Publié par 2 commentaires

Excellente année 2014

.

Après une année 2013 qui n’a pas été géniale pour tout le monde,

je souhaite à toutes et à tous une excellente année 2014.

Je formule des voeux de bonheur pour tous.

Que 2014 vous apporte ce qu’il y a de meilleur dans tous vos domaines de prédilection !

Que 2014 vous apporte l’amour, l’amitié, le bonheur !

Que 2014 vous apporte le travail, l’activité, le succès, la prospérité !

Que 2014 vous apporte la santé, la joie, l’espérance, l’apaisement !

Que 2014 vous apporte tout ce que vous pouvez désirer,

pour vous, votre famille et tous ceux que vous aimez !

.

Alors pour toutes et pour tous

CHAMPAGNE !!!

.

http://www.dromadaire.com/dromacarte/view/?p=eyJ0eGlkIjoiT1MtMTM4ODU2NzE0NTMwOTUiLCJyX2VtYWlsIjoiamxyaWd1ZXRAZ21haWwuY29tIn0=

.

Pour les écrivains, des livres, des romans, des essais, des nouvelles, de la poésie !

Pour les artistes, des pièces, des films, des tableaux, de la musique, du succès !

Pour tous, santé, travail, prospérité, succès !

Pour les otages et les prisonniers, délivrance, apaisement !

Pour les pauvres et les malheureux, un peu de douceur et de baume !

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par 2 commentaires

L’Asso et France Bleu – Chronique 1 Le Cotignac

.

lauteur-jean-louis-riguet-diffuse-premiere-ch-L-OV_xwT

.

Chaque semaine, FRANCE BLEU ORLEANS tient une chronique sur le patrimoine de la région Orléanaise relatée notamment dans les livres qui paraissent.

Cette chronique est en général diffusée tous les jours vers 13h30. Elle est suivie d’une question et le premier auditeur qui apporte la réponse dans les cinq minutes suivantes a le plaisir de gagner le livre en question.

L’Association des Bouts de Lignes a été jugée comme présentant suffisamment de propos sur le patrimoine historique de la région d’Orléans pour avoir l’honneur de réaliser cinq chroniques. Diffusée du lundi au vendredi, un livre a été gagné chaque jour.

Leslie Schoofs s’est prêtée au jeu avec gentillesse et compétence. Merci à elle. Voici le résultat pour la chronique sur le Cotignac, etc.

.

.

Le Cotignac

C’est un produit très ancien puisque les filles du roi Louis XV les dégustaient et en étaient friandes. Elles en raffolaient même.

 Le cotignac d’Orléans, c’est son nom exact, est une pâte molle de coing servie dans une boite en écorce d’épicéa. Jeanne d’Arc trône sur les boites.

Ce délice rappelle les saveurs de l’enfance.

Les Pralines.

Savez-vous que les premières sont apparues à Montargis sous Louis XIII ?

À cette époque, le Maréchal Duc de Plessis-Praslin, qui était Ministre et Pair du royaume, offrait aux dames de la Cour des amandes grillées, caramélisées et tourmentées. On les nomma « Praslines. »

La Maison de la Praline à Montargis a été imaginée par Plessis-Praslin, dans un hôtel tout près de l’église. Actuellement, c’est la Maison Mazet qui conserve le secret du procédé de fabrication des Pralines. Elle exerce toujours dans les lieux même de leur création.

Le Loiret Gourmand.

C’est une initiative du Conseil Général du Loiret et du Syndicat de la profession. La création remonte à une dizaine d’années peut-être.

Il s’agit d’un fond de dacquoise noisette. Un confit de poire et de cerise y est déposé délicatement. L’on recouvre le tout de crème légère noisette et d’amandes caramélisées. C’est loin d’être mauvais.

Le Pithiviers.

C’est un fondant ou un feuilleté à base d’amandes broyées mélangées avec du sucre, du beurre en pommade, des œufs et du rhum.

L’origine du fondant du Pithiviers est très ancienne. L’on ne sait pas depuis quand. Par contre, pour le feuilleté, l’on sait que cela fait environ 300 ans. Le feuilleté n’existe que depuis sa création par le sieur Feuillet. Or, ce monsieur était le pâtissier du Prince de Condé au 18ème siècle.

Dans son origine gauloise, la ville de Pithiviers aurait été un carrefour d’importance puisqu’il semble que le nom veuille dire « le carrefour des quatre chemins » dans la langue des Carnutes qui étaient réputés pour leurs galettes. Depuis, le gâteau Pithiviers a une renommée d’envergure nationale.

Il existe une Confrérie du Pithiviers depuis le 4 juillet 1983, jour de la Saint-Florent.

Chaque membre doit « jurer d’en faire manger à ses amis et d’en manger lui-même à toutes occasions. » La Confrérie organise chaque année une grande manifestation publique. Il y a un concours.

