N’importe quoi 4

.

N’importe quoi

Sous ce titre « N’importe quoi », je vais écrire n’importe quoi effectivement. Je vais prendre une phrase parci, une phrase parlà, d’un livre qui raconte les Souvenirs d’un Vieux Guépin (1789-1815) ce que raconte un grand-père, dans CHRONIQUES ORLEANAISES de Charles Pilard, sûrement publié à compte d’auteur, mais que j’ai acquis à la Librairie VOLTE-PAGES à OLIVET, Place Louis Sallé, où je rencontre une charmante dame qui me comble de conseils. J’y prendrais bien mes habitudes.

A partir de maintenant, ce n’est plus moi qui écrit, je ne fais que recopier :

.

Le lendemain de l’affaire, un édit municipal prescrivit, pour chaque citoyen sans exception, le port de la corcarde tricolore au chapeau et interdit la pose des pots de fleurs sur les fenêtres.

Quelques jours avant ma rentrée à l’école, j’ai vu, sur la place du Martroi, la remise à la garde  nationale du drapeau et du guidon tricolores envoyés par le duc et la duchesse d’Orléans, l’infanterie ayant le premier insigne qui était le plus grand, et la cavalerie le plus petit.

Dans la nuit du 6 au 7 octobre, nous avons appris, après avoir été réveillés par les trompettes des cinquanteniers parcourant la ville, que le roi et sa famille avaient été ramenés de Versailles à Paris par le peuple.

La ville fit, à la fin de novembre, un appel aux citoyens désireux d’offrir, en don à la patrie, leurs boucles de souliers en or ou argent et, en général, toute pièce d’orfèvrerie pouvant être convertie en monnaie.

Si l’oeuvre philanthropique de notre vertueux concitoyen recevait la consécration religieuse, elle n’avait cependant pas encore le fonctionnement complet qu’avait rêvé son fondateur.

Dans le courant du mois d’avril, on apprit à Orléans que l’Assemblée nationale avait chargé un de ses membres de lui faire un rapport sur la suppression de la dotation royale du chapitre de Saint-Aignan.

Vers la même époque, nos maîtres cordonniers, dont la corporation disparaissait en tant que maîtrise et jurande, ont fait parler de leur patriotisme.

La fête de la Fédération était finie, tous ceux quui étaient venus en voiture cherchaient leurs équipages,  les gardes nationaux de tous pays se retrouvaient avec leurs compagnes, enfants et amis ; on revenait sans ordre, chacun se plaçant comme il pouvait, car la circulation était difficile sur une route unique.

C’est dans le courant de cet été de 1790 que je me rappelle avoir vu, pour la première fois, les canonniers de la garde nationale se livrer sur les quais à la manoeuvre des pompes à incendie.

Conjurant les habitants de remercier Dieu qui avait épargné leurs demeures, ils ajoutaient qu’ils priaient aussi dans ce sens pour que la protection divine leur fût continuée, et on leur faisait volontiers, la plupart du temps, des dons en nature.

.

Voilà pour aujourd’hui, la suite peut-être demain ou pas, ou jamais.

.

http://www.sgdl-auteurs.org/jeanlouis-riguet/

http://www.m-e-l.fr/jean-louis-riguet,ec,1053

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

http://www.dedicaces.ca

http://librebonimenteur.wordpress.com/

.

Autres Liens

http://dedicaces.org/2012/08/05/augustin-ma-bataille-de-loigny-chez-dedicaces/

http://dedicaces.org/2013/02/24/actualites-daugustin/

http://www.lulu.com/shop/jean-louis-riguet/augustin-ma-bataille-de-loigny/paperback/product-20298977.html

http://librebonimenteur.wordpress.com/

http://nouvelles-masquedor.e-monsite.com/

http://www.scribomasquedor.com/

Amazon.CA : www.amazon.ca/gp/product/1770762159

Abebooks.FR : www.abebooks.fr/servlet/BookDetailsPL?bi=8210382269

http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-historiques/augustin-ma-bataille-de-loigny-2290562

http://www.priceminister.com/offer/buy/227541701/augustin-ma-bataille-de-loigny-de-jean-louis-riguet.htm

.

Jean-Louis RIGUET

Membre de la Société des Gens de Lettres et du Bottin International des Professionnels du Livre

Sociétaire de la Maison des Ecrivains et de la Littérature

 .

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.