JL à l’écoute de … Marie-Anne Bruch

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Marie-Anne Bruch

.Tableautins_2

.

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Marie-Anne Bruch.

Mon parcours d’écriture poétique a commencé vers la fin de mon adolescence, dans les années 1990, et j’ai obtenu en 1996 le Prix Arthur Rimbaud pour un recueil, Tableautins, qui a été publié quelques années plus tard, en 2004. A partir de 2008 environ j’ai commencé à collaborer à plusieurs revues de Poésie comme Arpa, Friches, Décharge, A l’index, Verso, Diérèse, Le Coin de table, et quelques autres. Et en 2014, un autre de mes recueils, Ecrits la nuit, a été édité chez Polder, ce dont j’étais très heureuse.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai fait quelques études dans des domaines divers et variés : histoire de l’art, informatique, psychologie.

J’ai eu des emplois tout aussi variés : développeur informatique, aide-documentaliste, correctrice dans l’édition, etc.

Je pense qu’il est assez difficile de concilier emploi et écriture. Il m’est arrivé d’arrêter d’écrire pendant des périodes de plusieurs années pour cette raison. Mais heureusement, l’envie d’écrire finit toujours par resurgir.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je pratique la sculpture régulièrement, et, plus occasionnellement, la peinture.

Bien que je n’en joue pas, je n’imagine pas de passer une journée sans écouter de musique.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

J’espère que mes lecteurs trouvent dans mes livres quelque chose qui leur importe et qui les éclaire, mais je ne cherche pas à les rencontrer, du moins pour le moment. Mais quand certains d’entre eux m’envoient des cartes ou des lettres j’en suis très touchée et flattée et, bien sûr, je leur réponds.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Non. Pas pour le moment.

Je vois la poésie comme un art intimiste, qui se prête mal aux représentations publiques ou aux spectacles.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’écris de la poésie depuis l’âge de dix-huit ans mais, auparavant, j’avais déjà fait des tentatives d’écriture romanesque et de journal intime.

J’ai écrit dans ma vie une demi-douzaine de recueils de poésie dont deux ont été publiés.

J’ai également écrit deux pièces de théâtre, que j’ai préféré garder dans mes tiroirs car je n’en étais pas vraiment satisfaite.

Et j’ai écrit un roman en 2013-2014, pour lequel je n’ai pas encore de projet bien défini.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Mon dernier livre s’appelle Ecrits la Nuit et il a été publié chez Polder.

C’est un livre qui a été écrit assez rapidement, en quelques mois à peine, et pour lequel je souhaitais adopter un style simple et méditatif, proche du journal intime.

Ecrits la nuit évoque les différentes heures de la nuit, le silence, la solitude, la paix intérieure, des états corporels, le passage du temps.

Ce recueil est suivi d’un autre recueil, Ecrits d’amour, qui a une tonalité un peu plus triste mais évoque les heures de la journée et la nature à la belle saison.

Pour ce livre, j’ai eu la chance d’avoir pour préfacier le poète Denis Hamel, et pour illustration de couverture une peinture originale de la poétesse Claire Ceira. Ils ont tous les deux contribué à rendre ce livre très réussi et proche de ce que j’imaginais.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

On peut se procurer mon dernier ouvrage, Ecrits la nuit, en écrivant à la revue Décharge ou à l’éditeur Gros Textes.

Quant à mon précédent ouvrage, Tableautins, je suppose qu’on peut encore se le procurer par Internet.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-book ?

Je ne suis pas favorable au compte d’auteur, je trouve sans intérêt de dépenser beaucoup d’argent pour se retrouver avec des cartons de livres que l’on n’a pas la possibilité de diffuser. Or le but d’une édition est la diffusion du livre.

Je pense qu’un auteur doit concentrer ses efforts sur la recherche d’une publication à compte d’éditeur, même si c’est très long et laborieux. Cela peut prendre plusieurs années mais l’attente en vaut la peine.

 

A titre personnel, j’ai pu bénéficier d’une publication à compte d’éditeur pour mon dernier livre, et je n’ai jamais eu recours au compte d’auteur.

 

Je ne saurais vous répondre à propos des e-books, c’est un domaine que je connais trop mal pour en parler.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

D’essayer de ne pas subir sa vie.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je préfère écrire de la poésie car chaque poème est un monde en soi et permet toutes les libertés. De plus la poésie s’accorde avec une inspiration assez brève, ce qui me convient bien.

 

Par contre, en tant que lectrice, j’aime autant la poésie que le roman. Je lis même des nouvelles et des pièces de théâtre.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’écris avec du papier et un stylo.  Je ne recopie un nouveau poème sur ordinateur que lorsqu’il a atteint sa version définitive. J’aime pouvoir raturer et faire plusieurs versions d’une même strophe.

J’écris souvent la nuit, chez moi. J’ai besoin de beaucoup de calme pour écrire.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Je puise mon inspiration dans ce qui m’entoure : paysages, conversations, livres ou revues, voire tableaux ou films … mais il m’arrive aussi de m’inspirer de souvenirs ou de réflexions plus abstraites.

Je n’ai pas eu de commande d’ouvrage.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Je n’ai écrit qu’un seul roman jusqu’à présent. Mes personnages étaient inspirés de personnages réels, de souvenirs bien précis.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

D’être patients et persévérants.

De chercher à toujours s’améliorer et surtout de ne pas faire d’autosatisfaction car elle est généralement déplacée et empêche d’évoluer.

De rester humble et ouvert face à la critique.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

En poésie, Michaux, Reverdy, Claude Roy, Norge sans oublier les classiques incontournables : Rimbaud, Baudelaire, Verlaine … Et tant d’autres que j’oublie.

Pour les romans, j’ai toujours beaucoup aimé Kafka, Dostoïevski, Borges, Romain Gary, Albert Cohen, …

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je lis une anthologie de la poésie française aux éditions de la Pléiade, et je lis en parallèle Corps et biens, un recueil de poèmes de Robert Desnos.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, je travaille sur un nouveau recueil, composé de poèmes en prose.

J’ai d’autres projets, sur lesquels je n’ai pas encore commencé à travailler, et qui seraient plutôt des idées de nouvelles.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Oui, début mars doit paraître le numéro 28 de la revue A l’Index, dans laquelle quelques-uns de mes poèmes en prose récents seront publiés.

Et fin mars ou début avril doit paraître la revue Les Citadelles, dans laquelle certains sonnets de ma composition seront également publiés.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog : laboucheaoreilles.wordpress.com.

Ce blog est surtout le reflet de mes goûts poétiques – c’est-à-dire que j’y parle rarement de moi-même – mais je donne tout de même des nouvelles de mes actualités de temps en temps, et je donne aussi parfois à lire certains poèmes inédits qui trouvent plus tard leur place en revue ou en recueil.

 

————-

Le  (mettre la date). 26/02/2015

Vos prénoms et noms

Marie-Anne Bruch

.

Bruch-Marie-Anne-Tableautins

.

Milieu de la nuit

La lampe ouvrait
la nuit en deux.
Des choses
belles ou terribles
se tramaient
de par le monde.
Les sièges vides
face à moi
me tenaient compagnie.
Par des nuits
comme celle-là,
l’amour paraissait
quelque peu surhumain.
L’espérance
supposait
trop de patience,
et le temps de la nuit
était d’une extrême
lenteur.
Seul, on ne sentait
ni sa force
ni sa faiblesse.

.

polder163-ecrits_la_nuit
.

Je remercie sincèrement Marie-Anne Bruch  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 02 mars 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.