Les macarons d’Orléans

Il y a aussi les macarons aux fruits d’Orléans. Ces macarons sont vendus un par un.

Cette spécialité est récente. Néanmoins, il s’agit d’une spécialité orléanaise qui a été entreprise par la ville elle-même il y a quelques années.

.

Voilà pour cette chronique.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

.

Rappelons que L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

a reçu le prix SCRIBOROM 2013

et qu’il est publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

http://www.scribomasquedor.com/

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par 2 commentaires

Roses des Sables Trophée

AUGUSTIN ma bataille de Loigny  participe à ce trophée

Une initiative de Guy BOULIANNE, Président Directeur général des Editions Dédicaces

Voici une partie de la publication faite les Editions dédicaces inc. le 26 décembre 2013 sur le site du Bottin International des Professionnels du Livre

Trophée Roses des Sables : Près de 300 prix ont été gagnés pour financer Annie Perreault et Élisabeth Gagnon Tremblay…

annie-perreault_630x359

Et voilà ! Le méga tirage de plus de 300 prix a bien eu lieu afin de financer Annie Perreault et Élisabeth Gagnon Tremblay qui participeront au prochain Trophée Roses des Sables, un Rallye 4X4 exclusivement dédié aux femmes. Ce rallye aura lieu au mois d’octobre 2014. Pour cette occasion, les Éditions Dédicaces ont remis aux deux sportives une valeur supérieure à 750 $CA (± 530 EUR) en prix, dont les livres suivants : « Platon le Suricate », par FanFan et Schmurl, « Fallait-il tuer Socrate »« Nouveaux propos sur le bonheur » et « Pourquoi encore la psychanalyse », par Georges Botet Pradeilles, « Les forces de l’abîme » et « Les remous des profondeurs », par Laurent Noerel, « Augustin, ma bataille de Loigny », par Jean-Louis Riguet »« Moi, Emile Milliard », par Bernie Palmer et beaucoup plus encore… Notre maison d’édition a aussi donné une copie de sa liseuse numérique (valeur : 140$) et 5 exemplaires du livre« Platon le Suricate » pour l’organisme « Les enfants du désert » au Maroc.

Voici un compte rendu du tirage qui nous a été envoyé par Les Sablotines elles-mêmes :

Le MÉGA tirage des Sablotines s’est déroulé jeudi le 19 décembre à 7h30. 118 personnes ont acheté un billet au coût de 20$ qui leur donnait droit à un cadeau assurément qui couvrirait au moins ce montant. Chacun des participants avait la chance de choisir son prix. Le premier pigé choisissait en premier, le deuxième pigé choisissait ensuite, etc. tous l’un après l’autre. Pour faciliter le jumelage de prix, chacun des participants avait remis au préalable une feuille contenant leur choix préféré numéroté de 1 à 15.

Bien des prix figuraient sur la liste et il y en avait pour tous les goûts. Cela allait du démarreur à distance à l’aspirateur, en passant par la conduite de voiture de luxe, des paniers cadeaux et bien sûr plus de 25 livres offerts par les Éditions Dédicaces.

Donc, le tirage a eu lieu au pénitencier maximum de Donnacona où travaille Annie comme agente correctionnelle, devant 50 agents de la paix où la majorité des participants travaillent. La famille, les amis ont également encouragé notre équipe. Annie Perreault a demandé à une agente d’effectuer le tirage et de numéroter tous les billets en ordre de pige. Après avoir pigé et numéroté les billets de 1 à 118, Annie s’est installée avec tous les billets et les feuilles de pré-choix et a pris le billet No.1 et sa feuille et elle a regardé le 1er choix du gagnant. Au 2ème billet, elle a regardé son 2ème choix et vu si le choix préféré du gagnant était là, sinon elle passait à son deuxième choix ainsi de suite. Étant donné que les choix étaient assez différents les uns des autres, Annie a fait ainsi jusqu’au 90 ème billet. Arrivée là, elle devait appeler quelques-uns des gagnants puisque leurs choix étaient tous épuisés, mais ils pouvaient continuer de choisir tout de même dans les prix restants.

Ainsi, Mme Catherine Gauthier, Mme Mélanie Villeneuve, Mme Lynda Lanouette et Mme Sophie Beaulieu se sont mérités des livres des Éditions Dédicaces. C’est Mme Odette Duranleau qui a remporté la liseuse numérique des Éditions Dédicaces. Vous pouvez voir l’ensemble des gagnants en cliquant sur ce lien.

Un gros merci aux Éditions Dédicaces qui se sont joints à cette équipe des Roses des Sables 2014 qui iront faire une compétition de 4X4 dans le désert marocain du 9 au 19 octobre 2014. Grâce à leur soutien, elles ont pu amasser 2360$ grâce à ce tirage.

