JL à l’écoute de … Thierry FILOU

Des mots pour vous

.

JL à l’écoute de …

Aujourd’hui Thierry FILOU

.

.

1/ Qui êtes-vous (VOS Prénom et NOM) ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Thierry FILOU, il ne s’agit pas d’un pseudonyme.

Je suis pilote de ligne. J’ai débuté dans l’aviation commerciale en 1986, d’abord en tant que mécanicien navigant puis copilote et maintenant commandant de bord sur Boeing 777, après des études à l’école nationale de l’aviation civile.

 

2/ Que faisiez-vous avant d’écrire ou parallèlement à l’écriture ? Comment vient-on à écrire des scénarios ?

J’ai toujours aimé écrire, souvent pour dénoncer des injustices en m’insurgeant souvent contre les puissantes administrations où certains hommes politiques. Prenant conscience que mon combat était celui d’un Don Quichotte, j’ai utilisé cette soif d’écriture pour composer une histoire qui est devenue un premier roman.

 

3/ Qu’aimez-vous ou pratiquez-vous comme autre art ? La peinture ? La sculpture ? Le cinéma ? La photographie ? Le théâtre ? Quelle est votre passion ?

Avant de me lancer dans l’aviation, ma seconde passion était le cinéma. Ayant échoué à un concours qui me tenait à cœur, j’ai orienté ma carrière vers l’aviation, ce que je ne regrette pas.

Parallèlement à mon métier, j’ai, durant une période de ma vie, pris des cours de peinture et je continue d’apprendre le piano.

 

4/ Qu’attendez-vous de vos lecteurs, admirateurs ? Comment vous faites-vous connaître ? Comment allez-vous à leur rencontre ?

Lorsque l’un de mes lecteurs me transmet un message pour me dire qu’il a passé un bon moment à la lecture de mon livre, je suis pleinement satisfait.

J’ai développé une forme de partenariat avec Aviation Sans Frontières

http://www.asf-fr.org/ C’est une association humanitaire qui permet de venir en aide aux plus démunis à travers la planète. Voilà plus de 10 ans que je suis bénévole actif à la section Messagerie Médicale. À ce titre, je participe à des missions humanitaires lors de mes repos. Mon ouvrage est vendu dans leur boutique en ligne, et un article sur leur site concerne mon roman « Miel et charbon » dont je reverse tous les bénéfices de la vente à l’association.

http ://www.asf-fr.org/actualites/decouverte-miel-et-charbon-par-thierry-filou

 

5/ Faites-vous des rencontres, des lectures ou des conférences sur vos ouvrages ?

Il m’est arrivé de participer à une rencontre-débat dans une petite librairie sur le thème brûlant de l’actualité des migrants.

Sinon je participe à quelques dédicaces et salons littéraires.

 

6/ Depuis quand écrivez-vous ? Qu’avez-vous déjà écrit ?

J’ai toujours aimé l’écriture, mais il m’aura fallu cinq ans pour finaliser ce premier roman.

Pour le deuxième qui est en cours d’achèvement, j’ai été beaucoup plus rapide puisque je l’ai débuté il y a seulement un an.

 

7/ Quel est votre dernier livre ? Pouvez-vous nous en parler ?

« Miel et charbon » est le parcours initiatique, diront certains, d’un berger africain dont le troupeau est frappé par la désertification. Il décide de quitter son village, sa famille et son troupeau pour partir clandestinement vers un avenir qu’il pense plus prospère afin de redonner du bonheur aux siens. La découverte d’un monde nouveau lui procurera un certain nombre d’aventures qu’il n’imaginait pas…

Inspiré au départ d’ambiances africaines que j’ai eu le loisir de connaître de par mon métier, ou lors de missions pour Aviation Sans Frontières, j’ai voulu montrer au cours de mon récit, que, parfois, la migration est l’expression d’une grande souffrance.

Le suspens est au rendez-vous, et j’ai voulu composer un ouvrage d’une belle écriture dont la lecture soit rapide et aisée.

 

8/ Où peut-on se procurer vos ouvrages ?

Mon livre est en vente sur le site de mon éditeur, les éditions Thot qui, soit dit en passant, effectuent un travail remarquable.

http ://editionsthot.com/catalogue/roman/miel-et-charbon

 

9/ Quelle est votre position par rapport aux publications à compte d’éditeur, à compte d’auteur ou à compte participatif ? Aux e-books ?

J’ai moi-même publié à compte participatif (c’est le principe de mon éditeur), et je trouve cette formule très satisfaisante lorsque l’on n’arrive pas à « décrocher » une publication à compte d’éditeur.

 

10/ Quel est le conseil le plus important que vous ayez reçu ? Pas forcément pour les livres?

Persévérer lorsque la cause est juste.

 

11/ Que préférez-vous écrire ou lire : des romans, des scénarios, des poésies, des essais, des nouvelles, des biographies ?

Je suis plutôt amateur de romans, mais ouvert à toute forme d’écriture.

 

12/ Comment écrivez-vous ?

J’utilise une tablette électronique pour coucher les mots, la trame de mon roman étant composée dans mon esprit bien en amont.

