JL à l’écoute de … Jean-Claude Mauléon

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Jean-Claude Mauléon

.

photo JC1 2

.

1/ Qui êtes-vous   (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Jean-Claude Mauléon, artiste peintre … et Nicolas Marssac, auteur.

Quand j’ai commencé à écrire, j’ai pris la décision d’utiliser un pseudonyme pour que mes deux activités soient bien distinctes.

 

J’ai fait des études de dessin à l’adolescence, obtenu un diplôme de photographie vers la fin des années 70 de la « Modern School of Photography » de New York. À mon retour d’Asie, où j’ai travaillé pendant près de vingt ans, j’ai entrepris des études de peinture à l’École des Beaux-Arts de Montréal, au Canada. Et j’ai eu le bonheur de suivre des cours de peinture de 2001 à 2003, avec Isabelle Maureau, à Gaillac dans le Tarn, tout près de là où nous vivons, ma femme, Marie Godard, et moi, depuis l’an 2000.

 

2/ Que faisiez-vous avant de peindre et d’écrire ?

Ma première carrière a été dans la finance et c’est elle qui m’a amené à vivre et travailler au Canada, où j’ai rencontré Marie il y a 38 ans. Nous sommes ensuite partis travailler dans plusieurs pays d’Asie où nous sommes restés pendant plus de 15 ans. J’ai ensuite réalisé un rêve que j’avais depuis l’adolescence : Je suis devenu antiquaire lorsque nous sommes revenus d’Asie pour nous installer au Québec en 1992. Mes spécialités : l’art tribal et l’art asiatique.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? Quelle est votre passion ?

J’aime aussi écrire. Sous le pseudo de Nicolas Marssac, deux de mes livres ont été publiés : « L’arrière-boutique, ou les confessions d’un antiquaire » aux éditions Blanche ; ce livre est encore réédité chez J’ai lu, mais son titre a changé. L’éditeur l’a renommé « La boutique des plaisirs ». Je n’aimais guère ce titre mais je me suis bien évidemment incliné devant cet éditeur incontournable. Mon second livre est un recueil de nouvelles intitulées « Histoires inconvenantes » paru chez I.S Édition en 2013. Dans les deux cas il s’agit de littérature érotique. Je travaille en ce moment sur un autre projet qui est encore à l’état d’ébauche.

 

Ma passion est, depuis l’adolescence, la collection. D’abord les timbres, puis les livres, puis l’art gréco-romain. Depuis près de quarante ans maintenant, je me suis spécialisé et je collectionne les beaux objets anciens dans les domaines de l’art tribal et de l’art asiatique.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne me prends pas au sérieux au point d’imaginer que je puisse avoir des « admirateurs ». Je suis bien évidemment très content lorsque quelqu’un achète l’un de mes tableaux mais je peins avant tout parce que cela me fait du bien.

 

Il n’empêche que j’aime beaucoup participer à des expositions comme celles de Castres ou d’Albi, tout comme j’aime aussi aller dans des salons du livre, comme celui de La Rochelle où nous étions invités, avec Marie, il y a quelques mois et celui de Mazamet, en mai prochain.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des expositions ou des conférences sur vos œuvres ?

Cela ne m’est jamais arrivé, en dehors des salons et des expositions dont j’ai déjà parlé.

 

6/ Depuis quand peignez-vous? Qu’avez-vous déjà peint?

Ma mère peignait alors j’ai appris très jeune à dessiner et peindre, mais ce n’est que beaucoup plus tard que je m’y suis mis sérieusement. Je dirais que j’ai vraiment commencé à peindre à notre retour au Québec vers le milieu des années 90.

 

Mes sujets sont très variés et cela pose même problème parfois, car on ne peut pas identifier l’un de mes tableaux en disant : « ça, c’est un tableau de Mauléon ». Je peins aussi bien des natures mortes que des paysages, souvent des paysages de l’automne québécois qui est absolument magnifique, des portraits, tous basés sur des photos que Marie ou moi avons prises au cours de notre vie d’itinérants. Il m’arrive aussi de peindre des tableaux à la limite de l’abstraction, des paysages notamment. Et en ce moment, je peins beaucoup de nus, féminins et parfois masculins.

 

7/ Quel est votre dernière œuvre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Un coucher de soleil en grand format. Le caractère magique de la lumière et des jeux de couleurs au coucher du soleil m’a captivé de nombreuses fois, et après avoir réalisé quelques photos depuis mon jardin où nous avons droit, tous les jours, à de somptueux couchers de soleil, j’en ai sélectionné une dont je me suis inspiré pour en faire un tableau à l’acrylique.

 

8/ Où peut-on se procurer vos œuvres ?