Et en supplément, les Éditions Dédicaces ont donné plusieurs livres pour enfant qu’elles remettront aux enfants dans un village marocain sur place parrainé par l’organisme Les Enfants du désert qui s’occupe année après année d’un village défavorisé.

Nous vous rappelons que les Éditions Dédicaces sont l’un des « Commanditaires OR » des deux sportives. En échange de cela, le logo de la maison d’édition est apposé sur la page Facebook et les deux sites internet de Annie Perreault et de Élisabeth Gagnon Tremblay… sur leur véhicule au Québec… ainsi que sur leur 4X4 au Maroc PENDANT UN AN.

.

Cette action et cet article méritaient d’être relayés. C’est fait. Un grand merci à Guy Boulianne.

.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par 4 commentaires

Scribo Masque d’or et 1er chapitre de l’Asso

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

.

Merci aux EDITIONS DU MASQUE D’OR et à SCRIBO DIFFUSION

pour avoir publié sur leur site un texte concernant ma bio-bibliographie.

Je suis en bonne compagnie avec d’autres auteurs à connaître.

Cliquez sur le lien suivant :

.

http://www.scribomasquedor.com/pages/les-auteurs.html#page2

.

Je me permets de rappeler aussi que d’autres sites font de même.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

.

Je remercie tous ces sites.

.

Mon dernier ouvrage est un roman d’enquête humoristique qui fait redécouvrir les spécialités orléanaises dans un cadre inhabituel à l’occasion de l’exécution d’un testament d’un original décédé un premier janvier sans descendance.

Les péripéties se multiplient pour connaître qui héritera.

Je publie ici le premier chapitre de L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES :

.

1

Le voisin

Vers 9 heures, ce matin 1er janvier 2011, un certain émoi envahit la rue de la Bretonnerie à Orléans, pourtant calme les dimanches et jours fériés. En allant acheter des croissants pour agrémenter son petit-déjeuner, Maître Antonio Bavardo, avocat de son métier, est frappé par l’absence d’animation dans la maison d’en face de la sienne. Il traverse la rue, déserte en ce matin de jour férié surtout après une nuit passablement mouvementée par les agapes de la fête, de son pas lourd et assuré et frappe à la porte de son voisin. Aucune réponse ne rompt le silence. Aucun bruit ne transpire. Le silence, le silence complet, le silence mortifère. Il recommence et se met à tambouriner violemment la porte qui ne s’émeut pas davantage de même que le silence ne se rompt pas. Un voisin, qui se demande pourquoi un tel raffut vient troubler son intimité, sort sur le pas de sa porte et vient aux nouvelles :

– Holà, Maître Bavardo, vous en faites du bruit pour un jour férié. Que se passe-t-il ?

– Bonjour, Monsieur Méchin. Aucun bruit ne sourd de la maison de Monsieur Delmas. Je suis inquiet. Je crains le pire.

– Vous croyez ?

– Oui, hier soir, il était en pleine forme mais il est allé se coucher juste après minuit, une fois les vœux souhaités. Il disait avoir l’intention de se lever de bonne heure pour aller faire une longue marche le long de La Loire. Ce matin les volets sont toujours clos, il n’y a aucun son venant de sa maison. Il devrait être rentré à cette heure-ci.

– Je pense que vous vous inquiétez pour rien, Maître Bavardo. Il n’est qu’un peu plus de neuf heures. Notre ami Delmas n’est pas encore rentré de sa promenade, voilà tout.

– Vous avez sûrement raison mais je suis inquiet néanmoins. Si, à onze heures, il n’a pas réapparu, j’appelle les pompiers et la police.

– C’est cela. Vous m’appellerez éventuellement le moment venu. Je vous aiderai dans vos démarches.

Maître Antonio Bavardo est un avocat établi depuis près d’une trentaine d’années dans cette bonne ville d’Orléans et depuis plus de vingt ans au même endroit de la rue de la Bretonnerie. Il faut dire que c’est pratique. Le tribunal se trouve à quelques dizaines de mètres de son cabinet incorporé dans la maison où il a son domicile. D’ailleurs, l’on pourrait presque affirmer que la rue de la Bretonnerie est la rue des avocats tant ces derniers sont concentrés dans celle-ci.

Antonio Bavardo a épousé en premières noces Isabelle, issue d’une bonne famille bourgeoise, de la bonne société comme l’on dit. Il l’aime toujours comme au premier jour. Elle lui a donné de beaux enfants. Le couple vit dans le rose tous les jours et leur ferveur sexuelle n’a pas variée depuis leur mariage. Isabelle confectionne de bons petits plats et Antonio lui concocte des nuits d’amour. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Ils ont un rythme de vie des plus simples. Antonio travaille la semaine. Il a su développer une clientèle de fidèles car il est bon dans les dossiers tortueux.  Il ne compte pas ses heures mais il s’en trouve récompensé par la fidélité de ses clients et l’estime de ses confrères.

