Publié par Laisser un commentaire

Des poèmes sur le Covid

19 poèmes sur le Covid 19

Didier Colpin, un poète prolixe, vient de publier deux recueils de chacun 19 poèmes sur le Covid 19.

Le premier est paru le 16 avril, après la fin théorique prévue initialement le 15. Mais le Covid ne s’est pas arrêté là. Dans la foulée, notre poète a récidivé avec un nouveau recueil sorti le 29 avril.

Le tour de force réside également dans les deux préfaces, qui sont de deux auteurs différents.

 

19 poèmes sur le covid-19 de Didier Colpin
19 poèmes sur le covid-19 de Didier Colpin, préface de Loan Diaz

Préface de ce recueil

Préface
Loan DIAZ

De toutes les qualités que l’on prête à la poésie, il apparaît aujourd’hui que s’il fallait n’en retenir qu’une, c’est celle de la guérison : il n’y a pas de remède à la vie ni même à la mort, mais il y a le poème. Et le poème s’adresse à ceux qui ont besoin de lui.
Le poète est peut-être le premier à en avoir besoin, pour s’exorciser d’une souffrance intimement collective qu’il porte au creux du cœur où il trempe sa plume, car c’est souvent dans ce creuset que naît cette poésie fragile, jaillie des circonstances, ce verbe chauffé à blanc par les réactions brutes que suscite l’actualité brûlante ; d’ailleurs, écrire n’est-ce pas une manière d’éviter de s’y consumer ?

Le virus va bien caché

« Le virus va bien caché
Nous imposant son programme
Il faudrait se dépêcher
De vite éteindre sa flamme »

Mais un poète qui n’écrirait que pour lui-même n’en serait pas un. Ce qu’il recueille, il ne le garde pas jalousement. Il l’offre en un recueil comme on tend une main, comme on pose une paume chaleureuse sur une plaie…

Le titre est en lui-même tout un programme périlleusement magnifique, qui doit être abordé humblement : écrire la douleur collective dans l’isolement et ce au cœur d’une situation qui nous dépasse.

Tous ses beaux laïus

« C’est notre orgueil qui succombe
Avec tous ses beaux laïus… »

Ainsi c’est, je crois, ce qu’a tenté de faire Didier Colpin dans ce recueil : une expérience d’humilité. Sa poétique forgée dans le vif nous donne à lire sa tentative pour rencontrer l’altérité en souffrance, grâce à l’extension du domaine de sa subjectivité où le « je » se perd pour venir trouver l’Humain et ainsi tisser avec les mots les ponts qui vaincront la distance et seront les voies de la réinvention des rapports humains que la pandémie a bouleversée :
« Maintenant
On est seul mais tous ensemble
On est seul mais tous en bloc »

Humilité aussi

Humilité aussi, parce que ce parti pris audacieux de faire poème avec les événements d’actualité revient à faire un geste sans lendemain. Mais c’est précisément parce qu’il se fait en pure perte que ce don est sincère, et qu’il peut résonner aux creux des blessures pour les apaiser, sans prétendre jamais n’être plus que ce qu’il est : une tentative de guérison.
Je vois aussi ces 19 poèmes comme une manière de rendre mots pour maux à ce « Covid 19 », et un moyen de ne pas se dérober alors que l’on ne voudrait que fermer les yeux et se répéter que tout cela n’est qu’un mauvais rêve.
Oui, point de fuite dans cette poésie qui s’accroche aux aspérités du mal pour mieux le défier, alors même qu’il glisse, nous échappe, non pas parce qu’il est invisible, mais parce qu’il est insupportable à regarder en face :
« Pas une ombre de virus
Sur les gentils prospectus
Riches en belles paroles
Malheureusement frivoles… »

Glissant comme une anguille

Mais ce que l’on observe ici, c’est que les rôles s’inversent et alors que le retournement s’opère, le face à face avec l’indicible s’amorce : les mots dévorent les maux qui fuient. C’est là, peut-être, le premier pas vers la rémission que cette mise en déroute du virus.
« Errant sans terminus
Le coronavirus
Dissimulé resquille
Glissant comme une anguille… »

