Le Désossé

Un désossé tout cabossé sur une contrebasse !

Pascal Launay

Durée de lecture : moins de deux minutes

Vendredi, Portobello Road.

Tout en lui est dégingandé. Son physique, sa démarche, son allure. Les traits sont émaciés. Le corps est sec et étiré.
Un chapeau mou de feutre noir le protège de la bruine londonienne. Aujourd’hui, il porte sa paire de jean’s défraîchie préférée, une chemise blanche décontractée, et une veste grise de costume qu’il a entièrement boutonnée. C’est que, voyez-vous, la bruine s’est mue en une averse qui en aurait dissuadé plus d’un.
Sa place habituelle, et tant convoitée, est libre. Il ne s’en étonne pas. C’est lui qui ouvre le bal toutes les fins de semaine, devant l’escalier qui plonge dans les toilettes publiques.
Il plante au sol la pointe d’une contrebasse délavée. Il renverse son chapeau à terre. Sans plus de préliminaires, sa main gauche court sur le manche et trouve trois accords répétitifs. De l’autre main, il pince si furieusement…

View original post 483 mots de plus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s