Isabelle, après s’être occupée des enfants et des tâches ménagères, se consacre désormais à diverses associations plus ou moins utiles ou intéressantes. Mais il faut bien s’occuper en attendant les faveurs de son mari besogneux. Ils aiment tous les deux le théâtre, le cinéma, la lecture. Ils ne dédaignent pas aller dîner dans les bons restaurants ou partir en week-end dans des hôtels de bonne qualité, en amoureux.

Quand il s’est établi à cet endroit, Antonio est allé se présenter à ses voisins les plus proches, du moins les résidents permanents, et l’occupant de la maison d’en face n’a pas désiré lui ouvrir. Le voisin d’en face a fait en sorte qu’il n’y ait aucune relation ni échange avec lui pendant au moins un an jusqu’au moment où il n’a pas pu faire autrement pour l’éviter. Maître Bavardo en avait profité pour se présenter et Monsieur Delmas avait été contraint d’en faire autant, à son corps défendant.

Monsieur Alain-Georges Delmas est considéré, dans le quartier, comme un original, vivant seul et sans enfant. Personne ne lui connaît de famille. En tous cas, il n’en a jamais parlé. On n’a jamais su très bien de quoi il vit ni de quoi il tire ses revenus. Par contre, on sait qu’il n’a jamais travaillé. Il s’en vante souvent et trouve cela naturel pour un homme de sa trempe. Il ne part jamais en voyage. Il n’a pas besoin de prendre des vacances puisqu’il ne fait rien d’obligatoire. Il passe ses jours, été comme hiver, printemps comme automne, jours ouvrables comme jours fériés, à ne faire que ce qui lui convient au moment où il décide de son activité. Il se dit libre et sans contrainte. Il ne doit rien à personne et personne n’a prise sur lui. Il entretient un certain mystère autour de lui ne laissant aucun être vivant interférer sur son existence. Seul, au bout d’une dizaine d’années, Maître Bavardo a réussi à l’approcher et à commencer un début de relation amicale, difficile à entretenir d’ailleurs. Monsieur Delmas a toutefois accepté quelques invitations à dîner de Maître Bavardo. Jamais il ne les lui a rendues. C’est un ours quoique toujours affable et poli. Il n’est pas radin même s’il ne jette pas l’argent par les fenêtres. Aucun voisin n’a eu à se plaindre de ses agissements puisque Monsieur Delmas limite les relations au strict minimum. Il n’est pas méchant avec eux. Il les salue quand il les croise. Il est toujours en politesse avec eux. Mais il ne dégage aucune chaleur vis-à-vis de ces « gens-là » comme il dit. Ce n’est pas un mauvais homme. Il reste plutôt du genre discret. Certains disent que, s’il avait pu passer entre le mur et le papier peint, il l’aurait fait. Être moins épais que la colle. Certains soirs, il quitte sa maison vers les dix-huit heures trente, discrètement et presque en catimini, et ne revient que sur les vingt-trois heures, voire parfois davantage. Personne n’a jamais su où il va ainsi.

Toujours est-il que, ce matin pourtant de fête, Maître Bavardo est inquiet et qu’il attend avec impatience onze heures en surveillant la rue derrière le rideau de sa fenêtre de bureau. À onze heures moins deux minutes, il n’en peut plus d’attendre. Il faut qu’il bouge. Alors, il prend son manteau, l’enfile, tourne la clé dans la serrure et le voilà dans la rue qu’il traverse allégrement. À peine est-il arrivé sur le trottoir d’en face que Monsieur Méchin y arrive lui aussi. Ils se mettent à frapper et tambouriner sur la porte de Monsieur Delmas, en coups forts mais assez courts et parsemés de moments de silence pour écouter s’il y a une réponse. Rien. Rien ne bouge. Rien ne trouble le silence. Il ne se passe rien. Les deux hommes appellent « Monsieur Delmas » en criant si fort que d’autres voisins se positionnent sur le pas de leur porte. On aurait voulu créer une émeute que l’on ne se serait pas aussi bien pris. Presque toutes les personnes habitant dans ce bout de rue sont sorties et commencent à s’agglutiner sur le trottoir. L’émotion est à son comble, les discussions vont bon train, les sous-entendus aussi. « De quoi se mêle-t-il celui-là ! » Au bout d’un petit quart d’heure, Maître Bavardo décide d’appeler la police et les pompiers. À onze heures vingt minutes, les pompiers arrivent les premiers et se font expliquer la situation. Dix minutes plus tard, les policiers sont sur les lieux à leur tour et les deux hommes reprennent leurs explications. Après un long moment de concertation, la décision est prise. Les pompiers vont ouvrir la porte. Avec un pied de biche, un pompier défonce la porte ou plutôt casse la serrure qui cède sans de trop grandes difficultés. Tout le monde, enfin tous ceux qui se sentent un intérêt supérieur à la raison de l’intimité, pénètre dans la maison, sauf un ou deux plantons qui montent la garde sur le trottoir. Néanmoins, les pompiers et les agents font un peu le gendarme en limitant les curieux.

