Une chronique en 3 articles sur l’écriture des livres jeunesse

3/3 : “Manière d’écrire un livre pour enfants !”

Les enfants sont cruels. Ils n’achèvent pas un livre qu’ils n’aiment pas et le délaissent aussitôt.

L’auteur doit être créatif. Les enfants ne disent pas « ça n’a pas de sens ». Quartier libre pour l’imagination. On peut écrire des scénarios fous.

Mais le scénario doit néanmoins tenir la route et ne pas être simpliste. Donc, une construction d’une intrigue s’impose comme pour un livre d’adulte. Il faut bien créer les personnages qui doivent être attachants et vivre des aventures avec un beau rôle à la fin. Car, souvent, le lecteur s’identifie au personnage.

Le style d’écriture est important ?
Il faut un rythme rapide, ou en tout cas actif, pour éviter l’ennui.
Donc, il faut opter pour des phrases courtes, des mots simples, une construction facile à lire.
Il faut raconter à la première personne du singulier pour faciliter l’identification du personnage.
Avoir un seul narrateur qui parle au présent.

Les images sont importantes.
Pour un livre pour enfants jusqu’à 7 – 8 ans, il faut des images à chaque page.
À partir de 9 ans, l’on réduit les illustrations.
Puis, en grandissant, à partir de 10 – 12 ans, on supprime les images. Mais, vous pouvez (devez) imager votre texte par les mots.

La longueur
Le nombre de mots respecte en général l’âge du public visé, le plus souvent entre 25 000 et 65 000 mots.
Mais les éditeurs jeunesse ont leur propre politique à ce sujet.

Ainsi, certaines maisons recommandent :
. de 7 à 10 ans : 40 000 signes
. de 10 à 13 ans, 100 000 signes
. de 12 à 13 ans, plus de 100 000 signes.
D’autres indiquent à partir de 50 000 signes à partir de 8 ans.
Le mieux est de se référer à la maison d’édition ciblée.

Oh là là ! Vous parlez de signes et non pas de mots ni de pages. Un signe comprend les lettres, les espaces et tous les signes de ponctuation. Pour aller vite, la conversion usuelle correspond à six fois le nombre de mots.
Mais le plus simple est de se référer au logiciel de traitement de texte qui donne l’information, en général en bas à gauche de l’écran ou dans l’onglet statistiques.

Et si votre texte est trop long, eh bien on coupe et on garde le reste.
Pour ce faire, lisez l’article Roxane Dambre, romancière ici et ici

Voilà, à moi de jouer, si je le décide.

Pourtant, je pense qu’un roman « jeunesse historique » pourrait trouver son idée dans l’un de mes livres :
Comme Le château du Rondon d’Orléans raconte son histoire de France publié aux éditions du Jeu de l’Oie et en vente sur ce site, sur celui de l’éditeur et à la Librairie Nouvelle à Orléans.

Merci de votre attention. C’est un privilège pour moi.

Le 19 août 2022
© Jean-Louis Riguet, sociétaire de la Société des Gens de Lettres.

Add Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.