Pensez livres pour vos cadeaux de fin d’année

 

Les Fêtes de fin d’année arrivent bientôt.

Pensez à vos cadeaux. Pensez livres.

.

Il me reste quelques exemplaires de plusieurs livres. Si vous êtes intéressé, je peux les dédicacer.

Vous pouvez prendre contact avec moi par mail : jlriguet@gmail.com.

.

 

 

 

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net – 08 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

Poème inédit

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

J’ai mal à ma Terre

Ma Terre qui ne demande qu’à vivre

A vivre sa vie d’une manière

D’une manière paisible et sereine

Ma Terre souffre sans arrêts

Sans arrêts pour souffler, respirer

Sans arrêts pour rester vivante

Sans arrêts pour ne pas mourir

Mourir d’une mort lente

Mourir d’une mort sale

Mourir d’une mort ignoble

J’ai mal à ma Terre

Ma Terre qui chaque jour se renouvelle

Se renouvelle pour que vive l’Homme

L’Homme qui la tue

Qui la tue à petit feu

Tous les jours un peu plus

Régulièrement, inexorablement

Le comble est qu’en tuant la

En tuant la Terre l’Homme

L’Homme se tue lui-même

 

© 29 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

 

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 01 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Un rappel de Livre O Coeur

 

Un rappel de Livre O Coeur

 

La République du Centre

 

Vie culturelle

 

Ulysse 31, Henri IV et Alice Sapritch

s’invitent au salon du livre d’Orléans

 

Alexis Marie avait annoncé le salon du livre d’Orléans Livre O Coeur et je le remercie de m’avoir mis à l’honneur dans cet article publié le 21 octobre 2018, dont je cite un extrait.

 

Au château du Rondon d’Olivet

Deux invités illustrateurs sont les invités de ce dimanche : Manchu, autrement dit Philippe Bouchet, qui a commencé sa carrière en travaillant sur les vaisseaux et les décors de deux séries mythiques : Ulysse 31 et Il était une fois l’espace.

Et Julien Norwood, formé au muséum d’histoire naturelle de Paris avec lequel il collabore régulièrement.

Jean-Louis Riguet profitera de l’occasion pour lancer son dernier livre Le château du Rondon d’Olivet raconte… son histoire de France. On y croise les grands personnages de l’histoire de France : Clovis, Jeanne d’Arc, Henri IV, Louis Philippe. Mais aussi des personnalités comme l’écrivain Eugène Ionesco, le cinéaste Abel Gance, l’actrice Alice Sapritch.

A 15 h 30, le trio poétique constitué de Marie Cabreval (poétesse), Sylvie Drussy (danseuse) et Fred Brasset (musicien) proposera un interlude dans le jardin.

Deux tables rondes

Lorraine Descamps, de Semoy (en bleu), a présenté « Chouchou et la guerre des poux », son premier livre pour enfants.

https://www.larep.fr/orleans/loisirs/art-litterature/2018/10/21/ulysse-31-henri-iv-et-alice-sapritch-s-invitent-au-salon-du-livre-d-orleans_13025110.html

.

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 02 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Poème inédit

.

Poème 

.

Ce poème inédit sera peut-être inclus dans un prochain recueil

.

 

Nos mers et nos océans se goinfrent

Ils se goinfrent de plastiques

De plastiques en tous genres

 

Nos mers et nos océans fument

Ils fument tout, des cigarettes

Du tabac et même des gaz

 

Nos mers et nos océans se droguent

Ils se droguent à la galette

La galette de pétrole

 

Nos mers et nos océans s’intoxiquent

Ils s’intoxiquent avec des déchets

Des déchets industriels et agricoles

 

Nos mers et nos océans se nourrissent

Ils se nourrissent avec des déjections

Des déjections de l’homme qui pollue

Qui asphyxie avec ses nitrates et phosphates

 

Nos mers et nos océans se radio activent

Ils se radio activent avec l’énergie

L’énergie nucléaire au gré des fuites

Des rejets et des retombées des nuages

 

Nos mers et nos océans s’amusent

Ils s’amusent, car tous les polluants de mer

Tous les polluants de mer retournent à la terre

 

Nos mers et nos océans rigolent

Ils rigolent, car c’est l’histoire

L’histoire de l’arroseur arrosé

 

Pauvre Homme qui ne voit rien venir

 

© 30 octobre 2018 – Jean-Louis Riguet

.

