.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui La princesse Jabirowska

.

 

En 1684, une grave affaire de disparitions bouleversa Paris. En quatre mois, 26 personnes, âgés entre 17 et 25 ans, avaient disparu sans laisser de trace. Quatre garçons, fils d’ébénistes ou de marchands de meubles, disparurent dans le faubourg Saint-Antoine. Les rumeurs les plus extravagantes circulèrent. Certaines prétendaient qu’une princesse malade tuait ces garçons pour […]

via La princesse Jabirowska — Les balades d’Alexandra

La princesse Jabirowska par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Passerelle Léopold-Sédar-Senghor

.

 

 

La passerelle Léopold-Sédar-Senghor, anciennement pont Solferino, traverse la Seine pour relier le quai Anatole France (7e arrondissement) et celui des Tuileries (1er arrondissement), créant ainsi une connexion entre les musées d’Orsay, du Louvre et de Légion d’honneur. La passerelle est le 36e pont de Paris. Ses origines Le premier pont construit à cet endroit vit […]

via Passerelle Léopold Sédar Senghor — Les balades d’Alexandra

Passerelle Léopold Sédar Senghor par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Léonie Chéreau

.

 

 

 

Léonie Chéreau était une jeune fille de bonne famille, âgée de 15 ans, sans soucis ni problèmes apparents. Comme tant d’adolescentes, elle voyait dans chaque homme gentil un prince charmant. Son père, un huissier austère d’Orléans, venait de mourir. Sa mère, malheureuse et désemparée, laissa sa fille vaquer librement à ses occupations et oublia de […]

via Léonie Chéreau — Les balades d’Alexandra

Léonie Chéreau par Les balades d’Alexandra

.

.

Alexandra DELRUE raconte…

.

.

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Une chèvre amoureuse

.

 

 

 

Les chroniques de Pierre de l’Estoile nous rapportent des histoires surprenantes. J’ai choisi de vous raconter celle du 20 décembre 1593. Imaginez le pont Saint-Michel recouvert de maisons au rez-de-chaussée desquelles s’étaient établis des commerçants. Fripiers, teinturiers, éperonniers, écrivains publics, luthiers… se succédaient, haranguant les passants, marchandant les prix. A l’extrémité du pont s’était établi […]

 

via Une chèvre amoureuse — Les balades d’Alexandra

Une chèvre amoureuse par Les balades d’Alexandra

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Georges Cadoudal

.

 

 

 

Paris vient de trembler ! Une incroyable explosion vient d’ébranler la capitale, en ce soir du 3 nivôse an IX (24 décembre 1800). Un immense nuage de poussière et de fumée plonge les rues dans le noir et le silence. Puis les premiers cris d’agonie et d’horreur retentissent. La petite rue Saint-Nicaise, qui court du palais […]

via Georges Cadoudal — Les balades d’Alexandra

Georges Cadoudal par Les balades d’Alexandra

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Antoine Marie Chamans de Lavalette

.

 

Antoine Marie Chamans de Lavalette épousa le 22 avril 1798 Emilie de Beauharnais, nièce de l’impératrice et ce, sur les conseils de Bonaparte. Conseil avisé puisque les deux époux s’aimèrent tendrement. En dépit du retour de Louis XVIII sur le trône et l’exil de Napoléon à Sainte-Hélène, Lavalette refusa de s’enfuir. Le 18 juillet […]

via Antoine-Marie Chamans de Lavalette — Les balades d’Alexandra

Antoine-Marie Chamans de Lavalette par Les balades d’Alexandra

 

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Rue Montorgueil

.

 

.

La rue doit son nom à la butte située au nord-est du quartier Bonne-Nouvelle, dénommée au XVe siècle « Mont Orgueil », vers laquelle elle conduit toujours. Histoire C’est une importante artère marchande depuis l’implantation des Halles au XIIe siècle au cœur de Paris. Elle constitua longtemps l’une des dernières escales de la marée en provenance des […]

via Rue Montorgueil — Les balades d’Alexandra

Rue Montorgueil par Les balades d’Alexandra

 

La parole est à Alexandra DELRUE

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui Corporation des maîtres charcutiers de Paris

 

 

Si la corporation des maîtres charcutiers de Paris remonte au XVe siècle, ce n’est qu’en 1805 que la profession reçoit des statuts modernes, sous le nom de Bureau de commerce de la charcuterie. Ce bureau est transformé en Chambre syndicale l’année même où est fondé, le Syndicat général de la charcuterie française, en 1881. Après […]

via Corporation des maîtres charcutiers de Paris — Les balades d’Alexandra

Corporation des maîtres charcutiers de Paris par Les balades d’Alexandra

 

Laisse la parole à Alexandra DELRUE

 

Les balades d’Alexandra, aujourd’hui rue du Mail à Paris

 

25-27 : ancienne Maison Albert Tronc dont le nom est encore présent sur la façade. Elle fut précédée par la boutique de Longepied ; le père Amable était un marchand de châle d’origine allemande. Une pompe à eau se trouve encore dans le fond de la cour. 23 : manufacture des pianos Erard (voir article). 13 : il […]

via Rue du Mail — Les balades d’Alexandra

Rue du Mail dans Les balades d’Alexandra

Balade parisienne, 2e arrondissement, Alexandra Delrue

.

