assis devant une bière à la terrasse d’un café sur la place du Martroi à Orléans.

Notre homoncule nous emmène dans son enquête qui commence vers 1400 à Bourges. Un conteur le renseigne et l’envoie vers un ermite de la ville, un vieux fou qui lui parle de l’histoire de l’époque.

L’enquête continue en Lorraine, à Domrémy, dans une auberge. On y parle de naissances, avec un S depuis l’arrivée d’une troupe en provenance d’Orléans. Puis, l’homoncule rencontre une sorcière qui leur fait des confidences devant un chaudron rempli d’une mixture fumante et puante.

Après un point sur l’enquête, notamment sur l’apparition de l’archange Saint-Michel, de Sainte Marguerite et de Sainte Catherine, nos enquêteurs se dirigent vers Chinon où ils apprennent de nouveaux renseignements sur la vie de Jeanne, comme la préparation de la longue marche de Chinon à Orléans.

De nouveau, l’homoncule se retrouve à Orléans pour apprendre les circonstances de la délivrance de cette ville et quelques anecdotes sur la vie de Jeanne. Puis, c’est l’épopée jusqu’à Reims et Paris.

Enfin, c’est Rouen et les relations tumultueuses avec l’évêque Pierre Cauchon, la prison, le bûcher.

Les enquêteurs enchaînent avec Metz avec la révélation d’une femme qui se présente comme « la Pucelle de France » qui va être sous la protection du jeune comte Ulrich de Wurtemberg et sera connue sous le nom de « Jeanne des Armoises ». Après des frasques du conseil de la ville d’Orléans, elle entretient une correspondance avec le roi Charles VII.

Les enquêteurs tentent d’analyser les quatre thèses en présence…

La Pierre du Duc (Saint-Hilaire-Saint-Mesmin)

Connaît-on vraiment les circonstances dans lesquelles le duc de Guise trouva la mort à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, pendant les guerres de Religion ?

Cette fois, les narrateurs sont des crapauds qui se reproduisent et vivent depuis des siècles près d’un petit bois, le long d’un chemin qui descend vers le Loiret, la rivière, au lieudit les Vaslins, sur la commune de Saint-Hilaire-Saint-Mesmin.

À l’époque de l’histoire, Raymond est un cavalier au service de la famille de Guise, catholique, qui se retrouve bientôt en bisbille avec les protestants. Il se retrouve en garnison à Amboise qui se trouve assiégée quelque temps plus tard. Des anicroches ont toujours lieu. La bataille fait bientôt rage. Les Guise répriment la Conjuration d’Amboise en 1560.

Orléans est, à cette époque, l’un des principaux foyers du protestantisme en France, en devient la capitale et abrite Louis Ier de Bourbon, prince de Condé. L’armée du duc François de Guise marche sur Orléans, par le sud de la Loire. Le 9 février 1563, François de Guise est à la tête de son armée du côté d’Olivet et attaque Orléans par les Tourelles.

Pour réfléchir, François de Guise revient dans son logis des Vaslins à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin avec quelques hommes. Arrivés à l’emplacement de l’ancien pont sur le Loiret emporté par une crue, ils traversent la rivière sur une barque.

De l’autre côté du cours d’eau, en remontant vers son logis, François de Guise reçoit une balle tirée dans son dos…

Lapin le balafré, chauffeur (Orgères-en-Beauce)

La terrible réputation qui poursuit les chauffeurs d’Orgères-en-Beauce est-elle méritée ?

Le conteur est Louis, dit Lapin le Balafré, l’un des chauffeurs d’Orgères aux noms tous plus fleuris les uns que les autres.

Il raconte, avec moult détail, la bande des chauffeurs d’Orgères et la manière de fonctionner dans les agressions des fermes, où les fermiers se retrouvent les pieds brûlés avec des tisons rougis.

Mais, tout ne se passe pas comme prévu un certain jour, le 4 janvier 1798. Le vieux fermier est récalcitrant et la torture va très loin. Il décède quelques jours plus tard.

Puis, c’est la traque de la bande, les arrestations, le procès instruit par le Juge Fougeron au château de Villeprévost et les condamnations quatre mois plus tard.

23 hommes et femmes condamnés !

 

Le Vaillant général (Loigny-la-Bataille)

Se souvient-on encore des tragiques événements de la guerre de 1870 qui se déroulèrent en Beauce ?

C’est l’histoire de la bataille de Loigny-la-Bataille, par moins 20 degrés, entre les Bavarois et les Prussiens au nord et à l’est et les Français au sud et à l’ouest, le 2 décembre 1870.

La réserve du 17e Corps de l’Armée de la Loire est commandée par le général Gaston de Sonis, un brillant officier qui ne transige pas avec le devoir et la discipline. C’est un homme très pieux qui a fait Saint-Cyr et Saumur.

La bataille fait rage. Les zouaves pontificaux s’illustrent. Gaston de Sonis harangue ses troupes tenant en main un bâton auquel est attaché son étendard du Sacré-Cœur. Il est grièvement touché à la cuisse et s’effondre à côté de son cheval. Toute la nuit, il invoque Notre-Dame de Lourdes, sans perdre espoir. Mais l’Armée de la Loire n’a pas reculé.

Le vaillant général mourra en réputation de sainteté 17 ans plus tard mais sa bataille n’est pas encore finie. Sa cause en béatification a été introduite en 1929 et court toujours…

.Couverture Récits Historiques

.

Jean-Louis RIGUET 04 avril 2016.

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres.