Maître Bavardo, qui connaît parfaitement la maison, entre le premier, immédiatement suivi du plus haut gradé des policiers et d’un pompier. La porte donne sur un couloir qui sert d’entrée. Sur la droite s’étend le salon en longueur, ouvrant sur la rue, suivi vers le fond par la salle à manger que termine une espèce de véranda couvrant ce qui devait être une ancienne cour. Rien d’extraordinaire à constater dans ces deux pièces, si ce n’est un peu de fouillis. Au fond du couloir, la cuisine ne transpire aucun occupant ni désordre. Les hommes s’empressent de monter les marches de l’escalier pour arriver au premier étage sur un palier qui dessert deux chambres et une salle de bains. Maître Bavardo se dirige sans hésiter vers la chambre sur rue qui constitue celle de Monsieur Delmas. Le lit est défait mais vide. Du fatras règne un peu plus qu’à l’ordinaire. Le tiroir d’une commode est resté ouvert. Dans l’autre chambre, rien n’a bougé. Maître Bavardo s’élance vers le deuxième étage en montant la flopée de marches. La distribution des pièces est la même qu’à l’étage précédent. Rien n’a bougé. Il n’y pas d’occupant. Les hommes commencent à se gratter la tête. Tout cela est étrange.

Maître Bavardo déclare :

– Il ne reste que le dernier niveau, mais c’est un grenier. Cependant, nous ne pouvons pas économiser sa visite.

La montée continue rapidement. Effectivement, sur le palier du quatrième niveau, s’ouvre un immense grenier sous une charpente magnifique recouverte d’ardoises. Tout d’abord, les hommes ne voient rien. Ils vont faire demi-tour quand, l’un d’eux, sûrement plus curieux, en s’avançant, découvre sur la gauche, dans le recoin d’un compartiment, une forme humaine baignant dans son sang. Vite, le pompier avance, s’agenouille, s’affaire sur la victime et constate que l’homme est mortellement blessé. Maître Bavardo s’approche et déclare :

– C’est bien Monsieur Delmas. Je pense qu’il est en piteux état et qu’il faut vite le transporter à l’hôpital. Apparemment, il a beaucoup perdu de sang.

– Je ne suis pas sûr qu’il arrive vivant à l’hôpital. Mais nous allons tenter l’impossible.

– Monsieur Delmas peut-il parler ? demande le policier.

– Non, dans cet état, il n’est plus conscient.

– Bon, dépêchez-vous, insiste Maître Bavardo. Il n’y a pas de temps à perdre. Il sera toujours temps de l’interroger s’il en réchappe.

Les pompiers s’activent pour transporter jusqu’à l’ambulance le corps mal en point de Monsieur Delmas. Ce  n’est pas facile compte tenu de la raideur de l’escalier et des virages assez serrés. Les pompiers font preuve de maîtrise mais ils galèrent et pestent beaucoup. En bas, dans le petit couloir qui mène à la rue, Monsieur Delmas reprend conscience juste le temps de dire :

– Mon notaire est Maître Scribouvacte. Je me meurs. Je m… ah… suis… ah… tué… seul… ahah … ah… ahah… ahahahah…

Monsieur Delmas est retombé dans sa léthargie. Néanmoins, les pompiers emmènent le corps mourant dans l’ambulance, toutes sirènes hurlantes, brûlant feu rouge sur feu rouge, vers l’hôpital. La nouvelle de sa mort tombe quelques minutes plus tard, laissant tout le monde dans la consternation. Des questions demeurent : s’agit-il d’une mort naturelle, d’une mort accidentelle, d’un meurtre ? Les policiers feront leur enquête. Il est trop tôt pour se prononcer malgré la curiosité de tout le voisinage. Antonio voudrait bien savoir.

—————–

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Signature à Volte-Pages

Samedi 14 décembre 2013, à 16h30,

j’ai dédicacé mes deux romans à la

Librairie VOLTE PAGES à OLIVET 61 Place Louis Sallé

à l’aimable invitation de Séverine Aumont-Sanz, sa propriétaire.

.

Séverine m’a fait l’immense plaisir de m’inviter à faire une séance de signature dans sa librairie pour la sortie de mon dernier roman L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES, le jour même où se tenait, sur la place juste devant chez elle, le marché de Noël d’Olivet.

La boutique n’a pas désempli et tout le monde en fut heureux.

annonce dédicaces volte pages

Annonce de la séance dans La République du Centre du samedi 14 décembre 2013

Profitons-en pour  annoncer ici la sortie du livre d’une historienne de Saint-Denis-en-Val, Cécile SAINSON, nommé « La bonne société orléanaise ». Description de la vie insouciante des classes aisées d’Orléans du milieu du XIXème siècle  jusqu’aux abords de la Grande Guerre.