Principalement à la maison, en visitant d’abord mon site internet où l’on peut voir plusieurs de mes tableaux : www.jean-claude-mauleon.com, et aussi chez des brocanteurs amis qui sont situés au bas de Cordes-sur-Ciel, pratiquement devant la boulangerie. Ils apprécient mes nus et en proposent depuis plusieurs années à leurs clients. Je suis incapable de promouvoir mon travail et c’est, depuis toujours, Marie qui s’en charge. Elle est présentement à la recherche d’une galerie qui accepterait de présenter mes œuvres.

 

9/ Appartenez-vous ou recommandez-vous d’une école ?

Non, je n’appartiens à aucune école mais s’il fallait mettre une étiquette sur mes tableaux, je dirais qu’ils pourraient souvent être classés dans l’Hyperréalisme.

 

J’aime cependant beaucoup les Impressionnistes.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que-vous-ayez reçu ?

Je l’ai reçu de mon école de photographie newyorkaise, qui m’a enseigné l’importance primordiale de la lumière.

 

11/ Que préférez-vous faire comme œuvre ?

En ce moment, je répondrai que ce sont les nus féminins car pour moi, le corps de la femme est une véritable œuvre d’art qui mérite qu’on lui rende hommage. Je ne me lasse pas de peindre la cambrure du dos, la rondeur des fesses, la lourdeur des seins féminins. En ce moment, je peins ces nus dans la palette des gris et des ambres, avec, toujours, beaucoup de lumière.

 

12/ Comment travaillez-vous ? 

Dans mon atelier, avec la lumière naturelle autant que possible. Si je peins le soir, j’ai un éclairage qui reproduit la lumière du jour pour que les couleurs restent « vraies ». Je peins debout ou assis, selon le cas. Sur toile, le plus souvent, mais il m’est arrivé de peindre sur des panneaux entoilés ou sur du bois.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ?

Presque exclusivement dans mes photos, parfois dans celles qu’a prises Marie, que j’interprète.

 

14/ Avez-vous eu des commandes d’œuvre ?

Oui, j’ai eu, à quelques reprises, des commandes de portraits mais je trouve cela difficile, surtout quand je connais la personne que je dois poser sur la toile car je ne suis alors plus tout à fait maître du résultat du fait que je doive prendre en compte les attentes de celui qui m’a commandé le travail. Peur de ne pas être à la hauteur, peut-être ?

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs de peinture ?

Apprenez d’abord à dessiner. C’est un passage obligatoire, même si vous ne peignez que de l’abstrait, vous en aurez besoin. La méconnaissance du dessin vous handicapera, quel que soit le type de tableaux que vous souhaitez peindre. Il est également essentiel d’apprendre à mélanger les couleurs ; faites des « gammes » jusqu’à ce que vous puissiez obtenir toutes les couleurs de la palette en  mélangeant quelques couleurs de base. Alors, vous aurez la maîtrise de votre travail et ne serez plus à la merci de la technique, un outil que vous devez apprendre à maîtriser pour que vos tableaux soient le véritable reflet de ce que vous souhaitez qu’ils soient !

 

Et un dernier conseil : la lumière, encore la lumière…

 

16/ Quels sont vos peintres préférés ?

Monet, Viera Da Silva, Zao Wou Ki, Rembrandt, Vermeer, etc…

 

17/ Vos sculpteurs préférés ?

Rodin.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Oui, des nus.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Le peintre, Jean-Claude Mauléon, sera présent au salon de Castres au printemps et fort probablement à celui d’Albi, à l’automne.

 

L’auteur, Nicolas Marssac, sera présent, avec Marie Godard :

 

– au salon du livre de Mazamet, le 10 mai 2015.

– à la Place aux livres à Gaillac, le 13 juin 2015, à confirmer.

– à la fête du livre et de la gourmandise de Pampelonne, en juillet 2015, à confirmer.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos expositions ?

Sur mon site internet : www.jean-claude-mauleon.com ou www.nicolas-marssac.com

Que l’on « clique » sur l’un ou sur l’autre, on arrive sur le même site, créé par Marie, faut-il le dire, et sur lequel on peut être tenu informé des événements à venir et voir plusieurs de mes tableaux.

 

Le 7 mars 2015

Jean-Claude Mauléon

.

DSC_0029 (1)

 

 

DSCN0154

 

 

DSC_0007 16

 

 

DSC_0001 28

 

 

DSC_9521

 

DSC_2 2

 

 

histoires-inconvenantes-complet-test-1

 

 

L'arrière-boutique

 

Marssac

.

Je remercie sincèrement Jean-Claude Mauléon  d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 09 mars 2015

.

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

Liens :

http://librebonimenteur.wordpress.com/

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

http://jeanlouisriguetecriveur.blogspot.fr/

http://riguet-jean-louis.e-monsite.com/

.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.