JL à l’écoute de … Mathilde Decker

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Mathilde Decker

.

1ere de couverture

.

 

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Mathilde Decker, j’ai décroché le CAPES de lettres modernes en 2012 après un master lettres, arts et culture. J’ai  aussi remporté le prix Supernova 2014.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’enseigne toujours le français dans le secondaire, actuellement dans un centre de médecine physique de la Croix Rouge.

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

L’écriture est ma première passion, elle cohabite la lecture. Mais j’adore également la musique d’ailleurs j’apprends à jouer de la guitare électrique depuis bientôt un an.

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Mon souhait principal est que mes lecteurs prennent plaisir à me lire, qu’ils passent un bon moment à me lire. Je possède un site internet consacré à mes écrits (http://decker-mathilde.e-monsite.com/) que j’essaie de promouvoir sur les réseaux sociaux en espérant que le bouche à oreille prendra le relais.

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Etant donné que mon premier roman vient tout juste de sortir, je n’ai pas encore eu beaucoup d’occasions mais j’espère pouvoir faire des séances de dédicaces en librairies ou des salons du livre.

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

Depuis toute petite, je ne peux pas dire quand exactement j’ai commencé. À l’école primaire déjà, j’écrivais des poésies et des petites histoires. Au collège, je me suis mise à écrire des nouvelles. Puis au lycée, j’ai démarré sur des cahiers d’écolier une saga de fantasy qui s’est étendue sur 85 cahiers. Durant mes études, je me suis consacrée à d’autres projets d’écriture. Mais Minkar est mon premier roman.

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Minkar est le premier tome d’une saga fantastique plutôt orientée pour la jeunesse. Pour résumer l’histoire, une poignée de jeunes gens un peu marginaux sont invités par un mystérieux garçon à s’évader dans un univers parallèle qu’il prétend pouvoir contrôler à distance avec d’autres « pilotes » comme lui. Cet autre monde s’appelle Minkar et réserve bien des surprises aux héros.

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Aux éditions du Masque d’Or. Il faut écrire à Thierry Rollet et lui envoyer un bon de commande téléchargeable sur mon site indiqué ci-dessus.

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

La publication à compte d’auteur me semble être une escroquerie de la part de maisons peu scrupuleuses qui ont trouvé un filon rentable en se faisant de l’argent sur le dos d’auteurs très désireux d’être publié à tout prix. La publication à compte d’éditeur me parait la seule « bonne » manière d’être publiée à condition que l’éditeur s’investisse vraiment avec l’auteur et que chacun fasse de son mieux pour promouvoir le livre. Quant aux ebooks, étant moi-même une grande lectrice de ce genre de livres, je les défendrai sans hésiter. Ils permettent d’avoir accès à une grande quantité de livres dans un format restreint et pratique à transporter. Même s’il n’y a plus le contact avec le papier, le format électronique ne gâche pas le plaisir de la lecture.

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Il ne faut écrire que pour une seule raison : par passion, pour le plaisir avant tout.

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

 Des nouvelles et des romans essentiellement. Etant une jeune prof de français, je suis encore en train de découvrir les classiques de la littérature. J’aime beaucoup la littérature du XIXème siècle mais je ne me limite pas qu’à cela, j’essaie de lire des choses diverses.

 12/ Comment écrivez-vous ? 

Sur un cahier avec un stylo, sur ordinateur, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, assise à mon bureau ou bien dans un train, un avion. Je n’ai pas besoin d’un cadre particulier pour écrire. Je peux écrire partout et n’importe quand du moment que je ne perds pas mon inspiration.

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Dans tout ce qui m’entoure : les gens que je fréquente, des événements ponctuels ou quotidiens mais aussi la musique que j’écoute, ce que je lis, ce que je regarde à la télé, les jeux vidéo etc.

J’ai reçu quelques commandes en effet, en espérant qu’il y en aura d’autres.

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Souvent, j’imagine d’abord des personnages puis je m’amuse à leur créer une histoire. Ce sont en premier lieu de petites scénettes puis peu à peu soit je me lasse du personnage et j’archive l’histoire dans un coin de ma tête, soit l’intrigue se complexifie et je commence à la mettre sur papier. Pour prendre un exemple concret, Minkar, j’ai imaginé deux des héros, les personnages de Virgile et Vassili dans des histoires totalement différentes l’une de l’autre mais aucune de ces histoires n’a vraiment décollé. Inspirée par mes cours d’histoire antique à la fac et par des séries et films de science-fiction, j’ai ensuite crée le monde de Minkar. J’ai alors repensé à Virgile et Vassili que j’ai décidé de remanier un peu pour les inclure dans l’histoire. Le reste s’est fait progressivement. Souvent j’ai une vision globale de l’histoire mais je ne connais pas à l’avance toutes les scènes dans le détail, elles s’écrivent au fur et à mesure. Il m’arrive très souvent d’apporter des modifications quand il me vient de nouvelles idées ou que j’imagine un nouveau personnage que je souhaite vraiment inclure dans l’histoire.