Rappelons que Cécile SAINSON, actuellement professeur des écoles, a écrit une thèse de doctorat soutenue à la Sorbonne en 2004 sous le titre « Orléans, 1848-1914, une élite dans sa ville », qui a été récompensée par un prix du Conseil Général du Loiret.

Félicitations à Cécile.

.

Accueil de l’auteur par Séverine :

DSC_5416

.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

Prix SCRIBOROM 2013

une enquête humoristique par un avocat désigné exécuteur testamentaire, assisté d’un en quêteur coureur de jupons,  pour l’exécution d’un testament particulièrement compliqué qui lui vaut un voyage sous une forme particulière au bout des lignes des transports en commun d’Orléans et dans les différentes spécialités et activités de la région Orléanaise.

Les rebondissements sont nombreux. La fin est inattendue.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes
Roman publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR, Collection ADRENALINE, – Prix SCRIBOROM 2013
.
.
DSC_5414
.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny

un roman historique sur un épisode particulièrement sanglant de la Guerre de 1870 à Loigny la Bataille en Eure-et-Loir où le général Gaston de SONIS s’y illustra avec ses Zouaves Pontificaux. Une romance y est incorporée pour rappeler l’importance du Château de Villeprévost transformé en Hôpital de campagne par les Prussiens.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Roman publié aux EDITIONS DEDICACES

.

Quelques photos :

DSC_5412

DSC_5417

.

DSC_5413

.

DSC_5415

.

DSC_5416

.

Je vous remercie de votre intérêt et de votre présence pour ce pur moment de bonheur.

Je remercie aussi Didier Degironde pour les photos de cet instant.

Je remercie Séverine pour la chaleur de son accueil et l’organisation de cette séance de signature.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Salon Mennecy 2013

.

Salon du Livre de l’Ile de France à Mennecy

7 et 8 décembre 2013

.

Vidéos salon du livre de l’Ile de France 2013

youtube.com/watch?v=xXqhuP…

youtube.com/watch?v=QhHPiX…

.

.

J’avais apporté deux romans :

.

07122013115

.

08122013119

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny, ce roman historique installé dans le château de Villeprévost, transformé pour la circonstance en hôpital de campagne par les Prussiens. Augustin, l’ancien régisseur, qui a travaillé là toute sa vie, est réquisitionné par le propriétaire des lieux, Monsieur Emile FOUGERON, pour mettre un peu d’ordre dans les files des blessés qui se massent dans la cour. Augustin y apprendra par les soldats tout ce qui se passe sur les lieux de la bataille à deux kilomètres, à Loigny la Bataille. La bataille aura lieu toute la journée par un froid de moins 20 degrés, la neige et autre vent froid. Les combats violents et sanglants du château de Goury. La charge du Général Gaston de Sonis à la tête de ses Zouaves Pontificaux précédés de l’étendard Sacré. Sa blessure qui lui a coupé une jambe, et son attente douloureuse toute la nuit en priant la Vierge Marie. Heureusement que sa petite fille par adoption, Louise, trouve l’amour et que tous les habitants du château sont sains et sauf, ce qui vaudra à Madame Fougeron de faire édifier quelques années plus tard une chapelle en remerciement. Bataille inutile mais sanglante. 15000 victimes, morts et blessés sur un petit territoire.

.

Première de couverture d'AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES
Première de couverture d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

http://www.dedicaces.ca

.

. L’ASSOCIATION DE BOUTS DE LIGNESprix SCRIBOROM 2013, ce roman d’enquête humoristique pour l’exécution d’un testament d’un original qui a truffé celui-ci de conditions à remplir dans un délai déterminé. Les légataires universels sont les membres du conseil d’administration de l’association qui demeurent en bout des lignes de transports en commun de la ville d’Orléans. C’est un parcours dans les rues de l’agglomération et dans les différentes spécialités Orléanaises. La découverture d’un jeu de cartes : le Trut. De rebondissements en rebondissements, l’exécuteur testamentaire (un avocat) aidé par un enquêteur (un coureur de jupons) traque ceux qui peuvent réunir les conditions pour hériter. Les éliminations vont bon train. La question reste jusqu’à la fin : qui héritera ?

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

En vente aux Editions du Masque d’Or

http://www.scribomasquedor.com/

.

07122013117

.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

 

Publié par Laisser un commentaire

VOLTE PAGES Signature

Demain, samedi 14 décembre 2013, à 16h30,

je dédicacerai mes deux romans à la

Librairie VOLTE PAGES à OLIVET 61 Place Louis Sallé

.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

Prix SCRIBOROM 2013

une enquête humoristique par un avocat désigné exécuteur testamentaire, assisté d’un en quêteur coureur de jupons,  pour l’exécution d’un testament particulièrement compliqué qui lui vaut un voyage sous une forme particulière au bout des lignes des transports en commun d’Orléans et dans les différentes spécialités et activités de la région Orléanaise.