Liens :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Publié par Laisser un commentaire

Chapitre 2 Augustin

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Extrait d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny

Intégralité du chapitre 2

.

 

 

 

 

2

Les Prémices

Les jours s’étirent lentement pour qui n’a rien à faire de particulier. Je me promène dans les chemins alentour en humant l’air du moment. Il m’arrive de pousser sur plusieurs kilomètres mes pas, de m’asseoir sur une borne ou un petit tertre et de rester là à contempler la nature, à laisser vagabonder mon imagination. En cette période incertaine, mes rêveries sont souvent interrompues par les coups de canons ou les bruits des chevauchées des cavaliers militaires. Parfois, c’est réel. Parfois, c’est imaginaire. Souvent, je me laisse tellement aller que l’imaginaire est plus réel que le réel n’est imaginaire. Quand ce ne sont pas les canonnades qui me réveillent, ce sont des ouvriers agricoles ou des anciens collègues qui me demandent ce que je fais là, seul, dans la campagne, à rêvasser, avec tout ce danger qu’il y a dans le secteur. En général, je ne réponds pas, je continue. Aujourd’hui, mes pas m’ont porté à côté de chez moi, sur ma bille de bois.

Sans effort, je suis remonté en arrière, dans le temps de jadis. Je me souviens d’un épisode de ma vie. Monsieur Emile m’a conté qu’avant ma naissance, en 1756, Charles Le Juge, Seigneur de Villeprévost, a restauré et agrandi la construction. Il a aussi construit le parc en se faisant conseiller par un jardinier de Versailles, élève de Le Nôtre. Après bien des travaux et des vicissitudes financières, il en sort ruiné en 1784. N’ayant pas trouvé d’autre solution pour payer ses dettes, il vend sa propriété à Armand-François Fougeron qui est, à cette époque, Conseiller du Roi au Châtelet d’Orléans. C’est ce même Châtelet qui donne son nom aux notaires d’Orléans comme il y a les notaires du Châtelet à Paris. En novembre 1870, c’est encore cette famille qui en est propriétaire et qui, par voie de conséquence, se trouve être ma patronne. Je suis aux ordres de ses descendants Émile-Adrien Fougeron et de son épouse Marie-Amélie, après l’avoir été à ceux de Monsieur Armand-François, pendant quelques années.

Installé sur ma bille de bois, je me laisse aller dans les méandres de mes souvenirs. J’aime à me promener dans la cour et le parc, fouler les pelouses bien vertes, en forme de « Boulingrins », dominées par un magnifique platane plus vieux que moi, flâner dans le colombier à pied construit trois cents ans avant ma naissance. Sa toiture est en double pente. Une échelle tournante me permet d’aller visiter plusieurs centaines de « Boulins », ces appuis-niches dont les pigeons font leurs nids. Je passe de grands moments à contempler le cadran solaire horizontal accroché sur une colonne dans le parc. Je l’ai vu construire sur une plaque de zinc, il y a une trentaine d’années, en 1839. C’est l’œuvre du Docteur Edmond Modeste Lescarbault, médecin à Orgères-en-Beauce, enfant du pays, passionné de gnomonique et d’astronomie. Il fit la découverte de Neptune en 1846. À ce moment-là, il ne savait pas encore que sa passion le ferait mourir vieux et ruiné en 1894, après avoir néanmoins laissé plus de cent cinquante ouvrages et manuscrits.

Le dimanche, ou le soir en semaine, venu, après le travail journalier, je me promène, soit seul, soit avec mon épouse, Émilienne, de deux années plus jeune que moi. Nous nous sommes rencontré par hasard, un soir de bal à Orgères-en-Beauce. Nous nous sommes plu tout de suite. Depuis, nous ne sommes plus jamais quittés. Cela fait quarante-cinq ans désormais. Certain soir, Émilienne m’accompagne sur l’allée verte, puis nous bifurquons vers tel ou tel autre but non fixé à l’avance. De la cour d’honneur, une ligne toute droite aboutit à une échancrure dans le mur par laquelle l’on voit, chaque année, le soleil disparaître à l’horizon, le soir du 15 août. Ce jour-là, c’est la fête de la femme de Charles Le Juge, le précédent propriétaire. Nous l’avons bien connue et depuis, chaque soir du 15 août, nous allons voir le soleil descendre puis s’éteindre au loin dans le ciel. C’est une sorte de pèlerinage annuel que nous ne manquerions sous aucun prétexte. Malgré le contexte inquiétant cette année, nous l’avons fait le 15 août dernier. Il faisait beau ce soir-là. Nous en avions profité longuement.

Fin août ou début septembre, je ne sais plus, nous avons entendu parler d’une dépêche qui allait mettre le feu aux poudres. On n’a jamais su très bien de quoi il s’agissait, car nous n’avons les nouvelles que par oui dire. C’est souvent Monsieur Fougeron qui nous informe, quelquefois on nous donne une feuille de journal. Toujours est-il que Napoléon III a fini par déclarer la guerre à la Prusse à la suite de cette dépêche. C’est sûrement la faute à Bismarck qui, ayant besoin d’une guerre pour retrouver l’unité perdue de son peuple, a déformé les propos contenus dans la dépêche d’Ems pour provoquer Napoléon III qui se prend au jeu. Ce dernier se lance dans l’aventure alors que son armée n’est pas préparée. Dès le départ, le combat est inégal. D’un côté, l’alliance germano-prussienne compte 800.000 hommes, de l’autre côté, la France ne peut en aligner que 250.000. Il faut un mois et demi, à peine, pour que les armées prussiennes encerclent Sedan et capturent Napoléon III qui capitule et est fait prisonnier. Alors, l’Assemblée législative proclame la fin de l’Empire et le début de la Troisième République. Paris se retrouve encerclé par les troupes prussiennes. Nous sommes en septembre 1870. Je ne sais pas encore que le gouvernement provisoire de la France acceptera de payer une forte indemnité, la présence d’une armée d’occupation, la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine, en échange de la Paix. En 1871, la défaite française sera concrétisée par l’évacuation de Verdun par les troupes allemandes et la France, certes plus petite, recouvrera son autonomie. Cela, je ne l’apprendrais que bien plus tard, après qu’il nous fut arrivé toutes sortes de péripéties.

