JL à l’écoute de … Benoit COUZI

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Benoit COUZI

.light-Photo de profil (2)

.

1/ Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Benoit COUZI, j’ai 58 ans et je suis passionné de littérature et d’écriture depuis toujours.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ?

J’ai mené une très longue carrière de directeur financier de grandes entreprises avant de passer des chiffres aux lettres voici plusieurs années.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Je ne sais pas si on peut appeler cela un art mais je suis passionné de transformation de vieilles pierres. Au cours de ma vie j’ai transformé plusieurs maisons afin de redonner une vie perdue à des espaces qui avaient vu la naissance et la mort de nombreuses générations.

La pierre qui a vécu est une invitation au voyage dans le temps, à la recherche de nos racines et à la compréhension du présent.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Je ne me considère pas comme un écrivain mais comme un simple auteur qui ne peut pas faire autrement que d’écrire. Les personnages vivent avec moi, en moi et je dois leur donner vie pour ne pas étouffer d’eux. Mes lecteurs, que j’essaie de rencontrer le plus souvent possible, m’encouragent au travers de leurs commentaires et cela me suffit pour continuer à écrire.

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Je n’ai pas cette prétention bien que je le souhaite profondément.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai débuté dans l’écriture par un livre technique qui m’avait été commandé par les Éditions Eyrolles après qu’un responsable de collection a détecté mon style sur un blog consacré à la rénovation que je tiens sur la toile. J’ai ensuite publié un roman réaliste consacré à la vie en prison que j’ai écrit après avoir réalisé une véritable enquête de 6 mois au sein d’une prison française (Comme des nains dans leurs mains, Éditions Edilivre, 2015). Enfin, j’ai publié récemment un polar psychologique qui tente de décrypter l’univers d’un homme poussé à bas par une force plus forte que lui dont il ignore tout (De raphia et de soie, Éditions Edilivre, 2016).

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

Quelle est notre part de peur du vide, saurions-nous nous battre contre l’inconnu, voici les deux questions centrales que j’ai tenté de traiter dans cet ouvrage.

La vie de Paul est organisée et planifiée comme le sont ses affaires à la tête de Progésis. Pourtant, tout bascule quand son bras droit lui annonce sa décision de le quitter sans préavis.

Notre équilibre est souvent bien précaire et ne tient qu’à quelques fils. Ceux qui maintiennent Paul vont lâcher les uns après les autres l’entraînant dans une chute vertigineuse. Son entourage ne saura pas le retenir et le regardera descendre, impuissant, de palier en palier.

 

J’ai essayé de faire partager les peurs et les angoisses de celui à qui tout va arriver alors que rien de tel n’était programmé, jusqu’à un dénouement inattendu.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Sur le site d’Edilivre bien entendu mais également sur mon blog auteur à www.benoitcouzi-auteur.fr sur lequel vous pouvez lire de larges extraits de mes ouvrages.

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? À l’e-book ?

Le monde de l’édition a été transformé par l’apparition de l’autoédition et le développement des offres d’édition à compte d’auteur. Pour ma part j’ai opté pour l’édition alternative.

Il me semble que l’édition classique doit être dépoussiérée à l’heure où la plume n’a jamais tant démangé les écrivains en herbe. N’accepter que moins de 6 % des manuscrits reçus dans les comités de lecture implique que près de 95 % d’entre eux soient refoulés or je ne crois pas imaginable que tant de textes soient creux, inintéressants ou mal écrits. Je pense donc que l’édition classique passe à côté de nombreux talents rejetés par un système obsolète.

Il n’en reste pas moins que l’édition alternative ou à compte d’auteur doit elle aussi évoluer pour obtenir ses lettres de noblesse. Aujourd’hui le travail effectué sur les textes acceptés est quasiment inexistant (relecture, mise en page et correction) et de nombreux ouvrages sont publiés alors qu’ils ne le méritent pas dans leur forme si ce n’est dans leur fond.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres ?

Je l’ai reçu de Vauvenargues qui a écrit “Un homme sans passion est un roi sans sujet.” J’ai fait de cette citation mon credo pour une vie, se passionner pour tout, être curieux et découvrir, sans limites ni retenue.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je lis des romans et des traités historiques (une autre de mes passions) mais j’aime écrire sous le format romanesque qui me semble me donner la plus grande liberté : liberté de faire parler mes personnages, liberté de leur ôter la vie ou de la prolonger, liberté de faire et défaire, enfin liberté totale.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

Des journées entières de 10 ou 12 heures lorsque l’ouvrage est commencé. Mes personnages m’habitent, je me lève avec, je mange avec, je dors avec, ils ne me quittent pas jusque bien après le mot fin.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

La vie quotidienne nous livre tous les sujets à traiter que ce soit la nôtre ou celle qui nous est présentée par les vitrines virtuelles dans lesquelles nous entrons tous plusieurs fois par jour.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Un syndicaliste qui intervient dans un 20 heures, ma boulangère remplie de contradictions, l’adolescente que je croise dans un train, sont autant de bases de mes personnages. Des bribes de leurs conversations, leurs regards, leurs attitudes me donnent le matériel nécessaire à la construction de mes héros.

Je n’écris pas avec un plan précis comme beaucoup d’écrivains. Bien entendu j’ai en tête un plan de l’histoire que je vais conter mais elle peut évoluer au gré de mes personnages qui m’entraînent vers ce qui leur semble être leur propre vie.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Écrire, écrire et écrire. Assouvir ses envies, ses passions est le seul moyen de vivre sans rien regretter. Alors, oui, écrivez, le mieux que vous le pouvez mais écrivez.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

Les grands classiques tels que Balzac, Hugo ou Brontë qui m’ont donné le sens de la description et qui m’entraînent dans leur monde à chaque fois que je les relis mais aussi plus proches de nous Françoise Mallet-Joris, Philippe Sollers ou Modiano bien sûr.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

Lorsque je suis en écriture je m’abstiens de lire pour ne pas encombrer mon histoire par une importune envie de faire pénétrer en elle des éléments d’un autre ouvrage.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Je termine actuellement le premier tome de ce qui sera une saga familiale. Elle s’étendra des années 1950 aux années 2040, faisant passer mon lecteur du passé au futur dans un même ouvrage. La confrontation des générations est quelque chose qui me fascine, le passé devient futur dès lors que la jeunesse prend la peine d’écouter la sagesse des anciens.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Mon programme de dédicaces est en cours d’élaboration, je vous invite à le retrouver sur :

www.benoitcouzi-auteur.fr

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Sur mon blog auteur dans lequel vous retrouvez mes publications, les articles de presse concernant mes ouvrages, des extraits de mes textes, les commentaires de mes lecteurs et le programme de mes interventions.

————-

Le 1er mai 2016

Benoit COUZI

.Couverture finale

.Couverture

.

Je remercie sincèrement Benoit COUZI d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, acteur, comédien, théâtreux, styliste, musicien, chanteur, colleur de papiers, en un mot artiste  sans discrimination de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

https://www.youtube.com/channel/UCcLyJcrYJkDfuM9zm6mfbCQ

.

Jean-Louis RIGUET 09 mai 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres et Membre de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s