Les rebondissements sont nombreux. La fin est inattendue.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes
.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny,

un roman historique sur un épisode particulièrement sanglant de la Guerre de 1870 à Loigny la Bataille en Eure-et-Loir où le général Gaston de SONIS s’y illustra avec ses Zouaves Pontificaux. Une romance y est incorporée pour rappeler l’importance du Château de Villeprévost transformé en Hôpital de campagne par les Prussiens.

Première couverture Augustin
Première couverture Augustin

.

Venez tous, demain, samedi 14 décembre, à 16 heures 30,

pour la dédicace de

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

et d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny

à la

Librairie VOLTE PAGES à OLIVET Place Louis Sallé.

Je vous remercie par avance de votre intérêt et de votre présence.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Salon du Livre de l’Ile de France

Affiche Mennecy
Affiche Mennecy

.

Salon du Livre de l’Ile de France à Mennecy

7 et 8 décembre 2013

.

De bonne heure, le samedi matin, ma route me conduit par des petites routes de la Beauce puis de l’Essonne, tortueuses et charmantes, vers un endroit que je connais pour y être allé l’année passée à la même époque. Il fait plutôt froid ce matin. Peu de circulation encombre le chemin. 1 h 30 plus tard, j’arrive à un rond point que je reconnais mais j’en rate la bonne sortie. Impossible de faire demi-tour avant le rond point suivant à deux kilomètres de là. Enfin, après un retour assez rapide, je vais stationner ma voiture sur un parking peu rempli à cette heure-là.

Muni de mes deux sacs, je franchis rapidement les quelques centaines de mètres à parcourir, la route qui est devenue passante, le petit espace goudronné, et me voilà à l’entrée du salon. « Bonjour, me voici ». On me donne un bagde, on cherche le numéro de ma place, un homme me guide dans les travées. Au loin, j’aperçois mes compères : Gérard Porcher, l’auteur de romans policiers, et Richard Taillefer, le poète, qui me font de grands signes. Me voilà enfin arrivé à bon port.

Congratulation. Installation. Discussion. Café. Croissant. Ouf ! je suis dans le bain.

On attend le client, assis devant nos livres.

.

08122013118

.

07122013114

.

J’avais apporté deux romans :

.

07122013115

.

08122013119

.

. AUGUSTIN ma bataille de Loigny, ce roman historique installé dans le château de Villeprévost, transformé pour la circonstance en hôpital de campagne par les Prussiens. Augustin, l’ancien régisseur, qui a travaillé là toute sa vie, est réquisitionné par le propriétaire des lieux, Monsieur Emile FOUGERON, pour mettre un peu d’ordre dans les files des blessés qui se massent dans la cour. Augustin y apprendra par les soldats tout ce qui se passe sur les lieux de la bataille à deux kilomètres, à Loigny la Bataille. La bataille aura lieu toute la journée par un froid de moins 20 degrés, la neige et autre vent froid. Les combats violents et sanglants du château de Goury. La charge du Général Gaston de Sonis à la tête de ses Zouaves Pontificaux précédés de l’étendard Sacré. Sa blessure qui lui a coupé une jambe, et son attente douloureuse toute la nuit en priant la Vierge Marie. Heureusement que sa petite fille par adoption, Louise, trouve l’amour et que tous les habitants du château sont sains et sauf, ce qui vaudra à Madame Fougeron de faire édifier quelques années plus tard une chapelle en remerciement. Bataille inutile mais sanglante. 15000 victimes, morts et blessés sur un petit territoire.

.

Première de couverture d'AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES
Première de couverture d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

http://www.dedicaces.ca

.

. L’ASSOCIATION DE BOUTS DE LIGNES, prix SCRIBOROM 2013, ce roman d’enquête humoristique pour l’exécution d’un testament d’un original qui a truffé celui-ci de conditions à remplir dans un délai déterminé. Les légataires universels sont les membres du conseil d’administration de l’association qui demeurent en bout des lignes de transports en commun de la ville d’Orléans. C’est un parcours dans les rues de l’agglomération et dans les différentes spécialités Orléanaises. La découverture d’un jeu de cartes : le Trut. De rebondissements en rebondissements, l’exécuteur testamentaire (un avocat) aidé par un enquêteur (un coureur de jupons) traque ceux qui peuvent réunir les conditions pour hériter. Les éliminations vont bon train. La question reste jusqu’à la fin : qui héritera ?

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

En vente aux Editions du Masque d’Or

http://www.scribomasquedor.com/

.

07122013117

.

Richard Taillefer présentait trois livres de poésie :

.

07122013116

.

Désolé Gérard, je n’ai pas trouvé de photos de tes livres dans ma bibliothèque.