L’après-midi écoulé au rythme de mes pérégrinations, mes pensées étant revenues en accord avec le présent vivant, ce soir, 9 novembre 1870, nous, Émilienne et moi, avisons un banc sur lequel nous allons nous asseoir, la main dans la main comme autrefois, quand nous étions jeunes. C’est une occasion à ne pas manquer qui nous permet d’échanger, dans un moment de calme qui est en opposition avec l’activité de la journée. En effet, depuis quelques jours, on imagine, on sent, on sait qu’il va se passer quelque chose. Ce sera dur, tragique, sanglant. La plaine en est consciente, complètement imprégnée et dans l’attente. Elle ne sait pas ce qu’elle attend. Mais elle sent qu’elle va payer. Quoi ? Elle ne devine pas. Elle n’imagine pas. Elle ne veut pas. Elle subira comme d’habitude. Quand les hommes décident d’en découdre, rien ne les arrêtent. Au loin, le canon tonne. On sent bien que l’atmosphère est à la guerre. Les mouvements de troupe nous sont rapportés. Des batailles ont lieu vers l’ouest. Et aussi à Orléans. Mais notre petit secteur local est pour l’instant un peu épargné.

– Tu sais, Augustin, je suis très inquiète de la situation actuelle, dit doucement Émilienne.

– Moi aussi, je suis inquiet. La situation n’est pas bonne. Toutes les nouvelles qui nous viennent d’Orléans sont mauvaises. Ces dernières années, nous avons vu beaucoup de choses au niveau national. Par exemple, en février 1848, à l’arrivée d’un train du matin, les Orléanais ont appris que Paris s’était soulevé. Notre jeunesse, si calme d’habitude, a cassé des réverbères. Ces manifestations violentes ont entraîné la dissolution du Conseil Municipal, alors que des travaux importants avaient été entrepris pour lutter contre le chômage. Les ateliers ouverts à cette occasion n’ont pas tenu. Ils ont connu la ruine.

– Je m’en souviens, continue Émilienne. Le fils du père François, tu sais François le boiteux, a été du voyage lui aussi. Quatre mois qu’il a travaillé, puis, hop, le chômage. Tu parles d’une affaire !

– Après, en décembre 1851, c’est Louis-Napoléon qui a fait son coup d’État. Après avoir appris l’annonce, tu te souviens, quatre cents Orléanais ont envahi la mairie. Ils avaient tous une inscription au chapeau. « Constitution Républicaine » qu’il y avait de marqué dessus. Le Général Grand n’a pas fait de détail. Il a envoyé ses soldats. Il en a fait arrêter cinquante-trois. Heureusement que le Second Empire s’est révélé plus tranquille dans notre région. On a même connu un peu de richesse. Orléans a conservé son député pendant dix-sept ans, le même. Tu te souviens, on ne pouvait plus se déplacer dans Orléans sans être ennuyé par des travaux. Tout y est passé : l’eau potable, le pavage des rues, les canalisations et les égouts, un lycée, les mails. Même l’Évêque a vu le clocher de sa cathédrale Sainte-Croix refait avec en dessous la pose des vitraux du chœur. Également, la Place du Martroi a vu sa statue de Jeanne d’Arc changée en 1855.

– C’est bien vrai que c’était un drôle de chantier à cette époque. On ne savait pas où garer sa carriole ni laisser son cheval. C’est un peu plus tôt que le train est arrivé à Orléans. En 1843. On avait tous peur de cette grosse bête de fer qui faisait du bruit et crachait de la vapeur à qui mieux mieux. C’est depuis ce temps qu’Orléans décline. C’est le Chemin de Fer qui a tout cassé.

– Auparavant, Orléans était une ville très prospère. La dixième ville, peut-être même la neuvième, la plus riche de France ! Aujourd’hui, en 1870, le classement a baissé, à peine la quinzième, peut-être même pas, je ne sais pas. La ville a complètement raté la croissance qu’il y a eu dans la France entière et même, si on va par-là, la croissance de l’Europe. Les entreprises ont toutes fermé leurs portes pour la plupart. Avant, Orléans était un point de passage obligatoire entre La Loire et la Seine, par l’intermédiaire des canaux. Tout le sucre des Antilles remontait jusqu’à Orléans où il y avait le poste de douane. Les Nantais n’étaient pas contents de cette situation. En revanche, nous, on en a profité pendant de belles années. Certes, la navigation sur la Loire n’était pas de tout repos. Elle était, elle est d’ailleurs toujours, très difficile à cause de ses sautes d’humeur. Mais les mariniers de Loire y arrivaient. Depuis Nantes, ils transportaient du sel, des ardoises d’Angers, du sucre des Îles et ils descendaient du vin de Touraine. Du Midi, par Roanne, arrivaient des vins, du charbon et diverses marchandises. Et tout ça était transformé, raffiné, puis envoyé et marchandé sur Paris. Par contre, depuis que le train nous relie à Paris et aussi relie les autres villes d’importance entre elles, les industries de transformation, les vinaigreries, les raffineries, les bonneteries, les maisons de commerce ont fermé leurs portes. Leurs propriétaires et dirigeants ont préféré aller à la chasse en Sologne avec le magot qu’ils avaient accumulé auparavant. C’est-y pas malheureux !

