Ecrire toute sa vie pour ne pas être publié

Ecrire toute sa vie pour ne pas être publié.

J’ai écrit des milliers de pages, noirci des milliers de feuilles, pour la postérité, sans aucune publication. Ma signature est reproduite à des milliers d’exemplaires. Dans le plus grand anonymat; Mais je sais qu’elles seront conservées à jamais. 75 ans sur mon lieu de travail actuel à Orléans, déjà depuis plus de 20 ans. De même, elles reposent sur mes lieux de labeur précédents en Poitou, en Beauce près du Faux Perche, puis à Paris. En tout, cinquante ans d’écriture anonyme conservée d’abord sur les lieux de sueur, puis elles seront versées aux archives départementales. A jamais !

Aucune publication, si ce n’est administrative. Peu de lecteurs, uniquement les parties concernées auxquelles s’ajoutent deux ou trois personnes des administrations concernées. Ce n’est pas glorieux mais cela donne l’envie d’écrire, l’envie d’écriture. Une virgule ou un point ont leur importance sur ces textes pouvant être la base d’une procédure judiciaire, le cas échéant. La tournure d’une phrase aussi. Mais ce n’est pas très sexy.

Je n’en rougis pas, je n’en ai pas honte, j’en suis même fier. Moi, le petit homme besogneux, issu d’une famille plus que modeste, sans diplôme officiel autre ceux professionnels. Ah si, j’oubliais le Bepc, tu parles d’un diplôme ! Certes, ce que je détiens est l’équivalent d’un Bac + 7 ou 8, mais je n’ai pas le Bac, même si … je l’ai utilisé à plusieurs reprises pour conquérir une île.

Pas de quoi fouetter un chat … me direz-vous ? Peut-être que l’envie d’écrire me permettra de sortir de cet anonymat, sait-on jamais ? En tout cas, une activité pour ma future retraite.

Jean-Louis Riguet

Membre du Bottin International des Professionnels du Livre

Liens :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.