Mes départs de Panaït Istrati

Les souffrances d’un homme !

Les amours de livres de Falbalapat

images.jpg 2

Gamin dans une ville roumaine le long du Danube, le narrateur rêve d’aventures et d’horizons lointains.

Curieux et débrouillard, il découvre le monde à travers son dictionnaire universel et travaille dans une taverne jusqu’au jour où les circonstances le poussent à quitter son pays. Il s’embarque en rêvant de la France…

Extrait 1:

Tout enfant est un révolutionnaire. Par lui, les lois de la création se renouvellent et foulent aux pieds tout ce que l’homme mûr a édifié contre elles : morale, préjugés, calculs, intérêts mesquins.

L’enfant est le commencement et la fin du monde ; lui seul comprend la vie parce qu’il s’y conforme, et je ne croirai à un meilleur avenir que le jour où la révolution sera faite sous le signe de l’enfance. Sorti de l’enfance, l’homme devient monstre : il renie la vie, en se dédoublant hypocritement.

L’humanité a-t-elle tiré quelques enseignement de tout ce que…

View original post 768 mots de plus

2 réflexions sur “Mes départs de Panaït Istrati

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s