– Oui, tout s’est effondré. Il n’y a plus de grand négoce à Orléans. Ah, tiens, voilà Monsieur et Madame Fougeron qui prennent le frais eux aussi. Bonsoir, Madame, Bonsoir, Monsieur.

– Bonsoir, Émilienne, bonsoir, Augustin. Il fait bon ce soir, vous avez bien raison de profiter de cette douceur de novembre, car cela ne va pas durer. Le brouillard est froid le matin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, dis-je. Merci. C’est vrai que nous en profitons et puis, dans un moment, nous irons manger la soupe. Avec l’Émilienne, on parlait de la situation qui nous inquiète beaucoup. Surtout que l’on ne sait pas tout et que l’on ne comprend pas tout.

– Vous avez raison. Avec tous ces changements, on ne sait pas où l’on va. La République, la Troisième, vient d’être proclamée en septembre, après la défaite de Sedan, et nous sommes toujours en guerre. En province, les responsables politiques sont plutôt favorables à une paix avec les Prussiens, mais ce ne semble pas être le cas de Gambetta qui organise une défense nationale. Il est en train de faire un tour de France. Comme l’armée prussienne assiège Paris depuis septembre dernier, il a été obligé de partir en ballon, « l’Armand Barbès », pour rallier Tours. Il a mis une journée entière. Avec la délégation gouvernementale, Gambetta a ordonné l’organisation de l’armée de La Loire à partir de diverses troupes, les rappelés d’Algérie, les soldats des dépôts, les réservistes. C’est le général Joseph Edouard de La Motte-Rouge qui la commande, mais il a peu d’officiers ayant déjà servis, avec des soldats sans grande expérience et une toute petite artillerie. Je ne donne pas bien cher du succès de cette aventure. D’ailleurs, depuis, l’ennemi s’approche d’Orléans. Je ne sais pas si vous savez, mais les troupeaux ont été emmenés sur la rive gauche de la Loire. Le Général De Polès commande. Le général Peytavin assurait la défense d’Orléans. Depuis, il a été remplacé par le général Faye.

Un énorme éclatement d’obus se fait entendre. Plus près que les autres. En effet, pendant que l’on reste là à deviser calmement, le canon gronde tout alentour, principalement dans la direction de Châteaudun et aussi à l’opposé, du côté de Pithiviers.

– 10 ou 12 kilomètres d’ici. C’est la distance que j’estime de cet obus. Au son, je crois qu’il s’agit d’un tir des prussiens, reprend Monsieur Fougeron. Il ne reste plus que deux ponts à Orléans. La ville a été laissée aux soldats. Des combats ont lieu dans la forêt d’Orléans. Pithiviers est tombée. Puis, le général de Lamotte-Rouge a pris le commandement, à la suite d’un cafouillage au niveau le plus haut, pour défendre de nouveau la ville. Il a ordonné une offensive sur Toury et repoussé les Prussiens en dehors du Loiret sur le territoire de l’Eure et Loir. Il y a des combats sur Artenay, Cercottes, sur tout le côté nord-est de chez nous. Nous sommes entourés de toute part. Les forces sont inégales. Le Général Von der Tann dispose de 15000 bavarois et de cent canons. Lamotte-Rouge n’a que 10000 hommes et une vingtaine de canons.

– Effectivement, la différence est sensible et pas à notre avantage, me permets-je de dire. Pourtant, on entendait moins les canons ces derniers jours. On croyait que c’était plutôt sur Orléans que les combats étaient plus fournis. On espérait être épargnés.

– Vous avez raison. C’est Orléans qui trinque, si je puis dire, en ce moment. Les Bavarois ont envahi la ville, ont pillé les épiceries, saccagé tous les commerces de bouche. Le général Von der Tann exige d’ailleurs une rançon. 1500000 francs, je crois, plus 500000 réquisitions en nature. À la suite de négociations entre les Bavarois, qui sont catholiques, et Monseigneur Dupanloup, notre archevêque, avec Adolphe Crespin, en raison de la correspondance épistolaire qu’il entretient avec la reine de Prusse, le général Von der Tann a réduit ses prétentions à 1000000 Francs. Le maire d’Orléans a mis deux jours pour réunir la rançon et pour payer.

– Alors, comme ça, dit Émilienne, on va capituler devant les Prussiens ! On ne va pas riposter ! Et en plus, ils vont nous mettre à l’amende !

– Ce n’est pas si simple, dit Monsieur Fougeron. L’armée de la Loire s’est repliée du côté de la Ferté-Saint-Aubin. Aujourd’hui, c’est Aurelle de Paladines qui est à sa tête. Il a l’appui de quelques francs-tireurs. Il contre-attaque à l’ouest et à l’est, en ce moment même. Les troupes font le maximum pour bouter dehors les Prussiens, mais elles sont fatiguées, mal armées et l’artillerie fait défaut.

– Il commence à faire froid, dit Madame Fougeron. J’aimerais que nous puissions rentrer.

– Oui, bien sûr. Bonsoir, Émilienne, bonsoir Augustin.

