Une réflexion sur “L’arbre à palabres