.

J’étais venu avec l’idée de faire la connaissance d’une amie Facebook qui exposait également : Marie Barrillon. J’ai cherché puis trouvé Marie. Une brune pétillante bien comme je les aime. Nous avons parlé longtemps, j’ai acheté son livre. C’était une belle rencontre et j’en garde un excellent souvenir. Sûrement, nous ferons quelques choses ensemble dans le domaine du livre. Peut-être me fera-t-elle éditer par sa maison d’édition Trînome Editions. L’avenir nous le dira.

Marie Barrillon présentait :

.

La vie est parfois une surprise

.

J’ai passé un bon week-end avec des gens que j’aime, qu’ils en soient remerciés.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Publié par Laisser un commentaire

Un Drôle de Père

.

Un Drôle de Père est une pièce de théâtre de Bernard SLADE, adaptée par Gérald SIBLEYRAS et mise en scène d’une manière remarquable par Jean-Luc MOREAU. Elle a été jouée au CADO, du 29 novembre au 15 décembre 2013, avec brio par des comédiens talentueux.

Il y avait l’inévitable Michel LEEB dans le rôle principal. Tout le monde le connaît, il est de ceux que l’on ne présente plus. Il n’a rien perdu de ses mimiques qui font rire aux éclats les salles.

Anne JACQUEMIN jouait excellemment Delphine et Manoëlle GAILLARD justement Hélène.

Arthur FENWICK était Christophe. Il avait un rôle difficile, pouvant garder un sérieux cabochard malgré les pitreries de Michel LEEB. Une grande interprétation.

La pétillante Murielle HUET DES AUNAY interprétait Chloé, excitante au possible, et Camille SOLAL Lucie.

Enfin Eric VIELLARD tenait le rôle d’Achille. Pas si simple qu’il n’y paraît à première vue. L’ami de toujours qui a tout apporté à l’association avec le père qui n’était que lui. Mais quel Lui !

Certes, l’interprétation est tout en légéreté mais elle cache une profondeur subtile derrière chaque rôle qui, une fois le spectacle terminé, fait réfléchir. Pas si léger que ça !

Le père, Michel LEEB, un rêveur qui n’est jamais rentré dans la vraie vie, prend enfin conscience qu’il a manqué à son fils, qui, lui, est trop sérieux.

Le fils, Arthur FENWICK, un intellectuel froid, malaimable et puant, qui ne connaît aucune des choses légères de la vie, s’arroge à la fin les facéties de son père.

L’anniversaire du père reconcilie le fils et son ascendant sur l’autel du pardon et de l’entente cordiale.

La relation père-fils est souvent difficile. Le père est immature et le fils l’exact contraire. L’affrontement est grave et brutal, voire violent.

Quelques temps plus tard, j’ai eu le plaisir de rencontrer Eric VIELLARD, qui a interprêté brillamment son rôle, pendant cinq minutes au Café du Théâtre. Juste le temps de distribuer des félicitations et d’échanger quelques mot sur la profondeur masquée de la pièce !

Un beau et grand moment !

Jean-Louis RIGUET

.

Drôle de Père Cado.

Publié par 4 commentaires

Mennecy Salon du Livre 2013

.

.

.

Samedi 7 et dimanche 8 décembre 2013

Salon du Livre de l’Ile de France à Mennecy

Je présente mes deux romans.

Un roman historique romancé relatant un épisode dramatique et sanglant de la Guerre de 1870 au milieu de la Beauce, dans un petit village nommé LOIGNY LA BATAILLE. L’action se passe à Villeprévost, un château transformé en hôpital de campagne par les Prussiens.

.

Première de couverture d'AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES
Première de couverture d’AUGUSTIN ma bataille de Loigny en vente aux EDITIONS DEDICACES

.

AUGUSTIN ma bataille de Loigny est vente aux éditions DEDICACES

par internet à l’adresse suivante:

.http://www.dedicaces.ca

Pour les libraires l’adresse est :

www.dedicaces.ca/librairies_commandes.html

.

Un roman d’enquête humoristique pour l’exécution d’un testament d’un original qui décède un premier janvier. Il a prévu quatre mois d’enquête par un exécuteur testamentaire pour vérifier nombre de points particuliers de chaque légataire, tous membres du conseil d’administration de l’Association. L’enquête mène notre exécuteur testamentaire au bout des lignes du réseau de transport en commun d’Orléans où il rencontre un légataire qui lui raconte son métier, etc. C’est un voyage dans toutes les spécialités Orléanaises, culinaires ou autres. Puis, l’enquête part en quenouille, de rebondissement en rebondissement, elle arrive à une conclusion étonnante.

.

Première de couverture L'Association des Bouts de Lignes
Première de couverture L’Association des Bouts de Lignes

.

L’ASSOCIATION DES BOUTS DE LIGNES

est en vente aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.net/

.

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .