Le visage de la Camarde

LE VISAGE DE LA CAMARDE

Un roman policier de ALEXANDRE SERRES

Publié aux EDITIONS DU MASQUE D’OR

Collection Adrénaline

. LE VISAGE DE LA CAMARDE

.

Titre :  Le Visage de la Camarde

Auteur : Alexandre Serre

Editeur : Editions du Masque d’Or, collection Adrénaline

Parution : 2012 Broché : 267 pages

ISBN : 978-2-36525-018-4

Prix 22 Euros + frais d’envoi

Ouvrage remarqué au Prix SCRIBOROM 2012

.

La quatrième de couverture nous renseigne :

Toulouse, la « ville rose », va-t-elle devenir la ville pourpre ?

On pourrait le penser car des crimes barbares vont se succéder en série. Egorgement, décapitations, s’agira-t-il de crime rituels perpétrés par quelques psychopathes ou de crimes crapuleux ainsi camouflés ?

Le capitaine Fred Rueda, bien qu’étant un policier aguerri, aura fort à faire pour dénouer cet écheveau aux allures de noeud gordien. Il sera en cela involontairement aidé par un archiviste, Philippe Dupré, qui se retrouvera pris dans le tourbillon de cette affaire de façon tout à fait imprévisible.

Les investigation du dynamique policier le méneront de la « ville rose » aux confins de l’Ariège, en des lieux et sur des sites encore hantés par les souffrancs multiséculaires des anciens cathares.

 

.

Le visage de la camarde

.

Commentaire :

Les crimes sont horribles, avec des têtes décapitées comme au bon vieux temps. Les relations entre humains sont difficiles. Certains doivent rester le petit doigt sur la couture du pantalon à défaut de quoi ils peuvent de vie à trépas dans l’instant.

L’aventure se passe à Toulouse. Elle nous entraîne dans la passé très lointain de la ville rose. Au moment de la chasse aux hérétiques.

Une enquête dans les archives comtemporaines de l’EPATO qui se passe en 2020. Une sorte de retour sur le futur.

L’histoire nous prend et nous retient jusqu’au moment où l’on veut savoir la fin. Où se trouve le trésor ?

Le livre est bien écrit, avec moultes détails et précisions échappatoires. Mais le dynamique policier finit par trouver la solution.

Un livre à lire cet été.

.

LE VISAGE DE LA CAMARDE Alexandre SERRES (extrait)

Prologue

UNE faible ampoule crasseuse éclairait chichement la pièce qu’il avait adoptée pour bureau dans le grenier de cette ancienne borde. Des relents fétides émanaient des vieilles planches au dessin tortueux retenues par des pointes rouillées sur ces chevrons qui s’arquaient sous le toit et qui étaient chargés des reliques de poussières accumulées depuis des décennies. Une souris s’agitait dans un fatras de vieux papiers entassés dans un coin. Mais cela ne lui causait aucune gêne tellement il était concentré sur ce qui occupait son esprit. Il était près de trois heures du matin et Odon de Laprade s’obstinait, malgré sa fatigue, à continuer ses recherches livresques et à rédiger des annotations qu’il allait, ultérieurement saisir sur les fichiers appropriés sur son ordinateur.

À deux ou trois reprises, il avait déjà piqué du nez. Il s’ébroua vivement pour tenter de tenir encore une dizaine de minutes, se promettant d’aller ensuite se coucher. Il se plongea, alors, dans quelques photocopies, tirées de parchemins anciens, qu’il avait obtenues en soudoyant discrètement le magasinier alcoolique des archives métropolitaines détenues et gérées par l’EPATO. Cependant qu’il se concentrait sur ses traductions paléographiques, une musique sourde et ronronnante se propagea subrepticement dans son bureau. Puis il vit des ombres s’agiter mollement devant lui. Il en reconnut une qui lui rappela l’image qu’il se faisait de Bélibaste, le dernier martyr cathare. C’était bien Bélibaste ! Le « parfait » se matérialisa devant Odon et lui fit une tape sur l’épaule. Ce dernier tressaillit et, bien entendu, se réveilla en sursaut dans la pièce vide, alors que son cœur battait la chamade. Décidément, il fallait impérativement qu’il aille se coucher.

Il quitta son « bureau » et alluma la petite veilleuse de l’escalier qu’il descendit à pas de loup pour rejoindre sa chambre où son épouse dormait depuis plusieurs heures déjà. Chemin faisant, il se dit qu’il ne pouvait pas continuer ainsi. Certes ses recherches étaient passionnantes. Mais il était âgé de soixante et onze ans et il ne viendrait jamais à bout de celles-ci s’il persistait à les poursuivre en solitaire. Pragmatique, il était pleinement conscient que le terme de son « éternité » sur cette terre était de plus en plus proche. Et il entrevoyait, parfois, de façon très réaliste le visage de la camarde qui le guettait froidement. Il devait, donc, constituer une petite équipe autour de son projet s’il voulait le mener à bien. Il allait y réfléchir dans les prochains jours. Il se dit, même, qu’il devait en parler avec Dupré, son voisin qui occupait, tous les week-ends, la maison contiguë à la sienne, ici, à Pradinac. D’abord, parce qu’il s’entendait très bien avec celui-ci. Ensuite, parce que ce dernier était le directeur, depuis environ un an, du secteur des archives contemporaines de l’EPATO. Etre chercheur, avoir besoin de consulter les archives de la métropole de la région de Toulouse et avoir un voisin et ami dans la place, c’était un hasard heureux et une opportunité qu’il se devait d’exploiter intelligemment.

Quand il s’endormit enfin, à trois heures quarante, le vieil érudit savait déjà, dans les grandes lignes comment il allait opérer pour construire une bonne équipe autour de son passionnant projet. 

À la même heure, à Rome, Dom Domenico dalla Chiesa prenait congé des grands initiés qui venaient de participer à une cénacle de la plus haute importance. Aussitôt après, il transmettait un courriel codé à celui qu’ils venaient d’introniser secrètement « Commandeur des Croisés du Nouvel Occident Chrétien pour le Sud de la France »…

 

. La suite sur :

.   http://www.scribomasquedor.com/medias/files/le-visage-de-la-camarde-extrait.pdf

.LE VISAGE DE LA CAMARDE

.

© Jean-Louis Riguet Juillet 2014

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens : http://www.scribomasquedor.com/

http://librebonimenteur.wordpress.com/

http://www.riguetauteurlivres.com/

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.