© librebonimenteur.net – Jean-Louis RIGUET 01 novembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

 

Un haïku de Catimini Plume

 

 

 

 

Après le hammam…

 

via Après le hammam  — Catimini Plume

Après le hammam  par Catimini Plume

La Revue Paysages écrits publie trois de mes poèmes

.

La Revue Paysages écrits publie trois de mes poèmes

.

 

.

 

Trois de mes poèmes inédits viennent d’être publiés par la Revue Paysages écrits

.

Dans le numéro 30, octobre 2018, la revue Paysages écrits, dont la responsable de la publication est Sanda Voïca, vient de publier trois de mes poèmes inédits et je tiens à l’en remercier profondément.

Cette revue est publiée en numérique et sur papier, depuis octobre 2012 à raison de deux par an.

Sanda Voïca est poète et a publié plusieurs ouvrages. Son dernier recueil est Trajectoire déroutée.

Trajectoire déroutée

Sanda Voïca

EAN – ISBN : 9 791090 491793

2e trimestre 2018 – 80 pages – 14 €

éditions LansKine

https://www.editions-lanskine.fr/livre/trajectoire-deroutee

Sanda Voïca, originaire de Roumanie où elle est née le 26 mars 1962. Après avoir fait des études à la Faculté de langues étrangères de Bucarest, elle a travaillé, entre 1990 et 1997, comme correctrice pour la revue « Contemporanul-ideea europeanà » et « La Roumanie littéraire ».

Elle a été publiée dans les plus importantes revues littéraires bucarestoises des poèmes, nouvelles, fragments de roman. En 1999, elle sort le recueil « Le diable avait les yeux bleus » (Diavolul avea ochi albastri) aux éditions Vinea à Bucarest, sous le nom d’Alexandra Voicu.

En 1999, elle déménage en France et y vit toujours.

Désormais, elle écrit en français des textes qu’elle commence à divulguer dans de nombreuses revues littéraires dont les détails sont relatés dans son blog « Le livre des proverbes nouveaux », rubrique « Présence ailleurs ». Elle publie également des recueils en 2015 : Exils de mon exil, chez Passages d’encres éditons et Epopopoèmémés chez éditions Impeccables.

Elle publie des textes, des collages et des photos dans plusieurs revues papiers comme Moebius, La Plage Blanche, Place de la Sorbonne, ou revues numériques comme Terre à ciel, Ce qui reste, Recours au poème, etc.

Depuis 2010, elle est l’initiatrice et l’animatrice aux côtés de Samuel Dudouit de la revue numérique « Paysages écrits ».

.

.

Suivez ce lien pour vous connecter à la revue numérique :

https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits/

.

Mes trois poèmes inédits sont à découvrir sur cette page :

https://sites.google.com/site/revuepaysagesecrits2/numero-30/pe30-jean-louis-riguet

.

Trois poèmes du mal à l’âme

J’ai mal

Oui, j’ai mal

J’ai mal à l’âme

Mon corps

Mon corps décrépit

Mon corps suit

Il suit sans connaître le chemin

Mon corps se décharne

Il suit le chemin escarpé de la non-vie

Sur le chemin pentu

De l’isolement morbide

Je ne rencontre pas la solitude

Je ne suis pas seul

Mes neurones voyagent, accompagnés

Ils sont accompagnés

De sensations

De fébrilités

De peurs et de joies

La solitude se vit

L’isolement nous meurt

Je suis seul

Je suis seul au milieu de tous

Seul est mon idéal

Seul est mon royaume

Seul est mon éden

Ma raison de vivre

Seul je vis

Seul je ris, je pleure

Seul

Je meurs

.

© Jean-Louis RIGUET 19 août 2018

.

.

© Jean-Louis RIGUET 25 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Sous la cathédrale

l’Eure coule doucement

~ un week-end à Chartres.

via Sous la cathédrale — Catimini Plume

Sous la cathédrale par Catimini Plume

L’écume publiée dans la revue LIBELLE

 

LIBELLE publie l’un de mes poèmes

L’écume

Le mensuel de poésie LIBELLE publie dans son numéro 303 de septembre 2018 l’un de mes poèmes

 

 

La revue LIBELLE publie le poème L’ECUME issu de mon recueil titré COQUECIGRUES par mégarde chez PREM’EDIT

 

 

 

 

COQUECIGRUES par mégarde

Poésie

Jean-Louis Riguet

.

.

Éditeur : PREM’EDIT

ISBN : 9 791091 321686

122 pages – 14 €

.

Quatrième de Couverture

.

Cet animal étrange et imaginaire créé par François Rabelais dans son roman Gargantua, l’auteur le reprend à son compte pour titre de son deuxième recueil de poésie.