– Bonsoir, Madame, bonsoir, Monsieur, nous allons rentrer, nous aussi. Je crois que l’on va faire un feu en attendant que chauffe la soupe. Tu viens, Émilienne, on va rentrer chez nous.

Sur le chemin du retour, Émilienne me dit :

– Tu as vu comme ils étaient bien habillés ?

– Oui, j’ai vu, dis-je dubitatif.

C’est vrai qu’ils sont toujours bien vêtus, Monsieur et Madame Fougeron. Madame suit à peu près la mode qui nous vient de Paris, du moins celle dont nous pouvons avoir connaissance. Ses robes ont une certaine élégance, faite de simplicité, en soie ou en toile, mais sans ornement. Les corsages se portent sur les épaules, sans jabot ou dentelles. Peu à peu, nous avons vu la crinoline remplacer le jupon. Monsieur revêt des habits noirs, avec une veste large sur une chemise ornée d’une cravate blanche jusqu’au col. Entre les deux, il porte un gilet droit discrètement bardé de boutons. Son pantalon est droit et ses bottes noires sont vernies. Quand il fait froid, il recouvre le tout d’un paletot ou d’une redingote.

Au fil du temps, en regardant Madame Fougeron, Émilienne me fait remarquer que le drapé revient pour les robes, les capes, châles et capelines, que les chapeaux s’élargissent et qu’il y a de plus en plus de bijoux. Les rayures font leur apparition, de même que les robes avec jupe et corsage cousus. Elle ne sait pas encore que, quelques années après, la robe s’ajuste au corps, les chapeaux reviennent petits, garnis de fleurs ou de voiles. Alors, les manteaux s’allongent et se portent assortis à la robe. Pour les hommes, la tenue reste sobre, gagne en ampleur. Le nœud papillon arrive. La coiffe est toujours le haut-de-forme noir.

Nous restons silencieux à l’évocation des beaux atours. Évidemment, Émilienne et moi ne peuvent envisager, un seul instant, de se vêtir ainsi. Notre pauvreté est grande et notre richesse petite. Mais nous n’envions pas. Nous contemplons simplement. Cela ne coûte rien.

Chez nous, ce n’est pas bien grand. Dans une branche des communs, Monsieur Fougeron nous a autorisés à occuper deux pièces sans confort. Une grande salle de séjour au centre de laquelle trône une grande table en bois d’arbre, bien épaisse, qu’escortent deux grands bancs en bois aussi. Ce sont des bancelles, avec des empiètements en biais groupés par deux et solidifiés par une barre transversale. Les deux paires d’empiétements sont elles-mêmes solidifiées par une barre transversale.[1] Sur le pignon, une grande cheminée permet non seulement de chauffer les deux pièces mais aussi de cuire. Un buffet en noyer noueux habille un mur. L’autre pièce est affectée à la chambre à coucher, qui ne reçoit qu’un lit sans sommier, une paillasse pas bien large pour que l’on puisse avoir chaud en se serrant l’un contre l’autre. Deux trépieds en cerisier noueux nous servent de reposoir de chaque côté du lit. On s’éclaire à la bougie et on a l’eau du puits. Une espèce de placards permet de poser nos quelques hardes. C’est presque le luxe, car notre logis est pris dans les communs du château.

– Augustin, tu as entendu ce qu’a dit Monsieur Émile : la troupe va bientôt venir jusque chez nous puisque l’armée de la Loire attaque vers l’ouest d’Orléans.

– Oui, je crois que nous allons y avoir droit assez rapidement, sûrement dans les jours qui viennent. Je ne sais pas ce que décideront alors de faire Monsieur et Madame Émile. Si tu allais chercher Ferdinand et Ernestine, nous pourrions prendre la soupe ensemble et les informer des nouvelles.

– C’est une bonne idée. Je vais les chercher. Je reviens. Tu n’as qu’à mettre les assiettes sur la table quand ton feu sera bien pris. La soupe sera vite prête.

Émilienne enfile un vêtement chaud et s’élance dans la cour. Ferdinand et Ernestine habitent aussi une partie des communs du château avec leur fille Louise. Ferdinand a eu quarante ans cette année. Il est à la fois jardinier, chargé de l’écurie, des animaux, des carrioles. C’est un domestique attaché au château. C’est un homme à tout faire. Un peu comme moi, quoique j’étais plus sur la ferme et la marche de celle-ci. Sa femme, Ernestine, a deux ans de moins que son mari. Elle est la cuisinière du château. Leur fille, Louise, qui vient d’avoir vingt ans, est au service de Madame Fougeron pour tout ce qui se trouve à l’intérieur de la gentilhommière. Nous nous entendons bien et c’est tant mieux car les adversités ne manquent pas.

Après avoir mis les assiettes sur la table, je vais chercher une bouteille de vin rouge d’Orléans-Cléry, élevé de l’autre côté de la Loire, quelques noix, des châtaignes cuites de ce matin et un jus de pommes de Semoy pour Louise. Déjà, Émilienne revient.

– Ils arrivent dans un quart d’heure. Cela leur fait plaisir de venir discuter un peu. De plus, Ernestine n’avait pas encore commencé à faire à manger. Elle est contente de l’aubaine.

– Tant mieux, et nous, nous passerons une bonne soirée.

Tandis qu’Émilienne s’affaire pour faire chauffer la soupe, je me mets en peine de casser avec un petit marteau la coque de quelques noix et de décortiquer la peau des châtaignes. Au bout de quelques minutes, nos voisins arrivent avec leur bonne humeur mais aussi leur appréhension des événements.