19 poèmes qui approchent la maladie

Ce sont donc 19 poèmes qui approchent la maladie sous un angle d’attaque différent, pour la mettre à genoux et esquisser, même si cela ne doit tenir que du murmure, une voie vers la guérison.
Au bout du chemin, il n’est pas question d’éviter les larmes mais bien de ne pas céder à l’alarme, de rester humain (car on ne l’est jamais trop) face à cette mort que l’on ne peut plus éviter au quotidien. Ainsi, la raison d’être de ce recueil est d’introduire juste ce qu’il faut de silence dans le vacarme pour ne pas céder à la frénésie : vaciller au cœur de la tempête oui, mais sombrer jamais. Après la tourmente, nous nous retrouverons comme la mer retrouve toujours le rivage.
« Aujourd’hui l’important c’est toi dans un beau ‘nous’
Et plus ce trompe l’œil où nous étions dissous…
Une onde te le dit car la mer se retire »

L.D. Avril 2020

Auteur de sept ouvrages,

Loan Diaz fonde en 2018 «POÉTISTHME», revue expérimentale dédiée à la réflexion sur la poésie comme dénominateur commun, dans le but « d’établir, par une sorte d’alchimie du verbe et du cœur, une langue du cœur pour le cœur, nommée « poétisthme » ». Il revendique et théorise aujourd’hui un « réalisme lyrique, confluence entre la parole policée par l’usage
commun et l’obliquité du lyrisme ».

Assembleur de nuées à la petite semaine

Autoproclamé « Assembleur de nuées à la petite semaine », Loan Diaz embarque à bord du bateau ivre de la poésie après avoir découvert Rimbaud et commence dès lors à composer des vers à l’instinct. C’est en 2014 que paraît Somnium son premier livret qu’il juge rétrospectivement comme un « conglomérat maladroit de mots naïfs et révoltés dont le mérite est de m’avoir appris à donner de la voix ». Il poursuit sa navigation sur les vives-eaux de la vie au compas de la plume, en grandissant en écrivant.

faire rimer écriture de Soi et Altérité

C’est dans cet élan qu’il produit des vers éclectiques dont la chair mue au gré du temps sans pour autant perdre de vue ce qui constitue la colonne vertébrale de sa poésie : faire rimer écriture de Soi et Altérité. Il fait paraître plusieurs feuillets sur des presses indépendantes qu’il diffuse de la main à la main, ayant à cœur de « poétiser le quotidien», et de façonner une poésie qui soit un lien privilégié de l’humanité, convaincu que « La poésie doit être humaine. Si elle n’est pas humaine, ce n’est pas de la poésie. » (V. Aleixandre). Pendant quatre ans il compose son « prélude poétique » qu’il nomme aussi ses « poésies de l’innocence » jusqu’à la parution de Conversation avec l’Autre Je qui pose la dernière pierre à cet « édifice qui n’est que moi »

 

19 poèmes sur le Covid 19

Extrait du recueil

FANTASMAGORIE ? RÉALISME ?

Errant sans terminus
Le coronavirus
Dissimulé resquille
Glissant comme une anguille…


Il va s’invite ici
Sans l’ombre d’un souci
Dans ces inquiétudes
Où vont nos certitudes ?


Hier et ses fléaux
Pères de grands chaos
Est-il là dans l’attente
Avec l’âme battante ?

 

Didier Colpin poète
Didier Colpin auteur prolixe de poèmes

L’auteur Didier Colpin

Sélection de poèmes
Mars/ avril 2020

Didier COLPIN est né en 1954 dans une petite ville de l’Ouest de la France.
Il a découvert l’écriture et la poésie « sur le tard », en 2010.
Depuis elle est devenue sa compagne de tous les jours…
Deux muses aiment venir le hanter : la Femme et la mort ou dit autrement l’amour et le sens de la vie.
La poésie est pour lui le contraire de Twitter et de sa rapidité. Elle est un arrêt sur image… Sur un émoi sur un trouble sur la Beauté sur la laideur.
Le tout vu, ressenti à travers le prisme qu’est son regard où deux plus deux ne font pas toujours quatre…
Par le petit côté de sa lorgnette…
Il écrit sans chercher à échapper à ses propres contradictions, en suivant l’objectivité de sa subjectivité (à moins que ce ne soit le contraire) et en essayant, avec plus ou moins de ‘succès’, de respecter l’esprit de la prosodie classique, passionnant Rubik’s Cube, vaste gnose, vaste   ésotérisme…
Mais sa poésie n’a que peu de ponctuation : il aime l’aspect épuré de poèmes ainsi dénudés.

.

Pour acheter le recueil 

.

.

© Jean-Louis RIGUET  19 mai 2020

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

.

La boutique de l’écriveur

Jean-Louis Riguet sur ce blogue vous permet d’acheter les livres de l’auteur sur un site sécurisé :

https://librebonimenteur.net/yddb

.

Si vous aussi, vous avez envie d’écrire un livre.

Faites part de votre expérience dans un commentaire au bas de cet article.

.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.