BALADE PARISIENNE

2e arrondissement

de Alexandra Delrue

Une mine de renseignements

.

 

.

Les éditions BOD

 516 pages – Juin 2018 – Prix 20 €

ISBN 9 782322 121953

.

 

.

https://www.bod.fr/librairie/balade-parisienne-alexandra-delrue-9782322121953

.

Quatrième de couverture

Le 2e arrondissement de Paris est officieusement nommé l’arrondissement de la Bourse. L’ancien palais Brongniart témoigne de l’activité financière et bancaire du quartier. Quartier qui autrefois était aussi un haut lieu de la Presse et de la vente en gros du textile (Sentier). S’y trouvent de nombreuses pépites tels que la bibliothèque Richelieu, l’église Notre-Dame des Victoires, le square Louvois, le théâtre des Bouffes Parisiens, l’Opéra-Comique, les galeries Vivienne et Colbert, de nombreux hôtels particuliers datant des 17e et 18e siècles.

 .

 

.

Extraits :

Page 10

Le couvent des Capucines

L’ordre des Clarisses capucines est introduit en France par la reine Louise de Lorraine-Vaudémont, veuve d’Henri III. Elle projette la construction d’un couvent à Bourges afin d’y être inhumée. A sa mort, le 29 janvier 1601, elle lègue à son frère, Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercoeur, une somme de 60 000 livres pour le construire, mais celui-ci meurt en février 1602. Par lettres patentes du 8 juin 1602, Henri IV autorise sa veuve, Marie de Luxembourg, à construire un couvent des Capucines. Celui-ci est installé à Paris au lieu de Bourges. Par une bulle de septembre 1603, le pape Paul V accrédite la création du couvent sous le nom des Filles de la Passion.

Etc.

Page 47

Rue de Gramont

La rue de Gramont débute au 12 rue Saint-Augustin et se termine au 15 boulevard des Italiens ; elle est le prolongement de la rue Sainte-Anne vers le nord.

Histoire

L’hôtel de Gramont fut construit en 1654 par les frères Monnerot et confisqué dix ans plus tard par Louis XIV à son propriétaire initial dont l’enrichissement avait été aussi rapide que suspect.

Immobilier

30 : L’ambassade de Russie s’installe dans l’Hôtel Lévis, sous le règne de Louis XVI ; le prince Baratynsk ministre plénipotentiaire de la tzarine Catherine II.

Y emménage le Jockey Club. le Jockey Club a été créé en juin 1834 par…

 

 

 

.

 

.

Ce que j’en pense

Titulaire d’un bac économique et social et d’une Maîtrise d’archéologie à Nanterre, elle a travaillé sur des chantiers de fouille du Château de Vincennes et au laboratoire de Villejuif. Elle avait auparavant étudié l’histoire à l’université d’Aix-en-Provence.

Elle enseigne à Sens et surtout écrit, car elle n’en est pas à son premier livre.

Elle a publié un énorme pavé de près de 600 pages sous le titre BALADE PARISIENNE Premier Arrondissement traitant à travers de dix circuits pédestres du Premier arrondissement de Paris comme les églises, les ponts, les musées, les commerces, les immeubles… Elle nous entraîne dans l’histoire de lieux connus ou inconnus avec une foule de détails, qui font de ce livre un ouvrage de références à avoir dans sa bibliothèque.

Alexandra DELRUE récidive en prenant pour cible le Deuxième arrondissement de Paris, avec treize parcours pédestres.

Les détails foisonnent, maison par maison, palais par palais. L’histoire et l’architecture abondent. Les renseignements sont précieux et serviront de références, à n’en point douter. En cette période de rentrée scolaire, les élèves et étudiants pourront y trouver des détails pour étonner leurs camarades.

Ce deuxième livre consacré à Paris est un ouvrage de références à détenir dans sa bibliothèque.

Merci à Alexandra pour ce travail de mémoire et de conservation du patrimoine.

J’ai bien aimé. Pour les amateurs d’histoire, lisez ce livre !

.

L’AUTEUR

J’ai rencontré Alexandra pour la première fois à un salon du livre près de Sens. Nous étions voisins.

Elle s’est livrée dans une chronique que je vous invite à lire :

En voici le lien :

 

 

.

Pour en savoir plus sur Alexandra Delrue

 

 

JL à l’écoute de … Alexandra DELRUE

.

 

.

Un livre à lire et à détenir absolument !

.

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 30 août  2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