Bien qu’habitué à l’écriture longue comme les romans, l’auteur prend goût à la poésie en vers libres qui l’a conduit à ce recueil articulé auteur de trois thématiques : la nature, les sentiments et les actions qu’il a nommées tressautement.

L’auteur évoque les éléments, les catastrophes naturelles, l’amour, la haine, les animaux, la fête foraine, le temps avenir, présent, passé et autres sujets.

« Je suis un escroc des mots,

Un voleur de rimes

Un bandit du bon mot

Un receleur de propos »

 

Coquecigrues par Mégarde, un recueil léger, diversifié.

.

.

PROLOGUE

 

Merci à François Rabelais qui a inventé ce mot fantasque « Coquecigrue » dans son roman Gargantua. Il envisageait alors que le royaume soit rendu à son roi, Grandgousier, à la venue des Coquecigrues, c’est-à-dire jamais ou quand les poules auront des dents.

La coquecigrue est cet animal imaginaire et burlesque tenant du coq, de la cigogne et de la grue. Elle est très friande de la ciguë, cette plante très toxique, grande ou petite, blanche ou aquatique. Vivant en colonie, ces oiseaux s’envolent dans le ciel à l’approche de l’homme et deviennent très vite invisibles.

De là penser que la coquecigrue s’apparente à un propos dénué de sens comme une baliverne, sornette ou autre billevesée, il n’y a qu’un pas à franchir pour dire qu’elle désigne une personne qui raconte des sottises ou des choses inutiles ou inexistantes.

Cette promenade m’a entraîné par erreur vers cet animal imaginaire et burlesque. Je l’ai, par mégarde, rencontré au détour d’une chimère, d’une absurdité.

Par inadvertance des vers en prose sont nés et je vous les livre comme ils sont venus en trois parties.

La première est intitulée NATURELLEMENT. Elle touche plutôt à cet ensemble de lois qui paraissent maintenir l’ordre des choses et des êtres, des caractères et des propriétés définissant les choses, sans intervention de l’homme. En quelque sorte, c’est naturel.

La deuxième se nomme SENTIMENTALEMENT. Elle évoque une connaissance plus ou moins claire donnée dans l’instant et cet état affectif complexe et durable lié à certaines émotions, tendances ou penchants. On y trouve de l’amour, de la haine, des sentiments.

La troisième est titrée TRESSAUTEMENT. Elle suppose un mouvement, une secousse, une action, une envie d’agir, un mouvement brusque et nerveux provoqués par une surprise ou une émotion vive. On peut y voir une allusion à des situations dramatiques ou émotionnelles.

J’ai pris beaucoup de plaisirs à travailler sur ce recueil et j’espère qu’il en donnera tout autant aux lecteurs qui liront ces chimères ou autres absurdités racontées par un animal imaginaire et burlesque.

Jean-Louis RIGUET

 

 

.

.

.

© Jean-Louis RIGUET 11 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Succès pour l’exposition solidaire

PLEIN SUCCES POUR

Exposition solidaire organisée par Art & Co.m

Du 5 au 7 octobre 2018 à Orléans, Campo Santo

 

 

Exposition organisée par Art & Co.m

 

Invités d’honneur

Iza Zaro   –   Sarra Monjal   –   Laurence Dreano

 

De nombreux artistes talentueux présents

 

.

Plus de soixante-dix exposants, artistes peintre, sculpteur, photographes, graffeurs, street art, écrivains avaient répondus présents à l’appel.

Des caricatures en direct par Jean-Paul Vilmorin, une magnifique danse par Anne Perbal des illustrations par Les Chames, illustrateur « lâme des chats », de superbes chansons par Ivaanyh.

Le soleil a bien voulu luire une grande partie du week-end, même si quelques nuages lui ont rendu visite.

Un grand merci aux organisateurs qui ont mouillé leur chemise pour répondre au mieux aux attentes des exposants et du public.

.

Quelques photos :

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Collection Anne Perbal

Estelle Belletoise

 Patrick TAT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

.

© Jean-Louis RIGUET  – librebonimenteur.net

Le 8 octobre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Trajectoire déroutée, Sanda Voïca

TRAJECTOIRE DEROUTEE

De Sanda Voïca

.

.

Trajectoire déroutée

Sanda Voïca

EAN – ISBN : 9 791090 491793

2e trimestre 2018 – 80 pages – 14 €

éditions LasKine

https://www.editions-lanskine.fr/livre/trajectoire-deroutee

.