– Bonjour, Augustin, dit Ferdinand, comment vas-tu depuis hier. Je ne t’ai pas vu aujourd’hui. Où étais-tu donc passé ?

– Je suis allé voir le grand champ de l’autre côté de la route pour savoir ce que l’on pourra bien y semer le moment venu. Il m’a fallu réfléchir un peu. Normalement, la première année on récolte des céréales d’hiver, la deuxième année des céréales de printemps et la troisième c’est la jachère. Cependant, je crois que pour ce champ, cela fait trois ans qu’il est en jachère. Je pense qu’il ne sera pas mal pour le blé d’hiver.

– Tu as raison, cela doit bien faire trois ans. Mais, ce n’est pas un peu tard pour le blé d’hiver ?

– Si, c’est trop tard. Je vais devoir prendre la décision de faire du blé ce printemps.

– À condition que l’on y arrive au printemps, Augustin, avec tout ce qui se passe en ce moment, réplique Ernestine. Bonjour, tu vas bien ?

– Oui, bonjour, Ernestine. Ah ! Louise, bonsoir, tu embellis de jour en jour.

– Veux-tu te taire, Augustin ! Espèce de gros dragueur, ce n’est plus de ton âge, monte la garde aussitôt Émilienne.

– Bonsoir, Augustin, merci pour le compliment, susurre Louise.

C’est vrai que la petite, comme on l’appelait autrefois, a bien profité. Elle n’est pas très grande mais est devenue bien gironde. Elle a ce qu’il faut là où il faut, le sait et ne se gêne pas pour le mettre en valeur. Elle a des cheveux châtains foncés longs jusqu’aux épaules. Et des yeux verts coquins, à faire damner un saint. Sans oublier ces petites fossettes qui lui font un sourire taquin. Louise n’est pas exactement la fille d’Ernestine et Ferdinand. Malheureusement, ils n’ont pas pu avoir d’enfant. Elle n’a pas été adoptée par eux non plus. Elle a été recueillie quand elle n’avait pas encore un an. On avait appris depuis cette période où Ferdinand l’avait trouvé dans le fossé que sa mère était décédée suite à ses couches. On ne lui connaît pas de père. Sûrement une aventure d’un soir, féconde hélas ! Louise a de temps en temps un ami de trois ans son aîné. Fernand qu’il s’appelle. Il est garçon de ferme et réside provisoirement au château, dans une mauvaise pièce aménagée au-dessus des écuries. Les relations entre Louise et ses parents nourriciers, si l’on peut dire, ne sont pas faciles. Louise a son caractère et Ernestine aussi. Ils font avec.

– Alors, Augustin, quelles sont les nouvelles ? Je vous ai vu parlé avec Monsieur Émile tout à l’heure, je suppose qu’il avait des informations, questionne Ferdinand.

– Elles ne sont pas fameuses. Orléans est à la peine. Des magasins ont été pillés. Les Bavarois occupent la ville. Gambetta fait des voyages en ballon pour prendre des décisions avec la délégation gouvernementale. Mais le succès est rare. Il y a eu une bataille à Artenay, perdue. Il y a eu une bataille à Coulmiers, perdue. Il y a eu une bataille à Orléans, perdue. Même les troupeaux sont passés au sud de la Loire. Pithiviers est tombée. Il n’y a qu’à Toury que l’on a repoussé l’ennemi. Pour l’instant, nos soldats seraient du côté de La Ferté-Saint-Aubin.

– Pas réjouissant, tout cela… ! Pour nous remonter le moral, verse un verre de vin. Dans quelques minutes, les femmes, vous servirez la soupe et nous ferons chabrot.

– Non, mais, dis donc, nous ne sommes pas à tes ordres ! le rabroue Ernestine. Nous ferons comme nous le voudrons.

– Je disais ça pour vous taquiner un peu. Ne m’en veuillez pas ! s’excuse Ferdinand.

– Je ne sais pas ce que fera Monsieur Émile en cas d’attaque proche. Peut-être qu’il fera comme à la fin du siècle précédent ?

– Ben, qu’a fait le seigneur des lieux à l’époque ? Raconte-nous, nous nous coucherons ce soir moins bête.

– En janvier 1798, dans la nuit du 15 au 16 Nivôse An VI de la République, il y a eu l’affaire des « Chauffeurs d’Orgères ». C’est mon père qui m’a raconté cela, car je n’étais pas encore né et je n’étais même pas une lueur d’espoir dans le ventre de ma mère. Je suis de 1800 tout rond. En fait, c’était des brigands, une bande bien organisée. La Beauce, qui est tranquille aujourd’hui, mis à part la guerre prussienne, a eu des années sanglantes. Une véritable tribu terrorisa la Beauce.

– Continue, développe un peu, merci d’avance, demande Louise.

– La bande était composée d’hommes, de femmes et mêmes d’enfants. Ils tuaient, volaient, pillaient, assassinaient. Il y avait des chefs, des sous-chefs, des gardes-magasins, des espions. Les chemins étaient alors, à cause d’eux, devenus peu sûrs. Chaque membre de la bande savait ce qu’il avait à faire. Pour entrer dans les maisons ou les fermes, ils n’hésitaient pas à fracturer les portes, à escalader les murs, les toits, à défoncer les portes avec un bélier. Ils assommaient les gens, les bâillonnaient, les enfermaient dans les caves, parfois leur coupaient la gorge. Ils violaient les femmes et les jeunes filles. Ils avaient une technique bien particulière pour faire parler les victimes. Elle était imparable. Les brigands, dont la figure était toujours passée à la suie ou en tout cas avec quelque chose de noir, allumaient un feu, grand de préférence. Ils attrapaient le maître des lieux et lui chauffaient les pieds avec des tisons ou de la braise. Tout cela, dans l’espoir de faire parler la victime qu’ils avaient choisie. Ce qu’ils voulaient, c’était de l’argent. Si le maître des lieux ne parlait pas, ils passaient à la vitesse supérieure. Ils arrosaient alors ses pieds avec de l’eau-de-vie. Ils attrapaient, à deux, le malheureux qui se débattait comme il le pouvait, et présentaient ses pieds au-dessus de la flamme dans la cheminée. Après quelques brûlures et sûrement beaucoup de cris, la victime indiquait où se trouvait le butin. Il n’y avait pas d’échec.

