Récits historiques des quais d’Orléans

21,00

Récits historiques des quais d’Orléans de Jean-Louis Riguet

Des récits historiques faciles à lire, un livre qui a reçu le prix Roman au Salon International du livre de Mazamet en 2018

Le livre est vendu dédicacé et n’est pas susceptible de retour.

35 en stock

Description

Récits historiques des quais d’Orléans

Première de couverture des Récits Historiques des quais d’Orléans par Jean-Louis Riguet

.

.

Les Récits historiques des quais d’Orléans,

ce livre sur le commerce de Loire à son apogée, a reçu le

Premier prix ROMAN TERROIR

au salon international du livre de MAZAMET en 2018

en savoir plus https://librebonimenteur.net/x3z2

 

et  https://librebonimenteur.net/jy5g

.

En vente au prix de 20 € plus les frais de livraison de 1 €, soit 21 € pour les pays acceptés en livraison par le site.

Merci d’indiquer le prénom pour la dédicace.

.

Ces récits séduiront tout particulièrement les lecteurs amateurs d’histoire,

ainsi que les lecteurs attachés à l’Orléanais et à la Loire.

 

 

Éditions du Jeu de l’Oie

www.editions-jeu-oie.com

ISBN 978-2-36831-054-0

196 pages

.

Première de couverture Récits historiques des quais d’Orléans

.

Six récits qui racontent le temps de gloire

de la Loire et de ses Mariniers

L’apogée du commerce

avec les Îles de l’Atlantique

et les Pays de la Méditerranée.

.

La Marine de Loire est le personnage principal

qui transporte le sel, le sucre,

la houille, le vin, les tissus et autres denrées.

.

Trois ports sur la Loire à Orléans

Recouvrance pour le commerce avec l’Atlantique

La Poterne pour le commerce avec la Méditerranée

Les Jacobins pour les séjours de longue durée ou les réparations

Pour en savoir plus :

https://librebonimenteur.net/lz2u

 

Savez-vous qu’à l’époque gauloise le port d’Orléans était déjà un carrefour commercial très actif ? Pourquoi le vinaigre et la moutarde d’Orléans sont-ils toujours si réputés ?

Se souvient-on qu’au XVIIIe siècle la ville comptait des dizaines de raffineries de sucre et de manufactures textiles, où l’on fabriquait notamment la blonde de soie, cette magnifique dentelle ? Pourquoi Orléans était-elle appelée « la capitale de la rose » au XIXe siècle ?

C’est à toutes ces questions, et à beaucoup d’autres, que Jean-Louis Riguet s’est attelé dans ce nouvel ouvrage.

Après avoir évoqué les grands personnages de notre Histoire dans ses « Récits historiques de l’Orléanais », il met ici l’accent sur l’importance de l’activité économique d’Orléans à travers les âges.

À travers l’évolution de la marine fluviale, du travail du sel, du sucre, du coton, des jardins et des crues, c’est cette fois l’histoire des petites gens, de ceux qui travaillent dans l’ombre, qui est mise en lumière…

Nous nous intéresserons aussi aux grands industriels comme aux petits métiers oubliés, et nous voyagerons même des mines de charbon de la Haute Loire à Saint-Domingue dont le sucre a fait un temps la richesse d’Orléans…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.