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Le même qu’on m’a donné : il faut écrire pour soi et se faire plaisir sans prétention, ni contrainte.

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Rowling, Alexandre Dumas, Jules Verne, Théophile Gautier et Guy de Maupassant (entre autres, c’est difficile de choisir !)

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

La Reine Margot, d’Alexandre Dumas.

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je poursuis Minkar et j’ai également un autre projet en cours : une sorte de polar fantastique dans un décor de château hanté en Ecosse.

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Mon premier roman vient tout juste de paraître. Je commence donc à peine à essayer d’organiser des événements autour de cette sortie.

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

J’ai un compte à mon nom sur Facebook et Twitter. Une page sur Facebook « Au fil des pages » est entièrement consacrée à mes actualités. Et bien sûr il y a mon site internet (http://decker-mathilde.e-monsite.com/) mis à jour régulièrement.

————-

Le  07/10/14

Mathilde Decker

.

1ere de couverture

.

Extrait 5 : Vassili se présente à Gabriele

– Ecoute, reprit-il d’un ton brusque en se tournant à nouveau vers la fille, je n’ai pas beaucoup de temps alors j’irai droit au but. Je suis venu te parler de ce qui s’est passé avant que tu atterrisses ici.

Pour une fois, Gabriele parut frappée par les paroles de son interlocuteur. Vassili s’autorisa un sourire de triomphe.

– Eh oui je sais tout. Tu n’as pas compris ce qui se passait : le monde s’est mis à basculer tout à coup. Tu ne savais plus où tu étais, ni comment tu y étais arrivée. Tu as eu extrêmement peur, c’est normal. Quand tu es revenue à toi, tu as essayé d’expliquer à ton entourage ce qui s’était passé mais personne n’a voulu te croire. Ils ont cru que tu avais définitivement craqué et ont préféré t’enfermer ici.

Un frémissement secoua les épaules de Gabriele même si son visage conserva une mine impassible.

– Mais moi je te crois, enchaîna Vassili d’un ton très sérieux en se penchant sur la table pour essayer de capter le regard insondable de son interlocutrice. Tu n’es pas folle, Gabriele, tu es différente. Tu as un don exceptionnel : tu es une voyageuse. C’est ce qui t’est arrivé. Tu as effectué ton premier voyage sur Minkar.

À ce nom très étrange, Gabriele leva une seconde fois les yeux vers le joli blond.

– Tu te demandes ce qu’est Minkar, devina Vassili avec un sourire, je dispose de peu de temps pour bien t’expliquer alors je vais te résumer l’essentiel. Minkar est un autre monde. Pour certains, c’est un rêve, pour d’autres c’est un jeu, pour d’autres encore, c’est un espoir, une échappatoire. La seule chose qui est sûre, c’est que c’est un endroit extraordinaire et magique où tu peux devenir celle que tu as toujours rêvé d’être. Seuls quelques élus, dont tu fais partie, ont le pouvoir de se rendre dans cet autre monde mais ces voyages ont un prix. En échange du don de voyager, les Minkariens t’ont volé ton âme. Tu le sais, n’est-ce pas ? Tu n’es plus la même depuis quelques temps. Tu te demandes ce qui t’arrive ? Tu as la réponse désormais. Tu n’as plus d’âme mais si tu acceptes de me suivre, je t’aiderai à la récupérer. Je connais Minkar, je suis un pilote. Je peux te faire sortir d’ici, Gabriele. Rejoins mon équipe et ensemble, nous nous battrons pour reprendre ton âme à ceux qui te l’ont dérobée !

Gabriele écouta cette histoire avec attention. Ses grands yeux s’écarquillèrent de stupeur en entendant Vassili suggérer de la faire sortir de l’hôpital. Elle n’avait qu’un mot à dire et elle pouvait être libre.

Pourtant elle préféra garder le silence. Pendant quelques instants, elle observa Vassili avec un mélange de curiosité, de réflexion et de crainte jusqu’à ce que cette dernière émotion prît le pas sur toutes les autres. Cédant à la panique, Gabriele recula son siège, qui racla bruyamment sur le sol, et se leva d’un bond pour aller cogner de l’épaule contre la porte afin d’appeler un docteur. Stupéfait de se heurter à un refus si catégorique, Vassili resta muet à regarder Gabriele se jeter lourdement contre la porte.

Un infirmier se hâta de lui ouvrir et de l’emmener. Tandis qu’il ne pouvait que regarder sa proie lui échapper avec impuissance, Vassili se leva d’un bond et la rappela.

– Je comprends que tu aies peur, lança-t-il d’une voix vibrante. Tu n’es pas encore prête. Quand tu changeras d’avis, appelle-moi à nouveau ! Je reviendrai te chercher.

.

Je remercie sincèrement Mathilde Decker  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Jean-Louis RIGUET 13 octobre 2014

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://www.riguetauteurlivres.com/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.