– C’est t-y pas malheureux d’entendre ça quand même, se lamente Ernestine.

Après un moment de silence, pendant lequel les personnes autour de la table tentent de visionner ce que je viens de dire, je continue :

– Dans la grande tradition du banditisme sous l’ancien régime, c’était Fleur d’Epine qui avait fédéré une bande malfaisante. Il s’était installé à Orgères-en-Beauce. Dans cette période troublée par la Révolution, Fleur d’Epine s’est senti l’âme d’un politique et s’est acoquiné avec des conspirateurs royalistes. Il n’a pas eu grand avenir puisqu’il fut arrêté à Versailles en juillet 1792 et égorgé pendant les massacres de septembre. C’est alors que son bras droit, François Girodot, surnommé le « Beau François », prit la direction de la bande qui était forte d’environ quatre cents membres, dont un quart de femmes. S’appelant eux-mêmes les « Pingres », ils ont sévi de 1792 à 1798. La bande était superbement organisée. Le jour, les membres avaient des activités parfaitement respectables  au vu et au su de tout le monde.

– Comme quoi par exemple ? questionne Ferdinand.

– Je ne sais pas moi : des artisans, des commerçants. Que pourrais-je vous citer ? Attends… je réfléchis… des tonneliers, des vignerons,… des cafetiers, des charcutiers, des épiciers,… des forgerons, et même des ouvriers agricoles. Il y avait également des officiers, des prêtres, des instituteurs, et même un garde-champêtre. Vous vous rendez compte des officiers, un garde champêtre ! Tout ce petit monde faisait ses coups la nuit sous la direction du Beau François. Son bras droit était un homme d’une cruauté inimaginable. Il s’appelait « le Rouge d’Auneau ». La bande a ainsi écumé, pendant plusieurs années, les bourgeois, les châtelains, les gendarmes, parfois de pauvres bougres. Leur secteur d’activités était grand, particulièrement en Eure-et-Loir et dans le Loiret, toute la portion comprise entre Orléans, Chartres, Pithiviers et Marchenoir.

– Et cela a duré longtemps, interroge Ferdinand ?

– Tout a une fin bien sûr. Un jour, la bande a attaqué une ferme entre Pourpry et Sougy. Nicolas Fousset, le propriétaire d’un riche domaine, Le Millouard, fut torturé avec une telle violence qu’il en mourut quelques jours plus tard. Compte tenu de la qualité de cet homme, qui était très apprécié dans la région, et l’émotion dans la population étant très grande, une enquête fut diligentée avec beaucoup de sérieux sous la pression insistante des villageois locaux. Le commencement de la fin avait sonné pour les Chauffeurs d’Orgères. Un vagabond fut arrêté par les gendarmes, puis interrogé sans ménagement. Il craqua et indiqua qu’il faisait partie de cette bande. Le vagabond avait pour nom « Germain Bouscand » dit le « Borgne de Jouy ». Il ne résista pas longtemps et se montra assez loquace pour révéler des noms et des renseignements sur plus d’une centaine de personnes. Le Beau François a été arrêté une première fois, avec un de ses adjoints, à la foire d’Étampes en juillet 1797. Condamnés à quatorze ans de fers, tous les deux réussissent à s’évader début août mais furent repris le 3 mars 1798.

– Il semble à t’attendre dire les noms que les membres en aient eu de bariolés, dit Ferdinand. As-tu des exemples ?

– Il y avait là des personnes dont les noms sentent bon l’arnaque : « Fleur d’Épine », Nicolas Tincelin dit « Jacques de Pithiviers » ou le « Père des Mioches », Robert Jean-Bernard dit « Jean le Canonnier », François Ringuette dit « Le Rouge d’Auneau ». Attends un peu… Il y avait aussi Richard Jacques dit « Le Borgne du Mans » avec son visage vérolé… et aussi Madeleine Barruet dite « la Grande Marie » avec sa face vigoureuse,… ou encore François Théodore-Pelletier, avec son curieux faciès car sa tête avait été enserrée dans un carcan quand il était enfant pour diminuer l’ampleur de sa dentition.

– Cela me fait froid dans le dos, commente Émilienne.

