L’éphémère Café

L’EPHEMERE CAFE

à OLIVET Rue du Bac

cafefmr

Par cette première journée d’automne, sous un soleil qu’avait envié août, après un agréable et délicieux repas dans une ancienne guinguette des bords du Loiret, une envie de faire marcher mes pieds me prend. Sans coup férir, après avoir passé le Château de la Fontaine, je décide de garer mon véhicule sur un parking posé là pour ça.

Puis, je me mets à marcher le long de la route qui mène au pont sur le Loiret, près du Moulin du Bac, le traverse au sec, et me retrouve nez à nez avec des tronçons d’arbres, des anciens sûrement vu la largeur des troncs, posés dans un ordre qui parait désordonné mais qui en fait l’est parfaitement. Les plus hauts servent de sièges et les plus bas de tables.

Je me demande qui a pu avoir cette idée folle d’organiser toutes ces coupes d’arbres comme le sont les tables d’un café, sans alignement, mais en respectant néanmoins un concept. Au fond, un peu plus loin, j’aperçois une cabane en bois, fermée, mais accueillante. Sur un côté, une pancarte informe les curieux : L’EPHEMERE CAFE.

 

café efemr

 

Pour éphémère, ce café l’est, en tout cas aujourd’hui, à ce moment-là. Il ne fonctionne que l’été, certains jours, par beaux temps. Son ouverture est accompagnée d’un concert de sourires et de bonne humeur diffusés par des jupes virevoltantes. Enfin … quand ce n’est pas un jean … mais le haut reste affriolant.

Que ne doit-on pouvoir faire dans cet endroit, magnifique, au bord du Loiret ? Se reposer en sirotant une boisson fraiche ou en attendant le refroissement d’un thé ou d’un café. Ou encore en patientant le retour d’une barque que d’intrépides mariniers ont conduite sur les eaux calmes de la rivière.

Pour ma part, j’y viendrais bien écouter quelques vers de poésie, quelques lignes de haïkus, ou encore entendre la lecture d’une nouvelle ou d’un court récit. Et pourquoi pas ne pas rêver un peu : une conférence ! Pourquoi pas en effet au milieu de cette symphonie de calme et de beauté !

 

20140924_154238

 

Je tairais le nom des deux dames qui ont eu l’idée de cette aventure paisible et plaisante et l’ont mise à l’épreuve du temps. Mais qu’elles en soient remerciées ! C’est une bonne idée.

Souhaitons qu’il y ait d’autres étés au bord du Loiret.

Merci Mesdames.

éphémère café

.

© Jean-Louis Riguet septembre 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.