Crédit Sanda Voïca – Google+

.

Quatrième de couverture

Des traversées – de l’air et du corps.

Regarder le temps par-dessus son épaule.

.

.

« Poussières et clés obliques :

Pluie inédite qui s’arrête

avant de toucher la terre.

Témoin de cette suspension,

je me noircis, deviens nuage. »

 .

.

Extraits :

C’est quoi une fenêtre ?

Mon squelette récent.

J’ai soif

De la tombe blanche

Ovale dans mon corps

Sur le puits bien aplati

Je me penche

Une seule seconde

Mari et marraine

Devenus parents lointains

me tiennent en échec :

ne plus avancer

sans savoir où.

*************

Que faire de la fille partie ?

Je la mets-ci,

Je la mets-là,

Jamais à la bonne place.

Je rogne les cases,

les jours et les nuits,

je grave son nom

mais il ne reste pas.

Je la repose sans fin

dans des lieux très différents

sans qu’elle y reste.

Sans place

Sans endroit.

Elle flotte

Je flotte

Nous traversons les airs

les terres

les chemins battus

et inconnus.

Nous ne sommes jamais

à notre place.

***************

Je colle à mes tripes

Je colle à mes mots

Je colle à la mort.

Je vole :

On ne voit que ma colle.

Duvet et poussières

Ombres et sons en échos.

Ma mort est celle de la jeune fille.

En vol, on ne voit

que l’air sous nos ailes…

*****************

Plusieurs fois par jour

La fille revient

s’empare de moi

grappin à plusieurs crochets qui

s’enfoncent dans ma chair

me soulèvent très haut

et me lâchent :

je me défais en morceaux.

Quand je me réarticule

je mets la fille disparue

dans mon échine.

******************

.

.

Ce que j’en pense

La dédicace est en réalité une épitaphe : « Pour Clara Pop-Dudouit (1994-2015) », en hommage à sa fille, décédée d’un cancer à l’âge de vingt ans.

C’est ce drame qui est à l’origine de cet ouvrage, ce livre de deuil, ce livre de témoignage de la perte cruelle d’un enfant.

Trajectoire déroutée retrace la douleur d’une mère. L’absence de la chair de sa chair si présente porte les mots et les maux. Les textes voudraient rejoindre le fil cassé du temps, des temps, le recoudre. Mais peut-on faire se rejoindre des extrêmes séparés par l’exil de la mort et le retrait de la vie.

Ce recueil pourrait apparaître comme une échappatoire à la douleur profonde de l’auteure, mais la douleur elle-même est dite par les poèmes dans Trajectoire déroutée qui porte bien son nom.

Il est impossible de lire d’une seule traite ces textes qui, d’une certaine manière, sont brutaux et nous assaillent dans notre plus profond où la douleur est omniprésente.

J’ai été bouleversé par ce recueil que je recommande si vous n’avez pas l’âme trop sensible.

.

L’AUTEURE

Crédit photo bio – Levure littéraire

Sanda Voïca, originaire de Roumanie où elle est née le 26 mars 1962. Après avoir fait des études à la Faculté de langues étrangères de Bucarest, elle a travaillé, entre 1990 et 1997, comme correctrice pour la revue « Contemporanul-ideea europeanà » et « La Roumanie littéraire ».

Elle a été publiée dans les plus importantes revues littéraires bucarestoises des poèmes, nouvelles, fragments de roman. En 1999, elle sort le recueil « Le diable avait les yeux bleus » (Diavolul avea ochi albastri) aux éditions Vinea à Bucarest, sous le nom d’Alexandra Voicu.

En 1999, elle déménage en France et y vit toujours.

Désormais, elle écrit en français des textes qu’elle commence à divulguer dans de nombreuses revues littéraires dont les détails sont relatés dans son blog « Le livre des proverbes nouveaux », rubrique « Présence ailleurs ». Elle publie également des recueils en 2015 : Exils de mon exil, chez Passages d’encres éditons et Epopopoèmémés chez éditions Impeccables.

Elle publie des textes, des collages et des photos dans plusieurs revues papiers comme Moebius, La Plage Blanche, Place de la Sorbonne, ou revues numériques comme Terre à ciel, Ce qui reste, Recours au poème, etc.

Depuis 2010, elle est l’initiatrice et l’animatrice aux côtés de Samuel Dudouit de la revue numérique « Paysages écrits ».

.

.

Un livre à lire et à détenir absolument !

.

© Jean-Louis Riguet – Librebonimenteur.net

© Jean-Louis RIGUET 29 septembre 2018

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