– L’enquête fut dirigée par le Juge de Paix d’Orgères, qui n’était autre qu’Armand-François Fougeron, propriétaire du château de Villeprévost, celui-là même où nous nous trouvons. Notre Juge y mit tout son honneur personnel et désigna pour mener l’enquête une personne de Nogent-le-Rotrou, le commandant de brigade Vasseur. Mon père m’a dit que c’était un grand type, sans peur. Du haut de son mètre quatre-vingts, il avait acquis une aura de bravoure en arrêtant une bande de malfrats dans la Forêt de Senonches. Se fiant aux indications données par le vagabond, dit « Le Borgne de Jouy », et peut-être un peu aussi celles révélées par la femme Bire, notre commandant de brigade, avec l’aide de trente gendarmes et de soixante hussards, dont les pieds des chevaux avaient été enveloppés de chiffons pour limiter les bruits ambiants, s’est invité en flagrant délit dans un coup d’importance de la bande. Le résultat, après quelques heures de lutte, est l’arrestation, de nuit, dans le bois de Méreville, du Beau-François et d’une trentaine de ses compagnons. La bande avait prévu cette nuit-là l’attaque du château de Faronville, près de Toury, et de plusieurs fermes de la région. Normalement, il devait s’agir de la dernière grosse affaire du Beau François qui envisageait alors de changer de région.

– Alors ça, c’est quand même pas de chance pour lui, dit Ferdinand.

– Non, mais tu exagères, s’insurge Ernestine. C’était bien fait pour lui. Il n’allait quand même pas continuer éternellement. Excuse-moi, Augustin, continue.

– C’est le Juge de Paix du canton d’Orgères qui fut chargé de l’instruction de cette affaire sous le titre de « Chauffeurs d’Orgères ». Armand-François Fougeron, le Juge en question, avait été quelques années auparavant conseiller de Louis XVI. À la libération des geôles révolutionnaires, il était venu se faire oublier dans son château de Villeprévost. À cette période, le château était bondé de plusieurs centaines de personnes. En effet, les brigands, plus de trois cents, étaient parqués dans les caves. Bien entendu, ils n’y étaient pas tous en même temps car, même en les tassant les uns sur les autres, l’endroit, comme vous le savez, ne pouvait recevoir plus d’une quarantaine de personnes à la fois. Un détachement de gendarmerie et deux pelotons du Deuxième Régiment de Hussards montaient la garde. Les interrogatoires se déroulèrent pendant plus de trois mois, du 30 janvier au 2 mai 1798. Le chef, le « Beau François », fut interrogé le 10 février 1798. Son second, le « Rouge d’Auneau » réussit l’exploit de recevoir treize condamnations à mort et cent soixante-dix-huit années de bagne. Il y eut cent vingt-cinq jours d’enquête et plus de trois cents arrestations. Finalement, quatre-vingt-deux personnes ont été jugées à Chartres les 11 et 14 octobre 1799.

– Rien que cela ! Trois cents arrestations !

– Oui, trois cents. Devant la volonté de la puissance publique d’un retour à la paix civile, se voulant exemplaire, le procès des « Chauffeurs d’Orgères » se termina, le 4 octobre 1800 par la décapitation de vingt-trois bandits, hommes et femmes, habillés de la camisole rouge des parricides, sur l’échafaud construit sur la Place des Épars à Chartres, dans l’allégresse des centaines de Beaucerons présents, venus de toutes parts. C’était des cris de joie mais aussi des soupirs de soulagement. Ceux qui avaient échappé à la mort furent envoyés au bagne ou dans des maisons de force. Cependant, il y en avait un qui a échappé à ce supplice, c’est le « Beau François ». Il avait réussi à s’évader de la prison de Chartres.

– Il y a eu une justice en tout cas, approuve Ernestine. Mais lui, le « Beau François » n’en a rien subi, c’est-y pas malheureux !

– Plus tard, la justice a décidé de faire porter des masques mortuaires des vingt-trois condamnés à mort pour qu’ils soient exposés au château de Villeprévost. Ainsi, la population a pu être informée et édifiée sur cette exécution à caractère social.

– C’est curieux comme idée, commente Ferdinand. Je n’y aurais pas pensé.

– Pour la petite histoire, le Beau François avait réussi à s’échapper au cours de l’instruction. Mais il fut de nouveau arrêté le 22 novembre 1800 dans les Deux-Sèvres. Il a été fusillé sur place, sans sommation ni autre procès, avec une bande d’une dizaine de brigands, détrousseurs de diligences et autres passants sur les chemins du Poitou.

– Tant mieux, dit Émilienne, bon débarras.

Un silence, presque religieux, suit pendant plusieurs minutes. Puis, je reprends :

– Bon, dites-donc, je parle, je parle. Mais il commence à se faire tard, bientôt minuit. Il faut que nous allions nous reposer car nous ne savons pas comment demain sera.

– Merci, Augustin, pour cette narration pleine de détails. Je ne connaissais point cet épisode. Nous allons nous retirer avec l’Ernestine et la Louise. Merci, aussi Émilienne pour la soupe. Allez, bonne nuit à tous les deux.

– Bonne nuit à vous aussi, à demain.

Après un bout de rangement de la table, Émilienne s’éloigne lentement vers la chambre, un brin coquine. Elle s’empresse ensuite, dès mon corps allongé à côté du sien, de mettre à exécution sa pensée lubrique et d’entreprendre des « agueroinchettes » (caresses) pour mon plus grand bien.


[1] D’après l’œuvre de Gaston Couté.

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, un roman de Jean-Louis RIGUET,

en vente par internet à :

www.dedicaces.ca

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

en vente en librairies en Région Centre :

.

Maison de la Presse de Janville

M. Christian NAOUR

8 Place Georges Clémenceau

28310 JANVILLE

FRANCE

Tél. : 02.37.90.04.95

.

Maison de la Beauce

Place de Beauce

28140 Orgères-en-Beauce

FRANCE

Tél. : 02.33.99.75.58

.

Librairie Volte Pages

31 Place Louis Sallé

45160 OLIVET

FRANCE

Tél. : 02.38.88.23.59

.

Liens :

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://librebonimenteur.net/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

.