 

13/ Où puisez-vous votre inspiration ? Avez-vous eu des commandes d’ouvrages ?

Comme une hydre qui se régénère constamment, je m’inspire beaucoup de personnages ou d’événements qui bornent mon quotidien.

 

14/ Comment construisez-vous vos intrigues, vos personnages ? Vos personnages sont-ils toujours imaginaires ?

Certains personnages (les principaux) sont imaginaires. Les autres sont souvent inspirés de mon vécu. L’intrigue n’est pas figée et elle évolue à mesure qu’avance l’écriture.

 

15/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Essayer.

 

16/ Quels sont vos auteurs préférés ?

J’ai un faible pour Jean Christophe Ruffin, et j’ai dû lire quasiment tous les romans de Douglas Kennedy.

 

17/ Que lisez-vous en ce moment ?

J’ai toujours au moins trois livres en cours, que je déguste suivant l’endroit où je me trouve.

Boussole, le dernier Goncourt en fait partie, mais je dévore aussi Kafka sur le rivage d’Haruki Murakami après avoir tout juste terminé Cadres noirs de Pierre Lemaitre.

 

18/ Travaillez-vous sur de nouveaux projets ?

Mon deuxième roman dont j’effectue actuellement les relectures avant de le proposer à mon éditeur.

 

19/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

Je viens de terminer une série de salons et dédicaces, j’espère les prochains événements pour mon futur roman.

 

20/ Où peut-on suivre vos actualités ? Vos parutions ?

Je suis un peu réticent à m’inscrire sur un réseau social, je n’ai donc pas de compte Facebook, mais mon livre est en vente dans toutes les bonnes librairies et sur internet.

————-

Le 8 février 2016

Thierry FILOU.

.Couverture du livre Miel et charbon

Source : http://editionsthot.com/catalogue/roman/miel-et-charbon

.

Extrait.

Les lumières se mêlaient aux formes. Dans cette semi- clarté, Persha se dressait avantageusement au centre de la cuisine. Elle préparait pour ses filles des douceurs dont la recette à base de lait et de sucre lui avait été transmise par sa mère. Subtilement, l’odeur venait se glisser entre chaque brin de paille de la toiture. Les filles étaient assises au sol, assistant au spectacle comme s’il s’agissait de comprendre un tour de magie. Tout était miel jusqu’à ce qu’Imod entre dans la case.Le vent vêtu d’un manteau de sable s’engouffra, et rapidement l’odeur sucrée vint à se transformer. Le labeur faisait son retour; une forte odeur animale, celle que l’on respire lorsque les troupeaux rentrent après la pluie, se répandit dans tout l’habitat. Tout devint charbon. La clarté disparut, les visages se transformaient. Persha reprit un masque de bergère, celui que l’on a envie d’arracher pour voir ses pommettes roses pointer de chaque côté d’un visage souriant. La dureté de la situation transperçait le cœur et l’âme de chacun, les grandes sœurs consolaient les petites. Imod se voulut solennel. La situation était grave : le troupeau, atteint de maladie, allait périr. Persha s’affairait à nettoyer les gamelles, dont le miel qui culottait le fond, avait brûlé pour devenir un sucre brun comme du charbon.

Toute sa vie, il naviguait entre ces deux matières. Le miel était rare dans la maison, mais lorsqu’il y en avait un peu, il lui était difficile de ne pas le gâcher. Trop soucieux de rendre sa famille heureuse, il était constamment en alerte, pour déceler le moindre grumeau qui risquait de cuire. Il lui aurait cependant suffi  de laisser son autorité à la bergerie, et de ne pas s’offusquer pour le moindre écart. Ses filles et sa femme savaient lui rendre la vie lumineuse. Pourtant, c’était toujours la noirceur de la situation qui le hantait. Trop de miel aurait risqué de les engluer, telles des mouches prises au piège. Pour éviter cette situation angoissante, il créait involontairement le chaos, et préférait se sauver avant que la poussière noire et nocive de ce minerai ne recouvre toute sa vie.

.

Je remercie sincèrement Thierry FILOU d’avoir eu l’amitié de se livrer à ce jeu des questions-réponses.

.

Auteur, sculpteur, peintre, photographe, comédien, théâtreux, en un mot artiste  sans discrimation de l’art pratiqué,

si vous aussi, vous êtes intéressé par mon écoute et la publication sur ce blog, merci de vous manifester par e-mail soit directement sur le site soit à l’adresse suivante : jlriguet@gmail.com.

La publication sur le site sera ponctuelle au gré des réceptions des questionnaires.

Chaque chronique est ensuite partagée sur Facebook, Twitter, Linkedin, Google+, Pinterest et parfois Tumblr.

.

Pour se manifester si vous êtes intéressé par le questionnaire :

.

Tout sur mes livres :

https://sites.google.com/site/sitejeanlouisriguetauteur/home

.

Jean-Louis RIGUET 10 février 2016

Sociétaire de la Société des Gens de Lettres, Membre du Bottin International des Professionnels du Livre et de la Maison de l’Ecrivain et de la Littérature

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Louis_Riguet

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s